AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Durant les grandes vacances, le forum est en baisse d'activité, rassurez-vous il ne ferme pas. En septembre un recensement sera mis en place. Passez de bonnes vacances !

It needs time to win back your love again • Ezebel

 :: Heatherfield :: Maplewood :: Peking Buffet Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 156
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Dia, ma fille
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : Il m'a retrouvé... Je l'ai croisé un soir et je me suis rendu compte que je l'aimais toujours. On a discuté, j'ai découvert que je m'étais fait des films, qu'il était avec sa sœur ce fameux soir. Il sait désormais pour sa paternité et j'apprends désormais à vivre en famille, Dia, lui et moi, j'apprends à me pardonner et je continue de l'aimer.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : Avengedinchains (ava) + Quiet Riot (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 27 Juin - 21:59

   

   
It needs time to win back your love again

   Ezebel
   

   

   
Ma journée avait été calme, comme souvent. J’avais bien avancé sur mon livre et Dia avait passé une bonne journée à la maternelle. Tout allait tellement mieux pour elle depuis le retour d’Ezekiel dans sa vie. Ma fille était bien plus épanouie, bien plus souriante et elle jouait plus facilement avec ses autres camarades. Déjà plus d’un mois désormais que le jeune homme était revenu dans nos vies et je respirais à nouveau. J’étais à nouveau heureuse et cela se ressentais dans mon écriture. Mes lignes étaient plus fluides, plus joyeuses que pendant les années qu’avaient duré ma séparation avec Ezekiel. J’espérais que cela n’allait pas déranger mes lecteurs et lectrices de découvrir une telle chose. Rapidement, je dus aller chercher Dia à l’école avant de la ramener en lui rappelant qu’elle serait avec la baby-sitter ce soir, étant donné que je sortais avec Ezekiel. On avait prévu de se faire un chinois en amoureux, en souvenir du bon vieux temps. J’avais toujours aimé sortir seule avec le jeune homme d‘autant que j’avais quelque chose d’important à lui demander. J’avais prévu de lui demander de venir vivre au manoir, que l’on soit une vraie famille. J’espérais qu’il allait dire oui, qu’il accepterait. Une fois de retour à la maison, je laissais Dia goûter tranquillement tandis que je mettais le point final à mon dernier roman. Il était prêt à être envoyé à la maison d’édition mais je voulais d’abord avoir l’avis d’une amie concernant ce que j’avais écrit. Lou m’avait donné des conseils concernant mon manuscrit et je voulais avoir son avis sur ce que j’avais finalement fait de ce qu’elle m’avait dit. J’imprimais rapidement les pages de mon manuscrit. Avec une imprimante laser, cela prenait du temps mais ne coûtait pas grand-chose. C’était d’ailleurs pour cela que je n’utilisais plus d’encre, c’était une vraie rente. Rapidement, la baby-sitter arriva et je pus laisser Dia avec elle le temps d’aller me préparer. J’avais prévu de mettre une robe bleue, du même bleu que celle que j’avais porté au vernissage de l’exposition où j’avais revu Ezekiel. J’étais assez contente de ma trouvaille d’ailleurs et j’espérais qu’elle allait plaire au jeune homme. Alors que je terminais de lasser ma paire de chaussures, j’entendis frapper à la porte. Je ne pus retenir un sourire idiot en me rendant compte qu’Ezekiel venait d’arriver. La baby-sitter était certainement allée ouvrir en ajoutant que je n’allais pas tarder à arriver. Je ne pus m’empêcher de rire en entendant Dia crier "Papa" dans la maison. J’aimais terriblement quand elle l’appelait ainsi, c’était tellement mignon à entendre. J’imaginais facilement qu’elle c’était précipité dans ses bras pour son câlin habituel. J’avais demandé à notre fille si cela la dérangeait si Ezekiel venait vivre au manoir et elle avait été catégorique, cela lui plairait énormément. Elle voulait que l’on soit une famille et quoi de mieux pour cela que de vivre sous le même toit. Sortant de ma chambre, je descendis rapidement avant de me précipiter moi aussi dans les bras du jeune homme. « Je suis prête, on peut y aller. » Après un baiser sur les lèvres de mon homme, je donnais mes dernières directives à la baby-sitter, lui disant que Dia avait un repas prêt dans le micro-onde et qu’elle avait droit de se coucher un peu plus tard que prévu, étant donné qu’elle n’avait pas école demain. Fermant la porte, je montais en voiture avant de me tourner vers Ezekiel. « Une sortie resto chinois buffet à volonté rien que toi et moi… Comme avant. » J’étais contente de pouvoir passer du temps avec Ezekiel, d’autant plus avec ce que j’avais à lui demander. On arriva rapidement au restaurant et un serveur nous installa à une table un peu à l’écart.
   

   

   


robe:
 


I will never give up on you ✽
I don't care what I've got to lose Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm I will never give up on you You're the one that I'm running to Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 75
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Midtown
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 28 Juin - 0:11

   

   
It needs time to win back your love again

   Ezebel
   

   

   
Mes collègues m'ont vu différemment aujourd'hui, légèrement stresser alors que le stress ils ne l'avaient jamais vu en moi. Je stresse à cause d'une chose complètement stupide. Ce soir on doit sortir avec Jezabel, on va au restaurant chinois, comme avant, on adorait y aller. L'idée d'un buffet à volonté ça nous a toujours plu. C'était dans un restaurant comme ça qu'on a passé notre premier vrai rendez-vous de couple, j'avais compris qu'elle aimait bien la nourriture chinoise alors je voulais lui faire plaisir. Là, j'ai l'impression que je veux à nouveau la séduire alors que c'est sûr qu'elle m'aime, que je l'aime, qu'on commence à être une famille avec Dia, notre fille. Ils n'ont pas arrêter de m'embêter toute la journée, me traitant d'adolescent. Je l'ai mal pris mais ils n'ont pas tord, je me revois six ans en arrière et ça me fait assez peur. Depuis que je suis revenu dans sa vie, nous avons fait pas mal de repas tous les trois mais je dois avouer que j'avais envie que l'on soit que tous les deux ce soir, j'ai envie qu'on se retrouve sans avoir Dia, comme deux adultes, comme deux amoureux et non comme deux parents. A la sortie du travail, mes collègues sont sortis avec moi, finissant tous à la même heure. Ils m'ont proposé d'aller boire un verre avec eux, je savais très bien que ça allait parler de moi alors autant que je sois là. J'ai une petite heure devant moi avant de devoir me préparer pour mon rendez-vous. J'ai bien fait de venir, ils ont parlé de Jezabel et moi. Ils m'ont demandé à quoi elle ressemblait, si elle était gentille. Je ne leur avais vaguement parlé de notre fille. A vrai dire, ils ne connaissent pas toute l'histoire, juste des bouts que j'ai bien voulu leur raconter. On voit souvent dans les films une bande de flics qui se disent tout, moi je viens d'arriver, même si ça fait quelques mois maintenant, je n'ai pas eu envie de me livrer à eux. La seule à qui je me suis livrer et Charlotte, ma sœur, je lui ai toujours tout dit alors c'est totalement normal. On a bu un coup, on a parlé, on a fini par changer de conversation pour mon plus grand plaisir. Ils m'invitent chez l'un d'eux pour que l'on suive un match de base-ball. Je leur dit que ça me va, c'est plus tard dans la semaine, ça ne devrait pas gêner. Après des dizaines de minutes, je quitte leur table pour rentrer chez moi. J'ai entendu leur « Go Zeke ! » quand je suis partis. Peut-être que je devrais devenir amis avec eux, quand on y pense ils ne sont pas méchants. Je verrai bien l'ambiance pendant le match. Je rentre à l'appartement, Charlotte n'est pas là. J'ai l'impression que ces derniers temps on se voit moins, il faudrait que je lui propose qu'on fasse quelque chose ensemble, ou qu'elle se joigne à nous pour une soirée, elle rencontrerait Jez et ma fille donc sa nièce. Je pars prendre une douche rapide pour enlever les odeurs de la journée, je m'habille en circonstance. Je sais qu'elle sera habillé d'une bonne robe, alors pour aller avec elle, je ressort l'un de mes costumes. J'ignore si elle m'a déjà vu habiller comme cela, peut-être une fois ou deux mais pas plus. J'espère que ça lui fera plaisir. Je donne des croquettes à Gaston, à qui je dois manquer. Quoique… non en faite il vit bien sans moi. Je ferme l'appartement derrière moi. Je monte en voiture, je jure car c'est vraiment le bordel dedans. Je balance quelques trucs à l'arrière de la voiture pour que Jez ait l'impression de monter dans une voiture propre. J'aurais du aller la nettoyer mais là c'est trop tard. Elle me connaît, elle sait que c'est toujours des poubelles les voitures pour moi. Je connais le trajet par coeur, je pourrais le faire les yeux fermés. Je descend. Le stress a disparut au fur et à mesure que je conduisais. Je viens sonner à la porte. Une femme m'ouvre la porte, ce n'est pas Jezabel, sûrement la nounou qu'elle a pour Dia. Je la salut et Dia court vers moi. Je la prend dans mes bras, je lui demande si elle a passé une bonne journée et elle commence à me raconter en détail ce qu'elle a fait, un vrai moulin à parole cette petite, on dirait sa mère. Quand Jezabel arrive, je lui sourit. Je ne m'étais pas trompé, elle est magnifique. Je pose Dia sur le sol pour retrouver sa mère. Elle vient m'embrasser, un baiser que j'apprécie beaucoup. Après cela je ne peux pas m'empêcher de sourire. On part dès qu'elle est totalement prête. On monte en voiture. Je la sens qui me regarde, je donne des coups d'oeil vers elle, ne voulant pas laisser la route. « Oui comme avant. Je pense qu'on va adoré ça. J'ai réservé le meilleur restaurant de la ville, selon internet. » Je savais qu'un restaurant chinois allait faire plaisir à celle que j'aime mais peut-être qu'il y en avait plusieurs ou peut-être que le meilleur était hors de la ville alors je me suis renseigné mais non, les gens adorent celui d'Heatherfield alors c'est parfait pour nous. Plus tôt dans la semaine, j'ai réservé une table rien que pour nous, j'avais demandé qu'elle ne soit pas en plein milieu de la salle, qu'on soit sur le côté pour plus d'intimité. En arrivant au restaurant, prenant la main de Jezabel, le serveur nous dirige vers une table à l'écart. Je le remercie. Je pourrais faire mon romantique en tirant la chaise pour que Jez s'installe à table mais je n'ai jamais su comment il fallait s'y prendre alors je tire juste sa chaise comme pour l'autoriser à s'asseoir et je vais m'asseoir en face d'elle. « J'espère que tu vas aimer ; Est-ce que tu es déjà venu ici ? » Je sais que j'aurais dû commencer par lui dire qu'elle est belle avec sa robe mais ça, j'ai toute la soirée pour lui dire.
   

   

   


Bave bien devant la perfection de Jesse, j'espère que la couleur ça passe vu que c'est la même que Jez:
 


Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 156
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Dia, ma fille
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : Il m'a retrouvé... Je l'ai croisé un soir et je me suis rendu compte que je l'aimais toujours. On a discuté, j'ai découvert que je m'étais fait des films, qu'il était avec sa sœur ce fameux soir. Il sait désormais pour sa paternité et j'apprends désormais à vivre en famille, Dia, lui et moi, j'apprends à me pardonner et je continue de l'aimer.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : Avengedinchains (ava) + Quiet Riot (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 28 Juin - 13:14

   

   
It needs time to win back your love again

   Ezebel
   

   

   
J’avais hâte de me retrouver seule avec Ezekiel, comme au début. Une sortie en amoureux, notre première depuis qu’il était revenu dans ma vie. J’étais terriblement impatiente et les minutes avaient semblé des heures dès que la baby-sitter était arrivée. J’avais eu le temps de me préparer avant que je n’entende la sonnette retentir dans le manoir, me faisant sourire comme une adolescente. Je terminais de lasser mes chaussures avant de rejoindre ma petite famille qui m’attendait sagement dans le salon. Je ne pus m’empêcher de trouver Ezekiel beau dans son costume. Il était rare pour moi de le voir ainsi habiller mais j’adorais. Il a Dia dans les bras, rendant le tableau encore plus mignon. Elle était occupée à lui raconter sa journée en détail, comme elle le faisait souvent avec moi. C’était un vrai moulin à parole et je ne pus m’empêcher de sourire à l’idée qu’elle tenait ça de moi. Une fois qu’il eut reposé notre fille au sol, je vais le saluer. J’avais toujours aimé l’embrasser mais depuis nos retrouvailles, cela avait un autre goût. Celui du futur, de l’avenir radieux qui s’offrait désormais à nous. Une fois prête, je montais dans la voiture d’Ezekiel, ne pouvant m’empêcher de remarquer qu’elle aurait besoin d’un bon coup de nettoyage. Je ne pus m’empêcher de sourire en regardant le jeune homme, me souvenant que c’était souvent comme ça avec lui de toute façon. Et pour être parfaitement honnête, ma voiture n’était pas mieux. Pendant le trajet, on discuta un peu. « Ce sera parfait, ne t’inquiète pas. » Je posais un court instant ma main sur la sienne avant de l’enlever, ne voulant pas e déconcentrer alors qu’il conduisait. Ce n’était pas le moment d’avoir un accident de voiture. Une fois arrivés au restaurant, on nous installa à une petite table à l’écart du centre, un petit endroit parfait rien que pour nous. Les clients les plus proches étaient à une rangée de table de nous et nous ne serions ainsi pas dérangés. Je regardais la décoration de la salle, tout rappelait le style chinois, comme c’était souvent le cas dans les restaurants à buffet à volonté. Je reportais mon regard sur Ezekiel en souriant toujours. J’avais beaucoup de mal à enlever mon petit sourire de sur mes lèvres. « J’adore la décoration. Et non, je ne suis jamais venu manger ici, Dia est encore trop petite pour la nourriture chinoise. » Certes, il y avait de quoi manger pour les enfants avec des nuggets et des frites mais je trouvais ça dommage d’aller au chinois pour manger comme tous les jours. Alors j’attendais qu’elle soit plus grande pour l’emmener dans ce genre de restaurant. Le serveur arriva rapidement pour nous demander ce que nous voulions boire et j’eus un petit sourire. « Deux coupes de champagne s’il vous plait. » Nous avions quelque chose à fêter et ce n’était pas un verre de champagne qui allait empêcher Ezekiel de conduire. Je voulais attendre un peu pour lui proposer de venir vivre avec Dia et moi, peut-être au moment du dessert, je ne savais pas trop encore. Mais même si je ne stressais pas car je savais déjà qu’il y avait de fortes chances pour qu’ils disent oui, j’avais un peu peur qu’il ne trouve que c’était un peu rapide. Mais je ne le saurait qu’après lui avoir demandé, à la fin du repas ou avant s’il remarquait quelque chose.
   

   

   


HRP:
 


I will never give up on you ✽
I don't care what I've got to lose Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm I will never give up on you You're the one that I'm running to Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 75
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Midtown
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Jeu 29 Juin - 11:29

 

 
It needs time to win back your love again

  Ezebel
 

 

 
Cette soirée va nous faire le plus de bien possible. On n'a pas eu l'occasion d'être seuls depuis un mois, sûrement que c'est car on est parent maintenant. Peut-être qu'on aura plus la possibilité de se faire des soirées en amoureux mais on a Dia et elle vaut beaucoup plus que ces soirées que l'on ne passera pas ensemble, on les passera en famille. Mais ça fait quand même du bien de savoir qu'on est juste elle et moi. Je sais que ça va nous rappeler pas mal de soirée que l'on faisait ensemble avant. Quand on était à la fac, si je pouvais être le maximum de mon temps avec elle, je l'aurais fait. Pourtant, on se laissait de la liberté en journée, on avait chacun notre groupe d'amis, des amis qui ne pouvaient pas forcément être amis entre eux, alors on était chacun de notre côté, on avait nos joies en tant qu'individu mais aussi en tant que couple. Je me rappelle les nombreux coups de coudes de mes camarades quand mon regard était plus concentré sur Jezabel à l'autre bout de l'amphithéâtre que sur le coup projeté devant nous. Ca aurait pu être mon échec scolaire mais pas du tout, j'étais quand même un bon élève. On était de bons étudiants, on savait intelligemment quand on pouvait se voir ou non. Dès qu'on avait un devoir le lendemain, on ne se voyait plus, que juste avant l'épreuve pour se souhaiter bonne chance mais on était dans notre concentration. Puis après les examens on se retrouvait, on savait qu'on avait tout le temps pour nous, pour faire des sorties et c'est à ce moment là que je ne la lâchais plus. J'étais fou d'elle et en la regardant à côté de moi dans la voiture et encore en face d'elle au restaurant, je le suis encore. Je la trouve toujours aussi magnifique qu'avant, sa robe porte ma couleur préférée, elle avait sûrement dû le faire exprès et ça me faisait plaisir qu'elle prenne du temps à me faire ça. Ce n'est pas grande chose en soit mais il y a tellement d'attention dans ce qu'elle fait pour moi. Je ne peux pas ne pas retomber amoureux d'elle quand elle fait ça. Je lui explique comment j'ai trouvé le restaurant, elle me dit que ce sera parfait. Oui, car je serais avec elle, qu'on sera ensemble, car on s'aime toujours un peu plus.
Au restaurant, elle me dit qu'elle aime la décoration, j'avoue que c'est vraiment jolie. J'aime beaucoup ce genre de restaurant qui nous renvoie dans le pays dont ils font la cuisine. C'est fait avec attention, chaque détail des peintures, des reliefs aux murs est fait exprès. Ce n'est pas juste un vulgaire bar avec quelques affiches de boissons alcoolisé aux murs. Je ne pouvais pas trouver mieux pour ce soir. Elle n'est jamais venu ici avec Dia car elle est trop petite. Elle me rappelle gentiment par sa phrase que je n'ai aucune idée de comment on est père. Je sais que depuis un mois je prend ma place, mes repères mais il y a encore des choses que je le connais pas mais je sais qu'elle m'aidera à devenir quelqu'un de bien pour notre fille. Je lui souris. Je n'ai pas forcément le temps de lui répondre, le serveur vient à nous. Elle nous prend deux coupes de champagne. Je la regarde, est-ce qu'on doit fêter quelque chose ou est-ce juste une envie ? Je regarde le serveur qui s'en va chercher ce qu'elle vient de lui demander. Je détourne mon regard à nouveau sur elle. Avec la lumière du restaurant, je ne peux qu'apprécier son visage, son sourire, sa robe. Une robe dont je ne lui pas encore parlé car j'attendais mais là c'est le bon moment. « Ta robe est magnifique. Cette couleur te va vraiment à merveille. » La même couleur que la robe que je lui avais offerte pour notre bal de promo, cette même robe qu'elle avait mis quand on s'est revu pour la première fois à Heatherfield. Le serveur revient vers nous avec nos coupes de champagne, je le remercie, il nous souhaite un bon appétit. J'ai toujours adoré ça les buffets à volonté car c'est le seul restaurant où on peut bouger pour aller chercher à manger, on n'est pas obligé d'attendre deux heures assis à une table sans bouger le petit orteil. Je prend ma coupe et l'avance vers Jez. « A nous deux, à notre amour. »
 

 

 


Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 156
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Dia, ma fille
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : Il m'a retrouvé... Je l'ai croisé un soir et je me suis rendu compte que je l'aimais toujours. On a discuté, j'ai découvert que je m'étais fait des films, qu'il était avec sa sœur ce fameux soir. Il sait désormais pour sa paternité et j'apprends désormais à vivre en famille, Dia, lui et moi, j'apprends à me pardonner et je continue de l'aimer.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : Avengedinchains (ava) + Quiet Riot (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Ven 30 Juin - 18:16

   

   
It needs time to win back your love again

   Ezebel
   

   

   
Depuis que j’avais revu Ezekiel, depuis que nous nous étions réconcilié, je ne rêvais que d’une chose… Pouvoir me refaire une soirée en tête à tête avec lui au restaurant. Et maintenant, c’était chose faite. Dia était une fille adorable par bien des côtés mais disons qu’elle avait tendance à ne pas rester très longtemps à table et ce n’était donc pas spécialement pratique pour les repas. Alors elle était restée à la maison, me laissant seule avec son père. Comme au temps de la fac. Je me souvenais encore de notre premier restaurant rien que tous les deux, un restaurant chinois dans ce genre-là. Nous avions certes chacun les moyens de nous offrir plus mais voilà, nous avions eu envie de simplicité. C’était ce que j’avais toujours aimé chez Ezekiel, sa simplicité. Même si j’en savais un peu plus désormais sur sa famille, du moins sur son père, je me rendais compte qu’il était simple, un rien pouvait le satisfaire… Contrairement à mes cousines, les princesses Beatrice et Eugenie d’York… De véritables pestes qui dépensaient des milliers de livres dans les boutiques anglaises. Je me sentais parfois à l’écart de cette famille, ayant grandi pendant onze ans loin du faste de Buckingham. Alors, quand j’étais tombé sur Ezekiel et sa simplicité, j’avais eu l’impression de revivre, de quitter ce carcan que ma famille m’avait imposé pour me faire à mon rang de princesse royale, descendante de la reine Elizabeth… Un rang qui ne me plaisait qu’à moitié. J’adorais ma famille, ce n’était pas ça le problème mais disons que tout le cérémonial à la cour était assez pompeux… Et j’avais eu beaucoup de mal à m’y faire. Pendant les trois années à la fac de Californie, j’avais eu l’impression d’être une étudiante comme toutes les autres, sortant avec mes copines et mon petit ami, révisant les cours quand il y avait des partiels… Cette vie me manquait. Mais j’étais tellement contente de la vie que je menais maintenant, avec Dia et Kiel, mon métier d’écrivain, que je ne reviendrais en arrière pour rien. Enfin, sauf pour changer le fait que j’avais laissé le jeune homme en face de moi comme un mal propre. Je donnerais n’importe quoi pour modifier cette partie de l’histoire. Installés tous les deux à une table à l’écart des autres, je demandais au serveur de nous apporter deux coupes de champagne. Nous avions quelque chose à fêter, à quelques jours prêts, cela faisait un mois que nous nous étions retrouvés, une date que je ne voulais surtout pas oublier. Alors que le serveur repartait, Ezekiel me complimenta sur ma robe, me faisant sourire et légèrement rougir. « Merci. Je dois admettre que ton costume est classe, il te va très bien. » Et j’allais avoir du mal à résister à l’envie que je pouvais avoir de lui enlever. Mais je préférais garder ça sous silence, j’aurais bien l’occasion de lui avouer tout ça plus tard, quand nous serions tous seuls par exemple. Le serveur revint rapidement avec les deux coupes de champagne et je souris en prenant la mienne. Je levais mon verre en réponse au geste d’Ezekiel en souriant. « Et au futur également. » Je trinquais avec mon homme, faisant légèrement s’entrechoqué les verres. Je gardais un contact visuel avec Kiel le temps de boire une gorgée de mon champagne, ne pouvant cependant pas empêcher mon regard de glisser vers le buffet à volonté. J’en salivais d’avance. « Bon, et si on attaquais, je meurs de faim et leur sushis ont l’air divins… » Je me levais donc avec un sourire pour le jeune homme avant d’aller attraper une assiette et de la remplir de sushis et autres nourritures japonaises. Nous étions dans un restaurant chinois mais ils proposaient également des sushis bien qu’ils ne seraient certainement jamais aussi bon que ceux proposés dans un vrai restaurant japonais. Une fois mon assiette composée de sushis et d’un rouleau de printemps, je retournais m’installer à la table. « Alors, dis-moi, pas trop compliqué ta journée? » Je m’inquiétais toujours pour lui. Il était lieutenant de police, ce qui n’était pas rien. Même s’il était moins souvent sur le terrain que les policiers, il pouvait y aller et je n’étais jamais réellement sereine à cette idée.
   

   

   


I will never give up on you ✽
I don't care what I've got to lose Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm I will never give up on you You're the one that I'm running to Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 75
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Midtown
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 3 Juil - 15:21

 

 
It needs time to win back your love again

 Ezebel
 

 

 
C'est sûrement grâce à l'éducation de mes parents, mais j'ai toujours aimé vivre dans la simplicité. Même si avec ma sœur on était différent des autres enfants car on avait souvent de nouvelles affaires, l'argent des parents oblige. Mais je n'ai jamais voulu que l'on m'offre des cadeaux régulièrement, les cadeaux, je voulais les gagner, les obtenir grâce à des bonnes notes par exemple. Mais aussi, je suis née dans une famille où la fête de Noël est très importante. Alors pour moi, les cadeaux c'est à Noël alors à chaque fois que je voulais quelque chose, je le demandais pour Noël, quitte à attendre plusieurs mois. Mais j'avais l'habitude d'aller chez des amis et je voyais leur vie, je ne voulais pas que la mienne soit différente de la leur, je ne voulais pas qu'ils me renit car ils pouvaient être jaloux. Non, chez eux, j'étais comme eux, je ne montrais pas que j'étais de la classe supérieur. Le plus souvent, mes amis n'étaient pas au courant de ma grande maison proche des plages de Californie. Avec du recul et de la maturité, je sais que j'aurais dû les inviter une fois pour qu'ils profitent un peu et qu'ils sortent de leur maison mais la peur de l'enfance et de la solitude m'a poussé à ne rien leur dire. C'est comme pour Jez. Elle n'est jamais venu chez moi, j'arrivais toujours à faire en sorte qu'on se retrouve dans son appartement, lui sortant comme excuse qu'on serait plus tranquille chez elle que chez moi. Elle ne m'avait jamais parlé de sa vie alors elle aussi je ne voulais pas la faire fuir en lui montrant ma richesse. La simplicité c'était tout pour notre couple, des petites sorties, des cinémas à tout va. Certes j'aurais pu l'inviter dans de prestigieux restaurants de Californie mais moi-même je ne les aime pas. J'ai l'impression d'être compresser là-bas. J'y suis aller une fois avec mes parents, et ça tire en longueur. Que l'on soit enfant ou adulte, on n'a pas le droit de bouger de sa chaise, j'avais souvent mal aux jambes. C'est pour ça que les buffet à volonté m'attirent, c'est un bon restaurant, qui ne fait pas fast food mais on peux vagabonder dans le restaurant à la recherche du meilleur nem. Je sais qu'avec Jezabel, quand on était à la fac, qu'on n'avait pas beaucoup de temps, on se faisait un McDo, ok ce n'était pas romantique mais on passait un bon moment alors c'était le principal.
Alors que je ne l'avais pas fait depuis que je l'avais rejoins, je la complimente sur sa robe, un compliment qu'elle me rend sur mon costume. Sans le faire vraiment exprès, on était complémentaire au niveau des couleurs, les même. Ce n'était pas une intention de notre part, elle a du prendre cette couleur car elle sait que je l'aime beaucoup et qu'elle lui va super bien et moi, ben je l'aime la couleur alors j'ai pris ce costume. Je trouve que les costume noir son super mais ça fait trop sérieux à mon goût, comme un mariage, une cérémonie. Mais je savais qu'elle allait être magnifique comme cela, en même temps, c'est compliqué pour Jez de ne pas être jolie, peu importe ce qu'elle porte, elle a sa beauté naturelle qui la rend magnifique. « Merci » j'apprécie qu'elle aime mon costume. « Oui au futur » Je ne compte plus la laisser partir alors oui, au futur, j'espère du plus profond de moi qu'on sera encore ensemble dans les années à venir, qu'on aura peut-être une plus grande famille, un chien, un nouveau bébé. Elle parle avant moi pour demander si on peut se lever pour aller chercher à manger, j’acquiesce du regard et je me lève en même temps qu'elle. C'est vrai qu'il commence à faire faim et que mon estomac me le fait ressentir. Je la laisse prendre son assiette et je fais pareil. Elle se dirige vers les sushis mais moi je vais vers les rouleaux de printemps. Bon d'accord, je dois avouer que je viens que pour ça dans ce genre de restaurant, je n'ai jamais réussis à en refaire des aussi bon alors j'en profite d'être ici. J'en prend cinq, je prend ceux qui reste. Je suis ce genre de personne chiante qui ne se prive pas de prendre les derniers, à la guerre comme à la guerre les amis. Je reviens m'asseoir à la table et entame mes rouleurs de printemps. Je les met bien aligné dans mon assiette, mauvaise habitude. Elle me demande comment s'est passé ma journée. Je réfléchis à quoi lui dire qui pourrait être un minimum intéressant. Ca fait bientôt un mois qu'on est sur la même affaire et que ces trafiquants ont toujours une action d'avance sur nous. On a beau se faire les plus discrets possibles, ils savent toujours où on est. « On a surveillé l'endroit où on pensait que ceux qu'on recherche seraient mais encore une fois, ils n'y étaient plus, enfin ils ne sont pas revenu. On a l'impression de tourner en rond et qu'on les aura jamais. » Je ne me plains pas, loin de là, même si souvent les enquêtes sont longues, un mois pour retrouver des trafiquants dont on connaît l'identité, ça commence à être long et notre supérieur commence à nous le faire comprendre. Il dit de nous qu'on se disperse trop, qu'on est pas assez concentré sur l'affaire mais on a tellement d'autres choses à faire en même temps, les criminels ils n'attendant pas qu'on finisse l'affaire d'avant pour aller tuer des gens. Mais assez parler de mon travail, après avoir manger mon premier rouleau de printemps pour oublier mon travail, je la regarde et lui demande. «  Ton roman avance ? Tu étais proche de la fin la dernière fois que tu m'en as parlé non ? »
 

 

 


Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 156
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Dia, ma fille
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : Il m'a retrouvé... Je l'ai croisé un soir et je me suis rendu compte que je l'aimais toujours. On a discuté, j'ai découvert que je m'étais fait des films, qu'il était avec sa sœur ce fameux soir. Il sait désormais pour sa paternité et j'apprends désormais à vivre en famille, Dia, lui et moi, j'apprends à me pardonner et je continue de l'aimer.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : Avengedinchains (ava) + Quiet Riot (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 4 Juil - 10:45

   

   
It needs time to win back your love again

   Ezebel
   

   

   
Avec Ezekiel, nous nous étions toujours satisfaits de rien. Et personnellement, je me satisferais toujours de rien. J’avais toujours eu tout ce que je voulais avec ma famille mais je n’avais pas eu les petits gestes du quotidien. Ma mère n’était jamais venue me réveiller, mon père ne m’embrassait jamais… C’était certainement pour cela que j’étais aussi tactile avec les gens que j’aimais. Quand j’étais avec Ezekiel, je ne pouvais m’empêcher de le toucher, de l’embrasser. Et c’était la même chose avec Dia. Je ne savais pas comment ils vivaient ce côté de ma personnalité mais Dia ne s’en plaignait pas, elle était également très tactile. Mais ça, c’était normal pour son âge et je savais que cela changerait avec le temps. Et avec l’adolescence surtout. Mais pour l’instant, elle n’avait que trois ans, ce qui me laissait suffisamment de temps pour penser au futur. Ezekiel me complimenta sur ma robe et je ne pus que lui retourner le compliment. Je l’avais toujours aimé en costume, je trouvais qu’il avait réellement un petit truc en plus dans ce genre d’habits. Mais je l’aimais quel que soit la façon dont il s’habillait. Et ce soir, nous étions assortis sans même nous être concertés. On trinqua à nous deux mais également au futur, que j’espérais radieux. Je n’avais que peu de doute quant au futur mais il y avait toujours moyen pour que quelque chose dérape. Je ferais tout pour que cela ne soit pas le cas mais je n’avais pas le destin entre mes mains. On finit par se lever pour aller chercher à manger et je fondis sur les sushis, m’en remplissant une assiette entière. J’avais toujours aimé les sushis et autres plats japonais. En retournant à ma place, je ne pus que rire face à l’assiette du jeune homme. « Je vois que tu aimes toujours autant les rouleaux de printemps. » Il en avait une pleine assiette lui aussi et avait certainement dû prendre les derniers. Je souriais en secouant la tête, amusée. Je lui demandais alors comment c’était passé sa journée. Je m’inquiétais beaucoup pour lui, lieutenant de police, ce n’était pas rien et j’avais peur qu’il ne lui arrive quelque chose, je ne le supporterais pas. Je glissais doucement ma main sur la sienne en souriant. « Je suis certaine que vous les aurez. Patience Kiel, patience. » Il fallait toujours patienter. Pour preuve, il m’avait retrouvé après des mois de recherches. Il avait eu assez de patience pour me retrouver et je savais qu’il aurait suffisamment de patience pour arrêter les gens qu’il cherchait avec son équipe. Il préféra changer de sujet et me parla de mon roman. J’étais d’accord pour changer de sujet, je n’étais pas à l’aise avec le métier de policier. Je n’avais rien contre eux mais j’avais juste peur qu’il n’arrive malheur à l’homme que j’aimais. Mais jamais je ne lui demanderais de changer, il avait ça dans le sang. Je hochais la tête tout en mâchant énergiquement un de mes sushis. « Je l’ai fini une demi-heure avant que tu n’arrives. Il est imprimé et je dois le donner à une amie qui m’a conseillé pour avoir son avis puis je l’enverrais à ma maison d’édition. J’ai encore du mal à croire que ce soit déjà mon quatrième roman. » Je ne m’étais pas attendu à autant d’engouement pour ma plume quand je m’étais lancé mais loin de moi l’idée de m’en plaindre. J’avais toujours aimé la littérature et même si l’on ne pouvait pas dire que mes romans soient du même acabit que Proust ou Hugo, j’étais contente de permettre à des gens de se détendre avec mes écrits. C’était très gratifiant comme métier. Enfin, il fallait que cela marche pour l’être. Et puis, cela payait bien, je devais aussi l’avouer. Mais je ne faisais pas cela pour l’argent. J’avais toujours aimé écrire et j’avais joué l’utile à l’agréable comme on dit. Glissant ma main sur celle d’Ezekiel, j’eus un petit sourire mystérieux. « Dis, je peux te poser une question? » Je ne pouvais plus attendre pour lui demander de venir vivre avec Dia et moi. J’étais déjà étonnée d’avoir tenu jusque-là mais là, je ne pouvais plus tenir, c’était limite si je ne trépignais pas sur ma chaise.
   

   

   


I will never give up on you ✽
I don't care what I've got to lose Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm I will never give up on you You're the one that I'm running to Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 75
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Midtown
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Ven 7 Juil - 22:05


It needs time to win back your love again

Ezebel


C'est ce que j'aime avec Jezabel, un rien lui fait plaisir alors je n'ai pas à chercher de grosses choses pour qu'elle soit heureuse. Je sais qu'une soirée en amoureux comme ce soir c'est tout ce dont elle rêve, plus un petit cadeau et ce sera parfait à ses yeux. J'ai toujours aimé cette facilité de lui faire plaisir. J'ai eu d'autres copines qui ne voulait que le dernier bracelet qui coûte des centaines de dollars. Même si je ne manque pas d'argent, je n'aime pas acheter les sentiments des autres. Jezabel, elle est si sincère dans ce qu'elle dit, ce qu'elle pense que je me sens comme l'homme le plus heureux à mes côtés. Elle a toujours cette habitude de nous coller. Avec du recul et avec ce qu'elle m'a dit à propos de sa famille, ça peut sembler normal qu'elle soit comme ça, Comme elle était « la batarde » comme elle l'a dit, on ne devait pas lui montrer d'affection. J'aime lui donner cette affection, je veux qu'elle ne voit que par moi. J'aime sa façon de me toucher le bras quand elle est à côté de moi, quand elle me pose sa main sur mon épaule quand elle parle de moi. J'ai remarqué qu'elle aimait bien être en contact permanent avec sa fille, elle a vécu seule avec elle pendant trois ans alors c'est normal, je trouve même ça beau de les voir ensemble. On trinque à notre futur, oui, car on aura un futur ensemble, je ne la lâcherais plus maintenant que je l'ai à nouveau, elle ne pourra plus me fuir. Est-ce qu'il sera heureux ? Je ne peux pas savoir à l'avance mais comme pendant nos trois ans de vie communes, j'essaierais de la rendre la plus heureuse possible. Je déteste tellement la voir triste que si je la surprend avec une petite mine, je ferais toutes les blagues possibles et inimaginable pour la faire sourire.
Quand on revient à table, elle remarque que j'ai toujours les rouleaux de printemps mais je peux lui retourner sa phrase avec ses sushis. « Et toi les sushis ! » Ca me fait rire, on a chacun nos petites habitudes. Je sais qu'un plateau de plat japonnais et le tour est joué pour une bonne soirée en amoureux. Après avoir manger un premier rouleau de printemps, elle pose doucement sa main sur la mienne que je viens de reposer. Je lève la tête vers elle et je lui souris. Je sais que beaucoup ont peur pour la vie des policiers, je sais que ce travail peut être dangereux mais je fais attention, je n'irais pas mourir bêtement, surtout maintenant. Quand on a aucune attache, alors on fonce dans le tas mais maintenant j'ai Jez, Dia, je ne leurs ferais pas de mal alors je réfléchirais à deux fois. Je ne veux pas qu'elle ait peur pour moi, j'ai déjà Charlotte qui m'inspecte sous tous les angles pour savoir si il ne m'est rien arrivée au travail, je sais que ma mère est morte de trouille, elle a souvent essayé de me retenir, elle m'a demandé de beaucoup réfléchir à ce choix de métier mais depuis la fusillade, je voulais faire ça, je voulais aider des innocents qui faisaient simplement leur course dans un magasin. Quand ce souvenir me revient en mémoire, j'ai un frisson. J'espère que Jez ne l'a pas vu. Elle n'est pas au courant de tout ça, peut-être qu'elle se demande pourquoi j'ai choisis ce métier car après tout, je n'ai jamais eu d'exemple par un parent ou quoique ce soit. Elle me dit de patienter, c'est dur quand tu as quelqu'un sur le dos qui fait pression pour que tu ailles plus vite, du temps on en a pas car plus on attend, plus eux prennent de l'avance sur nous. Je préfère changer de sujet, j'ai tendance à m'énerver en expliquant que je n'ai pas ce que je veux. Alors je lui parle de son métier à elle, un métier qui me fascine, je me demande vraiment comment elle fait pour chercher toutes ses idées pour écrire. Quand on a recommencer à se voir, elle m'a parlé de son métier et dans sa bibliothèque il y avait ses livres, j'ai voulu en prendre un mais je ne voulais qu'elle s'en rende compte alors dès que j'ai fermé la porte de chez elle, j'ai été acheté son premier roman, sur internet on trouve l'ordre chronologique des romans assez facilement maintenant que j'avais son nom de scène. Par chance, je l'avais trouvé, je me rappelle que le vendeur m'a dit être fière de vendre ce livre car il l'avait adoré. En quelques jours je l'ai fini, je le prenais avec moi pour mes pauses, pour mes nuits où j'étais loin d'elle. Elle a un style d'écriture si différent des autres mais ça fait son charme et on est prit dans les tournures de ses phrases. « Quatrième déjà ? Tu as beaucoup d'inspiration ! Ce serait un honneur de le lire quand ta maison d'édition le publiera » Et c'est vrai. Je serais objectif envers elle, je me ferais un plaisir de lui donner mon avis dessus. Bien sur, je ne peux pas faire l'impatient et lui demander de me le faire lire avant tout le monde, non, je veux découvrir en même temps que tout le monde, je veux montrer que j'achète son livre, que c'est une superbe romancière. Une nouvelle fois elle pose sa main sur la mienne et cette fois-ci elle me demande si elle peut me poser une question. Je dois dire que je n'aime pas quand on me dit ça, car obligatoirement on va dire oui mais ça prévient quelque chose de mauvais, même si je ne l'espère pas. Mais ma mère l'utilisait souvent quand on avait une bêtise avec ma sœur. « Oui, bien sûr » Je ne vois pas de quoi elle veut me parler mais le sentiment que je ressens son assez bizarre, j'ai hâte tout en ayant peur de ce qu'elle a à me demander.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 156
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Dia, ma fille
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : Il m'a retrouvé... Je l'ai croisé un soir et je me suis rendu compte que je l'aimais toujours. On a discuté, j'ai découvert que je m'étais fait des films, qu'il était avec sa sœur ce fameux soir. Il sait désormais pour sa paternité et j'apprends désormais à vivre en famille, Dia, lui et moi, j'apprends à me pardonner et je continue de l'aimer.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : Avengedinchains (ava) + Quiet Riot (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 18 Juil - 17:42

   

   
It needs time to win back your love again

   Ezebel
   

   

   
Un simple repas dans un restaurant chinois avec Ezekiel m’avait toujours plu et ce soir ne faisait pas exception à la règle. J’étais contente de pouvoir passer du temps avec le jeune homme que j’aimais. Il y a encore un mois, cela m’aurait parût complètement impossible. Comme quoi tout peut arriver dans la vie. Nous avions repris nos petites habitudes de l’époque où nous étions ensemble, avant que je ne quitte l’appartement. Et cela me faisait plaisir. J’avais vécu seule pendant trois ans, élevant ma fille comme je le pouvais mais je savais que maintenant, je pouvais compter sur la présence d’Ezekiel pour m’aider. Une fois revenus tous les deux du buffet, je ne pus m’empêcher de remarquer qu’il avait une pleine assiette de rouleau de printemps, comme avant. Lui en faisant la remarque, j’eus un petit sourire coupable quand il me rétorqua que c’était mon cas avec les sushis. Pour le coup, je ne pouvais pas plaider non coupable car il avait raison. Mais je ne pus m’empêcher de lui demander comment se passait ses journées de travail. Dire que je m’inquiétais était juste même si je ne pensais pas qu’à cela de mes journées. Mais j’étais bien contente quand le jeune homme m’annonçait que sa journée était terminée et qu’elle c’était déroulée sans encombre, sans accident. Il dériva assez rapidement sur mon dernier roman et j’annonçais avec fierté que je l’avais terminé une demi-heure avant qu’il n’arrive. J’eus un nouveau sourire quand il ajouta qu’il le lirait quand ma maison d’édition le publiera. « Et oui, quatrième déjà… Le temps passe à une vitesse. J’écris facilement un livre par an et j’ai déjà une idée pour le prochain sauf que tu n’en sauras rien. » J’eus un petit clin d’œil à son égard. J’étais assez secrète comme écrivain et je savais que c’était ce qui faisait mon succès. On ne parlait pas de moi dans les tabloïds, personne ne connaissait ma véritable identité et j’étais tranquille. Si bien que lorsqu’un de mes romans sortaient, cela faisait un petit peu le buzz, à mon échelle bien sûr. « Tu sais, si tu tiens tant que ça à le lire, je pourrais t’imprimer un manuscrit… Ton avis ne sera pas de trop avant l’envoie à la maison d’édition, crois-moi. » J’avais très envie d’avoir l’avis du jeune homme sur mes romans. Après tout, j’écrivais du policier et l’avis d’un lieutenant de police serait le bienvenu. D’autant que j’avais toujours peur de m’éloigner de la réalité. Je finis cependant par poser ma main sur la sienne, lui demandant si je pouvais lui poser une question. Je n’avais pas voulu lui demander directement de venir habiter avec Dia et moi, j’avais d’abord voulu préparer le terrain. Quand il me répondit que je pouvais, je pris mon courage à deux mains, tout en ayant l’impression de faire un bon dans l’inconnu. « Tu sais, Dia ne demande souvent quand tu passeras nous voir… Alors je me disais que ce serait bien si tu venais vivre avec nous deux… Si tu en as envie bien entendu. » Voilà, j’avais en quelque sorte posée ma question. Je venais de proposer à Ezekiel de reprendre complètement notre histoire là où nous nous en étions arrêtés, en reprenant une vie commune, sous le même toit. Bon, ce ne serait jamais comme avant vu qu’il y avait désormais Dia qui avait souvent la manie de venir squatter le samedi matin dans le lit mais ça Ezekiel s’en était déjà rendu compte. J’espérais juste qu’il allait accepter. Je ne voyais pas pourquoi il refuserait mais on ne savait jamais…
   

   

   


I will never give up on you ✽
I don't care what I've got to lose Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm I will never give up on you You're the one that I'm running to Just give me your hand and hold on Together we'll dance through this storm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Aide pour traduction de mon niveau
» Signez la pétition New LovePlus, we need love too in Europe !
» La Make Love : un retour , un come-back , un renouveau
» GayZor support'sitoire // Come back
» Los Angeles Clippers Time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Maplewood :: Peking Buffet-
Sauter vers: