AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Durant les grandes vacances, le forum est en baisse d'activité, rassurez-vous il ne ferme pas. En septembre un recensement sera mis en place. Passez de bonnes vacances !

Une occasion en or, ça ne se refuse pas... | Effy & Noëlie.

 :: Heatherfield :: Maplewood :: Residence Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 14 Juin - 12:12
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Noëlie venait tout juste de reprendre le travail. Après des mois à rester chez elle et à supplier son médecin et psychologue, elle était enfin de retour. Cela faisait exactement quatorze jours que la jeune blonde avait repris du service. Elle était à son bureau en train de taper sur son ordinateur la plainte d'une jeune femme. En quelques heures, le procès avait été rédigé et rien ne manquait. Une fois ce dernier imprimé et signé, elle le posa délicatement sur la pile des plaintes et se rendit devant le bureau de son patron. Elle avait entendu par un de ses collègues que ce dernier désirait la voir. Voyant qu'il était en train de parler au téléphone, Noé s'adossa contre le mur et attendant que ce dernier termine sa conversation. Ça tombe bien qu'il voulait lui parler, car elle aussi avait quelques mots à lui dire ! Elle voulait savoir pourquoi elle n'était pas encore allé sur le terrain, alors qu'elle était de retour depuis deux semaines et qu'elle se sentait prête à patrouiller comme avant. Du moins, c'est ce qu'elle clamait haut et fort, car son médecin, même s'il était d'accord pour qu'elle retourne au boulot, il était hors de question de trop forcer. Après cinq minutes à attendre devant le bureau de son supérieur, celui-ci la fit entrer. « Je ne vous demanderais pas de vous asseoir, car ça sera court... Rentrez chez vous Boissier ! » Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas la décision de son supérieur. « Quoi ? Comment ça ? Je.. » Il la stoppa net dans ses bredouillements. « Plus un mot ! Je vous ai vu grimacer alors que vous écrivez une simple plainte. Votre blessure vous fait encore mal ! Rentrez chez vous et revenez en forme demain matin. Un policier blessé ne sert pas ici. Vous êtes un bon élément Boissier, allez-vous reposer. Et n'oubliez pas de refermer la porte... »

Noëlie ne répondit pas. Qui était-elle pour négocier les ordres de son supérieur ? Elle se contenta de hocher la tête et referma la porte avant de partir. Elle alla vers son bureau pour prendre sa veste et partie du commissariat. Il lui fallut un peu plus de vingt minutes pour rentrer chez elle. Bien sûr, elle était retournée chez elle à pieds. Ce matin, c'est un de ses collègues qui est venu la chercher et elle n'allait pas embêter quelqu'un pour la ramener et encore moins attendre une demie heure que le bus arrive. Elle avait donc marché avec le début chaleur du mois de juin. Arrivée chez elle, elle se dépêcha de poser sa veste et de se préparer un bon thé glacé pour se désaltérer. Elie passa devant le téléphone fixe et le clignotant rouge de ce dernier la stoppa. Il s'agissait sans doute d'un message. Noé l'écouta donc attentivement. Il s'agissait d'un ami d'Effy. Ce dernier disait que la brune devait se dépêcher de donner une réponse pour le contrat qui lui avait proposé. Il ajouta qu'il savait très bien qu'elle avait refusé, mais qu'elle avait jusqu'au lendemain pour donner une réponse définitive. Un contrat pour l'Afrique, c'est ce qu'il avait dit. Noélie fronça les sourcils en entendant ce message, car Effy ne lui avait rien dit, elle ne lui en avait pas parlé !

Elle s'installa à la table de la cuisine buvant a petite gorgé son thé froid tout pensant à ce message. Ce n'était quand même pas le gros contrat que sa femme voulait juste avant d'accoucher de Nolan ? Deux mois avant la naissance du petit garçon, Ef' avait eu une proposition pour aller aider des enfants dans un autre et se perfectionner par la même occasion. C'était vraiment quelque chose de grandiose, mais étant presque à terme, elle avait dû décliner l'offre. Elle se souvient qu'Effy disait que ce n'était pas si grave, car il lui avait proposé que si plus tard, ils avaient un autre contrat de ce genre, c'était elle qui appellerait... Noëlie ruminait tout ça dans son coin. Quand elle entendit la porte s'ouvrir. Elle leva doucement les yeux et vit sa femme devant elle portant dans les bras leur fils qui semblait surprise de la voir déjà rentrée. Mais il est sûr que Effy se doutait bien que si Noé était là, c'était que son supérieur lui avait demandé de rentrer, sans doute à cause de ses douleurs...

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 14 Juin - 14:58

   

   
Une occasion en or, ça ne se refuse pas

   Noëffy
   

   

   
« Allez mademoiselle, tout est parfait. » Elle descend de la table où je l'oscultais. J'ai mal au cœur à lui mentir. Rien ne va pour elle, elle a toujours eu des problèmes, je sais que la prochaine étape est une opération. Il n'y a rien de très grave, sa vie n'est pas en jeu, du moins c'est ce que je crois mais son problème lui rend sa vie dure et une petite fille de quatre ans ne devrait pas vivre ça au quotidien. Je ne peux pas m'empêcher de voir Nolan dans son cas, je me dis que dans ce cas je serais dévasté, je veux qu'il ait la meilleure vie possible, heureusement il n'a jamais eu de problème de sentir, je me suis toujours senti chanceuse. Bien sur, pendant ma journée, je vois des enfants qui n'ont aucun problème et ce sont les meilleures moments de la journée car on a peur de rien. Sa maman l'aide à se rhabiller, je vais à mon bureau, je remplis son dossier médical. Mon assistante est avec moi, je vois sous regard par dessus mon épaule. C'est elle qui m'aide au quotidien, de plus elle apprend à mes côtés. Je me retourne vers elle et lui demande d'amener la petite dans la salle d'attente, de jouer un peu avec elle. Je ne veux pas qu'elle soit dans la salle quand je parle avec ses parents. Je sais qu'elle est consciente qu'elle ne va pas bien mais je ne veux pas qu'elle entende ce qu'on dit. Je veux simplement qu'elle vive comme une petite fille de son âge et qu'elle ne se préoccupe pas de sa santé, ça c'est le rôle de ses parents. De mon placard, je sors un bol avec pleins de bonbons que je lui tend, elle en prend un, me fait un « tope là » et quitte la salle avec mon assistante. Dès qu'elle ferme la porte je me fais attaquée par des questions des parents, je retourne à mon bureau. « Sa maladie n'engage pas son pronostic vital mais elle est assez grande maintenant pour se faire opérer, elle n'aura plus cette douleur au ventre. Elle aura une meilleure vie, il faudra juste qu'elle prenne des médicaments pour que tout aille bien, elle viendra moins souvent me voir, je pense que c'est le mieux pour elle. » Ses parents n'ont pas l'air bien sûr de moi. « J'appelle un médecin après le rendez-vous, l'hôpital vous rappellera pour la date de l'opération. Il faut qu'on aille assez vite pour qu'elle soit tranquille le plus rapidement possible. » Les opérations ça fait peur à tout le monde, à la personne qui la subit, aux proches de cette personne, aux médecins qui n'ont pas le droit de faire un mauvais geste pour ne pas avoir un problème en plus sur la conscience. Je refuse d'avoir moi un autre problème dans ma tête. Je suis assez torturée par cette histoire de traitement, la famille qui commence à vouloir porter plainte. Je les raccompagne à la porte, ils prendront un nouveau rendez-vous quand on aura une date pour l'opération. Je salut la petite de loin, elle fait de même et ils quittent le couloir. Quelle journée ! J'ai envie de me poser dans mon fauteuil et respirer, de me repose mais quand je vois l'heure, je me dis que je suis déjà en retard pour aller chercher Nolan à la garderie. Les rendez-vous ont duré plus longtemps que prévu. Je prend mes affaires et quitte mon bureau. Je pars à l'accueil dire que je suis parti. En sortant de l'hôpital je croise mon supérieur qui me rappelle gentiment son offre. Soit il n'a pas compris ce que je lui ai dit auparavant, soit il veut vraiment que j'y aille et me pousse à me faire craquer pour que je prenne ma valise et que je parte. Je lui dit que je le rappellerais demain matin, une nouvelle fois son offre va me perturbé ma nuit, je pensais que dire non aller me soulagé mais pas du tout.

Je me gare devant l'école, il a de la place pour me garer juste au portail, il est assez tard donc il ne doit plus rester beaucoup d'enfants. Je rentre dans l'école, la personne qui s'occupe de la garderie et la maîtresse d'école, la blonde qui s'occupait de Nolan l'année dernière. Nolan se jette dans mes bras, la journée a dû lui paraître très longue. Je remercie celles qui se sont occupé de lui, je m'excuse pour me retard mais elles comprennent qu'avec mon métier je ne peux pas être toujours à l'heure. Je ne pouvais même pas demander à Noé d'y aller, elle a reprit le travail et finit plus tard que moi. Décidément le fait qu’elle ait repris le travail nous donne plus de problèmes que d'avantages. On part tous les deux dans la voiture, il me raconte sa journée. Il me parle du fait que la maîtresse veut qu'ils fassent des cadeaux pour la fête des pères et qu'elle est un peu débordée par Nolan. Je lui dit qu'il n'a qu'à suivre ce qu'elle veut qu'il fasse, il aura qu'à nous offrir ce qu'il a fait pour nous. Pour la fête des mères, elle avait déjà été perturbée, ne sachant pas si il devait en faire deux. Au final, il avait fait qu'un cadeau qu'il nous avait offert à toutes les deux. Je ne sais même pas pourquoi ça dérange tellement, tu le fais travailler un peu plus pour qu'il fasse deux choses. Il continue par me dire qu'il a joué au football dans la cours de récré et qu'il a mis le ballon sur le toit. Je ris, j'ai hâte qu'il raconte ça à Noé pour qu'elle se moque gentiment de lui.

Je me gare dans l'allée de la maison. On descend de la voiture et je le prend dans mes bras, il est fatigué de sa journée, il n'a qu'un envie c'est de dormir. Je rentre la clé dans la porte, elle se ferme à clé, si je me souviens bien, j'avais fermé la porte à clé ce matin. Quand j'entre, je me rend compte qu'il y a les affaires de Noëlie. Elle est déjà rentrée ? J'espère qu'il ne lui ai rien arriver. J'accélère un peu mes pas pour la retrouver assise à la table. Nolan est heureux de voir sa mère plus tôt que prévu. Je le pose par terre pour qu'il aille prendre Noé dans ses bras. Je m'approche d'elle, elle a l'air d'aller bien. Je l'embrasse pour la saluer. J'ai toujours aimer le contact de nos lèvres, je me lasserais jamais de ses baisers. « Qu'est-ce que tu fais déjà à la maison ? Tu ne devais pas finir dans… une heure ? »
   

   

   




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 14 Juin - 22:27
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Noëlie regardait sa femme qui avait leur fils dans les bras. Elle sourit doucement quand elle vit son petit homme qui se mit à sourire à voyant son autre maman. Elle voulait se lever, le prendre dans ses bras, mais elle n'eut pas le temps. Avant même qu'elle puisse réagir, Nolan était déjà par terre et avait couru vers sa mère pour la serrer dans ses bras. Il lui fit tendrement un bisou sur la joue avant de dire qu'elle lui avait manqué. Noé pencha la tête et chuchota à l'oreille de son fils, que lui aussi, lui avait manqué. Puis elle prend le petit garçon et le pose sur ses genoux, en grimaçant quelque peu. Effy se rapproche doucement d'elle et s'abaisse pour l'embrasser. C'est ce qu'elles font tout le temps. À chaque fois qu'elles se revoient, elles s'échangent un baiser. Certains couples, avec le temps ne montrent plus de signes de tendresse, de signe d'affection, mais pas le leur ! D'ailleurs, tous les matins avant de partir, si Effy dort encore, Noé l'embrasse tendrement et lui susurre qu'elle aime. Elle en a besoin. Elle se dit, que s'il venait à lui arriver quelque chose, ça serait les derniers mots qu'elle ait dits à sa femme "je t'aime". La belle brune est un peu surprise de voir son épouse rentrée à cette heure-ci. Elle la questionne pour savoir comment ça se fait qu'elle est là, alors qu'elle ne devait rentrer que dans une heure. D'habitude, elle n'était pas à la maison aussi tôt ! Et sur ce point-là, Effy avait raison. Noëlie passait sa vie au travail, elle adorait ce qu'elle faisait, elle est vraiment passionnée par ce job. Et ses derniers temps, vu qu'elle ne peut aller sur le terrain, elle essayait de boucler de vieux dossiers. Il y a quelques jours, elle est rentrée avec presque deux heures de retard, car elle bossait sur une affaire. Cela ne demandait d'effort physique, mais lire toutes les preuves et essayer de trouver les relations entre les victimes et tout aussi épuisant ! « C'est juste que j'ai dû prendre un dépôt de plainte et d'être trop sur l'ordinateur m'a un peu réveillé ma douleur. Et tu connais mon chef, un policier blessé n'a pas sa place dans un commissariat, alors il m'a demandé de rentrer... »

Noé soupira. Elle savait bien que si son supérieur l'avait renvoyée, c'est simplement parce qu'il savait qu'elle n'était pas apte à reprendre le travail à cent pour-cent. Et la blonde ne voulait pas l'avouer, mais d'un côté, il avait raison. Elle clamait haut et fort que sa blessure ne lui faisait plus mal, mais elle mentait. Une preuve de plus quand quelques minutes plus tôt, elle prit son fils sur ses genoux. Le fait de soulever ses dizaines de kilos ont réveillé la douleur qu'elle a dans l'épaule. Puis dans cette agression, elle a aussi eu plusieurs fractures, dont une poignée qui a du mal à guérir. Noëlie allait de temps en temps au stand de tir et elle n'avait pas encore réussi à toucher une cible... Elle qui avait pu établir un record de précision, c'était bien la preuve qu'elle n'était pas du tout remise ! Mais elle ne voulait pas s'étendre sur sa douleur, car elle savait comme ça allait finir. Effy lui demanderait d'aller au médecin pour se remettre en arrêt chose dont elle refuse catégoriquement, alors qu'elle sait que ça lui ferait du bien. Car ses quinze derniers jours ont vraiment été épuisants pour elle. Tant moralement, que physiquement ! Le médecin lui avait bien dit de se reposer, de ne pas faire d'effort. Et elle continuait à forcer sur son bras, à aller au stand de tir, à faire du sport pour rester en forme et c'était pour cette raison qu'elle avait du mal à guérir...

Noëlie embrassa son fils sur la tête et le posa à terre. « Allez bonhomme, va un peu jouer dans le salon ! Tes mamans doivent parler... » Elle reposa son fils à terre en prenant une voix douce pour lui expliquer les choses. Le petit garçon fit un petit oui de la tête et fit un dernier bisou à ses deux mamans avant d'aller dans la pièce d'à côté pour jouer à ses petites voitures. Noé ne l'a pas envoyé dans sa chambre, car personne ne peut le surveiller en haut, et elle sait qu'un accident domestique et si vite arrivé. Elle se sentait plus à l'aise à lui demander de jouer dans la pièce juste à côté, puis de là où elle était, elle pouvait garder un œil sur le petit et le surveiller sans pour autant qu'il entende la conversation. Noëlie se leva de sa chaise regardant sa femme puis elle marcha vers le répondeur. Elle appuya doucement son doigt sur la touche "réécouté" où on pouvait entendre le message qu'elle avait écouté quelques minutes plus tôt, au sujet de ce fameux départ en Afrique. « Effy, tu peux m'expliquer s'il te plaît... » Son regard n'avait pas quitté sa femme et une fois le message entendu, elle croisa les bras sur sa poitrine, attendant une explication de celle qu'elle aimait.

Emi Burton


je t'aime un peu plus plus chaque jour
« On a tous une vision différente du bonheur: la mienne, c'est d'être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Jeu 15 Juin - 12:13

 

 
Une occasion en or, ça ne se refuse pas

  Noëffy
 

 

 
Nolan est le plus heureux quand il voit Noëlie à la maison. Je ne fais pas attention à eux, je pose mes affaires avant de venir embrasser Noé. C'est notre petit rituel, quand on se retrouve, quand on se quitte. Ca pourrait paraître stupide pour certains couples mais plus les jours avancent, plus j'ai besoin qu'on s'embrasse comme on le fait, j'ai besoin d'avoir nos contacts car j'en conscience avec les différents accidents de Noëlie que rien n'est sûr. Puis ça me donne du courage pour ma journée, ça me fait plaisir de rentrer à la maison et de savoir qu'elle va m'embrasser. Ce rituel c'est mis en place dès le début de notre relation, je tenais à ça. Chez mes parents c'était pareil. Ils pouvaient passer des heures à s'insulter de tous les noms mais ils finissaient toujours à se retrouver. Les baisers de mon père manque à ma mère, elle n'a jamais été capable de retrouver ce contact avec un autre homme, elle n'a même jamais laissé la chance à quelqu'un d'autre de l'embrasser avant de partir au travail ou en rentrant de celui-ci. Si je perd Noëlie, je pense que je serais pareil, je n'accepterais pas que quelqu'un d'autre me prouve de l'amour, je n'ai pas besoin de l'amour de quelqu'un d'autre, j'ai juste besoin de Noëlie. J'aimais la savoir à la maison, je savais que rien ne pouvait lui arriver, elle est grande, elle sait être en sécurité dans une maison, maintenant qu'elle a repris le travail, je me demande toujours si elle va rentrer, du moins en entière. Je pense qu'elle ne se rend pas compte comment je souffre de la savoir à son travail, il a pris mon père et il a déjà faillit me la prendre deux fois. Quand elle est au travail, elle ne compte pas ses heures, au début de notre relation, je pensais que c'était car elle était seule, qu'elle n'avait personne a retrouvé chez elle mais même ensemble, même mariée, avec un enfant elle rentre plus tard qu'elle le devrait. La dernière fois, elle est rentrée deux heures plus tard, j'étais morte de trouille, j'attendais patiemment qu'elle rentre, elle ne me répondait pas, j'ai eu l'impression que ça recommençait, que le téléphone allait sonner pour m'annoncer une mauvaise nouvelle. Je suis contente de la voir déjà rentré, je sais qu'on va pouvoir passer la soirée en famille, Nolan lui racontera sa journée comme il l'a fait avec moi. J'aime tellement ces moments où on est tous les trois et elle sait à quel point j'aimerais que l'on soit quatre autour de cette table. Elle m'explique pourquoi elle est déjà là, j'aime beaucoup son chef qui l'a renvoi toujours à la maison dès qu'il voit qu'elle ne va pas bien, je sais qu'elle, elle le déteste car elle se sent capable de tout faire. Je passe ma main sur l'épaule qui l'a fait souffrir. « Il a bien raison de t'avoir demandé de rentrer, il faudrait que tu te repose encore un peu. » Je sais que ça peut partir en dispute ce genre de phrase mais j'espère qu'elle ne va pas s'énerver devant Nolan, c'est peut être pour ça que je l'ai dit à ce moment là. Je n'ai pas envie qu'on se dispute mais je veut toujours lui aire comprendre que sa place est à la maison, qu'elle retrouve notre fils chaque soir après l'école, qu'elle aille le chercher car il adore ça. Chaque sourire de son fils, je pensais qu'elle allait comprendre et qu'elle allait rester à la maison, juste pour son sourire et le mien peut-être. Mais non, elle est têtue. Je devrais le savoir depuis tant d'année maintenant mais j'espère toujours. J'espère pour rien car dès notre première rencontre j'avais compris qu'elle était têtue, le fait qu'elle m'a mis le pv alors que je lui ai fait les yeux doux, que je lui ai expliqué ma situation.

Je regarde l'heure, il faudra que l'une de nous se mette à faire la cuisine, je vais m'en occuper, si elle a mal à son bras, je vais pas l'embêter plus. Mais sa phrase m'interpelle. « Tes mamans doivent parler... » Il n'y a rien de bon dans ce genre de phrase. Je peux espérer qu'elle me colle contre le mur pour m'embrasser mais je pense que ce n'est pas ça du tout. Nolan vient me faire un bisou avant d'aller dans le salon, je sais qu'elle a toujours préféré l'envoyer dans le salon comme ça elle garde un œil sur lui, je trouve ça adorable, elle veut toujours savoir si il va bien. Et là j'en suis sûr qu'elle ne va pas m'embrasser même si elle se lève. Elle va vers le téléphone où elle appuie dessus pour qu'un message se fasse entendre. Mon corps se raidit. Pourquoi on ne m'a pas appelé sur mon portable pour ça ? Je leur ai toujours demandé de ne plus appeler à la maison. Elle ne me quitte pas du regard alors que je baisse les yeux, n'osant pas la regarder, n'osant pas lui dire que je lui ai menti. Je lui ai menti pour tellement de choses, même si l'une d'entre elles a été bénéfiques car c'est Nolan. Sa voix me fait sursauter, j'étais dans mes pensées, j'essayais de me trouver une excuse. J'en suis sur qu'elle se souvient du contrat que j'avais refusé quand j'étais enceinte de Nolan et qu'on devait me rappeler si il y avait une autre mission. « Oui… Je vais tout t'expliquer... » Mais je reprend ma respiration, gagnant quelques secondes pour trouver quoi lui dire. Comment lui expliquer que je ne veux pas partir à cause de notre famille, à cause de mon manque de confiance que j'ai depuis la mort de cet enfant à l'hôpital, une mort dont elle n'est pas au courant, comment lui dire qu'au plus profond de moi rien ne va en ne l'inquiétant pas ? « On m'a proposé d'aller en Afrique pour que j'apprenne plus de choses sur les enfants, pour que je leur apprenne ce que je sais faire. Ca me plaît, j'avais déjà dû refuser quand j'étais enceinte. Ca fait plusieurs temps qu'ils n'arrêtent pas de savoir si je veux y aller, ils me poussent à y aller mais je ne peux pas. Je peux pas vous laisser tous les deux. Il faut qu'ils comprennent que maintenant j'ai une famille. » Je la regarde dans les yeux, osant supporter son regard. « Regarde nous, tu rentres tard, comment on fera avec Nolan ? Ma famille refuserait de le garder. Je ne veux pas te laisser. »
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Ven 16 Juin - 14:50
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Noëlie hésita quelques secondes avant de dire à sa femme que si elle était là, c'est parce que c'est son supérieur qui lui a un peu forcé la main. Mais elle ne voulait pas lui mentir. Elle aurait bien pu dire que c'était, car elle avait terminé plus tôt, tout simplement ou juste qu'elle voulait lui faire une surprise... Mais ce n'était pas le cas, elle adorait son travail. Noé ne préférait pas son travail à sa famille, mais ce n'était pas pareil. Elle ne l'a jamais avoué à Effy, mais il lui manque quelque chose dans sa vie. Elle a se troue dans la poitrine, il lui manque ce petit truc. Elle n'arrive pas à mettre le doigt dessus, mais le travail la comble un peu plus. Elle en a parlé à sa petite sieur, c'est la seule à qui elle se confie, elle est la seule a qui elle dit tout, pourtant, elle ne devrait pas. C'est elle la grande sœur, mais ça lui est égal. Puis Jade est de très bons conseils, sauf peut-être pour celui-ci. La petite Boissier est persuadée qu'il lui manque la maternité. Alors oui, elle est maman avec Nolan, mais il ne s'agit pas de sa chaire, son sang, elle ne l'a pas porté. Il est vrai que quand Effy était enceinte de lui, elle rentrait un peu plus tôt et mettait de coté son boulot, vivant la grossesse à travers sa femme... La voix de son épouse la fit revenir à la réalité. Elle fit de gros yeux quand elle entendit cette dernière lui dire qu'il fallait qu'elle se repose encore un peu. Elle roula les yeux et fit un petit mouvement de la tête en soupirant assez lourdement. « Effy, si le médecin m'a autorisé à reprendre, c'est que je vais bien... » C'était un mensonge, du moins dans un sens. Elle avait tellement embêté le médecin à sujet, qu'il avait fini par céder et avait eu son psychologue par usure aussi. Elle n'osait pas dire que cet accident l'avait réellement touché et qu'elle avait peur au fond d'elle-même. Peur de recroiser ses types qui l'avaient mal traité, tabassée, violée... Mais elle désirait les retrouver et leur faire payer tout ça !

La policière posa ensuite son fils à terre lui demandant d'aller jouer plus loin pour jouer et laisser les deux jeunes femmes dans leur discussion d'adultes. Puis le message se fit entendre, elle avait mis le répondeur en marche. Et en le réécoutant, elle avait le cœur gros encore une fois. Elle fixa sa femme qui se crispa en écoutant la voix de son ami, puis lui demanda des explications. Effy lui dit alors qu'elle allait lui expliquer. Quelques secondes passèrent, sans un mot de la jeune femme, Noëlie commençait à perdre patience. « J'attends... » Ses bras étaient toujours croisés contre sa poitrine et elle regarda sa femme avec pertinence. Les gens avaient du mal à la regarder quand elle était comme ça et elle arrivait toujours à faire "cracher le morceau". Elle se servait de ce qu'elle avait appris à l'école de police pour déstabiliser et faire parler un suspect, sauf que là, il s'agissait de sa femme. Elle finit par lui expliquer que c'était ce fameux poste en Afrique qu'elle avait dû refuser des années plus tôt. Puis, elle finit par dire "qu'elle ne pouvait pas y aller", elle avait envie d'y aller, Noëlie le savait, puis elle aurait dit, je ne veux pas et non, je ne peux pas... « Pourquoi ? Pourquoi tu as refusé ? Pourquoi tu ne m'as rien dit ? » Bien sûr, elle avait déjà donné une partie de l’explication, il y avait Noé, puis leur fils qui entrait en jeu. Difficilement, Effy tenue sa femme du regard lui disant qu'elle était en partie la cause de ce refus. Du moins, pas directement, mais avec son travail, c'était compliqué pour Nolan, puis la famille de la brune refuserait de le garder. Et Noé ne pouvait pas compter sur la sienne, sa mère était en Inde avec son beau-père depuis des années déjà, puis elle n'a jamais vu Nolan... Il faut dire depuis son avoue public de son homosexualité, ils ont un peu coupé les ponts avec leur fille, donc leur demander de garder son fils, il en était hors de question ! S'il ne l'acceptait pas, pourquoi accepterait-il le petit ? Noé se rapprocha de sa femme, posant ses mains sur ses bras, la regardant dans les yeux. « Regarde- moi dans les yeux et promets-moi que cette offre ne t'intéresse pas. Que dans quelques semaines ou quelques mois, tu ne regretteras pas d'avoir dit non ! » Elle la soutenait du regard, elle voulait s'assurer qu'Effy ne le regretterait pas ! Déjà, la première fois, elle avait refusé, car étant enceinte de Nolan, elle ne pouvait pas y aller, chose que la blonde avait comprise. Mais là ? Rien ne l'empêcher de refuser, à part elle-même ! « Si vraiment ça te plaît, si vraiment, tu veux y aller, on pourra trouver une solution pour Nolan... »

Emi Burton


je t'aime un peu plus plus chaque jour
« On a tous une vision différente du bonheur: la mienne, c'est d'être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Sam 17 Juin - 21:17

 

 
Une occasion en or, ça ne se refuse pas

  Noëffy
 

 

 
J'aurais préféré qu'elle me mente, qu'elle me dise qu'elle est rentrer pour moi ou pour Nolan. Ca ne me plaît pas se savoir qu'elle a eu mal à force de travailler, que même son directeur l'a vu. Cela nous montre, enfin plus à elle qu'à moi qu'elle n'est pas apte à reprendre le travail. A croire que son médecin est mauvais de l'avoir remis à travailler. Peut-être qu'elle n'est pas vraiment prête à travailler à nouveau mais elle a fait pression sur le médecin, ça ne me  surprendrait même pas, c'est tout à fait elle. Je pourrais mal le prendre, je pourrais comprendre qu'elle ne se sent pas bien à la maison c'est pour ça qu'elle passe autant de temps au travail, mais j'en suis sûre qu'elle nous adore et que je n'ai pas à douter sur ça. Elle a toujours été boulot, c'est l'un de ses défauts. Ca ne nous a jamais empêcher d'être ensemble, de se faire des soirées, des nuits à faire l'amour alors ça ne m'a jamais déranger. Elle passe beaucoup de temps à son travail, mais jamais elle ne perd de vue qu'elle m'a moi. Pendant ma grossesse elle rentrait plus tôt, elle était vraiment présente avec moi. Dès que j'avais un mot de faiblesse elle était là pour me soutenir et l'amour que j'éprouve pour elle me revient en plein visage. « Si tu le dis Noé. » Elle a beau me dire des choses comme ça, c'est de mon devoir de m'inquiéter pour elle. Elle a tellement souffert déjà que je ne peux pas ne pas penser à ce qui pourrait se passer plus tard. J'aurais bien aimé voir sa réaction si c'était dans l'autre sens, je la connais, elle me dirait de me reposer à la maison. En tout cas, je ne vais pas me battre avec elle, ça n'avancera à rien, juste à une dispute si j'insiste trop alors qu'elle se dit savoir ce qu'il faut faire.

Peut-être qu'elle va me dire d'y aller, de ne pas m'écouter, d'aller là-bas et d'apprendre mais moi je ne veux pas quitter la maison, elle, Nolan. Je ne m'en sens pas capable. Si j'y vais et qu'au final je n'en profite pas car je suis toujours à me demander ce qu'elle fait, si elle va bien, si Nolan va bien à l'école. Je lui fait vraiment confiance, ce n'est pas un problème mais j'ai toujours besoin de toute vérifié et ça me tuerait de ne pas pouvoir checké quand je le souhaite. Elle me demande de lui expliquer, je lui dit. Je reste pour ma famille car je sais que c'est ce que j'ai de plus important dans ma vie. J'aime son contact, j'aime le fait qu'elle s'approche de moi, qu'elle pose ses mains sur mes bras, qu'elle me regarde dans les yeux. Est-ce que je peux lui dire clairement que je ne veux pas y aller, car il y a déjà quatre ans, j'en mourrais d'envie mais ma grossesse je ne pouvais pas. Là, elle a raison, rien ne m'empêche de vraiment partir. Est-ce que je vais regretté de ne pas y être allé ? Il y a quatre ans, Nolan a pris tout mon temps alors je n'y ai pas repensé. Le voir appuyer bien ma décision de ne pas y être aller. Mais là.... Quand je la regarde, je me demande si j'aurais dû lui dire ce qu'il s'est passé à l'hôpital, mais non, en faite non. Elle me dirait d'y aller pour prendre de la distance avec tout ce qu'il se passe ici. Mais là-bas, des enfants vont mal mais on est impuissant face à la situation, on est médecin mais on a que très peu de matériel, de médicaments. Même si on y va, qu'on leur fait prendre un traitement, peut-être que ce sera trop tard ou ça va marcher pour le temps qu'on est là et qu'au final rien ne va se passer comme on le veut quand on sera rentré car ils n'auront pas pris le traitement comme il le faut. Je ne veux pas subir d'autres morts. Alors, même si je n'ai pas l'air très sûr de moi je lui dit. « Je ne le regretterais pas. » Même si je le regretterais je ne lui dirais pas, elle serait trop fière de me rappeler que je lui avais dit que j'ai dit non. « Nolan est une raison parmi d'autres. » Je n'ose pas lui dire que j'ai peur pour elle car elle me dira qu'elle va aller bien. Je prend quelques secondes pour réfléchir. « Si je pars et qu'il t'arrive quelque chose à toi ou même à Nolan, je m'en voudrais toute ma vie. Et ne me dit pas qu'il ne se passera rien car tu ne sais pas. Je regretterais plus si ils vous arrivent quelque chose que de ne pas y être allé. J'espère que tu comprend ma décision. Ils n'arrêtent pas de faire pression pour que j'y aille mais je n'en suis pas capable. »
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 21 Juin - 11:35
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Effy avait compris depuis ses nombreuses années, qu'il était presque impossible d'avoir le dernier mot avec sa femme et que c'était pire de lui faire, entendre raison ou bien changer d'avis. C'est en partie pour ses raisons, qu'elle n'insista pas, quand Noëlie lui dit que si le médecin lui avait laissé reprendre le travail, c'est qu'elle allait bien. Elle savait y faire, dire qu'elle n'avait pas, enfin plus mal et montrer bonne figure. Il est clair qu'elle savait parfaitement jouer la comédie et aurait pu devenir actrice avec un tel talent. Effy ne dit donc rien, à part que sa femme avait sans doute raison. Pour ne pas envenimer le sujet, Noé ne répliqua rien. Après tout, elle savait que la conversation risquait de mal tourner en parlant de ce travail à l'étranger. Noé pouvait savoir ce que sa femme pouvait ressentir, elle aussi avait refuser un stage de perfectionnement il y a des années et l'avait par la suite quelque peu regretté.

Après quelques minutes à la fixer lui demandant pourquoi elle avait refusé ce poste et pourquoi elle ne lui en avait pas parlé, Effy se mit à table lui expliquant les raisons. Il y avait ,elle d'abord et leur fils, leur petit prince. Elie finit par s'approcher d'elle et la faire jurer qu'elle ne le regretterais pas, la regardant dans les yeux. Effy finit par lui dire qu'elle ne le regretterait pas, mais ça se voyait qu'elle n'en était pas certaine. « Mouais... » Elle n'était pas convaincue des propos de sa femme. Elle répliqua alors que Nolan était l'une des raisons et sur ce point, elle n'avait pas tort. Noé pouvait comprendre, puis surtout elle ne pouvait pas prendre Nolan avec elle en Afrique, c'était un non catégorique ! Noëlie aurait sans doute pu prendre sur elle en ne voyant pas Effy, mais pas Nolan. Elle avait un besoin vital de voir ce petit bonhomme. Elle avait besoin de lui faire des câlins, d'être avec lui, de jouer avec lui. Déjà qu'avec son travail, elle avait raté nombreuses de ses premières fois, elle ne voulait pas en raté d'avantage... Elle se disait que pour Ef', c'était pareil, elle voulait être près de son fils, de sa chair, de son sang... Les deux jeunes femmes se regardèrent quelques secondes et pour Noé, elle voulait s'en arrêter là. Elle ne voulait pas de dispute, juste passer le restant de la journée avec sa femme et leur fils, et pourquoi pas aller manger quelque part en famille. Mais, la pédiatre n'avait pas le même état d'esprit. Elle s'était emportée dans un élan de parole expliquant qu'il était impossible pour elle de partir, les laissant tous les deux. Qu'elle avait cette appréhension qu'ils leur arrivent quelque chose et avait devancer les propos de Noé en disant que même elle ne savait pas ce qui pourrait arriver. Elle n'avait pas tort. Elle n'avait pas imaginé une seconde qu'un sauvant cette jeune fille de ses deux pervers, qu'elle serait victime à son tour... Effy finit de parler, en espérant que Noëlie comprenne sa décision. Elle était déjà face à elle et se contenta de poser ses mains sur ses joues et de l'embrasser tendrement. « D'accord. Si tu ne veux pas y aller, n'y va pas... » Elle se rapprocha un peu plus et la serra dans ses bras quelques secondes avant de se reculer. « Puis si vraiment, tu tiens à aller en Afrique, on pourra y aller tous les trois en vacances. » Noé était sérieuse quand elle proposait à sa femme ses vacances, elle qui ne voulait jamais prendre de vacance, c'était une grande première !

Alors que ce qui semblait commencer par une dispute se calmait, Nolan arriva en courant vers ses deux mamans disant qu'il avait faim. Noé se baissa et le prit dans ses bras en fermant les yeux, car sa blessure lui tirait encore un peu. « Alors, on va manger quoi ? Tu préfères peut-être aller manger quelque part ? Tous les trois, comme avant, ça fait longtemps que nous ne sommes pas sorties... » Elle regarde Effy et lui sourit, mais ce dernier s'efface au bout de quelques secondes et lui donne Nolan de force dans les bras. « Prends-le s'il te plaît. » Noé devient blanche, elle ne se sent pas très en forme, sa tête tourne quelque peu. Elle pose les deux mains sur son visage et les fait glisser le long de sa tête pour les laisser au niveau de sa nuque. Elle reste quelques minutes comme ça, sans parler, ignorant même si Effy lui parle. « Je vais bien... Je vais juste m'installer dans le canapé quelques minutes... » Elle ouvre les yeux et marche doucement au canapé. Malheureusement, elle n'y arrivera pas. Sa tête tourne et tombe par terre, inconsciente...

Emi Burton


je t'aime un peu plus plus chaque jour
« On a tous une vision différente du bonheur: la mienne, c'est d'être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 26 Juin - 11:20

 

 
Une occasion en or, ça ne se refuse pas

 Noëffy
 

 

 
Rien n'y a rien à faire pour lui faire changer d'avis, j'aurais beau lui dire les plus belles phrases au monde, elle ne les écoutera que d'une oreille et elle n'y tiendra pas compte. Au mieux, si quelque chose lui arrive je pourrais lui dire que j'avais raison et peut-être que cette fois-là, elle changera d'avis, elle arrêtera de se faire du mal.

Elle me connaît tellement bien, je suis sûr qu'elle n'y crois pas un mot à ce que je lui dit, qu'elle est sûr que je regretterais. Bien sur, si il n'y avait pas Nolan, si elle n'était pas sans cesse blesser dans son travail et si il n'y avait pas eu ce problème à l'hôpital, je foncerais, j'aurais déjà fait ma valise pour partir là-bas, j'adore apprendre. A la mort de cette petite fille, je n'ai jamais pu regarder ses parents dans les yeux. On ne peut pas prédire un arrêt cardiaque mais je sais que c'est à cause de l'arrêt du traitement, ça lui a fait un choix et elle en ait morte. Le soir, avant que je parte, sa mère m'avait demander si ce n'était pas grave d'arrêter le traitement qu'elle suivait depuis des mois comme ça, je lui ai répondu que c'était juste pour une nuit, le temps que je trouve quelque chose d'autre. J'étais sûr que rien ne se passerait comme ça. J'ai souvent eu envie d'en parler à Noé, lui dire toute la vérité, comme quoi je ne me sens plus aussi bien qu'avant à l'hôpital, que j'ai mes collègues qui jugent mon travail mais je n'ai jamais osé. Elle a déjà beaucoup de problèmes même si elle veut me prouver le contraire. Je ne voulais pas que mon manque de confiance en ce moment la perturbe dans son travail. Je sais ce que ça fait de se demander si elle va bien à chaque moment où je pense à elle, je ne veux que son bonheur. Je me refuse de lui faire vivre la même chose pour moi, je veux que quand elle pense à moi, elle pense que je vais bien, que je fais un travail que j'adore et que je fais du bon boulot. Son mouais veut tout dire, mais une nouvelle fois, je n'ai pas envie de me battre contre elle. Peut-être que je le regretterais plus tard mais jamais je ne regretterait d'avoir passer du temps avec ma famille. Ca me fait mal de penser que quelque chose de grave puisse encore lui arriver mais je sais que c'est la vérité. Je la connais, maintenant elle redoublera de vigilance. Ce qu'elle me dit me fait du bien e plus quand c'est accompagné de ses mains sur mes joues, de ses lèvres contre les miennes. J'aime quand elle arrive à comprendre mes décisions même si parfois elles ne sont pas logiques. « Merci... » Je souris à sa proposition de vacances. Je doute qu'elle lassera son travail pendant une semaine pour des vacances, ou du moins même si elle en ait loin, elle gardera un œil dessus sans me le dire. Mais qu'est-ce que j'adore quand elle me fait ce genre de proposition sauf qu'il ne faut pas me le dire deux fois, dès demain je serais sur internet pour chercher des voyages à faire en Afrique pour les vacances de Nolan. « Ce sera beaucoup mieux à faire tous les trois que seule de mon côté. » dis-je avec un brin d'excitation dans la voix. Ca faisait longtemps qu'on parlait de vacances mais c'était un sujet rapide sur lequel on le s'attardait pas car notre travail respectif ne nous permettait pas d'être loin de la maison.

Ca me fait tellement plaisir de la retrouver le soir, je n'attend que ça dans mes journées. Maintenant qu'elle a reprit le travail, j'espère à chaque fois une chose, qu'elle soit là à mon retour comme quand elle était blessé. J'adorais rentrer à la maison, je savais que je n'allais pas être seule avec Nolan, je savais qu'elle allait être là, qu'on allait passer une soirée en famille. Et depuis le peu de temps qu'elle a repris le travail, elle rentrait tard et ce n'était plus pareil. Alors ça doit être pour ça que Nolan profite que sa maman soit là pour nous dire qu'il a faim. Elle se baisse pour le prendre. Qu'elle ne me dise pas qu'elle n'a pas mal, j'ai vu ses yeux se fermer, ses dents se serrer quand elle s'est redressé mais je ne vais rien dire, une soirée en famille Effy, ne gâche pas tout car ta fierté veut que tu ais raison. Elle me sourit, c'est la plus belle chose que j'ai vu de ma vie, ça paraît bête de dire ça pourtant c'est la vérité. Il peut me guérir ce sourire. Mais avant que Nolan réponde à sa question car il réfléchit, elle me le donne dans les bras en me le demandant. D'un coup j'ai peur. Elle ne me demande jamais ça, dès qu'elle a son fils dans les bras, elle le garde contre elle pendant des heures. « On pourrait aller au restaurant que tu aimes bien maman, le restaurant français ! » Mais aucune de nous n'écoute. Je regarde les mouvements que Noëlie effectue avec du mal. Je pose Nolan par terre en le demandant d'aller s'asseoir à la table et d'attendre. Il exécute ce que je lui dit en me demandant si sa maman va bien. Je lui dit qu'elle est un peu fatigué et qu'elle a besoin de se reposer, comme elle nous le dit. Elle va aller au canapé, je me redresse quand elle tombe. Oh non non, ne me fais pas ça Noëlie. Les larmes montent aux yeux mais je ne peux pas me permettre de rester là à pleurer car elle est tombée, je dois absolument l'aider. Je m'approche d'elle, lui demande de me répondre mais rien. Elle ne me parle pas, elle a les yeux fermés, elle est inconsciente. Nolan s'approche de nous mais je lui crie dessus pour qu'il ne vienne pas. Je ne veux pas qu'il voit sa mère comme ça, même si il a déjà eu un appercut, je refuse qu'il vienne plus prêt. « Attrape moi le téléphone. » Je panique, j'ignore ce que je dois faire. L'amener à l'hôpital, c'est ça que je dois faire… Ou est-ce que je dois appeler les urgences ? Je sais qu'ils vont mettre du temps à arriver mais je ne peux pas prendre le risque de la bouger et de lui faire du mal. Quand Nolan m'apporte le téléphone, je lui demande de retourner s'asseoir. Une nouvelle fois il me demande si sa maman va bien. Je lui répond un petit oui en composant le numéros des urgences. Mon oui n'est pas sûr du tout mais il le prend et va s'asseoir à la table. J'appelle, je leur explique la situation, ils me posent des questions dont je n'arrive pas à leur répondre tellement je tremble, tellement j'ai peur pour elle.

Ce n'est que quelques minutes plus tard qu'ils sont arrivés à la maison. Je voulais rester près d'elle mais j'ai vu le regard inquiet de Nolan quand les hommes sont rentré dans la maison alors je l'ai rejoins. Je ne peux laisser aucun des deux seuls. Avec Nolan on suit l'ambulance mais à l'hôpital on m'interdit de m'avancer plus dans les couloirs, ils la prennent en charge. Je ne sais pas pour combien de temps on va en avoir, je ne peux pas obligé à Nolan d'attendre avec moi, en plus apeuré comme il est, il faut que je le gère lui mais aussi moi. Je le prend avec moi et on part de l'hôpital, il faut lui changer les pensées et je ne connais qu'une personne qui est capable de faire ça, c'est sont parrain Nolan l'adore, c'est biologique entre eux mais c'est vrai que l'un adore l'autre et que c'est vraiment plaisant à voir. Quand je sonne chez lui, il m'ouvre la porte, je lui explique qu'il doit me garder Nolan, que j'ai un problème à la maison. Il me demande lequel. Je le regarde dans les yeux et je me met à pleurer alors il me prend dans ses bras, il ignore quel est le problème mais pour me rassurer il me dit que ça va aller. Je me décolle de lui, il me dit qu'il va garder Nolan, qu'il n'y a pas de problème. Je m'abaisse à la hauteur de mon fils, je le prend dans mes bras et je lui dit que sa maman va bien, qu'il n'a rien à craindre…. Pour le moment. Enfin, j'en sais rien. Je dois retourne à l'hôpital. Il me dit qu'il m'aime, je lui répond que je l'aime aussi tout comme Noëlie. Je le remercie et je reprend la voiture en direction de l'hôpital. Arriver là-bas, je demande où en sont les médecins avec ma femme. La dame de l'accueil me répond d'attendre car l'intervention n'est pas finit. Je l'écoute et je vais m'asseoir. Je n'aime pas attendre comme ça, je n'aime pas ne pas être au courant. Je déteste être là à attendre des nouvelles de Noëlie, c'est déjà la troisième fois que ça m'arrive, c'est sûrement la fois de trop mais je ne peux qu'attendre. Je prend mon téléphone, allume l'écran de verrouillage et regarde la photo que j'ai mis. C'est Noé et Nolan. J'ai toujours adoré cette photo, aujourd'hui elle est un peu vieille mais ça restera ma préférée. Je pose ma tête contre le mur derrière moi et intérieurement je prie pour que rien de grave ne soit arriver à ma femme.
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Mar 27 Juin - 21:48
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Noëlie ne voulait pas envenimer la situation. Elle essayait de se mettre à la place de sa femme et elle pouvait comprendre, si elle disait non, c'est qu'il y avait des raisons. Même si tout au fond d'elle, elle savait qu'Effy allait regretter ce choix, mais elle ne dit rien de plus. Elle se contenta de la soutenir et sa femme la remercia. Elle savait bien que c'était dur pour elle et que ce refus venait en partie à cause d'elle. Si Noé était fleuriste ou institutrice, le problème ne se serait pas posé et Ef' serait partie quelques mois en Afrique. Mais il faut que la blonde soit policière et qu'elle risque sa vie à chaque instant. Ce n'est pas très rassurant. Mais Noëlie adore son métier et ne sent pas d'arrêter, même si elle sait que sa femme a perdu son père à cause de ce métier, qu'il est mort sous ses yeux. Elle le comprend, car elle aussi son père est décédé sous ses yeux, alors qu'il achetait une bague pour sa mère. Pour ne pas qu'elle soit trop triste Noé, finit par lui dire que pendant les vacances, ils partiront tous les trois en Afrique. Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde et Effy est très contente à cette annonce. Les deux jeunes femmes ont déjà voyagé ensemble, mais le boulot de la blonde revenait toujours sur le tapis. Il est arrivé une fois, qu'elle a payé un voyage au Québec pour deux et des fois, elle s'absentait. Effy a vite compris que ce n'était pas en amoureuse qu'elles étaient là, mais pour travailler sur un dossier. Noé s'est excusé durant des semaines et lui a promis un voyage sans dossier, ni police, ni rien. Mais à ce jour, cette promesse n'a pas été tenue, car à chaque fois, son travail embouche sur ses sorties vacances. Mais cette fois-ci, elle le pensait vraiment ! Cette fois-ci, elle voulait faire les choses bien et profiter de sa famille pleinement.

Nolan finit par arriver comme une furie disant qu'il a faim. Il est vrai que l'heure tourne et il n'a pas dû prendre son goûter. Noé ne peut s’empêcher de porter son fils dans les bras, mais il commence à peser son poids le petit homme et ça réveille les douleurs de la jeune femme. Elle ferme les yeux grimaçant légèrement, mais prend sur elle. Cela a été tellement dur de ne pas le porter pendant des semaines, alors elle en profite. C'était compliqué de lui expliquer que sa maman ne le portait pas, car elle avait été blessée. Noëlie, ne veux pas lui dire qu'on lui avait tiré dessus, elle ne voulait pas que son fils ait peur pour elle, il comprenait bien les choses pour son âge et il avait tendance à faire des cauchemars, alors il ne vaut mieux pas en rajouter. Il y en avait assez d'Effy qui se fait tout le temps du souci... Le petit garçon était donc dans les bras de la blonde et répondit à la question de sa mère « On pourrait aller au restaurant que tu aimes bien maman, le restaurant français ! » Elle n'entendait pas ce qu'il disait, sa tête se brouillait et elle avait l'impression qu'elle allait tomber, elle donna le petit à sa femme lui demandant de le prendre. Effy l'attrape et lui demande d'aller à table, tandis que Noé déambule jusqu'au canapé, mais il n'y arrive pas. Sa tête tourne et elle se sent tomber. Elle s'écroule à terre. Effy est paniqué et finit par appeler les urgences qui viennent chercher la blonde.


Arrivée au Heatherfield Regional Hospital, Noëlie est toujours dans un état comateux. « Jeune femme, trente-deux ans, a fait un malaise chez elle. Elle a eu une blessure par balle il y a plusieurs mois et de nombreux traumatismes... » Le pompier qui se charge d'elle fait un bref résumé aux médecins qui vont essayer de soigner et de comprendre ce qu'elle a. Ils lui font passer un tas d'examens, des prises de sang, un scanner... Elle ne se réveille pas et c'est avec stupeur que le médecin découvre qu'elle est enceinte de plusieurs mois, de hui mois pour être exacte. Il demande son dossier, il se souvient d'elle. Noëlie Adams-Boissier, une jeune policière qui s’est fait agresser en début d'année, elle lui avait demandé de ne pas mettre sur son dossier qu'elle a été violée, et il l'a fait. C'est une faute professionnelle et il le sait bien, mais il s'en moquait. Il ne peut pas s'en vouloir, il lui a bien donné un médicament, la pilule du lendemain, à croire que ce petit bout ne voulait pas partir... Le médecin l'emmène quand même au bloc, car la cicatrice qu'elle a au niveau de l'épaule n'est pas très belle, elle est assez rouge et ce n'est pas normal. Il doit avoir une petite infection...

Les heures passent et Noëlie est enfin dans une chambre d'hôpital, elle se réveille et quand elle ouvre les yeux la première personne qu'elle voit, c'est Effy. Elle lui sourit tendrement. « Salut toi... » Murmure-t-elle avec beaucoup de mal. Elle essaie de se redresser dans son lit, mais le fait de forcer sur son épaule lui fait mal. Elle laisse échapper un cri de douleur et ferme les yeux. Elle souffle quelques secondes, avant de regarder à nouveau sa femme « Que c'est, il passé ? » Noé écoute avec attention les explications de sa moitié, mais elle n'a pas le temps de finir de parler, qu'on toque à la porte. Cette dernière s'ouvre et c'est le médecin. « Je vois que vous êtes réveillée, vous vous sentez mieux ? » Noé hoche la tête pour dire oui, elle n'a pas le temps de répliquer, que le médecin a repris la parole. « Vous avez fait un malaise, votre blessure à l'épaule était un peu infectée, vous avez sans doute trop forcé et pas prit vos antibiotiques comme il le fallait. Je vous ai fait une nouvelle ordonnance, car interdit de prendre les mêmes avec le bébé. Noëlie, vous êtes enceinte de plusieurs mois, vous avez fait un déni, attendez-vous à ce que votre ventre double de volume avant demain. Une spécialiste va passer d'ici une heure pour vous expliquer tout cela. » Il voit bien que les deux jeunes femmes sont sous le choc après une telle annonce. Il gribouille une signature sur une feuille et la pose sur la table de chevet. « Vous pourrez sortir demain, si tout va bien et vous ne devez pas reprendre le travail avant quelques semaines, voir quelques mois, mais nous en reparlerons demain... Je repasserais un peu plus tard dans la soirée. » Il sourit maladroitement et sort de la chambre. Laissant un silence s'installer. Noëlie a les larmes aux bords des yeux, comment va-t-elle annoncer à Effy qu'elle ne lui a pas tout dit de son agression, comment lui dire qu'elle a été violée ce jour-là ? « Effy... » Elle pose tendrement sa main sur celle de sa femme. « Ne m'en veux pas s'il te plaît... »

Emi Burton


je t'aime un peu plus plus chaque jour
« On a tous une vision différente du bonheur: la mienne, c'est d'être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 28 Juin - 0:19

 

 
Une occasion en or, ça ne se refuse pas

  Noëffy
 

 

 
On ne me dit rien, j'ai envie de me taper la tête contre le mur. Comment ça se fait que j'ai aucune nouvelle de ma femme. Je n'arrête pas de tourner en rond. J'ai réussis à ranger mon téléphone, j'ai réussis à ne plus regarder mon fond d'écran, j'ai tellement peur. Je n'arrête pas de me lever, de faire quelques pas dans le couloir, de regarder si un médecin arrive, de revenir à ma place. Puis je me relève, demandant à l’accueil où ça en est alors qu'ils ne savent rien de plus que moi ? Je le comprend bien, c'est long mais c'est trop long à mon goût. J'en ai marre qu'on me dise de m'asseoir et d'attendre. Est-ce qu'ils ont déjà eu leur moitié entre la vie et la mort ? Est-ce qu'ils ont déjà ressentit ça ? J'en sais rien mais j'ai l'impression que non. Je ne me calmerais pas tant qu'on ne m'aura pas mis ma femme devant les yeux. J'arrête pas de penser mais pourquoi je ne pense pas à des choses heureuses comme son sourire quand je vais rentrer dans sa chambre ? Pourquoi je pense toujours au pire ? Si quelque chose de grave lui est arriver je m'en remettrai jamais. Je n'ai pas su être là, encore une fois et ça me tue de l'intérieur. J'ai l'impression de faire mon maximum pour elle mais qu'au final je n'arrive pas à être présente à ses côtés pour l'aider. Peut-être que j'aurais dû forcer un peu plus pour qu'elle ne retourne pas au travail, quitte à se qu'on s'engueule, qu'on ne se parle plus pendant quelques jours mais au moment elle ne serait pas à l'hôpital. Tout est allé très vite en plus j'étais paniquée, je n'ai rien vu, juste le regard remplis de peur de notre fils. Quand je l'ai regardé, je n'ai pas dû le rassurer, pourtant j'ai essayé de me montrer là pour lui. Il n'a pas le droit de souffrir à cause de nous. Mais il souffre, je le sais. Rien que les nombreuses fois où il a voulu les bras de Noëlie et pas les miens mais qu'elle ne pouvait pas le porter. Il en a souffert, même si il ne le montre pas. Il nous voit fortes alors il veut être fort mais ce n'est qu'un enfant. Un enfant de quatre ans n'a pas à essayer d'être fort. Il devrait juste courir partout avec ses parents. Voilà que j'en viens à penser que je ne suis pas une bonne mère, que j'ai peut-être pas fait comme il fallait. Je n'en peux plus de me torturer l'esprit. Je me relève. Je fais un cinéma par rapport à ceux qui attendent aussi. Sont-ils dans la même situation que moi ? Si oui, comment font-ils pour rester calme comme ça ? Quand je suis debout, je les regarde, sûrement qu'ils me jugent mais allez-y, jugez moi d'être amoureuse je m'en fiche. Je retourne à l'accueil du service, j'ai l'air d'être encore plus énervé mais ça fait des heures et j'ai vu un médecin venir lui parler. C'est quoi cette fâcheuse habitude qu'on les gens à nous regarder quand ils parlent sur nous. Je sais qu'il parlait de Noé mais merde dîtes moi ! J'ai horreur qu'on me laisse sur la touche. La femme en face de moi commence à avoir peur de moi, je le sens mais il faut me comprendre. J'essaie d'être aimable avec elle en lui demandant gentiment si je peux voir ma femme. Déjà je sens dans son regard que ça me juge pour mes orientations sexuelles. On est en 2017 ou quoi ? J'en suis sûr c'est pour ça qu'elle ne veut rien me dire, elle ne me croit peut-être pas. Oh, je crois que je vais devenir folle. Elle me regarde dans les yeux, n'essaie même pas de me faire peur, ça ne marchera pas. Elle continue de me dire qu'elle ne sait pas, qu'il faut que j'attende. Un médecin ne va pas tarder à arriver. Elle ne sait pas alors qu'elle me dit qu'un médecin arrive, la logique il y en a qui ne connaissent pas. Je retourne m'asseoir, je croise les bras et j'attends. J'ai l'impression d'attendre le messi. Même pour mon accouchement ça a été moins long, quoique non mais elle était là. Je souris à repenser à mon accouchement. J'avais tellement peur, je voulais être mère mais cette partie m'effrayait beaucoup. Mais Noëlie était avec moi, toujours à me tenir la main, à me dire que ça allait bien se passer, toujours à me dire que notre bébé allait être magnifique. Ce sont ses mots qui m'ont calmer quand j'étais sur la table d'accouchement. Je refusais catégoriquement d'accoucher sans elle donc elle était là. Son sourire m'a beaucoup aidé. Qu'est-ce que j'aimerais avoir son sourire devant moi là à cet instant.
J'entends des pas dans le couloir qui nous rejoint. Tout le monde lève la tête, tout le monde espère que c'est pour lui. Le médecin se plante devant moi. Je me lève. Elle avait raison la dame de l'accueil il allait arriver, bon une bonne demie-heure après mais vaut mieux tard que jamais. Il me demande de le suivre, je le suis. Ca doit être un soulagement pour tout le monde que je parte. « Comment va-t-elle ? » Je ne peux pas m'empêcher de lui poser cette question, je n'aime pas sa façon de m'ignorer en marchant. Devant une chambre, il se retourne -enfin- vers moi. « Elle va bien, en général. » En général ? Ca veut dire quoi en général ? Décidément les gens ont décidé de jouer aux devinettes avec moi aujourd'hui ? « Il y a quelques petits problèmes, mais rien de grave, il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Elle ne devrait pas tarder à se réveiller, rejoignez là, je repasse plus tard. » Je n'ai même pas le temps de lui répondre qu'il part déjà. Il me laisse dans le suspense je bous de l'intérieur. Avant de rentrer, j'envoie un message à notre ami qui garde Nolan, je lui dit que Noé va bien. Je ne lui dit pas qu'elle a des petits problèmes car moi-même je n'ai aucune idée de ce que c'est puis je ne veux pas l'inquiéter. Il aime trop Noëlie qu'il serait capable de débouler à l'hôpital pour taper un scandale car on ne me dit pas tout. Une fois le message envoyé, je range mon téléphone et je rentre dans la chambre. Ca me fait toujours mal au coeur de la voir dans un lit d'hôpital. Ce n'est en aucun cas sa place. Je m'approche d'elle, dépose un baiser sur le front et je viens m'asseoir sur la chaise à côté du lit que je rapproche. Je prend sa main dans la mienne. J'attends quelques minutes, l'attente est longue mais je lai à côté de moi alors ça va mieux. Je sais qu'elle va ouvrir les yeux, qu'elle va me sourire. Oui, elle ouvre les yeux, instinctivement je me lève et je lui souris. J'aime sa façon de me saluer dans ce genre de moment, c'est toujours son salut toi. Même si elle souffre, elle fait genre que rien de mal ne se passe. « Salut... » Sa voix, son cri de douleur m'arrache le cœur. Je pose ma main sur son épaule, je fais un peu pression, ce n'est pas l'épaule à laquelle elle a mal mais je ne veux pas qu'elle se redresse, elle n'est pas assez en forme pour ça. Elle me demande ce qu'il s'est passé alors tranquillement je commence à lui raconter. « Tu as perdu conscience quand tu as essayé de marcher jusqu'au canapé. » Je n'ai pas le temps de finir ce que j'ai à dire, je voulais lui dire que ce n'est rien car maintenant, on est ensemble et que ça va bien aller mais quelqu'un toque à la porte, le médecin de toute à l'heure. Quand il explique que son épaule la fait souffrir à cause d'une infection, sûrement à cause du travail, je la regarde, du regard je lui lance un « j'avais raison tu aurais dû m'écouter », un regard qu'elle a très bien compris mais là dedans, il n'y a rien de méchant. Il lui parle de nouveaux médicaments. A la fin de sa phrase je manque de m’étouffer avec ma propre salive. Un bébé ? Je ne peux m'empêcher de regarder Noé. Je sais qu'on en a parlé mais vu qu'elle a repris son travail, ce sujet était au point mort. Puis plusieurs mois, combien exactement ? Il est le champion pour laisser les gens en plan ce médecin. Il ne dit rien de bien concret comme si il ne veut pas se mouiller. Il sourit, sûrement qu'il doit penser qu'on y avait penser à cet enfant, j'en sais rien mais il sort de la chambre. Je décide de m'asseoir pour digérer la nouvelle. J'essaie de savoir quand est-ce qu'elle aurait pu tombé enceinte. J'ai beau réfléchir je n'arrive pas à me concentrer, trop choqué par ce que l'on vient de me dire. Je n'ai même pas écouter ce que le médecin par la suite, j'ai juste comprit qu'il repasserait. Je ne regarde même pas Noëlie, je ne veux pas qu'elle voit mes larmes. Une fois qu'on est bien seule, elle pose sa main sur la mienne mais je décide l'enlever. Ce qu'elle me dit me brise le coeur. Comment ne pas lui en vouloir ? Il y a des choses qu'elle ne m'a pas dit. Je pensais qu'on n'avait pas de secret entre nous. Je renifle, un peu trop fort peut-être mais je m'en fiche complètement. Je tourne le visage vers Noé qui me regarde, les yeux remplis de larmes. « Dis moi… » J'ai du mal à parler, j'ai l'impression d'avoir chaud, d'être à côté de mon corps. « Tu as vu quelqu'un d'autre ? Un homme en plus »
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 28 Juin - 10:45
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Ses yeux s'ouvrent doucement et pendant quelques micros seconds, elle ne se souvient de rien. Elle ne sait pas trop ou elle est. Elle scrute les alentours, c'est une chambre d'hôpital, comment est-elle arrivée là ? Son regard se pose sur Effy, elle lui sourit tendrement. Elle est là, comme à chaque fois. Noëlie est malheureusement très connue à l'hôpital, elle a été blessée plusieurs fois, mais il y a eu plus grave aussi. Elle est déjà allé à l'hôpital il y a deux ans quand elle a poursuivi un voleur et elle a sauté du premier étage pour l'attraper. Elle a eu l'agresseur, mais elle s'est un peu amochée la cheville, cela ne pas empêcher de travailler, mais il y a eu plus grave. Beaucoup plus grave ou ce n'était pas seulement quelques bleus, mais son pronostic vital était engagé ! Il y a eu cet incident en 2007. Plusieurs hommes cagoulés ont voulu dévaliser la banque et cela a tourné en prise d'otages. Son supérieur lui avait conseillé de rester là, qu'un négociateur allait arriver, mais Noé savait qu'il arriverait trop tard. Elle a laissé son arme dans la voiture et les mains en l'air, elle est allée vers la banque criant qu'elle n'était pas armée et qu'elle venait pour les aider. Ils l'ont laissé entrer et elle a vu cette femme avec ses enfants qui l'ont supplié de l'aider. Noëlie a passé un marché avec les ravisseurs, qu'ils devaient au moins libérer les femmes et les enfants et la prendre elle en otage. Après tout, un flic, c'est beaucoup mieux... Puis tout a dérapé, c'est allé si vite. Ce petit garçon a eu peur et a essayé de partir en courant, l'homme a voulu lui tirer dessus et Noëlie s'est interposé, poussant sauvagement son arme. Elle lui a ensuite donné un coup-de-poing. En se retournant, l'autre braqueur pointé son revolver sur elle. Cinq coups sont partis dans sa poitrine. Le choc a été si violent qu'elle s'est violemment cogné la tête. Son gilet par balle lui a sauvé la vie, mais elle a eu un traumatisme crânien. À son réveil, Effy était là, à l'attendre, morte d’inquiétude. Tout comme aujourd'hui et tout comme il y a quelques mois quand elle a voulu sauver cette jeune femme. Noé pourrait arrêter tout ça, ou alors rester dans la police, mais ne plus aller sur le terrain, mais elle ne peut pas. C'est sa vie, elle sait qu'elle est née pour ça, elle a ce métier, cette passion dans le sang. À la base, elle voulait être militaire, mais sa petite soeur l'en a dissuadé. Elie s'est donc tourné vers la police. Mais elle a conscience de tout le mal qu'elle inflige à sa femme, mais c'est plus fort qu'elle. Tout comme d'habitude, elle la salue doucement et essaie de se relever, mais son épouse la force à rester allongée. Noé se laisse faire, après tout, elle n'a pas la force de la contredire ou de faire autrement ! Tout est flou dans la tête de la blonde et elle ne se rappel pas comment a-t-elle fait pour atterrir dans ce lit d'hôpital. Effy lui rafraîchit la mémoire lui disant qu'elle a fait un malaise en se rendant dans le canapé. Des flashes la submergent. Peu à peu, tout devient clair et elle se souvient bien de sa tête qui tourne et qu'elle s'est senti partir. Ses pensées vont vers son petit garçon, elle ouvre la bouche pour demander après Nolan, s'il va bien, et ou est-il ? Elle ne se sent pas bien, pauvre petit bout qui a dû la voir tomber par terre, la peur qu'il a dû ressentir. Mais elle n'a pas l'occasion de parler de lui, car le médecin vient les interrompre.

Il rentre de la chambre et ne se présente pas, Noé le connaît. Ce vieux médecin, un peu grincheux, pas très courtois, mais tellement gentil. Elle a eu à faire à lui plus d'une fois. C'est le Docteur Dorian Baker ! Il commence à parler et explique que son malaise est en partie dû à sa blessure, qu'elle a trop forcé et n'a pas pris son traitement comme elle aurait du. Son regard croise celui d'Effy, elle voit bien qu'elle lui lance un "je te l'avais dit", mais se contente de baisser un peu la tête. Elle sait bien que son épaule n'est pas rétablie. Elle souffre depuis plusieurs jours et a vu qu'elle était infectée, mais elle a pensé qu'elle pourrait soigner ça toute seule. Noé s'est désinfecté et a mis un pansement dessus, disant qu'elle ne voulait pas attraper de coup de soleil sur sa blessure. Personne n'a pas posé de questions, mais en réalité, elle ne voulait pas que quelqu'un voie que sa blessure s'était infectée. La blonde aurait pu en parler à sa femme, mais elle allait lui interdire de travailler, puis connaissant quelques médecins à l'hôpital, elle aurait pu leur dire et ça serait tombé dans l’oreille de son médecin conseil... Quoi qu'il en soit, le mal était là, elle ferait plus attention à l'avenir, mais s'il n'y avait eu que ça... Le Docteur parle du bébé. Quel bébé ? Noëlie relève brusquement la tête le regardant sans rien comprendre, elle n'entend pas trop le reste de ses phrases. Elle pense juste à son agression, elle avait quelques flashes de cet homme qui abusé d'elle, pendant que l'autre lui criait d'arrêter. Elle pensait l'avoir rêvé... Cela a été tellement rapide. Bon, le médecin lui avait bien dit qu'elle a été abusée, mais elle ne voulait pas en attendre parler. Peut-être en faisant comme si rien ne s'était passé, elle arriverait à vivre avec et à oublier... Elle voit le médecin sortir de la pièce et son regard larmoyant se pose sur sa femme. Elle pose sa main sur la sienne, mais cette dernière la retire. Noëlie la supplie de ne pas lui en vouloir puis Effy lui répond avec du mal, beaucoup trop de mal. L'accusant de tromperie. Elle se tait quelques secondes. Ça ferait mal à Effy de savoir que Noé a fauté, certes, mais elle ne sait pas si elle se remettrait en lui disant que le jour de son agression, elle a été violée et n'a rien dit. Qu'elle a gardé ce lourd fardeau pour elle, pendant des mois... « Oui... » C'est trop tard ! Elle ne peut pas revenir en arrière, elle vient d'avouer un adultère, alors qu'elle n'a jamais trompé sa femme, mais c'est peut-être mieux pour elle de ne rien savoir. « Je ne voulais pas, je te le promets. S'il te plaît pardonne-moi... Je t'aime !! » Elle s'exprime avec les larmes aux bords de yeux, elle qui est d'habitude si forte et qui ne pleure que très rarement, se laisse envahir et se met à pleurer. « Effy, je suis désolée... Je suis désolée... Ne me laisse pas, je t'en prie... »

Emi Burton


je t'aime un peu plus plus chaque jour
« On a tous une vision différente du bonheur: la mienne, c'est d'être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Jeu 29 Juin - 11:34

 

 
Une occasion en or, ça ne se refuse pas

 Noëffy
 

 

 
Il y a des jours où on aurait dû rester couché, aujourd'hui est ce genre de jour. J'aurais dû faire croire que j'étais malade, mais vraiment comme ça Noé serait rester à la maison, elle aurait été avec moi, elle n'aurait pas forcer sur son épaule. Enfin, j'espère que ça aurait changer quelque chose, peut-être qu'elle aurait quand même fait son malaise, si ça devait se passer comme ça, ça se serait fait. Mais en tout cas, je ne m'attendais pas à apprendre qu'elle est enceinte, comme ça, après plusieurs mois. Je ne savais même pas que c'était possible que cela se passe. Je suis perdue, je ne sais plus quoi penser. On parlait d'un deuxième bébé depuis quelques mois mais je pensais qu'on aurait fait comme avec moi. Enfin, comme moi, comme ce qu'elle croit que j'ai fait. C'était perturbant d'essayer de toutes les manières possibles pour que je tombe enceinte, je désespérais à ne toujours pas l'être. J'étais aller voir notre ami pour qu'il me fasse un enfant, d'accord elle n'est pas au courant, elle n'a peut-être jamais fait attention à leurs ressemblances entre lui et Nolan, sûrement car physiquement Nolan me ressemble beaucoup. En faite, il n'a rien de son père à part juste le sang, les gênes. Au niveau du caractère c'est Noé tout cracher, têtu, confiant et toutes les bonnes qualités et les jolies défauts de ma femme. Je ne sais pas si un jour je leur dirais mais moi ça me rassure de connaître le père, ce n'est pas juste un inconnu. Peut-être que quand Nolan sera plus grand, il aura envie de savoir, je ne l'espère pas mais on ne sait jamais, alors je pourrais lui dire la vérité, il sera intelligent, il comprendra. A Noé, j'ai déjà penser à lui dire, quand on a parlé du deuxième enfant. Je voulais lui avouer pour qu'elle fasse un enfant avec lui. Au moins, nos enfants auraient le même père même si la mère est différente, ils seraient frères et sœurs et ça m'aurait beaucoup plu de faire ça mais je n'ai jamais vraiment osé lui dire. En tout cas, je ne pensais pas à ce qu'il se passe maintenant. Je suis assise sur la chaise à côté du lit, je regarde droit devant moi, je pleure, je ne veux même pas la regarder. Mon sœur se ressert quand elle avoue. Je pleure encore plus. Je ne peux pas y croire. J'ai toujours pensé qu'on était différente ensemble, qu'on s'aimait d'un amour tellement fort que personne pouvait se mettre entre nous. Mais j'avais faux sur toute la ligne. J'avais confiance en elle. Même, je n'aurais jamais pensé qu'elle me ferait ça. Je l'ai toujours aimé, sûrement que je l'ai trop aimé qu'elle a eu besoin d'air, qu'elle est allé voir ailleurs pour aller mieux. J'ignore depuis combien de temps elle me fait ça, je l'ignore et je ne sais même pas si je veux savoir. J'aimerais lui demander mais j'ai peur de la réponse. Et si elle me dit que ça se passe depuis quelques années ?  Comment je vais réagir ? J'aurais envie de claquer la porte, partir, m'enfermer chez moi et attendre que quelqu'un me trouve. Mais je n'ai pas le droit de partir. Elle a fait une erreur, ou plusieurs mais elle va si mal physiquement que ça me tuerait si je partais. Son « oui » résonne dans ma tête, j'aurais espérer qu'elle ne l'avoue pas aussi vite, comme dans les films j'aurais voulu une longue et puissante dispute. Aussi rapidement, ça me perturbe, ça me met devant la réalité tellement vite que je ne sais même plus ce que je dois penser. Pendant une dispute, j'aurais pu choisir mes mots, écouter ce qu'elle a à me dire. Puis à l'hôpital, dans mon univers, je ne peux pas péter de scandale, tout le monde serait au courant et ça remonterait à mon service. On me juge assez en ce moment pour ne pas rajouter ça à la liste. Elle est intelligente, peut-être que je m'imagine des choses mais si ça se trouve, elle n'a pas attendu pour me le dire pour que je reste un minimum calme alors qu'à l’intérieur de moi je veux hurler sur le monde entier. Le reste de ses paroles m'arrachent un peu plus le coeur. Elle s'excuse d'avoir fait un écart, est-ce que moi je pourrais l'excuser ? C'était volontaire de sa part. J'essuie mes larmes et tourne le visage vers elle. « Je ne te laisserais pas. » Il faut que je sois plus forte que mon envie de tout casser, de partir. Elle a besoin de moi. Je pourrais simplement lui dire d'aller voir celui avec qui elle a couché mais je ne veux pas être ce genre de femme. Je l'aime tellement que je ne peux pas la laisser seule ou avec quelqu'un que je ne connais pas. Je ne veux même pas qu'elle le retrouve, que ce soit lui qui la supporte dans cette épreuve. Mais j'ai encore des questions. Je sais qu'elle me dira la vérité comme elle vient de faire son aveu. « Est-ce que tu le vois encore ? Combien de temps ça a duré ? » On dirait un interrogatoire avec toutes mes questions. Je me penche en avant, pose mon visage entre mes mains puis je relève la tête vers elle, les yeux pleins de larmes. « Pourquoi ? » Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal de mon côté pour qu'elle fasse ça ? C'est forcément de ma faute alors il faut que je sache pour plus tard, pour ne pas refaire pareil.
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 64
▲ Inscription : 31/05/2017

▲ Age : 32
▲ Quartier Résidentiel : Elle vit à Maplewood avec sa femme et leur fils Nolan.
▲ Occupation : Policière, mais actuellement en accident de travail.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle et fière de l'être !
▲ Cupidon : Elle est mariée à la plus merveilleuse des femmes, même si en ce moment ce n'est pas tout rose entre elles.
▲ Avatar : Lauren German
▲ Crédits : wesleynator.
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 5 Juil - 0:31
Une occasion en or, ça ne se refuse pas...
Noëlie et Effy

Noëlie a comme l'impression que son monde s'écroule autour d'elle. Elle n'a jamais eu de relation avec un homme et n'a jamais été attiré par les hommes, par aucun. Et la, celui-là lui avait pris ça, il l'avait souillé. Elle le savait bien, mais n'a rien dit, gardant pour elle ce fardeau. Après tout, c'était fait et le dire ne changerait rien. C'est ce qu'elle a pensé. Elle a laissait cet horrible souvenir dans un coin de sa tête pour ne jamais le ressortir, cela était bien trop affreux. Et voilà que maintenant presque huit mois après, elle apprend qu'elle est enceinte. Cela ne peut être que lui le père, mais peut-on appeler ça un père ? Oui Noé voulait un bébé, un autre enfant, pas que Nolan ne lui suffisait pas, mais elle voulait essayer d'être une maman, une vraie maman. La voilà maintenant enceinte, mais elle n'en veut pas. Elle ne veut pas de cet être qui est le fruit d'un viol. Il n'a pas été fait dans l'amour, il n'a pas été conçu comme Nolan a été conçu. À ce moment, quand le médecin lui parle du bébé, elle pose sa main sur son ventre et ses doigts se recroquevillent dessus. Comme si elle voulait lui faire du mal. Une chose et sûre, c'est qu'elle n'en veut pas. Elle essaie de retenir ses larmes, de ne pas pleurer, mais c'est tellement dur. Puis quand le médecin s'en va, elle est obligée de questionner Effy. Est-ce qu'elle l'aime encore ? Qu'est-ce qu'elle pense d'elle. Sa première idée et que Noé a été infidèle, après tout, c'est logique, à sa place Noëlie aurait pensé pareil. Un oui sort de sa bouche, elle avoue un crime qu'elle n'a pas commis. Mais c'est mieux, elle connaît sa femme, elle sait qu'elle pourra lui pardonner un adultère. En revanche, elle ne sait pas si elle pourra lui pardonner sur son agression. Elle ne sait pas si elle acceptera qu'elle ait caché ça pendant plusieurs mois. Mais c'est dur pour Noé de l'avouer, c'est plus simple comme ça. Elle n'est pas le genre de fille qui pleure et depuis qu'elles sont ensemble, depuis toutes ses années, Effy n'a pas dû la voir pleurer de nombreuses fois, voir pas du tout peut-être, mais là c'est trop. Elle a peur de perdre la femme qu'elle aime à cause d'un criminel, à cause d'un mensonge. Elle la supplie en pleurant de ne pas la laisser, de ne pas l'abandonner. Elle le voit qu'elle lui fait du mal, elle pleure et la regarde disant qu'elle ne la laisserait pas. Elle exquise un sourire et fond en larmes une fois de plus. Elle passe les mains sur son visage en reniflant. Noé essaie de se calmer en prenant une respiration un peu plus lente, elle ne veut pas se laisser envahir par les émotions. Alors que tout doucement, elle semble reprendre d'elle-même Effy la question sur "son infidélité" « Non ! Je te le promets, cela est arrivé qu'une seule fois et je ne le vois plus. » Elle essayait tant bien que mal de garder un ton neutre alors que des flashs semblaient revenir dans son esprit. Puis vient la fameuse question du pourquoi. Pourquoi elle a fait ça, qu'est-ce qu'elle peut répondre, car il n'y a pas de pourquoi ! C'est cet homme qui a abusé d'elle alors qu'elle était à moitié consciente. Elle ne sait pas quoi répondre, mais elle finit par dire ce qui lui vient en tête, espérant que ses mots ne briseront pas plus le coeur de sa femme. « Je ne sais pas... Cela s'est passé comme ça, sans réfléchir. Mais je veux que tu saches que ça ne représente rien pour moi, il n'y a que toi que j'aime... » Cela n'était pas tout à fait faux, c'est arrivé comme ça. Elle espérait juste que son interrogatoire allé cesser. Mais elle n'eut pas l'occasion de lui répondre, l'infirmière entra dans la pièce, disant que les visites étaient terminées. La jeune femme regarde son épouse se lever. « Effy, tu reviens demain ? » Elle se releva dans son lit malgré la douleur pour être sûre que sa femme sera présente le lendemain. Elle avait peur, une boule au ventre. Elle ne dit rien, se contentant de bouger la tête. Il n'y a même pas eu un baiser échangé, mais elle pouvait le comprendre, c'était bien trop dur. Noëlie regarda son épouse partir avec cette sensation que c'était la dernière fois qu'elle la verrait et une fois la porte fermé et Effy loin, elle se mit à pleurer et regarda son ventre en murmurant. « Toi, je te déteste... »

Emi Burton


je t'aime un peu plus plus chaque jour
« On a tous une vision différente du bonheur: la mienne, c'est d'être avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lapin d'occasion
» Installation lapin suite achat occasion
» achat nabaztag d'occasion, impossible de créer compte
» [RESOLU] Configuration Nabaztag d'occasion
» MAC activation ne marche parce que Nabaztag est d'occasion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Maplewood :: Residence-
Sauter vers: