AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Durant les grandes vacances, le forum est en baisse d'activité, rassurez-vous il ne ferme pas. En septembre un recensement sera mis en place. Passez de bonnes vacances !

Wait for me to come home • Ezebel

 :: Heatherfield :: Domaine Arkadia :: Artistic Draft Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 9 Mai - 12:06

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Debout dans mon dressing, je regardais les robes que j’avais à me mettre pour ce soir mais je ne trouvais rien. J’étais invité au vernissage d’une exposition non loin de chez moi et j’avais prévu de m’y rendre. Pour cela, j’avais dû engager une baby-sitter pour garder Dia que je ne pouvais pas emmener avec moi. Elle avait école demain et puis, un vernissage n’était pas la place d’une petite fille de trois ans. Alors que j’allais refermer la porte de mon dressing, j’eus soudain l’idée de sortir une vieille boite en carton contenant une robe. C’était la robe que j’aurais dû porter à un bal de la fac de Californie où j’avais rencontré Ezekiel, le père de Dia. Nous aurions dû y aller ensemble si je n’avais pas découvert qu’il me trompait et si je n’avais pas été enceinte. Je n’avais jamais porté cette robe et je me demandais si elle m’allait encore, bien que j’ai quasiment retrouvé ma ligne d’avant ma grossesse. Il ne me restait qu’une heure avant de me rendre à la galerie d’art et je n’étais pas prête et j’étais même loin de l’être. Prenant une douche rapide, je montais mes cheveux en un chignon haut d’où s’échappaient quelques mèches de cheveux. C’était une coiffure qui m’allait bien et qui me rendait attirante, non pas que j’ai envie de me mettre en couple ce soir. Pour moi, il n’y avait qu’Ezekiel dans mon cœur même si je savais qu’il avait certainement refait sa vie avec la jeune femme que je l’avais vu enlacer il y a plus de trois ans désormais. Je ne voulais pas refaire ma vie même si Dia avait besoin d’un père. Elle n’avait pas besoin d’un père quelconque, elle avait besoin de son père, elle avait besoin de celui que j’appelais Kiel. Mais c’était impossible. Je passais la robe et découvris avec plaisir qu’elle m’allait encore, peut-être même mieux que lorsque je l’avais acheté. Une fois prête, je n’avais plus qu’à attendre la baby-sitter pour Dia. Cette dernière arriva rapidement et je lui expliquais ce qu’elle avait à faire, c’est-à-dire pas grand-chose. Dia avait déjà mangé et elle était posée devant un dessin animé. Elle n’aurait donc qu’à la coucher vers vingt heures trente. Je devrais normalement être rentrée vers vingt-deux heures mais ça, la baby-sitter était habituée. Ce n’était pas la première fois que je l’embauchais pour garder ma fille.

Je pris ma voiture pour me rendre jusqu’à la galerie d’art où je présentais mon carton d’invitation. Une fois que je pus entrer, je pris une couple de champagne avant de faire le tour de la galerie d’art. J’avais toujours aimé l’art, c’était reposant. Et ce soir, c’était de la peinture, mon art préféré avec le cinéma. Mais ce n’était pas de l’art contemporain auxquels je ne comprenais rien. Cela ressemblait plus aux tableaux des impressionnistes français que j’affectionnais tellement. Des paysages en tout genre allant de la montagne à la mer. Attrapant un petit four, je m’arrêtais un instant devant une toile représentant des petits rats de l’opéra en train de répéter. C’était typiquement le genre de toile que j’aurais bien vu chez moi. J’avais les moyens d’en acquérir une mais je préférais voir les tableaux au musée que de les garder pour moi. Le coup de cœur ne fonctionnait clairement pas avec moi sauf en de très rares cas… Le seul coup de cœur auquel j’avais succombé, c’était Kiel. Il était le coup de cœur à m’avoir fait craquer, même aujourd’hui encore. Alors que je me détournais du tableau, j’avisais un agent de sécurité de dos. J’eus un coup au cœur en me rendant compte qu’il avait la même carrure qu’Ezekiel, que ce pourrait être lui. Mais je devais me rendre à l’évidence que c’était impossible, qu’est-ce que le jeune homme viendrait faire ici… Sauf que l’agent se retourna et je fus happé par son regard marron noisette. C’était tellement impossible que je manquais de faire tomber ma coupe de champagne. Ezekiel se tenait à quelques pas de moi. Je ne voulais pas y croire et pourtant je savais qu’il y avait de fortes chances pour que l’homme en face de moi soit Kiel, le père de ma fille et l’homme que j’aimais. Je savais qu’il n’avait pas de frère jumeau et la probabilité que cela soit un sosie était quasiment inexistante. Me sentant soudain prise au piège, j’essayais de trouver une façon de m’échapper le plus rapidement possible.
 

 

 


robe:
 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mar 9 Mai - 14:56

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Quand on est nouveau, c'est toujours à nous de faire ce qui est le plus chiant, pour que l'on montre nos preuves. Un célébrité locale dans la peinture fait une exposition pour le mois qui vient et ce soit c'est le vernissage, l'ouverte. Mon supérieur m'a demandé d'y aller faire la sécurité. Ca ne m'a pas emballé mais j'ai besoin de rester à Heatherfield et j'ai besoin de garder mon travail. Alors j'ai accepté, nous sommes trois convié à ce vernissage. Enfin convier, c'est un grand mot, nous allons devoir être la puissance, ceux qui dissuade, ceux qui interviennent en quoi de problème. Je dois dire que je ne vois pas trop le genre de problème qu'il peut y avoir dans ce genre d’événement, un vol au pire. Je n'ai jamais compris les vols de tableaux, enfin ce que je ne comprend pas c'est comment le voleur peut quitter l'endroit sans que personne ne le voit, un tableau, c'est grand, on le voit sous un bras. Déjà moi j'ai du mal à porter un livre sous mon bras alors un tableau ça doit être encombrant.

Comme on travaille ce soir jusqu'à assez tard, jusqu'à la fin du vernissage, nous avons eu le droit à ne pas travailler aujourd'hui, quel bonheur de pouvoir dormir le matin. Je n'ai jamais été un lève tôt, j'ai toujours eu un problème pour me lever le matin alors dès que je pense dormir un peu plus je suis content. C'est même pour ça que j'ai pris un appartement dans le même quartier que le poste de police, cinq minutes de plus pour dormir le matin c'est déjà cinq minutes. Par contre, je n'arrive jamais en retard. Mon supérieur de Californie a vanté mes mérites à celui que j'ai ici, je n'ai pas le droit de paraître faible, d'arriver en retard, de refuser une mission. Je regarde l'heure sur mon téléphone, il est temps pour moi de me préparer. Je ne perd pas de temps à choisir quoi mettre, de toute façon nous n'avons pas à nous faire beau, nous devons être habillé en uniforme. J'aime mon uniforme. J'aime le pouvoir qu'il donne même si maintenant les policiers n'ont plus le même statut qu'avant, avant il y avait du respect, maintenant on ne se gêne plus pour leur taper dessus car après tout, ils ne font qu'obéir aux ordres donné, ils essaient du mieux qu'ils peuvent de protéger la population, on ne peux pas satisfaire tout le monde. Charlotte n'est pas à l'appartement, je lui dépose un papier sur la table pour lui rappeler que je ne suis pas là ce soir pour le vernissage. Je crois me souvenir qu'elle m'a dit qu'elle irait à cette exposition, je la ferais sûrement là-bas mais ce n'est qu'à titre indicatif au cas où elle rentre avant d'y aller et qu'elle me cherche. Elle a souvent l'habitude de stresser dès que je ne suis pas à l'endroit qu'elle voudrait que je sois. Je donne à manger à Gaston, mon chat et je quitte l'appartement.
J'entre dans le commissariat, je rejoins mes collègues qui sont déjà arrivé. Vu l'heure, il faut qu'on y aille, l'un d'entre nous passe au bureau du commandant pour dire que nous partons et nous prenons une voiture de fonction. Je ne conduis pas, je laisse mon collègue le faire, il aime conduire, il dit qu'il peut draguer aux feux rouges en ouvrant sa fenêtre. Il aime son boulot autant que moi mais lui en profite à fond. « Hé mais vu que c'est un vernissage, il y aura pleins de jolies filles en robe ! » lance-t-il, je souris à sa bêtise, le dernier de nous trois lui répond que nous sommes pas là pour draguer et pour avoir un coup d'un soir pour la nuit. Ces deux là sont à l'opposé, l'un des plutôt fou, prend la vie comme elle vient alors que l'autre est plus sérieux, toujours à prévoir ce qu'il faut faire et à juste faire son boulot. « Tu verras quand il y aura des filles qui viendront te parler avec leur coupes de champagne déjà bien entamé et qu'elles te diront des choses que nous voulons tous entendre, pas vrai Malone ? » Il me sort de mes pensées. « Pas vrai Malone ? T'écoutes ? » « Oui je suis d'accord. » J'avais arrêter de l'écouter lorsqu'il avait parler de femmes qui allaient venir nous parler avec leurs idées, je ne voulais pas qu'elles viennent me voir, je voulais juste faire mon travail et au fond de moi j'espérais qu'elle sera là, celle que je suis venue chercher mais n'ayant aucune informations pertinentes sur elle à part son prénom et son nom, je ne sais pas si je dois m'attendre à la voir. Si je me rappelle bien, elle aimait tout ce qui touchait à l'art mais est-elle invité au vernissage ? Je n'en sais rien. Puis il me fait la moral, comme quoi je suis toujours dans mes pensées, si il savait pourquoi. Personne ne connaît mon histoire, personne ne connaît mon désespoir, un désespoir qui rime à courir après une femme qui m'a fuit. On se gare pas trop loin de l'entrée de la galerie, on sort et on va se présenter. On est accueillir par des proches de l'artiste. On entre dans la galerie et on attend les premiers invités.
Très vite, l'endroit s'est fait prendre d'assaut par les invités et par des curieux qui veulent voir ce que l'artiste fait. J'ai vite jeter un œil aux tableaux, c'est jolie mais ce n'est pas ce que j'aime le plus mais en tout cas ça veut dire quelque chose, ça représente quelque chose. Alors que l'on regardait un peu partout, un homme est venu nous voir, nous disant qu'une femme ne se sentait pas bien, on a courut vers elle. C'était ma sœur, je l'ai prise en charge, elle était heureuse de me voir, m'a prise dans ses bras. « Je suis désolé, je pensais être capable de revenir dans ce genre d’événement »«Ce n'est rien, je te le promet, on va te ramener jusqu'à l'appartement. Tu vas aller te reposer. » Elle ne veut plus me lâcher, ça semblerait logique que ce soit moi qui la ramène à l'appartement mais il y a comme une force supérieure qui me dit de rester, de ne pas quitter les lieux. C'est mon collègue qui la ramène à l'appartement. Je ne me sens pas très bien, je n'aime pas la voir comme ça, elle semblait aller tellement mieux depuis qu'on était arriver ici mais elle fait toujours des crises de panique lorsqu'il y a trop de monde, en venant ici elle a essayé de nous prouver à tous les deux qu'elle allait mieux mais elle a besoin de plus de temps. Même si la prise d'otage a eu lieu il y a plus de dix ans, elle garde de lourdes séquelles de ce passage de sa vie, sa blessure, son coma, la vision d'horreur de tous ces morts qu'elle a eu. Tout revient à la normale, ce n'était pas grand-chose de grave, ça arrive souvent. Tout le monde reprend sa visite, moi je n'arrive pas à m'arrêter de m'inquiéter. J'aurais sûrement dû y aller avec elle, je ne sais même pas pourquoi je suis rester ici. Mon supérieur aurait compris pourquoi j'ai quitté l'endroit. Une nouvelle fois, j'ai l'impression de ne pas être maître de mon corps, de mes pensées et je me retourne, je n'avais aucune raison de faire ça mais je ne peux pas croire à ce que je vois. Elle est là, devant moi. Mon cœur bat plus vite, j'ai l'impression que je ne vais pas réussir à rester debout sur mes deux jambes, ça va être moi qu'il va falloir évacuer, ce sera de famille. Combien de fois j'avais imaginé la voir devant moi comme cela ? Toutes les nuits j'y pensais, à elle, à son regard qui même si à ce moment là elle semble avoir peur n'a pas changer. Moi aussi j'ai peur. Qu'est-ce qu'on fait là, tous les deux alors qu'elle m'a fuit et que je n'avais jamais réussis à mettre la main dessus ? J'aurais pu la reconnaître parmi un millier de filles, c'était elle et j'avais l'air con car aucun mot ne sort de ma bouche. Un tic de nervosité, je remet mes cheveux en place, je fais toujours ça quand je ne sais pas quoi faire. « Je.. Jezabel ? » c'est la seule chose que je peux sortir de ma bouche, j'avais préparé un truc à lui dire au cas où je la voyais à nouveau mais sur le coup je ne peux rien dire que son prénom comme si je voulais être sûr que ce soit elle.
 

 

 


Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 10 Mai - 10:02

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Tout en déambulant dans l’exposition, je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour Dia. Certes, la baby-sitter est quelqu’un de confiance et elle sait ce qu’elle fait. Mais je m’inquiète. Ma fille était tout ce qu’il me restait de l’époque où j’étais avec Ezekiel et si jamais il lui arrivait malheur, je ne pourrais pas le supporter. Je n’avais gardé que peu de souvenir de ces trois années passées avec son père, les quelques photos que j’avais emportées étaient dans une boite en carton bien cachée en haut d’une étagère dans mon dressing, pour éviter que ma fille ne tombe dessus. Elle ne savait rien de l’homme qui l’avait aidé à naître. Parce que je refusais de briser ses rêves. Elle le voyait tellement mieux que ce qu’il était réellement. Elle l’idéalisait beaucoup, tout comme moi au début. Mais je ne voulais pas lui avouer qu’il m’avait trahi, qu’il avait vu une autre femme en même temps que moi. Je lui en voulais tellement pour toute cette histoire. Le soir où je l’avais surpris avec une autre femme, j’étais allée le chercher pour lui annoncer que j’étais enceinte. Mes rêves de petite fille avait volé en éclat quand je l’avais vu enlacer cette autre femme, dont il semblait si proche. Alors que je réfléchissais à tout cela, je sentis quelque chose d’humide rouler sur ma joue. Furieuse de m’être laissé emporter par mes sentiments, j’essuyais rageusement la petite larme qui avait osé se montrer. Parce que malgré la trahison d’Ezekiel, malgré la douleur et la colère que je pouvais encore ressentir à son égard aujourd’hui… Je continuais de l’aimer. Je n’arrivais pas à tourner la page et j’avais même l’impression que je ne voulais pas. Je soupirais avant de me retourner, laissant mon regard vagabonder sur les gens qui étaient présents. Il y avait trois officiers de police qui assuraient la sécurité, ils étaient très reconnaissables avec leurs uniformes. Je me trouvais d’ailleurs non loin de l’un d’entre eux et je me surpris à penser qu’il pouvait s’agir de Kiel. Mais je me traitais mentalement d’idiote, c’était complètement impossible que le jeune homme se trouve ici, à Heatherfield. A moins d’un miracle ou d’un sortilège vaudou quelconque… Et pourtant, quand l’officier se retourna, je ne pus que manquer d’échapper ma coupe de champagne, heureusement vide. Ezekiel était à Heatherfield. J’étais incapable de bouger, incapable de prendre mes jambes à mon cou alors que j’en avais une furieuse envie. J’étais prise au piège de son regard, comme la première fois que nous nous étions vu à l’université de Californie. Un chevreuil devait avoir la même impression quand il se retrouvait dans la lumière des phares d’une voiture. Cette impression de ne pas pouvoir bouger, il ne peut que regarder cette voiture foncer vers lui en sachant pertinemment qu’il va terminer en carpaccio. C’était à peu près l’impression que cela me faisait. Mais outre l’envie de fuir que je pouvais comprendre, une autre envie s’imposa également à moi, plus sournoise. Celle d’aller me blottir dans ses bras, de l’embrasser et de lui arracher littéralement son uniforme. Ce n’était pourtant pas mon genre, j’avais été élevée dans la tradition anglaise et une jeune princesse n’avait pas le droit d’imaginer de telles choses. Et pourtant, je me souvenais encore des muscles d’Ezekiel, même si j’avais l’impression qu’il était encore plus musclé que depuis la dernière fois. Certainement ses entrainements pour entrer dans la police. Je le trouvais terriblement sexy dans son uniforme, encore plus quand il remit ses cheveux en place. Je le connaissais suffisamment pour me souvenir de son petit tic de nervosité, celui-là même qui l’avait toujours trahit. Ce n’est que lorsqu’il prononça mon prénom que je sus quoi faire. Je ne voulais pas lui parler, je ne voulais pas qu’il apprenne pour Dia, je ne voulais pas qu’il me l’enlève. Je terminant ma coupe de champagne en une fois avant de la poser sur un petit guéridon près de moi. Une fois les mains libres, je ne pus que prendre la fuite. Je traversais la galerie d’art en faisant de grands pas avant de me mettre à courir une fois que je fus dehors. Mais courir avec des talons n’avaient jamais été mon fort et j’étais persuadé qu’Ezekiel n’allait avoir aucun mal à me rattraper.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Jeu 11 Mai - 18:35

 

 
Wait for me to come home

 Ezebel
 

 

 
Sa robe. Elle est magnifique. Jezabel, elle est sublime, bleu foncé, ma couleur préférée. Un peu dépassé par la situation, je n'avais pas encore pris le temps de la regarder. D'accord je ne suis pas là pour la regarder, elle et sa robe mais vu ce qu'on dit mes collègues avant, eux ne vont pas se gêner pour le faire, moi j'ai quand même le droit pour Jez', la femme que j'aime. Oh oui je l'aime, je l'ai toujours aimé et aujourd'hui j'en suis sûre. Je n'avais yeux que pour elle et encore aujourd'hui, elle n'aurait pas été dans mon dos, je n'aurais vu que sa robe et sa silhouette. Face à elle, je ne me permet pas de trop la regarder, juste un coup d'oeil rapide pour me rappeler à quel point son corps m'attirait avant et à quel point il m'attire encore aujourd'hui. Tous les deux, on se trouve bête, ne sachant pas quoi se dire, elle ne pensant pas que je puisse être là et moi pris au dépourvu et je ne suis pas capable de lui réciter les grandes lignes que j'avais appris au cas où je la verrais. Je ne savais pas que j'allais la voir, surtout ici. J'avais besoin d'être prêt psychologiquement. Je n'avais juste réussis qu'à dire son prénom, un si jolie prénom. C'est bizarre mais je regarde autour de nous, je vérifie qu'il n'y ait pas mes collègues aux alentours, car de un ils seraient assez intelligent pour aller dire au supérieur que j'ai arrêter de surveiller pour parler avec une femme et de deux ils n'arrêteraient pas de me parler d'elle dans les jours à venir. Je ne sais pas comment ce soir va se passer maintenant, je ne veux surtout pour la perdre, qu'elle disparaisse à nouveau mais je ne veux pas que mes collègues m'en parlent pendant plusieurs jours si c'est pour qu'à chaque énonciation de sa personne je me sente triste. Mais le pire scénario que je pouvais imaginer se passe, pas un mot de sa part, juste son regard perdu, ne sachant pas quoi faire, je comprend sa réaction de ne pas savoir quoi faire mais je ne comprend pas pourquoi elle part. Très vite elle a fait demi-tour, me fuyant. Sur le coup je n'ai pas bougé, déçu qu'elle soit parti mais aussi surpris. Mais encore une fois elle m'échapper, j'allais encore la perdre. Heatherfield n'est pas une grande ville mais je n'avais aucune information sur elle ce qui m'empêchait de savoir où chercher. Je ne pouvais pas juste simplement la voir partir comme ça. Au loin, elle s'en allait. J'ai pris mon courage à deux mains et contre son envie je l'ai suivis pour qu'une fois arriver dehors je l'attrape par le bras pour qu'elle me regarde à nouveau. Qu'on soit à nouveau face à face, qu'elle ne puisse plus me fuir à cause de mon bras qui la tient. Je ne sers plus comme je venais de le faire. En un coup de bras elle pouvait à nouveau partir, je ne voulais pas la blesser mais j'espérais au plus profond de moi qu'elle allait rester, qu'elle n'allait pas partir. Ici, dehors, devant la galerie, c'était la ligne finale que je ne pouvais pas franchir. Même si elle est là, je n'oublie pas que je suis au travail ce soir, je n'ai pas le droit de m’éloigner trop de la galerie en cas de problème. « S'il te plaît reste. Je refuse de te perdre une nouvelle fois. » Je ne voulais pas le dire avec ce ton mais c'était le coeur qui parlait, je la suppliais limite de rerentrer dans l'enseigne et de marcher avec moi pour que l'on parle.
 

 

 


Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Sam 13 Mai - 15:07

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je me sentais idiote, sans réaction devant Ezekiel. Je me souvenais seulement maintenant pourquoi je n’avais jamais mis cette robe, pourquoi elle était restée dans son carton pendant plus de trois ans. Parce que la couleur était la couleur préférée de Kiel. Je le savais, je l’avais toujours su qu’il aimait le bleu foncé mais ce soir, je n’avais pas réfléchi. Et étrangement, je me surprenais à espérer que la robe lui plaisait. Après tout, j’aurais dû la porter à notre bal de promo, bal où il aurait dû m’accompagner. Mais étant donné que j’étais parti avant, il était certainement allé à ce fichue bal avec l’autre jeune femme, celle-là même avec laquelle il m’avait trompé. Je ne savais pas quoi dire, tout ce qui me venait à l’esprit me paraissait bien stupide comparé à l’espoir qui venait de naître en moi. Et s’il était venu me retrouver? Mais à l’évidence, ce n’était pas le cas. La vue de son uniforme fut comme une descente aux enfers. Après tout, il était à la galerie d’art parce qu’il devait la surveiller, pas parce que je m’y trouvais. Il n’était pas venu me retrouver, il n’était pas venu s’excuser. J’avais envie de pleurer mais je gardais un visage froid, ne voulant pas lui faire plaisir en lui montrant mon désespoir. Car il devait bien se douter que je l’avais surpris avec l’autre femme et que je l’avais quitté à cause de ça. C’est pour cette raison que je décidais de prendre la fuite. Posant ma coupe vide sur le petit guéridon derrière moi, je pris mes jambes à mon cou, quittant la galerie. Je me doutais qu’Ezekiel allait chercher à me suivre et avec mes talons, je n’opposais pas une trop grande vitesse. Et puis, Kiel m’avait toujours battu à la course à pieds alors je ne me faisais pas trop de soucis, s’il voulait me rattraper, il n’aurait aucun mal à le faire. D’ailleurs, je sentis rapidement une pression sur mon bras, celle de la main d’Ezekiel. Je fus stoppé dans ma course alors qu’il prenait la parole. Les mots qu’il prononça me mirent en colère, plus que ce que j’aurais pensé. Je tournais alors la tête vers lui, le visage toujours aussi froid alors que je croisais les bras sur ma poitrine après avoir fait lâcher prise à Ezekiel. « Me perdre à nouveau? Tu ne m’aurais pas perdu la première fois si tu n’avais pas joué un double jeu! » Il allait très rapidement savoir de quoi je voulais parler. Et il était hors de question qu’il se fasse passer pour la pauvre petite victime. C’était lui qui m’avait trompé et pas l’inverse. Alors j’allais rapidement lui rappeler qui avait trahi l’autre.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Sam 13 Mai - 17:57

 

 
Wait for me to come home

 Ezebel
 

 

 
Alors que je la suivais, j'étais dans mes pensées. Je voulais lui parler, lui dire de rester et j'essayais de trouver la bonne tournure de phrase. Mais dans un coin de mon esprit j'avais l'image de sa robe, elle me disait quelque chose puis d'un coup ça a fait tilt dans ma tête. Je sais. Cette robe, on est allé la choisir tous les deux. Ca allait être notre bal de promo, la faculté avait organisé un bal pour la fin de nos études, ce n'était pas fréquent pour des universités mais la notre prônait la fraternité entre les élèves, elle disait qu'il n'y avait aucune concurrence entre nous alors que nous savions que si. Avec Jezabel, on avait prévu d'y aller ensemble vu qu'on était ensemble. On voulait passer la soirée tous les deux mais aussi avec nos amis. Ca allait sûrement être la dernière soirées où on devait tous se voir avant que chacun parte de son côté pour faire sa vie.  A l'époque, ça m'avait brisé le coeur de penser qu'on allait plus être tous ensemble mais je me disais que j'allais garder Jez', qu'elle sera toujours avec moi. Je lui avait proposé cette robe car elle m'avait tapé dans l’œil, par sa couleur mais aussi par sa forme, je la voyais bien dedans. Jezabel l'a essayé et j'étais resté bouche bée, à cet instant là j'étais tombé amoureux d'elle encore une fois. A ma tête et avec les incitations de la vendeuse, elle l'a pris. J'étais heureux, j'allais avoir la plus belle femme de la soirée à mon bras. Enfin, c'est vite dit « à mon bras », je n'avais pas prévu qu'elle parte avant. Oui elle a disparut avant le bal. La seule personne que je ne voulais pas savoir loin de moi était parti. J'ai fait une croix sur le bal. J'aurais voulu faire un croix sur le bal sauf que mes amis m'ont poussé à venir. Qu'est-ce qu'elle a été nulle cette soirée sans Jezabel. Je l'imaginait danser sur la piste de danse, j'ai toujours aimé la façon dont elle a à bouger le corps. Je l'imaginais juste car elle n'était pas là. Je suis très vite partis du bal, j'en avais marre de tous les avoir s'amuser, s'aimer alors que moi j'étais seul. Je voulais aussi lui dire à quel point je l'aimais, mais comment, elle n'était plus là. Quand j'ai dis à mes amis que je voulais partir de la fête, ils m'ont laissé partir, ils ne m'ont pas retenu, ils avaient vu que je n'étais pas moi-même ce soir là. Je n'avais pas dansé de la soirée, à quoi bon ? Je me souviens être rentrer à l'appartement que je partageais avec Jezabel, j'avais fait le tour de la chambre, c'était comme si je sentais encore son odeur, son parfum alors qu'il n'y avait plus rien qui lui appartenait ici. Elle avait pris le soin de tout prendre, de ne rien laisser. Elle avait dû faire le tour de l'appartement plusieurs fois pour vérifier. Je me sentais nul, vraiment, sans vie, sans envie. J'ai juste appelé ma sœur, celle qui savait comment me remonter le moral, elle s'est ramenée avec de l'alcool et j'ai finit ivre, je m'en fichais, le lendemain on était samedi et c'était les vacances. C'était cette robe qu'elle aurait dû mettre  au bal. Pourquoi l'a-t-elle mis ce soir ? Pour aller de l'avant ? Je m'étais souvent demandé si elle l'avait gardé, devant moi j'avais la réponse. Ca devait être le destin qui nous réunissait ce soir. Je ne la cherchais pas vraiment et elle est apparut. C'est comme tout, quand on cherche un objet pendant des heures, on ne met jamais la main dessus et c'est quand on se pose dans le canapé qu'on le voit posé sur la table. Quand je lui ai attrapé le bras, elle avait un visage fermé, froid. Je souffre de la voir comme ça contre moi, je ne l'avais jamais vu comme ça auparavant. J'avais toujours son sourire en tête et je faisais toujours tout pour que ce sourire soit sur ses lèvres, je voulais qu'elle soit le plus heureuse possible. J'ai dû merdé à un moment, mais où ? Elle me reprend, elle me parle de double jeu. Je la dévisage, je n'ai aucune idée de quoi elle parle. Même si je prend le temps de passer en revu tout ce que j'avais fait à l'époque, je ne voyais pas où il y avait un double jeu. Je la respecte trop pour la tromper, pour aller voir ailleurs, déjà avant je la respectait autant pour ne pas lui faire ça alors de quoi elle me parle. « Je ne vois même pas de quoi tu parles. Tu es partis, je t'ai perdu. Je n'ai jamais voulu te perdre et jamais je n'aurais fait quelque chose qui m'aurait fait te perdre. »
 

 

 


Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Sam 13 Mai - 18:45

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je me souvenais encore du jour où nous étions allés chercher cette robe, tous les deux. J’avais un temps douté de cette robe, ne sachant pas si elle allait m’aller. Mais pour Kiel, pour lui faire plaisir, j’avais passé la robe. Et quand j’étais sortie de la cabine, j’avais compris que c’était cette robe ou aucune. J’avais eu l’impression qu’Ezekiel me redécouvrait, qu’il tombait à nouveau amoureux de moi alors que j’ignorais que cela puisse être possible. Je me demandais pourquoi je n’avais pas jeté cette robe depuis le temps. J’avais certes oublié son existence pendant trois années mais j’aurais dû m’en débarrasser au moment de partir ou du moins, la laisser à Kiel parce qu’après tout, c’était lui qui l’avait acheté. Mais je me souvenais que j’avais eu envie de garder une chose, un souvenir de ma vie commune avec le jeune homme. Cette robe avait une grande valeur pour moi, tout comme les photos qui se trouvaient dans mon dressing. Je n’avais pas pu me résoudre à mettre trois années de vie commune à la poubelle et même encore aujourd’hui, je ne pouvais m’y résoudre. C’était pour cela que j’avais porté cette robe aujourd’hui, pour me souvenir de lui, de cette partie de ma vie si heureuse mais encore tellement douloureuse. J’avais dû faire face à ma grossesse seule et mon accouchement également. Le pire était que je m’étais brouillée avec ma famille quand je leur avais dit que j’étais enceinte. Ils avaient voulu que j’en parle avec le père, qu’ils sachent s’il était question de mariage. Ce soir-là, j’avais prévu de tout avouer à Kiel, de lui dire que j’attendais son enfant mais aussi de lui parler de ma famille, ce boulet que je trainais. Parce que oui, ce n’était pas toujours sympas ou cool d’être membre de la famille royale britannique. Et quand ils avaient appris que non seulement il n’était pas question que je me marie mais qu’en plus, j’avais quitté le père de mon enfant, j’aurais préféré ne pas être dans la pièce. Mon père avait été très virulent dans ses mots et en trois ans, nous ne nous étions quasiment pas parlé. J’avais toujours contact avec mes frères et ma belle-sœur mais mon père ne voulait pas entendre parler de moi. Ma mère me téléphonait souvent, au moins une fois par semaine et elle me donnait de ses nouvelles. Je savais que lui aussi souffrait de la situation mais il avait une certaine fierté qui l’empêchait de faire un pas vers moi. Et dire que tout était de la faute de Kiel, s’il ne m’avait pas trompé, rien de tout cela n’aurait eu lieu… Alors oui, je gardais un visage froid quand il me parla et je devins réellement furieuse quand il osa me répondre qu’il ne voyait pas de quoi je voulais parler. « Ah oui, tu ne vois pas… Eh bien, va demander à l’autre femme, celle-là même que tu serrais si tendrement dans tes bras à la vitrine du café où tu m’avais dit aller. » On sentait bien toute ma colère dans ma voix mais je grimaçais en me rendant compte que l’on pouvait également sentir toute ma souffrance. Je pensais en être débarrassé, avoir tourné la page mais rien. Je souffrais toujours autant d’avoir surpris Kiel avec une autre femme et je gardais les dents serrées, incapable de parler. Je savais que si je parlais, ma souffrance allait encore se faire sentir et je n’allais pas pouvoir garder mon calme bien longtemps. Les larmes n’étaient pas loin. Et j’avais suffisamment pleuré le soir même de cette découverte pour ne plus pleurer maintenant.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Sam 13 Mai - 19:23


Wait for me to come home

Ezebel


Ca me fait plaisir qu'elle ait garder cette robe, elle voulait dire beaucoup pour moi. Le jour où elle l'a essayé, je ne la voyais pas dans une autre robe. Aujourd'hui, dans cette même robe, je ne peux que souffrir qu'elle ait fuit. J'aurais tellement aimé la voir comme ça au bal. Je dois avouer que tout au long de la soirée j'avais espérer qu'elle revienne, qu'elle me dise que c’était une blague, que c'était pour voir comment je réagissais. Je rageais à son absence. Aujourd'hui j'aimerais lui dire ça, lui lancer ça à la figure mais elle le prendrait mal et vu son visage je n'ai pas à sortir la mauvaise phrase. Là qu'elle était en face de moi, qu'elle était énervé et donc qu'elle n'avait pas forcément l'envie de partir, de fuir une nouvelle fois, je ne pouvais que la contempler. Elle est magnifique. Encore aujourd'hui je la trouve magnifique dans cette robe, les trois ans l'ont embellis même si elle semble fatiguée et si quand elle parle, elle semble triste. Elle est triste par ma faute, par ce que j'ai fait mais comment expliquer la situation si il n'y a qu'elle qui sait de quoi elle parle. Une nouvelle fois, je tombe amoureux d'elle. J'ai envie de l'embrasser, que tout redevienne comme avant tellement je suis heureux de la revoir, même si, j'avais espérer qu'elle soit contente aussi, qu'elle ne soit pas en colère, après tout c'est elle qui est parti, c'est moi qui ait souffert de son départ. Je lui avoue que je ne sais pas de quoi elle parle. Je dois dire que là je suis perdu, moi qui joue sur deux tableaux, ce n'est pas mon genre. C'est avec beaucoup de colère mélangé à de la souffrance qu'elle me parle d'un café où j'ai pris une femme dans mes bras. Il m'a fallut quelques secondes pour me rappeler de qui c'était. J'ai recontextualisé et j'ai compris. Sur le coup je ne sais pas si je devais rire ou pleurer même si pleurer l'emporte un peu. En quelques secondes, elle m'avait cité la raison de son départ et j'avais envie de m'écrouler par terre, de pleurer et qu'on me laisse tranquille mais je dois avouer que ce n'est pas trop le moment ni l'endroit pour le faire.  Cette autre femme, si chère à mes yeux, celle que j'ai pris dans mes bras pour la remercier d'être là pour moi n'est personne d'autre que ma sœur, ma Charlotte. Je suis très proche de ma sœur, elle est tout pour moi depuis que j'ai faillit la perdre sous mes yeux. Je sais qu'elle est traumatisé par cet événement, par la prise d'otage, même si elle a toujours fait genre que c'était derrière elle, je la vois souffrir. Alors je la couvre, je la fais participer à ma vie. Je veux qu'elle soit importante pour moi. Souvent je lui ai parlais de Jezabel, elle me disait toujours que j'avais une lumière dans les yeux quand je prononçais son nom. Je la croyais. Elle en été sûr, j'étais amoureux de Jez', elle ne m'avait jamais vu comme ça. Pourtant, elle n'a jamais voulu la rencontrer, moi non plus je ne voulais pas qu'elle la rencontre. Charlotte pouvait parfois agir bizarre, faire des crises de panique au beau milieu d'un repas ou d'un vernissage comme aujourd'hui puis elle n'est pas vraiment à l'aise avec les gens, je pensais que c'était une mauvaise idée pour elle de se voir. Pourtant, plus les jours avançaient, plus je voulais que ça devienne concret entre Jezabel et moi. J'avais beaucoup réfléchis et je voulais l'épouser, je voulais qu'elle soit mienne. Je ne pouvais pas faire autrement que d'en parler à Charlotte. Je voulais faire ma demande mais j'hésitais, je voulais finalement que les deux femmes se rencontrent pour qu'elles se connaissent, pour que Charlotte me dise si Jezabel lui plait. Je sais que je dois vivre pour moi mais j'aurais refusé que les deux ne s'entendent pas. C'est sûrement pour ça que j'ai fait traîner leur rencontre car j'avais peur, j'avais peur du jugement de Jezabel sur ma sœur et inversement. Et si Jezabel n'était pas aussi bien que Charlotte le pensait ? Je n'aurais pas su comment réagir. L'épisode du café était un rendez-vous entre Charlotte et moi, je voulais lui proposer de rencontrer Jezabel et je lui ait aussi parler du mariage. Elle voulait que je me marie avec Jezbael mais c'est vrai qu'elle voulait la voir. Cependant, elle me soutenait, si je pensais qu'elle était la bonne pour moi, je ne devais pas traîner, la laisser tomber voir partir. A la fin de notre rendez-vous car elle devait aller travailler, je l'ai prise dans mes bras, elle était si chère à mes yeux. On était à côté de vitrine du café, Jezabel a du passer à ce moment là. Pourquoi elle est partit ? Pourquoi elle n'est pas venu me parler ? Me demander qui c'était cette fille ? J'aurais galérer à lui répondre, à lui dire que c'était ma sœur dont je ne voulais pas lui parler car j'avais peur qu'elles ne s'entendent pas. Même là, devant elle, elle a cru que je la trompé avec une autre femme mais comment lui dire trois ans après que ce n'était que ma sœur. Je ne voulais pas être méchant, surtout pas envers Jezabel, pas maintenant que je l'avais retrouvé mais je ne pouvais pas faire autrement qu'avoir une voix grave et méchante envers elle. Malgré ça, elle pouvait comprendre mon incompréhension de ses actes. « Vraiment ? Tu es partis pour ça ? Tu n'as même pas pris le temps de venir me voir pour me poser des questions ? Tu t'es fait tes histoires dans ta tête et tu n'as pas cherché à les vérifier ? » Puis l'énervement passe à la tristesse, je ne veux pas pleure, je ne veux pas qu'elle voit que ça m'atteint. « Alors, tu me vois comme un homme capable de tromper la femme qu'il aime ? Si c'était vrai, tu crois pas que j'aurais fait attention, je suis plus malin que ça. Tu te rappelles de Charlotte, je t'en ai souvent parlé sans jamais l'inviter à l'appartement, lui trouvant toujours des excuses pour qu'elle ne passe pas pour dîner. C'était elle. » Je lui avais souvent parler de Charlotte, elle savait très bien que ce prénom est celui de ma sœur. Mais ce que Jezabel n'a jamais su, c'est ma relation fusionnelle avec elle.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Sam 13 Mai - 21:54

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Ainsi, debout devant Ezekiel, j’étais tiraillée entre deux envies. Celle de tout lui dire, de tout lui avouer sur ce que j’avais vécu en trois années, à cause de lui. A cause de sa trahison. Et de le bannir à jamais de ma vie. Mais il y avait une toute autre envie, plus sournoise. Lui parler de Dia, de sa fille, de la lumière qu’elle apportait dans ma vie grâce à lui. J’étais tiraillée entre mon envie de ne plus le voir et mon envie qu’il fasse à nouveau partie de ma vie, de notre vie. Je ne voulais pas que Dia grandisse sans père, sans son père mais en même temps, je ne savais pas si Ezekiel était capable de faire une place dans sa vie pour ma petite princesse. Je voulais qu’il devienne son père, qu’il retrouve ce rôle que je lui avais volé en partant. En parlant de ça, j’avais l’impression que j’allais me retrouver idiote concernant la raison de mon départ. J’avais l’impression que face à Kiel, ma raison qui me paraissait être une excellente excuse n’était qu’une fuite en avant, qu’une idiotie. Que j’avais fait la plus grosse bêtise de ma vie et que je n’allais pas tarder à m’en mordre les doigts. Je lui envoyais alors à la figure que je savais qu’il m’avait trompé, qu’il avait vu une autre femme que moi. Sauf que je ne m’attendais pas à ce qu’il me répondit. Et effectivement, je me sentais soudain bien idiote d’avoir pu croire qu’il me trompait, de ne pas lui avoir demandé d’explications. J’aurais dû entrer dans le café quitte à faire une scène, pour lui demander qui était cette femme. Mais sur le coup, j’avais tellement été persuadé que Kiel me trompait que je ne voulais pas affronter la vérité. Sauf qu’apparemment, la vérité était tout autre. Je me pris la méchanceté du jeune homme en plein visage, me rendant réellement furieuse. Mais ce qu’il ajouta me laissa une impression de malaise. Charlotte… Ce prénom, je le connaissais, c’était celui de la sœur d’Ezekiel. Alors, c’était elle qu’il avait pris dans ses bras, c’était sa sœur. J’étais effectivement une idiote, certainement la pire que la terre ait porté. J’avais pensé que mon homme, mon Kiel m’avait trompé mais il était juste en train de parler avec sa sœur. « Et comment tu voulais que je le sache, tu ne me l’as jamais présenté, pas même en photo… » J'avais parlé d'une petite voix, incapable d'être en colère plus longtemps... J’avais envie de me faire toute petite, d’entrer dans un trou de souris pour ne jamais en sortir. Je le croyais quand il me disait qu’il s’agissait de sa petite sœur, Ezekiel avait peut-être des défauts mais ce n’était pas un menteur. Je commençais réellement à me sentir mal, je ne savais plus où me mettre. Je ne savais pas quoi faire, je n’avais certainement jamais été aussi perdu que maintenant, face à Ezekiel. Comment voulez-vous que je reste fâcher contre le jeune homme en sachant que la fautive dans toute cette histoire, c’était moi… J’avais soudain envie de me blottir dans les bras du jeune homme, de lui demander pardon pour le mal que je lui avais fait, qu’il me pardonne pour ces trois années d’absence. Mais tout ce que je trouvais à faire, c’était regarder le jeune homme, une lueur de désespoir dans le regard. Alors que je commençais doucement à me rendre compte de ce que j’avais fait, je sentis mes jambes se dérober sous mon poids. Je voulus me rattraper à quelque chose mais je n’avais rien pour me rattraper alors je me mis doucement à vaciller sur mes jambes. Je n’arrivais pas à croire que j’étais partie sur un coup de tête, sur une idée fausse…
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Dim 14 Mai - 21:36


Wait for me to come home

Ezebel


Son départ, sa fuite, je ne la comprend pas. Pourquoi c'est-elle fait toute cette histoire ? Elle me connaissait, je n'aurais jamais pu lui faire ça, pas à elle surtout. Je n'aurais jamais pu éprouver des sentiments aussi fort pour une autre femme qu'elle. Pendant trois ans, je me suis demandé pourquoi elle était partis et aujourd'hui je le sais enfin et je suis déçus. J'aurais pensé qu'elle avait de vraies raisons et non juste des suppositions de tromperie. J'aurais tellement aimé qu'elle me rie dessus dans ce café, qu'elle y rentre pour faire une scène ou j'aurais voulu qu'elle m'attende, devant le café ou à l'appartement pour que l'on puisse parler. Nous venons de perdre trois ans de vie commune à cause de ce qu'elle a cru qui était totalement faux. Ca me semble bizarre de la part de Jezabel, elle est le genre de personne qui fait des recherches avant d'avoir un avis tranché sur un débat, comme je la voyais, elle aurait chercher à savoir qui était la fille que j'ai pris dans mes bras. Il devait forcément y avoir quelque chose d'autre, quelque chose que je ne connais pas et qui l'a poussé à me quitter. Elle me rapproche de ne pas lui avoir présenter  Charlotte, qu'elle ne la connaissait pas et donc qu'elle ne pouvait pas savoir que c'était elle mais comment lui dire maintenant que j'avais peur, peur du jugement qu'elles auraient eu l'une sur l'autre. Je dressais un tableau parfait de Jezabel à ma sœur et j'avais peur qu'elle me dise que je l'idéaliser, qu'elle n'était pas comme je le pensais et que l'amour m'a rendu aveugle. Pourtant, c'était son jugement extérieur que je voulais pour notre mariage, elle seule aurait pu savoir si Jezabel était la femme de ma vie. Sa phrase était plus douce, elle devait se sentir coupable, coupable alors que si on y pense bien, c'est de ma faute. C'est de notre faute à chacun, j'aurais dû lui présenter ma sœur, elle aurait dû me faire confiance dans ma fidélité. Je n'aime pas la voir comme ça, ma révélation lui a fait du mal et je m'en veux, je m'en veux aussi d'avoir hausser le ton sur elle. Peut-être qu'elle le mérite car c'est elle qui est parti, c'est elle qui a cru des histoires imaginaires, moi je n'ai fait que subir, subir trois années sans elle dont un an à la rechercher partout sur le globe. « J'aurais dû... » Je ne trouvais rien de mieux à lui dire, nous aurions tous les deux dû… C'est facile à dire maintenant. Merde, je suis totalement contradictoire dans ce que je pense, une partie de moi veut la haïr pour ce qu'elle a fait mais une autre m'insulte, me disant que j'aurais dû lui présenter Charlotte car avec cette rencontre, ça ne ce serait jamais passer. Je la haït elle mais je me haïs moi aussi. Elle me regarde dans les yeux et j'ai envie de tout lui pardonner, je l'aime tellement que je serais prêt à oublier tout ça pour que l'on revienne ensemble, c'est fou cette envie de tirer un trait sur tout ce qui m'a fait souffrir pour la retrouver. Son visage change progressivement de couleur, son rose des joues passe vers un blanc. Instinctivement je m'approche d'elle pour la tenir, ses jambes trembler, bientôt elles n'auraient plus tenu le poids de son corps, je ne voulais en aucun cas qu'elle tombe et qu'elle se fasse mal. Nous sommes proche et ça me fait quelque chose, à présent je peux sentir l'odeur de son parfum, je la touche, un contact que je n'aurais pas établis quelques secondes avant. « Jez. Tu vas bien ? » Ma question est stupide car je vois très bien qu'elle ne va pas bien mais c'est la question que l'on pose tout le temps, rien que pour voir si elle continue à être consciente. Je regarde autour de nous, j'essaie de voir quelque chose pour la faire s'asseoir. Je l'aide à marcher jusqu'à un banc qui se trouve contre la façade du bâtiment à côté de la galerie. Je veux qu'elle s'assoit. Une fois qu'elle est assise, je me baisse pour me mettre à sa hauteur pour la regarder dans les yeux. « Ca va ? Tu es blanche, tu devrais rentrer chez toi pour te reposer et reprendre des forces. » Je lui souris. Sur le coup j'oublie tout et je ne pense qu'à sa sécurité.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Dim 14 Mai - 22:10

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
C’était un cauchemar… Oui, c’était ça, je m’étais endormie dans la galerie d’art et tout ceci était le fruit de mon imagination. Ezekiel ne se trouvait pas devant moi, je n’avais pas appris que la femme avec laquelle je pensais qu’il me trompait était en réalité sa sœur. C’était impossible, je ne voulais pas y croire. Et pourtant, je savais que le jeune homme n’était pas un menteur et qu’il s’agissait donc bel et bien de Charlotte dans ce café. Si seulement j’avais pris une autre décision, celle d’entrer dans le café ou de l’attendre à l’appartement… Mais j’étais enceinte d’à peine trois semaines et je ne voulais pas risquer une fausse couche à cause de l’énervement alors j’avais préféré fuir plutôt que de faire face à la réalité. Je n’avais pas voulu qu’il arrive malheur à l’enfant d’Ezekiel parce que, même si nous n’avions jamais parlé d’avoir des enfants ensemble, je voulais faire ma vie avec le jeune homme, je voulais qu’il devienne ma famille. Une famille un peu plus normale que la mienne. Parce que même si la mère du jeune homme était connue, il avait grandi en étant protégé des journalistes, ce qui n’était nullement mon cas. Toute mon enfance avait été épiée depuis mon arrivée officielle à Buckingham, après la mort de la première épouse de mon père. Tous mes faits et gestes avaient été analysés et même mon histoire d’amour avec Ezekiel avait été rendu publique en Angleterre. Bien sûr, ça avait fait du bruit dans la famille. Heureusement, ma grossesse n’avait jamais été dévoilée et j’étais passée à côté d’un gros scandale. Dans la famille royale, il n’est jamais bien vu qu’une jeune femme ait un enfant sans être mariée, même si elle est avec le père depuis des années. Devais-je d’ailleurs lui dire la réelle raison de mon départ, lui apprendre qu’il avait une fille? Ou devais-je rentrer chez moi pour réfléchir à toute cette histoire? Je ne savais pas quoi faire, j’étais encore plus perdue qu’avant. Je commençais doucement mais surement à me sentir mal, mes jambes s’étaient mises à trembler et mon visage virait au blanc. Je me sentais terriblement coupable d’être parti, d’autant plus que Dia était désormais dans l’équation. Je n’aurais jamais dû la priver de son père et ne jamais avouer à Ezekiel qu’il était papa. Le jeune homme se rapprocha de moi et m’attrapa. Nous étions bien plus proches qu’avant et je pouvais sentir l’odeur de son aftershave. C’était toujours le même et je sentis les larmes me monter aux yeux en m’en rendant compte. Il me demanda alors si j’allais bien et je secouais négativement la tête. Je ne pouvais pas parler, j’allais me mettre à pleurer sinon. Ezekiel m’aida à marcher jusqu’à un banc où je pus m’asseoir tout en essayant de remettre de l’ordre dans mes pensées. Je devais me raccrocher à quelque chose de concret. Ma fille, c’était mon encre ici même. Mais penser à Dia me faisait inexorablement revenir à son père, à Ezekiel. Il était là, en face de moi… Les yeux fixés sur le trottoir sous mes pieds, je redressais la tête quand il ajouta que je devrais rentrer chez moi pour me reposer. Je hochais la tête mais je savais également qu’en rentrant, je devrais me séparer d’Ezekiel et étrangement, je n’en avais pas envie. Je prenais beaucoup sur moi pour ne pas me mettre à pleurer mais c’était de plus en plus difficile. « Oui, je… Je vais rentrer… C’est mieux… Je pense… » J’avais réussi à parler sans me mettre à pleurer mais j’avais eu beaucoup de difficulté. J’avais l’impression que l’on pouvait parfaitement sentir les sanglots dans ma voix mais aucune larme ne coulait sur mes joues. Mes mains étaient crispées sur mes cuisses alors que je me demandais soudain si Ezekiel allait être capable de me pardonner ma bêtise, mon idiotie, mon manque de discernement. Parce que maintenant que je l’avais retrouvé, je ne voulais plus le voir partir. Mais je voulais également retrouver ma relation avec le jeune homme et j’avais dans l’idée que ce n’était pas possible. Je reportais mon regard sur le trottoir, rageuse de sentir soudain une larme couler sur ma joue. Je savais qu’Ezekiel n’avait jamais aimé me voir pleurer et je ne voulais pas de sa compassion, pas ce soir. Il serait encore plus difficile de garder mon calme, de contrôler ces larmes qui ne demandaient qu’à sortir.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Dim 14 Mai - 23:03


Wait for me to come home

Ezebel


Il n'y avait des choses que je ne savais pas. Jezabel est trop intelligente pour que sa fuite ne soit dû qu'à ses idées folles sur le fait que je l'ai trompé. Il y a autre chose, je le sens mais je ne peux pas l'obliger de m'en parler, surtout maintenant. J'ai une partie de la réponse, une pièce du puzzle, c'est déjà bien, je ne veux pas en demander de plus ce soir. Si elle veut me parler de quelque chose, alors elle devra le faire par elle-même. Bien sûr je met ça dans le futur, je ne compte pas la laisser là et partir et l'oublier. Elle ne connaît pas les efforts que j'ai fait pour retrouver ne serait-ce que son nom. J'ai cherché partout, j'en suis devenu fou. Son absence m'a rendu fou. Je ne savais pas pourquoi, je ne savais pas où elle était et j'avais besoin d'elle ; J'ai toujours besoin d'elle aujourd'hui, peut-être encore plus qu'avant. Son comportement me montre qu'elle s'en veut et moi je devient exciter à l'idée qu'elle me laissera à nouveau rentrer dans sa vie. Je meurs d'envie qu'elle revienne dans les bras, dans mes draps. Je veux qu'elle. Je n'ai toujours voulus qu'elle et maintenant que j'ai remis la main dessus, jamais elle ne pourra partir, je ne la laisserais pas, quitte à la surveiller. Je ne veux même pas la laisser rentrer seule, je veux continuer de la suivre, ne plus la perdre. Elle est consciente qu'elle a besoin de rentrer chez elle. Je compte bien l'accompagner. Puis ça va me permettre d'en savoir plus sur elle, peut-être que beaucoup de choses se sont passés en trois ans, de mon côté pas grand-chose mais j'imagine qu'elle si. Même si j'ai été triste pendant ses trois dernières années, je m'autorise à penser qu'elle pouvait être heureuse, qu'elle est allée de l'avant, je l'spère même, j'ai besoin de savoir qu'elle a continué à vivre sans moi alors que de mon côté, plus les jours sans elle passaient, plus j'étais prêt à me laisser mourir de désespoir. Elle avait une avance sur moi, elle connaissait la raison de son départ et elle savait où me trouver si elle avait besoin. J'ai toujours espérer qu'elle revienne un jour, comme pour le bal de promo où je rêvais qu'elle refasse son apparition, je voulais qu'elle sonne un matin à l'appartement, elle aurait même pus me réveiller, j'en aurais rien eu à faire temps qu'elle était là. J'ai espéré jusqu'à ce qu'un jour je me dise qu'elle n'avait plus besoin de moi car elle n'était jamais revenue. Je l'ai cherché car contrairement à elle, j'avais besoin d'elle. Je voulais qu'elle me dise les petites choses du quotidien, de notre quotidien. Sa voix était bizarre quand elle me parlait, elle était triste, je le sentais et je n'aimais pas ça. J'avais envie de la prendre dans mes bras et au mieux de l'embrasser, je voulais lui montrer que j'étais là pour elle maintenant et qu'elle n'avait plus rien à craindre mais je n'ose pas, je n'ose pas aller de l'avant pour plus de contact. Je ne sais pas du tout si elle veut que je la touche, que je la prenne dans mes bras. Elle baisse souvent le regard avec le sol, je voulais juste me perdre dans ses yeux comme j'aimais le faire avant mais elle, elle essaie de se cacher, de cacher sa tristesse. Ca me fait mal au coeur, je n'ai jamais aimé la voir pleurer. Je voulais qu'elle ait toujours son jolie sourire sur les lèvres, elle mérite tellement de sourire tous les jours. Ce soir, elle pleure à cause de moi, à cause de nous et ça me brise le coeur car je n'ai pas la possibilité de lui faire oublier ses larmes. Je ne peux pas tenter de l'humour, ce serait déplacer mais si ça lui donnerais une idée que je suis toujours le même mais encore une fois je n'ose pas. Pourquoi je n'ose pas face à Jezabel ? Pourquoi je n'ai plus confiance en moi ? Car j'ai à présent peur de faire un faux pas qui la ferait à nouveau fuir. Elle n'a pas envie de me parler. Je ne veux pas la forcer. Je me redresse. « Je te ramène chez toi. » Je n'ai pas le droit, je ne dois pas quitter la galerie, je ne l'ai pas fait pour ma sœur mais je le ferai pour Jezabel. Alors comme ça ma sœur ne mérite pas de me faire perdre mon travail mais Jezabel si ? J'enlève mon manteau pour lui mettre sur les épaules, il fait froid ce soir, elle tremble, je ne veux pas qu'elle attrape froid, moi je suis en chemise je ne risque rien. Je lui tend la main pour qu'elle se lève pour qu'elle puisse me suivre à la voiture. J'espère qu'elle va la prendre, j'ai envie de sentir sa douce main dans la mienne.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 15 Mai - 9:54

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je me doutais bien qu’Ezekiel savait qu’il y avait une autre raison à mon départ, une véritable raison. J’étais plus intelligente que cela et il le savait. Mais comment lui dire qu’il était papa, que j’avais fui pour ne pas perdre son enfant? J’aimerais lui en parler mais je ne sais pas comment aborder le sujet… Y aller directement me semblait être le meilleur moyen de lui faire peur. Et en même temps, j’avais envie qu’il fasse la rencontre de Dia sans savoir qui elle était pour lui. Je voulais qu’il me dise en toute honnêteté ce qu’il pensait de sa fille. Même si je me doutais bien qu’il ne pouvait la trouver qu’adorable, j’avais peur, peur qu’il ne l’apprécie pas. Et dans ce cas précis, je ne savais pas si je devais lui dire la vérité. La morale voudrait que je lui dise qu’il était le père d’une petite fille de trois ans… Mais je ne voulais pas qu’il parte, qu’il fuit comme moi j’avais pu le faire. Etrangement, j’avais envie qu’Ezekiel retrouve sa place à mes côtés et qu’il trouve sa place aux côtés de Dia mais en avais-je réellement le droit? Le sujet Dia est un sujet épineux, une corde sensible dans notre histoire. J’étais persuadé qu’il allait m’en vouloir de lui avoir volé son rôle de père, c’était même logique voyez-vous. Il fallait que je rentre chez moi pour réfléchir à tout ça, définir une ligne de conduite pour définir si oui ou non, Ezekiel pouvait accepter non seulement que je rentre à nouveau dans sa vie mais que je le fasse avec notre fille. J’étais perdue, encore plus qu’avant et je me rendais compte de l’idiote que j’avais pu être. Mais en même temps, Ezekiel n’avait qu’à me montrer des photos de sa sœur, on en serait pas arrivé là. Mais tout ce que je trouvais à faire, c’était de faire un mini malaise. Ezekiel me fit asseoir sur un banc avant de me proposer de rentrer. C’était le mieux à faire, rentrer, se coucher et dormir. Mais je ne voulais pas quitter Ezekiel, j’avais trop peur que tout ceci ne soit qu’un rêve et qu’à mon réveille, le jeune homme ait disparu. Ce serait trop douloureux pour moi. Je me rendais compte que j’avais toujours autant besoin de la présence d’Ezekiel à mes côtés et je ne savais pas quoi faire. Il me proposa alors de me raccompagner et j’eus un instant de doute. N’était-il pas chargé de surveiller la galerie d’art? Je ne voulais pas qu’il perde son poste à cause de moi mais en même temps, je ne me voyais pas rentrer seule chez moi, je ne voulais pas avoir d’accident. Il me tendit alors sa main pour m’aider à me relever et je n’hésitais pas longtemps avant de glisser la mienne dedans. Une fois sur mes jambes, je sentais bien qu’elles n’étaient pas aussi solides que j’aurais voulu alors je me rapprochais légèrement du jeune homme pour poser mon autre main sur son bras. Officiellement, j’avais besoin de ça pour marcher. Officieusement… J’avais besoin de ce contact plus encore que ce que j’aurais pensé. Les trois années qui venaient de s’écouler avaient été très difficiles, sans la présence du jeune homme. Dia m’aidait un peu à surmonter son absence mais elle me le rappelait également tous les jours. Elle ressemblait énormément à son père dans tous les gestes qu’elle pouvait faire, la façon de se tenir toujours droite quand je lui disais non, la façon qu’elle avait de bouder en faisant une petite moue avec son visage. Si physiquement, elle me ressemblait, mentalement, c’était son père. Il me conduisit alors jusqu’à la voiture de police qui était stationnée non loin de là et on put se rendre jusqu’à chez moi. L’habitacle était silencieux, je ne parlais que pour le guider de le quartier jusqu’à chez moi. Une fois arrivé devant le manoir, je lui fis signe de s’arrêter. Mes jambes avaient retrouvé de la solidité et je pus marcher calmement jusqu’à l’entrée. La baby-sitter nous avait vu arriver et elle s’inquiéta tout de suite, à peine avais-je passer la porte d’entrée. Je tentais de la rassurer mais j’étais encore assez pâle et elle ne crut pas un strict mot de ce que je lui avais dit. Je lui demandais si Dia était couchée car elle avait école le lendemain et à peine avais-je fini de parler que j’entendis un petit bruit de course dans les escaliers. Dia se précipita vers moi et je manquais de tomber à la renverse, pas encore tout à fait stable. « Tu devrais dormir Dia, t’as vu l’heure? Y a école demain ma chérie. » Je ne m’étais pas attendu à ce qu’Ezekiel fasse ainsi la rencontre de sa fille. Je voulais d’abord lui en parler calmement, sans que la petite ne soit présente. Je congédiais la baby-sitter après l’avoir payé et une fois cette dernière partie, je me tournais vers Ezekiel. « Ezekiel, je te présente Dia… Ma fille. » Pendant un quart de seconde, je m’étais vu lui dire notre fille. Mais cela ne devait pas se passer ainsi, je ne voulais pas lui annoncer sa paternité alors que je ne savais même pas s’il était prêt à nous faire une place dans sa vie.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 15 Mai - 13:45


Wait for me to come home

Ezebel


Elle pose sa main sur la mienne sans hésiter. Mon coeur bat plus vite. Je ne pensais pas qu'elle allait accepté aussi vite, elle aurait simplement pu se lever et nous serions parti. Non, là il y a vraiment un contact entre elle et moi. Sa main est toujours aussi douce, je me rappelle qu'elle aimait mettre de la pommade dessus le soir avant d'aller dormir, je me rappelle parfaitement de l'odeur, de la lavande. J'ai pu m'en plaindre une ou deux fois pour l'embêter, pour l'attirer vers moi mais je n'ai jamais trouvé cette odeur désagréable. Même, j'ai acheté des bougies à la lavande, en les faisant brûler le soir, j'avais toujours l'impression qu'elle était là avec moi. J'ai l'air d'un psychopathe mais c'était dur et je voulais avoir l'impression au maximum que je ne l'avais pas perdu. Dans ma tête, dans mon imagination il y avait un idéal de l'amour qui était représenter par mes parents. Ils s'aimaient, ils s'aiment encore aujourd'hui, cela fait plus de trente cinq ans qu'ils sont ensemble. Depuis que je suis petit même adolescent j'espère que je serais comme eux, que je trouverai la femme de ma vie et que l'on restera ensemble. Je l'ai trouvé la femme de ma vie mais nous n'avons pas durer aussi longtemps. J'étais triste de ne pas leur ressembler, ma mère m'a dit, au départ de Jezabel, que finalement elle ne me méritait pas car j'étais un homme adorable, serviable et que j'aurais tout fait pour elle. Elle n'a pas tord sur le point de vue de mon caractère mais je savais que Jezabel me mérite amplement et même je me demande si parfois moi je la mérite. Mes parents m'ont fait comprendre que l'amour et la longévité d'un couple passe par la confiance. Ma mère, célèbre actrice, toujours partis au quatre coin de monde et mon père aussi, ils se faisaient confiance. Ma mère n'a jamais douté en la fidélité de mon père, elle l'aime beaucoup, elle veut s'en sortir avec lui et quand elle me parle de lui, elle a cet éclat dans ses yeux, le même éclat qu'elle avait à leur rencontre m'a dit mon père. Je veux qu'une femme parle de moi comme ma mère parle de mon père, c'est pour ça que jamais je ne veux faire de mal à la personne que j'aime, surtout à Jezabel. Le contact de nos mains, ce n'est rien aux yeux de tout le monde alors que pour moi c'est déjà beaucoup pour nous. Est-ce que j'ai l'intention de séduire à nouveau Jezabel ? Oui, il n'y a aucun doute sur ça. Maintenant que je sais pourquoi, en partie, elle est parti, on peux mettre ça de côté. C'est comme si je veux oublier tous nos problèmes pour revenir au début. Je l'amène à la voiture de police, en cas de problème, nous avons tous les trois les clés de la voiture et là ça m'arrange bien, je n'aurais pas envie d'expliquer la situation puis ça aurait sembler bizarre aux autres que je ne raccompagne pas ma sœur mais que je raccompagne une inconnue, enfin inconnue juste pour eux, si ils savaient. Je conduis, elle me guide parmi les rues de Heatherfield. J'ai hâte de voir où elle vit, où elle a refait sa vie. Je veux la laisser rentrer seule mais quand elle se lève de voiture, elle ne s'était pas remise de ses émotions, je décide l'accompagner dans sa demeure, une grande demeure, un manoir même. J'adore, le style, le jardin, tout. Est-ce qu'elle vit seule ici ? Ne se sent-elle pas trop petite face à la grandeur de l'endroit. Elle rentre et moi je la suis. Elle part directement voir la femme qui s'approche de nous. Sur le coup j'ai eu peur, peur qu'elle fasse quelque chose que je n'aurais jamais voulu qu'elle fasse. Mais elles ne semblent pas proche. Je suis content qu'il n'y ait pas eu de baisers entre elles, je l'aurai mal pris car j'aurais eu l'impression de l'avoir dégoûtée des hommes. Je reste vers l'entrée, n'osant pas m'imposais. Je ne sais pas qui vit ici, je ne veux pas être proche de Jezabel pour qu'un homme grand de deux mètres arrive vers nous et me menace de mort car j'ai touché à sa femme. A sa femme… Ca me donne des frissons de penser qu'elle peut être la femme de quelqu'un d'autre alors qu'elle devait être la mienne. On fait beaucoup de rencontre en trois ans et beaucoup de choses peuvent s'être passer. Puis une petite fille se jette dans les bras de Jezabel et j'ai cru que j'allais tomber, faire à mon tour un malaise. « ma chérie » « ma fille » ça tourne dans ma tête. Alors c'est vrai, c'est ce dont j'avais penser, elle a eu quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre qui a su lui faire un enfant. J'en ai rêver de notre enfant, j'aurais voulu qu'on fonde une famille, elle et moi et ça me met en colère de savoir qu'un autre homme a eu ce droit. Je souris faiblement, de toute façon je ne vais pas me mettre à pleurer, ça semblerait ridicule même si j'en ai bien envie. Je me baisse à la hauteur de la petite. Dia, c'est une très jolie prénom. Elle ressemble tellement à Jezabel, elle deviendra si jolie plus tard. En ce moment, elle est si adorable, un peu endormis mais elle semblait inquiète de ne pas avoir sa mère avec elle. Je lui tend la main et me présente. « Moi c'est Ezekiel. » Je me rappelle que Ezekiel c'est assez compliqué à dire, je ne saurais même pas dire quel âge elle a, j'ai aucune expérience avec les enfants, pour moi ils ont tous cinq ans or là c'est théoriquement impossible. Elle doit avoir à peine deux ans, je ne sais même pas si ça parle à cet âge là… « Si tu veux, appelle moi Kiel, comme ta maman », j'ai un sourire plus large quand je parle à Dia, ce n'est pas de sa faute si sa mère a donné la chance à un autre de lui faire un enfant avant moi alors autant être chiant avec elle. Je me redresse vers Jezabel. « Elle est adorable, elle te ressemble beaucoup. » on sent de la peine dans cette phrase, de la jalousie aussi.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 15 Mai - 14:20

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Tout en regardant le paysage défiler derrière la fenêtre de la voiture de police, je repensais à cette soirée. J’étais encore sous le choc d’avoir appris que ce n’était que Charlotte, la sœur de Kiel. Je me repassais cette information dans ma tête, incapable de me pardonner mon aveuglément. Il fallait dire pour ma défense qu’à cette époque-là, j’étais enceinte, je sortais tout juste d’une discussion houleuse avec mes parents concernant ma grossesse. J’avais eu les hormones en pleine ébullition et le voir avec cette femme que je ne connaissais pas m’avait juste fait péter les plombs. Et aujourd’hui, je n’étais pas fière de mon tempérament. Pourtant, cela ne me ressemblait pas de me faire des histoires, surtout sur la fidélité de Kiel. Je savais qu’il m’aimait et qu’il n’était pas du genre à tromper la femme qu’il aimait. Mais les hormones m’avaient fait tourner la tête et je m’étais énervée toute seule… Ça avait été la seule chose que j’avais détestée dans ma grossesse, être à fleur de peau tout au long de la journée et qu’un rien me fasse pleurer. On arriva rapidement devant le manoir où Dia et moi vivions. J’espérais que ma puce dormait, je ne voulais pas qu’Ezekiel la rencontre tout de suite. La baby-sitter s’approcha de nous dès que j’eus passé la porte d’entrée. Je la congédiais rapidement avant de voir débarquer ma princesse. Bon bah, tant pis pour la discussion sérieuse, Kiel allait rencontrer sa fille dès ce soir. Mais je ne comptais pas le prévenir tout de suite. J’étais peut-être une vile cachotière mais je voulais d’abord connaître les intentions du jeune homme me concernant. Après tout, il n’avait peut-être pas envie que je revienne dans sa vie, peut-être qu’il avait refait la sienne et que sa nouvelle compagne n’avait peut-être pas envie de voir une ex débarquer avec un enfant. Je présentais donc Dia à Kiel et je fus assez étonnée de voir un faible sourire naître sur le visage du jeune homme. Je ne savais pas comment l’expliquer… Se doutait-il que Dia était sa fille? Pensait-il que j’avais refait ma vie et que c’était très bien parce que lui l’avait fait? En tout cas, Dia regarde beaucoup Kiel. Elle a toujours été très curieuse et elle doit certainement se demander qui est cet homme que je ramène à la maison. J’espère juste qu’elle ne va pas lui poser des questions sinon, on n’avait pas fini. Et j’espérais surtout qu’elle n’allait pas parler de son père et demander si Kiel le connaissait. Je ne saurais pas quoi faire sinon. Dia s’avança légèrement et serra la main que le jeune homme lui tendait, me faisant sourire. « Bonsoir Kiel. » Dia revint alors vers moi et se glissa contre ma jambe. Caressant doucement ses cheveux, je reporte mon regard sur Kiel qui s’est relevé. Je ne peux m’empêcher de sourire quand il ajoute qu’elle me ressemble beaucoup. Mais plus que les paroles, c’est ce que je ressens dans sa voix qui me trouble encore plus qu’avant. Je ressens de la peine et de la jalousie dans ses paroles, comme s’il aurait aimé que Dia soit sa fille. Je suis soudain prise d’un fol espoir. Et si Ezekiel n’avait pas refait sa vie? Et s’il était prêt à me donner une deuxième chance tout en acceptant Dia? J’avais presque envie de lui dire qu’elle ressemblait également à son père mais vu ce que j’avais ressenti dans sa voix, je me doutais que cela lui ferait encore plus mal alors je préférais ne rien dire. « Dia, tu retournes te coucher, j’arrive bientôt… » La petite puce s’écarta de moi avant de se diriger vers l’escalier. Au moment de disparaître à l’étage, on put apercevoir sa petite main passer entre les barreaux de la rampe d’escalier pour dire au revoir à Ezekiel. Je me tournais alors vers ce dernier, soudain un peu plus nerveuse. Il fallait que je lui dise qui était Dia pour lui mais pas ce soir. « Ecoute, je pense qu’il faut que l’on discute sérieusement tous les deux. Si tu as le temps, ou l’envie, tu n’as qu’à repasser demain matin… Si tu en as envie, je ne t’oblige en rien. Je me doute que tu dois avoir plus important à faire et même si j’aurais aimé discuter ce soir, tu dois avoir quelqu’un qui t’attend… » Bon, je l’avouais. Cette dernière petite phrase n’était pas anodine et allait me permettre de savoir si Ezekiel avait quelqu’un dans sa vie. J’espérais qu’il allait me répondre que personne ne l’attendait et je croisais mentalement les doigts.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 15 Mai - 15:00


Wait for me to come home

Ezebel


Je ne peux pas dire que je me sens bien à ce moment là. J'essaie de me montrer joyeux envers Dia alors que j'ai envie de bouder, de crier, de savoir si elle a refait sa vie avec un autre homme et où il est maintenant. Est-ce juste un coup d'un soir ? Ce n'est pas le style de Jez. Elle s'attache trop facilement aux gens mais elle est plus intelligente que ça, elle se serait protégé si ce n'était qu'un coup d'un soir. Est-ce un homme avec qui elle est sortit et qui l'a finalement laisser tomber ? Comment on laisse tomber une femme comme Jezabel, en plus si on a un enfant avec elle ? Comment pouvait-on… A moins que ce soit elle qui l'ait dégager de sa vie ? Je ne sais pas, je n'arrive pas à savoir, je ne le saurais peut-être jamais, je ne connaîtrais peut-être que l'existence de Dia, la fille de Jez, la fille d'un autre. Dia me sert doucement la main avant de retourner vers sa mère, une petite aventurière. Je lui souris, elle me fait rire, elle me rappelle Jezabel, peut-être pas dans le caractère même si Jez va de l'avant, mais par son physique, j'ai l'impression de la voir en miniature. La phrase de Jez pour sa fille me fait prendre conscience que moi non plus je n'ai pas à rester ici, de un car je devrais travailler et de deux car je ne veux pas que ça se finisse en discussion sérieuse entre nous. J'aimerais savoir beaucoup de choses mais ce soir on est tout les deux fatiguer, tous les deux dépassé par la situation alors autant aller se reposer et pourquoi pas se voir plus tard comme elle me le propose. Mon dieu elle me propose que l'on se revoit, même si c'est pour parler. Se revoir est égal à avoir plus de chance de revenir dans sa vie. Je baisse la main que j'avais lever au ciel pour faire au revoir à Dia qui me venait de me faire coucou. Entre nous, il n'y a pas eu de lien particulier tout de suite mais c'est bizarre, c'est comme si, même si elle a peur, elle m'avait accepté. J'aimerais tellement qu'elle m'accepte car ça donnera plus envie à Jez de revenir vers moi. A partir de ce moment là, Jez' n'est plus la seule à décider de notre avenir, elle me permettra jamais de la séduire à nouveau si Dia ne m'aime pas. Seuls, tous les deux, je voudrais tellement la prendre dans ma bras, je ne sais pas pourquoi à ce moment précis j'ai envie de faire ça, sûrement car je suis content de la revoir et qu'on est loin des foules, personne ne nous verra mais je n'ose pas, après tout je suis toujours sur la méfiance avec son habitat et avec les gens qui peuvent habiter ici. J'ai toujours l'impression qu'un géant peut descendre me demander quel est mon problème, policier ou non je prendrais mes jambes à mon cou et j'irais me cacher, peut-être que je quitterais la ville. Tien, quitter la ville ne m'avait pas traverser l'esprit. Qu'est-ce que je ferais si elle ne veux pas de moi ? Si elle a refait sa vie avec quelqu'un d'autre ? Est-ce que je risquerais de retomber sur Jezabel au détour d'une rue, de souffrir encore une fois ?  Si j'ai le temps ou l'envie ? L'envie est plus grande que le temps, je trouverais un moment pour venir, pour savoir si elle va mieux, je veux savoir si elle va mieux, je ne veux pas qu'elle soit mal. Demain matin ? Parfait, je ne travaille pas, il faudrait que je me lève, même si je ne suis pas du matin, je me lèverais pour elle, je ferais tout pour elle. Je n'ai rien de plus important à faire que de la voir, que de lui parler, que de la regarder et d'entendre le son de sa voix. Maintenant elle n'est plus que dans mon souvenir, elle est là, en chair et en os devant moi. « Va pour demain matin. Je passerais, il n'y a pas de problème. J'ai envie de te revoir, que l'on parle. » Je la laisse découvrir un peu mes sentiments pour elle, petit à petit. « Tu devrais aller dormir, tu as l'air fatiguée. » Je commence à me retourner vers la sortie, il ne faudrait pas que je tarde trop ici et surtout il ne faudrait pas que je fasse de faux pas comme la prendre dans mes bras ou encore pire l'embrasser. « Je vais retourner à la galerie, le vernissage ne devrait pas finir dans longtemps. » Je me met à rire nerveusement, alors comme ça, elle pense que j'ai quelqu'un dans ma vie. Comment je pourrais être passer à autre chose ? Elle hante toujours mes rêves. «  La seule personne qui m'attend c'est Gaston » Un silence et je me reprend pour dire qui est Gaston, je l'ai acheté après son départ, selon ma sœur je ne serais plus seul, ça aurait dû aller mieux pour mon moral. Je préfère lui dire qui il est pour ne pas qu'elle s'imagine des trucs comme un enfant, un copain, une infinité comme moi je pensais qu'elle aurait pu avoir avec la baby-sitter. « C'est mon chat Gaston. Mais je pense qu'il s'est endormis sur le canapé et qu'il n'a aucune inquiétude pour moi » Je ne voulais pas lui dire que Charlotte était aussi avec moi, mais que elle par contre doit s’inquiéter pour moi. Je hausse les épaules, la regarde dans les yeux. « Bon, je vais y aller. Ca m'a fait plaisir de te revoir Jezabel. » J'ai voulu continuer avec un « tu m'as manqué pendant ces trois ans » mais je n'en ai pas eu le courage.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 15 Mai - 15:25

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Une fois Dia remontée dans sa chambre, je me tourne vers Ezekiel pour lui proposer que l’on se revoie, que l’on discute tous les deux. Je n’ai pas osé lui dire mais j’ai un sujet important à aborder avec lui. Mais je ne veux pas le stresser plus qu’il ne semble l’être. Je me demande bien pourquoi d’ailleurs. Quand il me répondit qu’il passerait, je ne pus retenir un petit sourire avant de rougir légèrement quand il ajouta qu’il avait envie de me revoir. Je me sentais débile de réagir de cette façon, je n’étais plus une adolescente en plein flirt, j’étais une adulte qui retrouvait son premier amour. Mais je me rendais compte que je l’aimais toujours et peut-être encore plus qu’avant grâce à Dia. Je hochais ensuite simplement la tête quand il ajouta que je devrais aller me coucher. Il n’avait pas tort, j’étais fatigué et j’avais vécu des évènements assez épuisants ce soir. Je tombais un peu des nues quand il ajouta que la seule personne qui l’attendait était Gaston. C’était qui? Mais je fus rapidement rassuré quand il précisa qu’il s’agissait de son chat. Je ne pus m’empêcher de rire légèrement. Il m’avait fait peur l’idiot. Je hochais ensuite la tête tout en le raccompagnant à la porte. « A demain Kiel… Moi ça aussi, ça m’a fait plaisir de te revoir. » Je le regardais s’éloigner jusqu’à la voiture de police, refermant la porte avant de m’adosser à cette dernière. Dans le calme de mon manoir, la situation me paraissait tellement absurde. Ezekiel, l’homme que j’avais toujours aimé, était revenu dans ma vie et j’avais été incapable de lui dire que je l’aimais et qu’il avait une fille. J’étais une triple idiote. Soupirant, je montais rapidement jusqu’à ma chambre. Mais en passant devant celle de Dia, je fus surprise de voir la lumière toujours allumé. Je passais la tête dans la pièce, souriant en voyant ma petite princesse assise sur son lit, comme si elle m’attendait. Je la rejoignis sur son lit et elle se glissa dans mes bras. « Dis-moi ma puce, comment tu le trouves? » J’avais besoin de savoir comment elle le trouvait, si elle pensait pouvoir l’apprécier. « Je l’aime beaucoup… Dis maman… C’est lui? » Je jetais un coup d’œil à ma fille, sachant parfaitement de quoi elle voulait parler. Par moment, elle m’impressionnait par sa maturité alors qu’elle n’avait que trois ans, bientôt quatre. J’eus un petit sourire avant d’embrasser le haut de son crâne. « Oui ma chérie, c’est lui… » Le visage de la demoiselle se fendit d’un large sourire alors qu’elle m’embrassait bruyamment la joue avant d’aller se coucher. Dia semblait tellement contente que j’aurais peut-être dû attendre d’être certaine des intentions de Kiel la concernant. Elle serait tellement triste d’apprendre que son père ne voulait pas entendre parler d’elle que je m’en voulais déjà de lui avoir dit la vérité. Arrivant dans ma chambre, je ne me couchais pas de suite, préférant faire un détour dans le dressing où j’avais caché ma boite à souvenir contenant toutes les photos que j’avais d’Ezekiel. Allant m’asseoir sur mon lit, je me mis à feuilleter les photos, me souvenant encore parfaitement des moments où elles avaient été prises. Je retrouvais également avec plaisir le collier qu’il m’avait offert il y a de cela quatre ans et je le glissais à nouveau autour de mon cou. J’avais envie d’avoir un petit peu d’Ezekiel avec moi ce soir car le jeune homme me manquait déjà terriblement. J’étais toujours autant accro et cela pouvait faire un petit peu peur.

Le lendemain, je fus la première à me lever, avec le réveil. Je préparais le petit déjeuner avant d’aller réveiller Dia pour qu’elle se prépare. Elle fila sous la douche alors que je lui préparais des vêtements. Une fois la demoiselle prête et avec son petit déjeuner dans le ventre, je la conduisis à l’école avant de revenir au manoir. Il était à peine neuf heures et demie et je ne savais pas à quelle heure Ezekiel allait bien pouvoir venir. Je me lançais donc dans le ménage de la maison, lavant à grandes eaux. Il était un peu plus de dix heures quand on frappa à la porte. Je jetais un coup d’œil par la fenêtre pour voir que Kiel venait d’arriver. C’était très bien, nous allions avoir un peu de temps à discuter, presque plus d’une heure avant que je ne doive retourner à l’école pour chercher Dia. J’allais jusqu’à la porte d’entrée pour ouvrir cette dernière et permettre au jeune homme d’entrer. « Bonjour, entre. » J’étais soudain nerveuse. Le ménage m’avait permis de penser à autre chose qu’à cette entrevue. Je ne savais même pas de quoi on allait bien pouvoir parler mais je voulais savoir une chose: Pourquoi Ezekiel se trouvait-il à Heatherfield? Parce que c’était quand même une sacrée coïncidence que l’on se retrouve tous les deux au même endroit. « Tu veux boire un café? » Si je me souvenais bien, le jeune homme prenait souvent un café à cette heure-ci de la journée. J’espérais ne pas me tromper mais j’étais quasiment sûre de moi.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 15 Mai - 17:00


Wait for me to come home

Ezebel


Elle m'a raccompagné à la porte, ça m'a déchiré le coeur de partir mais je serais à nouveau là demain matin et ça me faisait bien de savoir ça. J'étais heureux qu'elle veuille me revoir, c'était un petit pas. Elle me dit que ça lui a aussi fait plaisir de me voir, ça me réchauffe le coeur. Même si notre rencontre de ce soir était dû au hasard, elle avait bien finit, il n'y avait pas eu de dispute, j'étais  emporté par mes sentiments et maintenant je le sais bien : c'est elle et personne d'autre. En entrant dans la voiture, je met du temps à démarrer, pensant à cette soirée, aux efforts que j'avais fait pour la retrouver, finalement ça avait payer. Je démarre et quitte l'endroit. Je n'ai pas eu envie de refaire demi-tour, de la retrouver vu qu'il ne reste que très peu d'heures avant que l'on se revoit. Je conduis quelques minutes avant de revenir à la galerie. Je semble bizarre à mes collègues qui me disent que je souris. Oui j'ai ce sourire sur les lèvres, je n'arrive pas à l'enlever, c'est l'effet Jezabel. On reste de longues minutes encore à surveiller les lieux puis les gens commencent petit à petit à partir. La fin de soirée approche et j'en suis bien content, je n'ai envie que d'une seule chose c'est de me plonger dans mes draps et me reposer. Je ne sais pas si je vais réussir à dire à cause de l'excitation de la revoir, c'est fou j'ai l'air d'un enfant la veille de noël. Quand tous les invités sont parti, on nous indique qu'il n'est plus nécessaire que l'on reste alors on part. Comme à l'aller, je me met derrière et comme à l'aller je suis dans mes pensées alors que mes collègues parlent et parfois me parlent. Ils voient que je ne les écoute pas donc laisse tomber pour entamer la conversation. J'ai brièvement compris qu'ils me parlaient de Jezabel mais je n'avais pas envie de leur parler de mon histoire avec elle alors c'était peut-être inconscient que je ne leur parle pas. Au poste de Police on se sépare pour que l'on puisse rentrer chez nous. Je retrouve mon appartement, celui que je partage avec ma sœur. Quand je rentre, elle s'est endormis sur le canapé. Je pose la couverture sur ses épaules pour qu'elle n'attrape pas froid. Je ne sais pas si elle a l'air mieux, je reste plusieurs minutes à la regarder dormir, elle n'a pas l'air d'avoir le sommeil perturbé. Je souris et je pars dans ma chambre. Je me change pour un jogging. Je me couche sur mon lit, Gaston vient vers moi pour se coucher au niveau de ma tête, quelle mauvaise habitude il a prit.

Je me suis levé, je n'ai pratiquement pas dormis cette nuit. J'ai réfléchis, réfléchis à quoi lui dire, à quoi me mettre sur le dos, à quoi faire pour la séduire. J'ai l'impression que tout ça est un rêve. Je n'arrive même pas à savoir si c'est vraiment la réalité ou si je suis devenu schizophrène et que mon cerveau l'a imaginé. Elle était encore plus belle que la dernière fois que je l'ai vu, puis elle a changé, elle est devenue mère. Je suis jaloux de l'homme qui est le père de Dia mais Jezabel doit être le genre de mère que tout le monde voudrait, elle doit se plier en quatre pour que Dia ait tout ce qu'elle souhaite. Je me lève du lit, Gaston me suit pour que je lui donne à manger. J'ai envie de chanter, de danser mais quand je commence un moonwalk vers le coin cuisine j'entends le rire de Charlotte. Merde elle est réveillée, je pensais qu'elle dormait encore. Je marche normalement jusqu'à la gamelle de Gaston. « Je ne t'ai pas entendu rentrer hier soir. » « Tu dormais super bien. Je ne voulais pas te réveiller juste pour te dire que j'étais rentrer. » Elle vient vers moi pour prendre son petit déjeuné. Elle me demande si je reste avec elle, je lui dit que vu l'heure, je dois y aller, elle hausse les épaules. J'ai trop envie de lui dire. « Je l'ai revu » lui dis-je les yeux qui pétillent. « Qui ? Attend attend ! Jezabel ? Où ? » « Tu sais, elle était là au vernissage. Ce matin je passe chez elle pour parler. » « Ouais pour parler, on sait comment ça finit avec toi quand on parle. » « Pas du tout, je ne vois pas pourquoi tu dis ça. » Elle me tape sur le bras et me dit de foncer. Charlotte a toujours eu un bon regard sur Jezabel même si elle lui en veut d'être partis mais là elle sait à quel point je l'aime, à quel point j'avais besoin de la revoir alors elle me soutient juste, elle met ses sentiments envers Jez de côté pour que je sois heureux. Je file à la salle de bain pour me doucher. Je quitte l'appartement après une demie-heure. Je ne veux pas arriver trop tôt chez elle, je sais que Dia devait à l'école, du moins c'est ce que j'ai compris. Avant d'aller directement chez elle, je passe au magasin pour acheter des chouquettes, ce sont des faîtes maison. Je ne veux pas arriver les mains vide chez Jez mais je ne veux pas lui apporté des fleurs, je ne sais pas comme elle me voit. Alors vu que c'est le matin, pourquoi ne pas acheté ce qui pourrait nous servir de petit déjeuné. Je n'ai pas mangé, j'ai l'estomac tout retourné. Je conduis jusqu'à chez elle, il allait être dix heures du matin, je pense que c'est la bonne heure. Je reste quelques minutes dans la voiture pour me motiver à y aller, pour m'entraîner à lui dire bonjour. On voit toujours ça dans les films mais c'est vrai que quand on voit la femme que l'on aime, on voudrait que tout soit parfait, du bonjour au au revoir. Je sors de la voiture quand il est dix heures et je vais sonner à sa demeure. Elle ne tarde pas à m'ouvrir. « Bonjour. » Elle me laisse entrer, je pose les chouquettes sur la première table que je trouve. Je fais comme chez moi, peut-être que je ne devrais pas mais j'ai l'impression d'aller mieux qu'hier. Elle me propose un café, dix heures, mon rituel, mon café du matin, je suis content qu'elle n'ait pas oublier, je lui souris. « Oui je veux bien merci. ». Nos petites choses du quotidien, elles m'avaient manqués. J'avais besoin de les retrouver. Il ne manque que notre baiser du matin mais je sais très bien que ce ne sera pas pour aujourd'hui. On est là pour parler, on n'est pas là pour s'aimer, du moins pour le moment qu'il y ait trop de choses cacher entre nous. Je ne sais pas comment entrer dans la conversation, je n'ai pas envie d'attaquer les sujets sensibles tout de suite. « Tu as bien dormis ? » mauvaise question car moi je vais lui dire quoi ? Que j'ai pas bien dormis car je n'ai penser qu'à elle pendant la nuit.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 15 Mai - 17:42

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je suis tellement pressée de retrouver Ezekiel même si j’ignore tout de ce que je pourrais lui dire. J’avais bien réfléchis cette nuit, je n’avais pratiquement pas dormi dans mon grand lit tout en sachant que quelque part en ville, Ezekiel aussi était là, dans un appartement avec son chat. J’ignorais qu’il vivait avec sa sœur, nous n’en avions pas parlé hier. Et il ne fallait mieux pas aborder le sujet. Je me doutais que la famille du jeune homme devait m’en vouloir pour l’avoir fait souffrir alors autant attendre un petit peu avant d’aborder le sujet. Je dois avouer que mes parents non plus n’ont pas une belle image d’Ezekiel mais pas pour les même raisons. La famille royale anglaise est très conservatrice et déjà que l’arrivée de ma belle-sœur avait fait son petit effet… Mais en même temps, ce n’était pas comparable. Kate était une excellente élève de l’université où elle avait rencontré William, elle venait d’une famille riche. Ezekiel, même s’il venait d’une famille riche, travaillait et était le fils d’une actrice, pas spécialement bien vu dans la royauté. Les artistes en général hein, pas la mère d’Ezekiel. Et puis, il m’avait mise enceinte sans me demander en mariage et ça, ça passait encore moins. Du côté de mon père seulement. Ma mère, quant à elle, appréciait assez le jeune homme même si elle me demandait souvent pourquoi je l’avais quitté. Elle n’arrêtait pas de me répéter que l’on ne pouvait pas tromper une jeune femme comme moi. Et elle avait finalement raison étant donné que le jeune homme ne m’avait jamais trompé. Il était seulement avec sa sœur. Je pensais à cela alors que je revenais de la maternelle où j’avais conduit Dia pour sa matinée d’école. Je devrais retourner la chercher pour onze heures quinze parce qu’elle n’avait pas école cet après-midi. Une fois de retour à la maison, j’entrepris de faire un peu de ménage avant que l’on ne frappe à la porte. Dix heures, certainement Kiel qui venait discuter. Je fus soudain fébrile alors que j’allais ouvrir la porte. J’étais à la fois nerveuse et terriblement contente de le retrouver. Un petit sourire naquit sur mon visage dès que je le vis et je lui fis signe d’entrer. Il avait un petit paquet dans les mains, d’une boulangerie de la ville. J’espérais que ce serait des chouquettes, mon péché mignon. Je lui proposais alors un café et je ne fus guère étonné qu’il accepte d’en prendre un. Après tout, c’était son rituel à dix heures et je ne l’avais pas oublié. Je n’avais rien oublié des habitudes du jeune homme ou de nos habitudes de couple. Pour un peu, je l’aurais embrassé, comme nous le faisions toujours le matin mais je me retins. Nous n’étions plus à un couple et il allait falloir attendre un peu avant de l’être à nouveau. Il y avait trop de non-dit, de secrets entre nous pour l’instant. Et peut-être que la vérité ne nous permettrait pas de nous remettre en couple. Je préférais ne pas penser à cette éventualité, elle était bien trop douloureuse. Je fis un tour dans la cuisine pour préparer le café d’Ezekiel avant de lui tendre la tasse au moment où il me demandait si j’avais bien dormi. Je pris un instant de réflexion, ne sachant pas si je devais lui dire un mensonge ou la vérité. Mais je me donnais mentalement une gifle. Comment voulais-je regagner la confiance d’Ezekiel en lui mentant dès le départ. « J’ai eu beaucoup de mal à m’endormir. J’ai beaucoup réfléchi à ce qu’il s’est passé hier, à ce que tu m’as dit. Je me suis rendue compte que j’avais agi comme une triple idiote. J’en suis désolé. Et toi? » Je me fis couler un café à moi aussi avant de rejoindre le salon pour jeter un coup d’œil dans le sachet de la boulangerie. Je ne pus m’empêcher de rire en voyant les chouquettes et je tourne la tête vers Kiel. « Des chouquettes, excellente idée. » Etais-ce volontaire ou non? Je ne savais pas s’il l’avait fait parce qu’il se souvenait que j’aimais ça ou simplement parce que c’était plus facilement transportable que les croissants.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mar 16 Mai - 23:48


Wait for me to come home

Ezebel


Faute d'avoir ma sœur réveillée hier soir, j'avais parlé avec mon chat, lui seul pouvant me comprendre. C'était souvent que je lui parlais de Jezabel, il ne comprenait rien, il n'en a rien à faire, il subit juste mais au moins il ne la jugera pas. Dans la famille, le sujet Jezabel était devenu sensible. Mon père n'en avait pas grand-chose à faire, il m'a dit qu'il avait connu des ruptures amoureuses et qu'il s'en était remis et que quand il y pensait, il était aujourd'hui heureux de ces ruptures car il a trouvé ma mère. Mais c'était des ruptures, ce n'était pas le départ express de sa copine, J'aurais préféré qu'elle me quitte comme ça j'aurais été fixé, alors que là, j'étais dans le doute, dans l’incertitude, je ne voulais pas me dire qu'elle était parti, j'espérais qu'elle allait revenir, c'est dur d’espérer quelque chose qui ne reviendra jamais. Ma mère, elle a eu plus de mal à accepter le départ de Jezabel, sûrement, car elle m'a vu souffrir. Elle lui en veut d'être partis mais elle m'en veut aussi d'avoir chercher à la retrouver. C'était souvent qu'elle me disait que je devais laisser faire, que je devais me trouver quelqu'un d'autre, digne de moi. Elle n'a jamais compris que cette personne c'est Jezabel. Je ne sais pas si je vais lui dire que j'ai revu Jez, du moins pas tout de suite. Elle me dira sûrement que je m'attend à des choses extraordinaires avec Jezabel. Je pense que ça va être compliqué pour elle de gagner à nouveau la confiance de ma mère. Mais… Je suis déjà entrain de penser à l'avenir, un avenir que j'espère heureux, ensemble. On a tellement de choses à s'avouer que je ne pense pas qu'on puisse voir un avenir ensemble pour le moment. Il y a peut-être des choses qui vont faire mal, me faire mal. C'est bizarre de sentir qu'on a tous les deux envies de faire des choses, comme un baiser mais qu'aucun de nous n'ose. Je pourrais faire le premier pas mais je ne sais pas ce qu'elle a à me dire, je ne veux pas lui donner de faux espoirs si quelque chose se passe mal, je me décevrais. Quand je lui pose la question de comme elle a dormis, elle joue la carte de la vérité, qu'elle n'a pas bien dormis à cause de nous hier, les mêmes raisons que moi, à vrai dire, je ne vois pas pourquoi je lui mentirais de mon côté. Je baisse les yeux vers mon café. « Je n'ai pas bien dormis non plus. J'ai beaucoup pensé. Mais aussi car j'étais heureux de te revoir après toutes ses années à te chercher» Puis mon cerveau retient une expression qu'elle a utilisé, je n'aime pas qu'elle s'appelle comme ça, peut-être qu'elle a ses raisons et j'ai besoin de les savoirs, ça fera un pas en avant. « Pourquoi triple idiote ? » Je ne comprend pas du tout, à mes yeux elle n'est pas une idiote, loin de là. La colère que j'ai conte ses agissements ne me permet pas de penser qu'elle est idiote. Elle n'a juste pas réfléchis, peut-être que me voir avec ma sœur, dont elle ignorait son physique lui a fait un déclic, c'était peut-être la cerise sur la gâteau de d'autres problèmes. Peut-être une possibilité concrète pour elle de fuir. Et ça me fait sourire quand elle est heureuse de voir des chouquettes, là ça fait tilt dans ma tête, elle adorait ça et elle a l'air de toujours les aimer. Sur le coup, au magasin je n'ai pas pris le temps de réfléchir à ce qui lui ferait plaisir, je voulais juste prendre quelque chose pour manger, pour ne pas arriver sans rien. C'était ce qui me donnait le plus envie, le reste était mal présenté alors je ne les avais pas choisis. « Je sais que tu adores ça » Un petit mensonge mais qui ne fait pas du mal, au contraire, elle pensera que je me rappelle de ce qu'elle aimait, oui je m'en rappelle très bien en plus, juste pas les chouquettes.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 17 Mai - 10:41

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Toute la nuit, je m’étais remise en question. J’avais beaucoup réfléchi et je me rendais compte que je n’avais pas agi de la meilleure des façons avec Ezekiel. Je savais que j’aurais dû entrer dans ce café pour lui parler, quitte à faire une scène. La confiance n’avait rien à voir avec tout ça. Je ne l’avais jamais suspecté de me tromper parce que je n’avais jamais eu de doute. Mais devant ce café, je n’avais pas réfléchi et j’avais tout de suite pensé qu’il me trompait. Parce que je n’avais jamais vu sa sœur, même pas en photos. Ezekiel et moi avions tous les deux notre part de culpabilité dans toute cette histoire et je ne savais pas si quelque chose de bien pouvait en ressortir. J’avais envie de croire que le jeune homme ait envie que l’on revienne ensemble mais en même temps, en avais-je vraiment le droit? L’envie ça oui. J’avais terriblement envie de retrouver ma relation avec Kiel, parce que je l’aimais toujours, même après trois années à penser qu’il m’avait trompé. Dia m’avait bien aidé à rester amoureuse de lui mais même sans elle, je me doutais que je serais toujours amoureuse de lui. Ezekiel était le seul homme à avoir fait battre mon cœur aussi fort, aussi intensément. Un premier amour ne s’oublie jamais, encore plus quand il est le père de votre enfant. Je ne m’endormis qu’aux alentours de cinq heures du matin avant d’être réveillé par mon réveil, sur les coups de sept heures. J’eus envie d’exploser ce dernier mais il ne faisait que son travail. Après tout, je devais me lever, Dia avait école ce matin. Je me levais avant de prendre la direction de la chambre de ma fille. Je la réveillais en douceur avant de l’envoyer se laver. Je préparais des vêtements ainsi que le petit déjeuner. Dia aimait la même chose que son père, c’était assez impressionnant. Elle mangeait toujours la même chose au petit déjeuner et c’était exactement le petit déjeuner que j’avais eu l’habitude de faire à Ezekiel. Des fruits rouges, encore et toujours. Enfin, ça ne demandais pas beaucoup de préparation, certes mais cela me faisait toujours rire quand elle m’en demandait. Et quand je lui disais non, elle me faisait la même moue que son père pouvait me faire quand je lui disais exactement la même chose… Une fois qu’elle eut fini ses fruits, je la conduisis à l’école avant de rentrer à la maison, sachant que le jeune homme n’allait pas tarder à arriver. J’étais nerveuse et terriblement impatiente également. Je fis un peu de ménage, rangeant les jouets que Dia avait laissé trainer hier en jouant avec la baby-sitter. Si bien que la maison était déjà plus en ordre qu’hier quand Kiel frappa à la porte. Je lui proposais un café, sachant qu’il aimait en prendre un à dix heures. Il me demanda alors comment j’avais dormi et je décidais de mettre carte sur table. Après tout, si je voulais avoir à nouveau une chance avec Kiel, le mensonge ne servirait à rien. Il me répondit alors que lui non plus n’avait pas spécialement bien dormi et je fus surprise d’apprendre qu’il me cherchait depuis un moment. Mais avant que je n’aie le temps de répliquer, il me demanda pourquoi je me considérais comme une triple idiote. Je ne savais pas comment lui dire ça alors je préférais aller voir ce qu’il avait acheté à la boulangerie. Je fus surprise de voir des chouquettes mais aussi contente. Trois ans que je n’en avais pas mangé et cela m’avait manqué. J’en pris une toute en souriant à ce que le jeune homme me disait. Il se souvenait que je les aimais, c’était plutôt bon signe. Après tout, si l’on veut oublier quelqu’un, on oublie forcément ses habitudes, non? Je lui fis signe de s’asseoir sur le canapé, la bouche prise par une chouquette. Je m’installais moi-même sur ce dernier avant de retrouver l’usage de la parole. Je me devais de lui répondre. « Je suis une idiote… Par pour hier mais pour il y a trois ans. Je sais et j’ai toujours su que tu étais digne de confiance, que jamais tu ne pourrais tromper la femme que tu aimes… Mais je ne sais pas pourquoi, quand je t’ai vu avec cette femme dans les bras, j’ai disjoncté… Je sortais d’une conversation houleuse avec mes parents et je crois que ça a joué… » Les hormones de ma grossesse aussi avait joué mais je préférais attendre pour lui dire que j’avais été enceinte de trois semaines à cette époque. Je bus une gorgée de mon café tout en regardant Kiel. Je n’arrivais pas à le quitter du regard. Sa présence ici était tout simplement miraculeuse mais il y avait quelque chose qui me tiraillait les lèvres. « Je sais que tu ne me pardonneras jamais… Moi-même je ne me le pardonnerais pas. » Et c’était certainement ce qui faisait le plus mal, savoir qu’il ne me pardonnera certainement pas d’être parti, de ne pas avoir eu l’idée d’entrer dans le café pour lui demander ce qu’il se passait…
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 17 Mai - 21:29


Wait for me to come home

Ezebel


J'ai tellement envie de lui pardonner, d'oublier tout ça, de l'aimer à nouveau, qu'on reprenne à zéro et qu'on soit juste amoureux. Mais j'ai souffert pendant trois ans, trois ans à la chercher partout, à essayer de trouver où elle est quelque part sur terre. J'en ai passer des nuits à ne pas dormir, à naviguer sur internet pour essayer de retrouver sa trace. Je n'avais que son nom et son visage, quelques photos que j'avais faîtes d'elle. J'avais la police, je savais que je pouvais l'utiliser pour la retrouver mais ce serait de l'abus de pouvoir, elle n'a jamais été signalé comme disparut, sa famille devait savoir où elle était. Sa famille, juste des inconnus à mes yeux, des inconnus comme l'était ma sœur pour elle. Au moins, elle connaît le nom de ma sœur, elle peut deviner son caractère vu comment je lui en ai parler mais alors ses parents, le vide, nada. Elle n'a jamais dit un mot à leur propos. Je lui ai déjà lancé dans la conversation que j'aimerais bien les rencontrer, j'ai lancé comme un bombe et elle a préféré changer de sujet de conversation. Peut-être que ce sont des gens peu fréquentable mais j'aurais aimer qu'elle me le dise. Enfin, si elle n'a pas été signalé comme disparut, elle devait avoir contact avec eux, elle a dû aller quelque part. Est-ce qu'elle est venue ici directement ? Pourquoi le canada alors ? Pourquoi Heatherfield ? Elle devait penser qu'ici je ne la retrouverait jamais, pas le même Etat, pas le même pays, une impossibilité pour moi de la retrouver grâce à son nom. Même Jezabel Carpenter Google ne connaît pas. J'ai eu envie de m'arracher les cheveux quand j'ai vu qu'il me proposait des femmes loin de lui ressembler. Je voulais juste la retrouver, lui demander pourquoi elle est partit. Je ne lui voulais aucun mal, si elle voulait partir après, je l'aurais laissé partir… ou pas, je ne sais pas, c'est difficile de perdre l'amour de sa vie, je ne sais pas si j'aurais accepté de la perdre une deuxième fois, comme aujourd'hui. Mon amour pour elle est beaucoup trop fort face à ce que je pourrais lui reprocher, surtout que ce que je lui reproche ne serait jamais arrivé si je lui avait présenter Charlotte. Putain ça m'énerve de ne pas savoir ce que je veux ! Elle m'explique qu'elle parlait à ses parents, ces inconnus avant de me voir avec Charlotte. Alors comme ça, c'était l'entassement de plusieurs petites choses qui l'a fait péter un câble. « Tu savais que tu pouvais venir me parler, je t'aurais toujours écouté. » Tous les deux sur le canapé, je ne peux pas éviter son regard mais je n'ose pas la regarder dans les yeux, du moins pour le moment. Ca me fait un choc lorsqu'elle me dit que je ne lui pardonnerais jamais. Je ne veux pas qu'elle pense ça, il en est hors de question, elle n'en sait rien, elle ne peux pas se faire des histoires, à nouveau. « Jamais ? Non. Je te pardonnerais un jour, je le sais. Peut-être que ça prendra du temps, je ne sais pas. » Je souffle et la regarde dans les yeux, j'ose, enfin. « Tu n'es pas partis que à cause de cette histoire avec Charlotte, je le sais. Puis, la faute n'est pas que sur toi, tu es partis mais je t'ai caché Charlotte pendant le temps de notre vie commune, c'est moi qui est fait la première erreur. » J'espère que sur le coup, elle ne va pas avoir envie de me demander pourquoi je ne lui ai jamais parler de Charlotte, je n'ai pas trop envie d'en parler.  




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 17 Mai - 22:22

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
J’ignorais complètement qu’Ezekiel m’avait cherché pendant aussi longtemps. Peut-être que si je l’avais su, j’aurais expliqué mon geste, je serais revenue… Mais je ne m’en étais jamais douté, persuadé qu’il avait trouvé la une bonne excuse pour se débarrasser de moi et vivre sa nouvelle idylle. Aujourd’hui, je me rendais compte que j’avais mal agi et j’étais persuadé que le jeune homme ne me pardonnerait jamais, tout comme sa famille. Je n’oserai jamais me présenter devant eux après tout le mal que j’avais pu faire au jeune homme, c’était impossible autrement. Je ne les avais jamais rencontré mais il m’avait tellement parlé d’eux que c’était comme si je les connaissais depuis toujours, comme si je faisais partie de la famille. En quelque sorte, cela avait été le cas. Mais aujourd’hui, je ne savais pas si j’avais le droit de prétendre à retrouver cette place que j’avais abandonné, condamnant notre fille à grandit sans père. Il fallait que je lui parle de Dia, qu’il sache, il en avait le droit. Mais j’avais tellement peur qu’il ne veuille me l’enlever que je ne savais pas quoi faire. J’aurais tellement aimé avoir ma mère en ville, pour lui parler, lui demander conseil mais elle vivait en Angleterre et je ne voulais pas parler d’eux à Ezekiel. Le sujet était déjà venu sur la table quand nous vivions ensemble avant et j’avais préféré éludé. Je n’aimais pas parler de mes parents car le regard des gens changeaient quand je leur disais que j’étais une princesse anglaise et je ne voulais pas. J’avais eu peur que cela ne soit la même chose pour le jeune homme. En réalité, je vivais dans la peur, continuellement. Et j’en avais assez, je ne voulais plus avoir peur. Mais je ne savais pas comment faire pour que cela cesse. Alors le mieux, ce serait peut-être simplement de tout déballer, de toute avouer à Ezekiel. Mais je me contentais de parler de mon départ, je voulais y aller en douceur quand même, prendre le temps de retrouver Ezekiel avant de tout lui avouer. Je posais mon regard sur le jeune homme quand il avoua qu’il me pardonnerait mais qu’il ne savait pas combien de temps cela prendrait. Je sentis mon cœur se réchauffer, c’était déjà une bonne chose qu’il pense qu’il puisse me pardonner, tout n’était pas perdu. Mais quand il avoua qu’il savait que je n’étais pas parti qu’à cause de Charlotte, je manquais de faire tomber ma tasse. Comment pouvait-il savoir? Une intuition? Je soupirais tout en posant ma tasse sur la table basse. « Tu as raison, il n’y a pas que Charlotte… Je suis parti parce que… » Au même instant, le téléphone sonna. Pestant d’être dérangé pendant une discussion aussi importante, je me levais pour aller décrocher. L’appel était tout aussi important parce qu’il s’agissait de l’école maternelle. Je devais aller chercher Dia car finalement, la matinée d’école était écourtée. Je raccrochais avant de me tourner vers le jeune homme, une petite idée en tête. « Je dois aller chercher Dia… Tu veux venir? » Je me disais que si Ezekiel et Dia passaient du temps ensemble, le jeune homme apprendrait à l’aimer et je voulais en profiter pour lui annoncer que c’était sa fille. Je voulais éviter que Dia ne vende la mèche avant que je n’ai pu lui en parler et je devais le faire avant d’aller chercher la demoiselle. Peut-être quand nous serons tous les deux dans la voiture…
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Ven 19 Mai - 21:59


Wait for me to come home

Ezebel


Elle allait me le dire, j'allais enfin savoir. Trois ans de questionnement et là j'allais arriver à bout de ça. Mon coeur s'accélère, je ne sais pas pourquoi ça me fait ça, peut-être que j'ai peur de savoir que c'est vraiment de ma faute si elle est parti, peur de ne pas pouvoir lui pardonner. Et je fais quoi si la raison de son départ fait que je ne peux pas la pardonner ? Je ne sais pas trop ce que ça pourrait être mais prenons le pire scénario comme hypothèse. Est-ce qu'il faudrait que je la laisse partir, elle que j'ai mis tant de temps à retrouver ? Est-ce que finalement les trois ans de recherches ne surpasseraient pas ces révélations ? Mais peut-être qu'elle a juste eu peur de quelque chose et je pourrais lui montrer que je suis là pour la protégerait. Car oui, je la protégerais de tout, je ferais tout pour qu'elle aille bien et qu'elle ait le sourire. Même si elle est parti, elle a du être triste car elle pensait que je la trompais, c'était déjà beaucoup mais toute cette histoire a dû lui faire du mal, à dû la blesser et je n'arrive pas à penser à autre chose. Mais je ne peux pas m'empêcher de me demander si elle a pensé à moi comme moi j'ai pensé à elle. Dans ma tête, elle était de mon réveil à mon endormissement. C'était souvent que j'imaginais dormir contre elle, j'imaginais le contact de nos corps et dans ma tête j'entendais sa respiration qui ralentissait quand elle s'endormait. Cette musique dans ma tête qui ne me quittait pas, cette musique qui était un mélange du son de sa voix, du son de son rire et de sa respiration. C'est une jolie mélodie qui m'a aidé à survivre pendant ces trois ans. Mais là elle va tout m'avouer, on a besoin de ça pour aller mieux. Enfin, elle allait me le dire avant que le téléphone ne sonne. Je la laisse aller décrocher, on ne sait jamais, ça pourrait être important et en l’occurrence ça l'est. Elle ne semble pas perturbée, ça ne doit pas être une mauvaise nouvelle. Elle se rapproche de moi et me propose d'aller avec elle à l'école pour aller chercher Dia. « Oui je veux bien. » Aller voir la fille d'un autre, ça me gêne mais elle reste la fille de Jezabel. Elle reste adorable comme sa mère et je ne peux en aucun la mettre de côté, elle a ce visage si adorable, qu'on aimerait croquer. Je me lève. Je la suis. Je pourrais me proposer pour qu'on prenne ma voiture mais je ne veux pas faire peur à Dia. Je veux qu'elle soit dans un environnement qu'elle connaît pour ne pas prendre peur. Je monte en voiture, une jolie voiture, à son image. Le début du trajet se fait sans vraiment de discussion et ça a le don de m'énerver, je déteste le silence. Hier je l'ai accepté car elle n'allait pas bien mais aujourd'hui on va bien. Je regarde autour de nous, je n'avais jamais pris ce chemin. Je repense à Dia, à cette petite et j'imagine tout l'amour que Jez peut lui donner. C'est vrai que je l'ai toujours vu mère, je voulais qu'elle soit la mère de mon enfant. Mais je voyais bien qu'elle est seule, je ne sais pas si elle en souffre, en tout cas ça doit lui faire beaucoup de travail, à elle, seule. Je souffle, pas négativement, non, peut-être un peu face à ce silence complet entre nous. Mais pour briser ce silence, je prend la parole. « Si tu as besoin d'un père pour elle, je suis là » C'était sortis tout seul mais c'était la seule façon d'être proche de Jezabel. Car même si elle a des choses à se faire pardonner, je suis fou d'elle.  




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Ven 19 Mai - 22:27

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Et si je prenais la mauvaise décision en lui avouant la vérité sur Dia? Il aurait tout à fait le droit de m’enlever ma fille si l’envie lui en prenait pour partir vivre avec une autre femme. Après tout son nom était sur le certificat de naissance que je gardais précieusement dans ma boite à souvenir. Alors il était son père aux yeux de la loi même s’il ne la connaissait pas. Et je voulais à tout prix éviter cela. Mais en même temps, je prenais également un risque à ne pas lui dire la vérité s’il voulait retrouver sa place à mes côtés. Et puis, j’avais dit la vérité à Dia, je devais faire la même chose avec Ezekiel. Alors que j’allais lui dire que j’avais été enceinte quand je l’avais vu avec cette autre femme, le téléphone sonna. Je soupirais, à la fois triste et contente d’être ainsi dérangé. J’avais peur de la réaction du jeune homme, je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais en même temps, j’étais lancé et je venais d’être coupé dans mon élan. Décrochant le téléphone, je me rendis compte que c’était l’école de Dia qui m’annonçait que la matinée était annulée et qu’il fallait que je vienne chercher ma fille. Raccrochant, je demandais au jeune homme s’il voulait m’accompagner, je voulais profiter de la voiture pour lui dire la vérité, reprendre la conversation là où nous nous étions arrêtés. Je le conduisis jusqu’à ma voiture et on put se mettre en route. Mais durant une grande partie du trajet, je gardais le silence, ne sachant pas comment remettre ce sujet sur le tapis. Je voulais lui dire toute l’histoire, enfin en finir avec les secrets mais je ne savais pas comment le faire. Ezekiel m’aida grandement à reprendre la conversation. Je manquais de faire une embardée quand il me proposa d’être un père pour Dia et je dus lutter contre les larmes. Idiote… Sa phrase était idiote parce qu’il était déjà son père mais en même temps, c’était ma faute. Si je n’étais pas partie, il n’aurait jamais eu à me proposer d’être un père pour ma fille. Je pris une grande inspiration, ne quittant la route du regard qu’un court instant pour le poser sur le jeune homme avant de poser ma main droite sur son bras. « Tu… Tu es déjà son père Ezekiel… Quand je suis parti des Etats-Unis, j’étais enceinte de trois semaines… C’était pour te le dire que je suis venu au café… Et c’est aussi la cause de ma dispute avec mes parents… » Voilà, maintenant, il était au courant de toute l’histoire. Je reposais ma main sur le volant, ayant un peu peur de la réaction du jeune homme. On arriva rapidement devant l’école de notre fille mais les enfants n’étaient pas encore sortis alors je décidais de rester encore un peu dans la voiture, dès fois qu’Ezekiel ait envie de continuer à parler avant que Dia n’arrive. Je n’arrêtais pas de jouer avec mes doigts, dans le stress de la réaction d’Ezekiel. Je craignais qu’il ne réagisse violemment et ne quitte la voiture pour ne plus jamais entendre parler de moi ou de Dia. Mais en même temps, il ne m’aurait pas dit vouloir être un père pour cette dernière s’il décidait soudain de partir… J’étais perdue, dans l’attente.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Sam 20 Mai - 17:38


Wait for me to come home

Ezebel


C'est dur d'accepter que la femme que l'on aime ait donner la chance à un autre homme d'avoir un enfant avec elle et c'est tout aussi dur de se dire qu'il n'a pas su saisir cette chance, qu'il l'a abandonné, la laissant à souffrir, à élever seule son enfant, son bébé. Toute la nuit j'y ai pensé, j'ai essayé de faire passer la pilule. Puis je me suis fait à l'idée, j'ai pensé aux familles qui adoptés qui sont capable de donner de l'amour à un enfant qui n'est biologiquement pas le leur. J'ai pensé que je pouvais faire pareil avec Dia, si j'arrive à me rapprocher de Jezabel, si j'arrive à faire en sorte que Dia m'accepte alors je pourrais l'aimer comme mon propre enfant. Vu son jeune âge, il se peut aussi qu'elle pense que je suis son père si elle m'aime et que je l'aime. C'est pour ça que je me propose à Jezabel, j’espérais qu'après ça, on se rapproche, qu'elle comprenne que je veux toujours d'elle, que j'ai besoin d'elle. Elle m'offre un contact, ça rompt complètement le silence, la distance. Je la regarde et j'écoute ce qu'elle a me dire. Et là… Et là… Que dire ? Que faire ? Il y a tout qui me tombe dessus. Moi ? Le père de Dia ? Elle est partis étant enceinte ? Elle était venu me voir pour me le dire ? J'avais envie de pleurer mais pour faire viril je me racle la gorge. Je ne sais pas comment réagir, j'ai envie de sauter de joie, d'embrasser Jezabel, de lui montrer que je serais le père de Dia mais d'un autre côté j'ai envie de crier, j'ai envie de m'énerver contre elle, contre son départ. Elle enlève sa main de mon bras, moi, mon corps s'est raidis face à la nouvelle, les poils de mes bras sont dressés. Elle continue de rouler et je ne dis pas un mot, ne sachant quoi dire, quoi penser. On arrive devant l'école, il y a des parents qui sont déjà arrivés, nous on reste dans la voiture mais je n'ai pas l'impression d'être à l'aise. Il y a eu que très peu de révélation dans cette voiture, pourtant c'est la plus grosse qu'elle a faîte. J'ai l'impression de manquer d'air alors je sors. Jezabel doit pensé que je lui fait la gueule, que je ne veux plus lui parler alors que c'est juste que je ne sais pas. L'air de dehors va m'aider à prendre une décision, ou peut-être pas, je ne sais pas non plus. J'ai sûrement besoin de temps pour réfléchir, besoin de savoir quelle décision prendre. Elle m'a quand même rayer de sa vie pendant trois ans, je n'ai pas connu les trois première années de ma fille. Puis merde, j'ai une fille. Qu'est-ce que c'est que d'être père ? Est-ce que j'en serais un bon pour Dia ? Je m'appuie contre la voiture et je guette les enfants sortir de l'école.  




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Sam 20 Mai - 19:15

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je n’avais pas su comment lui annoncer qu’il était père comme ça, dans la voiture. Alors j’avais profité qu’il me propose d’être le père de Dia pour lui dire que c’était déjà le cas. Je restais un court instant dans l’attente, ne sachant pas comment le jeune homme pourrait prendre la nouvelle. Je le sentis quasiment instantanément se raidir, comme s’il était soudain en colère d’apprendre qu’il était effectivement le père de ma fille. Je ne comprenais pas pourquoi d’ailleurs. Il aurait normalement dû être heureux d’apprendre que je n’avais pas eu d’autres hommes dans ma vie que lui… J’étais perdue et le silence du jeune homme ne m’aidait pas à remettre de l’ordre dans mes pensées. Le reste du trajet se passa dans le plus grand silence. J’espérais une réponse d’Ezekiel, un signe qui m’aiderait à y voir plus clair dans toute cette histoire. On arriva rapidement devant l’école de Dia et une fois la voiture arrêtée, Ezekiel quitta l’habitacle. Je fus étonnée de sa réaction mais je pouvais le comprendre. Il devait très certainement m’en vouloir et c’était le seul moyen qu’il avait pour ne pas me hurler dessus. Je posais ma tête sur le volant, essayant tant bien que mal de retenir mes larmes. Le silence était encore plus difficile à supporter que des cris. L’indifférence d’Ezekiel était réellement insupportable. Me redressant, j’essuyais tant bien que mal mes joues. Je n’avais pas réussi à me contenir et je m’étais mise à pleurer. Je n’avais jamais voulu toute cette histoire mais je savais que si les choses étaient à refaire, je changerais toute cette histoire. Je ne partirais pas, j’irais confronter Ezekiel et cette femme dans ce café. Mais je n’avais pas voulu finir à l’hôpital en proie à des douleurs. Je n’avais pas voulu perdre mon enfant, notre enfant. Essayant de retrouver mon courage, je quittais la voiture avant de faire le tour. Il était tant d’avoir une discussion avec le jeune homme. « Ezekiel… Crie-moi dessus, hurle-moi dessus si tu veux… Mais bon sang, dis quelque chose, je t’en prie… » J’espérais que ça allait faire réagir le jeune homme, que j’aurais une réaction. Je me fichais de la teneur de cette dernière, je voulais qu’Ezekiel m’explique ce qu’il pouvait ressentir. Je voulais comprendre et même s’il me disait qu’il ne pourrait jamais me pardonner, je voulais le savoir. Car au fond, j’avais toujours l’espoir qu’il nous accepterait dans sa vie. Au même instant, les portes de l’école s’ouvrirent et je vis une tornade brune courir jusqu’à la voiture. Je me doutais que je n’aurais pas d’explication maintenant que Dia était arrivée.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Sam 20 Mai - 22:02


Wait for me to come home

Ezebel


Les yeux rivés sur la porte de l'école, j'ai eu peur et j'ai fuis, je suis sorti de la voiture. J'ai fuis mes responsabilités. Je fais exactement pareil que ce que je reproche à Jezabel. Je voulais des réponses quand elle est partis et je pense que là, elle veut des réponses et je suis partis. Même si je ne suis pas loin d'aller, que l'on peut toujours se retrouver, elle comprend la frustration que j'ai eu il y a trois ans. C'est sûrement aussi pour ça que j'ai quitté le véhicule. Le dicton dit « il vaut mieux tard que jamais » c'est vrai, je suis heureux de le savoir mais qu'est-ce que j'aurais voulu le savoir plus tôt. J'aurais aimé vivre la grossesse avec Jezabel, la naissance, les trois premières années, les premiers pas, les premiers mots, elle ne peux pas savoir à quel point j'en rêvais et je suis vexé, vexé de ne pas avoir connu ce dont je rêvais. J'ai de la rancœur envers elle mais est-ce qu'il faut pas que j'accepte le fait qu'elle veuille que je rentre dans leur vie aujourd'hui ? Est-ce qu'il ne serait pas temps de prendre sur moi et de laisser faire ? Après tout ce n'est que trois ans alors qu'il nous reste de belles années à vivre tous les trois. Tous les trois. J'en ai les larmes aux yeux. Je n'arrive pas à y croire car Dia n'est pas le fruit de l'amour de Jezabel et une autre personne, c'est le fruit de notre amour. Elle n'a pas aimer un autre homme que moi puis elle n'a jamais dû m'oublier, Dia devait lui rappeler qu'on s'est aimé. Elle a dû souffrir autant que moi, en plus qu'elle a dû subir des événements qu'on aurait vivre ensemble. J'entends la portière de la voiture se refermer, elle arrive, elle vient vers moi, dieu que j'ai envie de l'embrasser, que l'on revienne ensemble, que je lui dise qu'on oublie, qu'on recommence tout en avançant avec Dia. Je me retourne face à elle, elle a les yeux rouges, elle a pleuré, non je ne voulais pas ça, que j'ai été idiot ! J'allais la prendre dans les bras, la tenir contre moi quand la porte de l'école s'ouvre et que Dia vienne vers nous à toute vitesse. C'est sûrement mon instinct paternel qui se révèle mais je me baisse vers Dia. « Salut toi, tu as passés une bonne journée ? » J'attends sa réponse. Elle est tout sourire, elle a le même sourire que sa mère, il en fera fondre plus d'un plus tard. Je me redresse, prend la main de Dia qui me tend la sienne depuis qu'elle est arrivée. Je sais que ce n'est pas une discussion pour Dia, c'est une discussion de grande personne alors j'arrondis les bords. Je souris à Jezabel. « Pourquoi te crier dessus ? Je t'ai proposer d'être là comme son père, je ne peux pas oublier ce que j'ai dit, surtout si c'est moi son père. » Ma phrase est bizarre, quand je finis de la dire je m'en rend compte, surtout que l'on peut avoir une migraine pour la comprendre alors je reprend juste « Je veux être son père. Et je veux être avec sa mère »




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Sam 20 Mai - 22:40

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Seule dans la voiture, j’étais incapable de retenir mes larmes plus longtemps. Je m’étais attendu à tellement plus qu’à cette réaction de la part d’Ezekiel. J’aurais voulu un minimum de réaction me permettant de faire la part des choses, de comprendre ce qu’il pensait. Mais il c’était contenté de quitter son siège pour aller s’appuyer dos à la voiture. Je finis moi aussi par quitter la voiture pour aller demander des comptes à Ezekiel. Je comprenais maintenant ce qu’il avait ressenti quand j’étais moi-même parti sans rien lui dire, il y a trois ans désormais. Je m’en voulais toujours et encore plus maintenant que je comprenais ce que le jeune homme avait pu ressentir. Une fois à ses côtés, je lui demandais une réaction, quel que puisse être cette dernière. Même s’il devait me crier dessus, ce serait déjà mieux que cette indifférence. Au même instant, la porte de l’école s’ouvrit et Dia sortit de la cour de l’école, se précipitant vers nous. Elle semblait tellement heureuse de voir Ezekiel avec nous qu’elle ne cessa pas de le regarder. Le jeune homme s’accroupit face à la demoiselle et lui demanda comment c’était passé sa journée. « Très bien. J’ai joué avec Bobby aux gendarmes et au voleur… Il a fait le méchant. » Je ne pus m’empêcher de sourire. C’était certainement quelque chose que Dia tenait de son père, cette volonté de toujours jouer la justice, comme son père pouvait en faire son métier. Dia tendit sa main à ce dernier et Kiel s’en empara. Je ne pus m’empêcher de me pencher pour embrasser le front de ma fille. Je reportais mon regard quand Ezekiel reprit la parole, me disant qu’il ne comptait pas me crier dessus. J’eus un peu de mal à saisir ce qu’il voulait dire par la suite. Est-ce que cela voulait dire qu’il acceptait la présence de Dia? J’étais perdue mais ce qu’il ajouta me fit à nouveau monter les larmes aux yeux. Mais rien à voir avec la tristesse, je n’arrivais juste pas à y croire. J’avais parfaitement bien entendu mais j’avais du mal à y croire. Il acceptait la présence de Dia, il voulait même reprendre ce rôle que je lui avais volé pendant trois ans… Mais plus encore, il voulait toujours de moi, il voulait retrouver sa place à mes côtés. Je restais quelques secondes sans réaction, ne sachant pas quoi faire tellement je ne m’étais pas préparé à cela. J’avais envie de sauter partout, comme une petite fille mais je devais garder mon calme malgré toute l’envie que j’avais de hurler à la face du monde. Mais tout ce que je trouvais à faire, ce fut de sauter au visage du jeune homme. Glissant mes bras autour de son cou, je ne pus m’empêcher de poser mes lèvres sur les siennes. Cela m’avait tellement manqué, plus que ce que j’avais bien pu penser. Aujourd’hui, je me rendais compte que j’aimais toujours Ezekiel. Même si je n’en avais jamais douté, cela s’imposait à moi sans que je ne puisse rien y faire. Et je ne voulais pas lutter contre mes sentiments. Je rompis cependant le baiser, gardant cependant mes bras autour du cou du jeune homme. « On ferrait peut-être mieux de rentrer… » Je n’aimais pas spécialement me donner en spectacle. Mais je n’avais pus m’empêcher de me laisser aller à mon envie de l’embrasser. Dia nous regardait sans réellement comprendre et je ne pus m’empêcher de lui sourire.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Dim 21 Mai - 11:58


Wait for me to come home

Ezebel


Dia m'explique qu'elle a joué avec Bobby aux gendarmes et au voleur. J'adorais joué à ça comme jeu dans la cour de récré avec mes amis, j'étais toujours gendarme, je ne voulais pas être voleur. J'étais petit et j'avais déjà le sentiment de la patrie, de la justice, de la loi. Puis je me demande qui est Bobby, je garde ce nom dans un coin de ma tête et je lui demanderais plus tard. C'est en voyant la tête de Jezabel qui n'avait pas l'air d'avoir comprit ce que j'ai dit que je me reprend, que je parle avec peu de mots mais c'est parfait pour qu'elle comprenne. C'est fou que quand je suis face à la personne que j'aime, dans une situation critique je perd mes mots ou juste je ne sais plus faire une syntaxe de phrase. Mais ce que je lui dit, ce qu'elle comprend lui fait plaisir, elle est au bord des larmes, faut qu'elle arrête car je vais l'être aussi et on aura l'air bête devant Dia et devant les autres parents. Mais elle passe ses bras derrière ma nuque, ça me donne un frisson, j'avais tellement eu envie qu'elle refasse ça, je sais qu'elle adorait le faire et j'adorais qu'elle le fasse. Nos lèvres rentrent en contact. J'ai l'impression de rêver, il faut me réveiller. Donnez moi une claque, ce n'est pas possible. Elle est là, contre moi, ses bras derrière ma nuque, ses lèvres contre les miennes. Surtout que c'est elle qui a fait le premier pas, je n'arrive pas à y croire. Le hasard fait vraiment les choses, la retrouver après des années de recherches, je n'arrive même pas à mettre des mots sur ce que je ressens. Nous voilà, parents, ensemble, à nouveau. De ma main libre, je la rapproche de moi en passant ma main dans son dos. J'ai envie que ce moment ne s'arrête jamais, bloquer le temps pour me laisser profiter un peu plus longtemps de ses lèvres. Elle arrête le baiser, j'ai eu tout de suite envie de le reprendre mais je la laisse faire. Elle me dit qu'on devrait rentrer. « Oui on devrait rentrer, tous les trois. » Elle a raison, on doit rentrer, j'ai tellement hâte de savoir comment elles vivent, faire un petit pas dans leur intimité. Je ne retiens plus Jezabel contre moi, sachant très bien qu'elle n'aimait pas ce genre de comportements en public. Je regarde Dia qui est tout sourire en nous voyant. « Aller, on retourne à la maison ! T'as bien de la chance de ne pas avoir école aujourd'hui. » J'ouvre la portière pour que Jezabel mette Dia dans la voiture, les sièges auto ce n'est pas pour moi, j'ignore complètement comment ça marche. J'essaie de voir comment Jezabel fait mais je ne vois pas vraiment, je lui demanderais plus tard. Plus tard, ouais on verra après, je veux juste profiter du moment présent, je ne veux pas penser à l'avenir, pas à demain où je devrais retourner au travail, je veux profiter de ma journée de repos. On monte tous en voiture pour rentrer chez Jezabel, j'ai un espèce de sourire qui ne veux pas quitter mon visage. Je suis heureux et j'ai complètement oublier ses trois dernières années. Et là je trouve que c'est complètement le bon moment pour poser ma question Je me retourne un peu vers Dia pour lui parler. « Dis moi tout, c'est qui Bobby ? C'est ton amoureux ? » Je voulais être cache sur cette question, de toute façon les enfants ils aiment bien en parler.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 22 Mai - 11:37

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Il était clair que Dia ressemblait plus à Ezekiel qu’à moi quand il s’agissait du mental. Mais cela ne m’avait jamais posé de problème, au contraire. J’avais toujours l’impression que le jeune homme était toujours près de moi alors que ce n’était pas le cas. Mais aujourd’hui, Kiel était parmi nous. Je craignais juste qu’il n’accepte ni ma présence ni celle de Dia. Mais ce qu’il ajoute par la suite me rend heureuse, plus encore que ce que j’aurais pensé. Je restais quelques secondes à me demander si j’avais bien entendu avant de lui sauter au cou, comme j’en avais l’habitude. Cela m’avait manqué de glisser mes bras autour de son cou pour l’embrasser. Je l’avais toujours fait de cette façon et je n’avais pas perdu mon habitude. Je finis par rompre le baiser à contre cœur pour lui dire que nous ferions mieux de rentrer. Je n’étais pas habituée des démonstrations d’affection en public, certainement à cause de ma famille. La famille royale britannique était plutôt froide quand elle était à l’extérieur et je n’avais jamais été habituée à agir de cette façon. Mais avant de rendre sa liberté à Kiel, je le serrais contre moi, juste pour le plaisir, parce que j’en avais envie. Et puis, il était d’accord pour rentrer, c’était juste parfait. Mon cœur avait fait un salto dans ma poitrine quand il avait dit tous les trois. C’était exactement ça, nous rentrons tous les trois. Tous les trois… Je crois que je ne me lasserais jamais de l’entendre dire ces quelques mots. Ezekiel ouvrit la portière pour que je puisse mettre Dia dans son siège auto. Je sentais la présence du jeune homme derrière moi et j’essayais de le laisser voir comment on attachait la demoiselle mais ce n’était pas évident. Tant pis, je lui expliquerais quand Dia ne serait pas dans le siège auto. Je repris ma place au volant avant de reprendre la route de la maison. Je ne peux m’empêcher de sourire quand Ezekiel questionne soudain sa fille sur le fameux Bobby. Le rôle de père lui va tellement bien. Dia le regarde toujours en souriant avant de se mettre à taper des mains. « J’aimerais bien que ce soit mon amoureux… Mais il aime déjà Katye… Mais Katye, elle est pas gentille, elle l’aime pas, elle fait juste ça pour m’embêter. » Je secouais la tête avant de remonter la rue où se trouvait notre chez nous. J’espérais bien que rapidement, le jeune homme nous rejoindrait. Mais il était trop tôt pour en parler. Je coupais rapidement le moteur avant d’aller jusqu’à la porte ouvrir. Dia s’engouffra à l’intérieur la première, comme elle en avait l’habitude. Une fois à l’intérieur, je me tournais vers Ezekiel. « Tu restes manger avec nous ce midi? » J’espérais qu’il allait dire oui mais il avait peut-être déjà quelque chose de prévu pour son après-midi. Je ne pus empêcher mon regard de dériver sur ses lèvres. J’avais envie de l’embrasser à nouveau maintenant que nous étions à l’abri des regards.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mar 23 Mai - 18:41


Wait for me to come home

Ezebel


J'aime Jezabel alors ça semble normal à mes yeux de vouloir bien me faire voir pour Dia, surtout vu que c'est ma fille. Je n'arrive pas à y croire que je suis papa, je pense que je ne vais pas m'en rendre vraiment compte pendant les jours qui suivent, du moins pas tant que Dia me considérera pas comme son père. Je ne l'ai pas vu pendant trois ans, oui je le regrette mais je n'étais pas au courant, je l'aurais été, jamais elle n'aurait pu m'enlever mon enfant, jamais elle n'aurait pu partir, je l'aurais retenu. Même là, ne le sachant pas, si j'avais pu la retenir et ne pas souffrir pendant ces trois dernières années. En tout cas, je veux que Dia m'aime, je me sentirais tellement mal si elle ne m'accepte pas. Est-ce qu'elle sait que je suis son père ? Jez lui a-t-elle déjà parler de moi ? Si oui, qu'a-t-elle dit ? Je meurs d'envie de lui poser ces questions, je veux tellement savoir comment j'ai exister ou non aux yeux de Dia. Mais je n'ose pas vraiment car si je n'ai pas exister pour elle ? Et si Jezabel lui avait dit que je n'étais pas quelqu'un de bien à cause de ce qu'elle a vu et cru. Je n'arrive pas à choisir mais en attendant j'essaie d'être là, de me faire accepter et pourquoi pas aimer. Je pense que tout cela commence par faire attention à ce qu'elle fait à l'école, c'est pour cela que je lui ai demandé pour Bobby. J'écoute sa réponse et je me dis que les enfants sont violents, bien plus que moi à son âge. Bon, j'avoue, moi à trois ans, j'avais deux copines, je n'arrivais pas à choisir entre elles, elles étaient toutes les deux jolies à mes yeux alors je les avaient garder près de moi. Puis l'amour, j'y connaissais rien, en maternelle c'est totalement normal de ne pas savoir ce que c'est. Mais les deux filles s'appréciaient alors elles ne disaient rien, du moins au début, jusqu'à ce qu'une troisième fille veuille sortir avec moi et là c'est partis en live car moi, j'ai accepté cette autre fille. J'aimais bien me sentir aimer. Mais cette troisième fille ne faisait pas partis du groupe d'amis et ça a déranger les deux autres. Au final ? Je me suis retrouvé tout seul. J'étais très triste mais je me suis vite intéressé à une autre fille, qui était la maîtresse, elle était belle ma maîtresse de maternelle. Je pensais mon temps à lui faire des cadeaux chez moi, ça passait par une petite boîte à secret à une bougie. Mais en tout cas, on ne faisait pas exprès d'être l'amoureux d'une fille pour que l'autre gars laisse tomber, je trouve ça assez violent de faire ça, je pense qu'on le fait assez à l'adolescence. « Faudrait que tu lui montres que tu l'aimes plus que Katye l'aime. Tu lui as déjà offert un cadeau ? » On rentre à la maison de Jezabel. Dia disparut dans la maison pour s'occuper de ses affaires, je souris. Je n'ai pas le même état d'esprit que tout à l'heure en rentrant ici et aucun moins celui de hier. Je suis passé de nerveux, gêné à stresser à totalement à l'aise. Maintenant je sais comment Jezabel me voit et elle sait comment je la vois. Quand je la regarde, j'ai les yeux qui pétillent, un sourire aux lèvres. Je m'approche d'elle alors qu'elle me demande si je veux rester avec elles pour le midi. Je n'ai rien de prévu pour la journée et même si j'avais quelque chose de prévu, j'aurais tout abandonné pour rester avec elles. « Je veux bien, si ça ne t'embête pas. Si tu veux je peux t'aider à faire à manger. » J'ai envie de l'embrasser mais je n'ai plus à me poser toutes les questions que je pouvais me poser avant, là, maintenant, je peux l'embrasser comme je le veut alors c'est ce que je fais. Je passe mes mains sur ses hanches et dépose un baiser sur ses lèvres. Je trouve que celui de tout à l'heure à l'école s'est arrêté trop rapidement.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 23 Mai - 20:48

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
J’étais contente d’avoir pu parler avec Ezekiel du fait que Dia était sa fille. Cela avait un peu décoincé la situation et je savais désormais qu’Ezekiel m’aimait toujours, ce qui n’avait pas de prix. En embrassant Ezekiel, j’avais eu l’impression de ne jamais être parti, comme si nous nous retrouvions après juste une journée de séparation mais il n’en était rien. Trois ans séparaient ce baiser du précédent et c’était presque un baiser inespéré. Malheureusement, il ne dura pas bien longtemps car j’y mis une fin. Je n’étais pas fan des démonstrations en public même si je m’étais amélioré au contact d’Ezekiel, en trois ans d’amour quand nous étions en Californie. Mais j’avais dû faire beaucoup d’effort que le jeune homme n’avait pas toujours compris. Ce n’était pas que je ne l’aimais pas suffisamment pour me montrer comme sa petite amie mais dans ma famille, il y avait une certaine étiquette qui imposait la distance en public. Je n’avais jamais aimé l’étiquette mais elle me collait à la peau. Une fois de retour en voiture, Ezekiel demanda qui était Bobby et je ne pus que secouer la tête en entendant la réponse de ma fille. Cette Katye ne perdait rien pour attendre. Les enfants pouvaient être de vrais monstres entre eux, même à trois ans. J’espérais que la situation allait s’arranger et que Dia pourrait jouer plus souvent avec Bobby. J’eus un sourire en entendant la réponse de Kiel à ce que lui disait sa fille. Et Dia prit quelques secondes de réflexion avant de lui répondre. « Je crois pas… Tu penses que c’est une bonne idée? » Je laissais la file et le père discuter entre eux, préférant me concentrer sur la conduite, je ne voulais pas abîmer ma nouvelle voiture. Elle était toute neuve, cela se sentait. J’avais malencontreusement flinguée la précédente en ayant un accident. Un abruti m’avait grillé la priorité au feu et m’avait percuté alors que je me rendais au restaurant avec Dia. Ma fille avait eu quelques nuits difficiles à la suite de cet accident mais tout était rentré dans l’ordre désormais. On ne tarda pas à arriver et à peine la porte ouverte, Dia se précipita dans la maison. J’ignorais ce qu’elle avait d’important à faire pour être une vraie tornade, peut-être le plaisir d’être en week-end. Je me tournais vers le jeune homme, lui proposant de rester manger avec nous ce midi. J’eus un petit sourire face à sa réponse avant de secouer la tête. « Si je te le propose, c’est que cela ne me dérange pas. Et pour l’aide, se sera avec plaisir. » J’eus un frisson en sentant les mains d’Ezekiel se poser sur mes hanches alors qu’il reposait ses lèvres sur les miennes. Maintenant que nous étions dans l’intimité de mon manoir, cela ne me posait aucun problème de l’embrasser. Glissant à nouveau mes bras dans son cou, je lui rendis son baiser en souriant. Une de mes mains finit par glisser sur son torse. Définitivement, Ezekiel était bien plus musclé que la dernière fois que nous nous étions vu et c’était pour le moins agréable de le découvrir par le toucher. Je fis une courte pause dans le baiser pour jeter un coup d’œil à Ezekiel. « T’aurais pas fait de la muscu toi? » Mais je ne lui laissais pas le temps de répondre que je reposais mes lèvres sur les siennes. Je retrouvais facilement mes automatismes d’il y a trois ans, cette facilité que j’avais de l’embrasser, ce frisson qui me remontait ma colonne en sentant le jeune homme me rendre mon baiser… Tout ce qui faisait que notre couple avait été si excitant.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 24 Mai - 21:43


Wait for me to come home

Ezebel


On était passé d'un extrême à l'autre, passé de la situation gênante entre nous deux à cause des secrets à une situation pleine d'amour et d'acceptation. L'acceptation s'est faîte de mon côté et du sien. J'ai dû accepter la raison de son départ et le fait que je suis père, elle, elle a du accepté que je suis de retour pour elle et que je ne compte pas partir et elle a dû accepter la réalité, le fait que ce soit ma sœur avec moi, une réalité qui a dû lui être compliqué à se représenter. Je suis trop heureux de la revoir, je lui ai vaguement annoncé que je l'ai cherché, on est pas rentré plus dans les détails mais je sais qu'à un moment je lui en parlerais, pour lui montrer que notre rencontre n'est pas dû qu'à du hasard, qu'il fait parfois bien les choses mais qu'il n'est pas magique. Je veux qu'elle sache que je ne l'ai jamais oublié pendant tout ce temps et que j'ai souffert. Je veux aussi savoir si elle, elle a souffert, je le pense mais est-ce que la colère a pris le dessus pendant toutes ses années ou c'est-elle estomper ? A-t-elle pensé une fois à revenir me voir ? A-t-elle déjà craquer de ne pas m'avoir auprès d'elle comme moi j'ai pu le faire ? J'étais rentré à la maison familiale ne supportant pas les images de notre amour, les douloureux souvenirs à l'époque qui maintenant en sont des bons. Les parents n'étant pas toujours là, je me contenais quand ils étaient présent, ma mère avait des aprioris sur Jezabel, elle savait que je souffrais mais en aucun cas je voulais lui montrer. Juliet Malone, grande actrice hollywoodienne qui pense toujours que la tristesse de ses enfants sont dû à ses absences. Elle a toujours tout fait pour être prêt de nous. Si je lui avait montrer ma faiblesse, elle aurait tout abandonné, même un film de Spielberg pour s'occuper de moi. Elle aurait été capable de m'apporte à manger à mon lit et tout, oui elle est folle, folle d'amour pour ses enfants. Depuis que je sais pour Dia, je me demande si moi aussi je serais capable de faire tout ça pour elle ? Est-ce que je vais devenir fou d'elle ? Je me suis toujours imaginé comme le père protecteur même quitte à gêner sa fille. Alors là, dans la voiture, c'est un magnifique tableau devant mes yeux. La femme que j'aime, celle que j'ai toujours aimé, celle que je voudrais garder pour le reste de ma vie à mes côtés, puis Dia, notre enfant, le fruit de notre amour, nous quoi. Du coin de l’œil je vois Jez' qui approuve ce que dit sa fille, je hausse les épaules je lui avoue « Moi à ton âge j'aurais aimer avoir un cadeau de celle qui m'aimait. Essaie toujours, ce sera toujours bien que ce que fait cette Katye. » Une famille, et oui, on ressemble à une famille, quelque chose dont j'ai toujours rêver et qu'aujourd'hui je touche du bout des doigts. Dia a l'air contente que je suis là même si dès qu'on arrive à sa maison, elle part on ne sait où. Peut-être qu'elle reviendra me montrer quelque chose, quelqu'un. A-t-elle un animal de compagnie ? Elle me propose de rester manger, un nouveau tableau de famille. Chez moi, on a toujours mangé ensemble, en famille, mon père le voulait, il disait que c'était le seul moment où on pouvait tous se retrouver, qu'on pouvait parler, du moins parler… On se hurlait dessus dès qu'on était pas d'accord sur un sujet, souvent il y en avait toujours un qui quittait la table car il en avait marre et était en colère. Je ne partais que rarement, je ne m'opposais pas à mes parents contrairement à Charlotte, elle aimait leur tenir tête, un truc que j'ai jamais fait. « Merci. Dis moi ce que je peux faire pour t'aider » mais avant qu'elle me réponse, on s'aidait, on s'embrassait, on se tenait près l'un de l'autre, on se retrouvait. Sa remarque me fait sourire. De la muscu, oui j'en avais fait. A la police on avait une salle de muscu, on y avait libre accès alors le soir j'y allais, c'était ça ou courir, ça me défoulait, ça m'aidait à réfléchir ou au contraire à ne rien penser. Mes entraînements, mon énervement face à la situation avait servis, j'étais plus musclé aujourd'hui. Je ne me sentais plus comme le tout maigrichon de la police. Mais je n'ai pas eu le temps de répondre, elle avait déposé un nouveau baiser sur mes lèvres, sa question était rhétorique, elle l'avait très bien senti, je n'avais pas besoin de lui expliquer que oui j'en avait fait. Entre deux baisers, je lui murmure «  C'est pour mieux te séduire. » et je ris en l'embrassant. Je passe ma main dans ses cheveux, ses cheveux que j'aimais si souvent toucher avant, que j'aime encore toucher, sentir, son shampoing, lui aussi n'avait pas changer. Naturellement je l'aurais soulevé, plaquer contre le mur, lui aurait enlever progressivement ses vêtements pour retrouver son corps mais là je ne sais pas quoi faire, pas que j'ai oublier, loin de là, mais pour Dia, et si elle réapparaît dans les minutes qui viennent ? Comment lui expliquer ? J'arrête nos baisers et je la regarde dans les yeux. Mon dieu que j'ai envie d'elle mais on ne peut pas.  




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 24 Mai - 22:44

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je garais rapidement la voiture dans l’allée du manoir, laissant Ezekiel discuter cadeau avec Dia pour lui permettre de faire fuir la fameuse Katye. Ma fille s’engouffra dans la maison à peine la porte ouverte, me laissant avec Ezekiel dans l’entrée. Je lui proposais de rester manger avec nous parce que j’avais très envie qu’il reste. Ezekiel m’avait manqué plus que ce que j’aurais cru et je n’avais pas spécialement envie de le voir quitter ma demeure tout de suite. Mais je me doutais que viendrait un moment où il devrait retourner chez lui. J’aurais osé, je lui aurais proposé de venir habiter ici… Mais je ne savais pas si c’était une bonne idée, c’était peut-être un peu trop rapide. Je voulais que l’on prenne notre temps, que l’on se redécouvre. Mais je n’avais pas non plus envie de voir le jeune homme me quitter ce soir ou dans l’après-midi. Il me répondit que je n’avais qu’à le guider dans ce que je voulais qu’il fasse mais je n’eus pas le temps de répondre qu’il m’embrassait. Je me rendais compte que le jeune homme était bien plus musclé que ce que j’avais l’habitude. Je me souvenais d’un jeune homme un peu maigrichon et j’avais face à moi… Captain America. Oui, la transformation de Kiel me faisait penser à Captain America, quand on lui injecte le sérum. J’en fis la remarque à Ezekiel et sa réponse me fit sourire. J’eus envie de lui répondre qu’il n’avait pas besoin de ça pour me séduire, que j’étais séduite quoi qu’il arrive mais il reprit le baiser là où il c’était arrêté. Je frissonnais en sentant la main du jeune homme se glisser dans mes cheveux, comme il avait toujours aimé le faire. Et pareil pour moi, j’avais toujours aimé sentir les mains du jeune homme que cela soit dans mes cheveux ou sur mon corps. Mais rapidement, le baiser prend fin et nous nous contentons de nous regarder dans le blanc des yeux. Je sais pourquoi il a arrêté, pourquoi il n’est pas allé plus loin dans nos retrouvailles: Dia. Elle était quelque part dans la maison et pouvait tout à fait débarquer à nouveau, pile au moment où il ne fallait pas. « Allons cuisiner… » Il fallait être raisonnable, nous aurions tout à fait le temps de nous retrouver plus intimement pendant la sieste de Dia. Alors que j’allais guider Kiel jusqu’à la cuisine quand on frappa soudain à la porte. J’ouvris pour découvrir le petit voisin et sa grande sœur. Je savais pourquoi ils venaient et je ne pus m’empêcher de sourire. Dia allait avoir droit à une petite heure de jeu à l’extérieur avant d’aller manger. « DIA! Tu veux sortir jouer avec Theo et Soraya? » Elle apparut soudain à nos côtés, me regardant avec des yeux qui pétillaient. Je lui expliquais alors qu’elle avait une heure et pas une minute de plus pour jouer avec Théo, cinq ans et Soraya, onze ans. Je ne me faisais pas de soucis, le Domaine Arkadia était toujours très bien surveillé par une société privée et puis, Le frère et la sœur habitaient juste à côté. Dia sortit et je refermais la porte avant de me tourner vers le jeune homme. Nous étions seuls cette fois-ci mais je ne savais pas si l’instant câlin était brisé ou pas. « Tu veux cuisiner ou… Faire autre chose? » Après tout, nous étions seuls désormais et je ne saurais si le moment était brisé qu’en lui proposant de façon un peu déguisé la suite des évènements.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Ven 26 Mai - 16:36


Wait for me to come home

Ezebel



Dans la maison on se retrouve, on se prouve que notre amour pour l'autre n'est pas mort, loin de là. Enfin un lieu tranquille, un lieu intime, surtout pour Jezabel, ici elle se sent bien, c'est chez elle, on ne subit plus le regard des gens. Je comprend qu'elle ait voulu rentrer. Pendant trois ans, peut-être, elle a été seule, elle est venue chercher sa fille par ses propres moyens et là, un beau jour je suis là, je l'embrasse. Elle a peut-être eu peur du jugement des gens. Moi j'en suis arrivé à un point où le jugement des gens ne m'arrêteront pas, ils me passent au dessus de la tête. Quand on a des parents connus, c'est une relation compliqué que l'on a avec le jugement. Même si votre mère et votre père vous cache de la scène médiatique, vous pouvez aller sur internet, vous voyez les commentaires des gens, certains vous feront sourire mais pas d'autres. C'est en tapant le nom de votre mère dans la barre de recherche d'un moteur de recherche que l'on remarque que l'humain est cruel. Elle a toujours été une femme remarquable, toujours là pour les autres. On ne compte plus l'argent qu'elle a donné à des associations, elle faisait tout pour qu'on l'aime et certains trouvaient bon de l'insulter. Quand on a seize ans, on est choqué, choqué par la méchanceté des gens. Ca peut nous remettre en question, je pensais que je ne voyais pas le mal qu'elle pouvait faire car j'étais son fils et que je l'aime mais j'ai tout bien regardé, rien, je n'ai rien trouvé de mal en elle, elle a toujours été incroyable. Alors le jugement, je l'ai mis derrière moi et j'y vais pas attention, quoiqu'on fasse dans notre vie il y a aura toujours quelqu'un pour nous dire que ça ne va pas, qu'on aurait pas du le faire comme ça. Je m'en fiche que j'aurais pas dû le faire comme ça, je l'ai fait comme je voulais le faire, comme quand j'ai prolongé le baiser qu'elle m'a offert en public. A quoi bon s'attarder sur des gens que l'on voit juste au moment de la sortie de l'école ? Quand nos enfants auront grandis, ils nous oublieront, autant faire pareil et ne pas prêter attention à leur jugement qui eux, resteront tout au long de notre vie. Après un long moment à se regarder, à pouvoir contempler la lumière qu'elle a dans ses yeux, elle me dit qu'on va cuisiner. Je lui souris, je suis prêt à l'aider. Mais on sonne à la porte, je la laisse aller ouvrir, je regarde seulement de loin qui est la personne, inconnu au bataillon. Dès que Jez annonce qu'un certain Theo et une Soraya sont là, Dia réapparaît comme magie et elle part avec eux. Je comprend que ce sont des amis de quartier à Dia et que maintenant j'allais me retrouver seul avec Jezabel. J'ai intercepté un morceau de la conversation, elle a une heure dehors, on a une heure à deux. Et sa proposition me fait quand elle a fermé la porte de la maison. Cuisiner ou passer un moment intime avec elle. Le choix est vite fait. Cuisiner bien sur. Je lui souris et je me lève de ma chaise pour m'approcher d'elle. Mes gestes sont rapides, j'ai envie d'elle, j'ai besoin d'elle et on a une heure pour profiter de nous deux. Je l'embrasse, peut-être plus passionnément qu'avant, maintenant que je sais que personne ne va venir nous perturbé. J'avais envie de la plaquer contre le mur, de lui enlever ses vêtements. Premier point, je la plaque contre le mur le plus proche, continuant de l'embrasser, de passe ma main dans ses cheveux, je sais qu'elle en raffole. Entre deux baisers je lui dis « On aura tout le temps de cuisiner tout à l'heure, j'ai besoin de toi maintenant » mon coeur s'emballe.  




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Ven 26 Mai - 17:47

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je n’avais jamais réellement supporté le regard des gens sur moi. Peut-être parce que ma famille ne m’en avait jamais réellement protégée. Quand ma mère est devenue l’épouse de mon père alors que j’avais onze ans, les critiques ont fusé et bien souvent, j’étais assimilée à la bâtarde de la famille, celle qui ne devrait pas exister. Plus grande, quand je sortais de Buckingham, les tabloïds traquaient mes moindres pas et surtout, mes mauvais gestes. Je n’avais jamais réellement supporté d’être ainsi traqué par des rapaces. Je n’avais pas une grande image des paparazzis et ce n’était pas prêt de changer. Et même maintenant, alors que je passais assez inaperçu dans les rues de Heatherfield, je craignais que l’un d’entre eux n’ai retrouvé ma trace et qu’il ne me surprenne dans une mauvaise passe et qu’un scandale éclate en Angleterre. C’était tout ce que je voulais éviter, que Dia se retrouve en première page d’un tabloïd qui ne mâcherait pas ces mots sur ma fille. Parce que les humains pouvaient être tellement méchant entre eux et ils se fichaient bien que la cible des attaques soit une petite fille de trois ans. Alors je faisais en sorte de ne pas me faire remarquer. C’était pourquoi j’étais bien contente d’être de retour chez moi, dans l’intimité de mon manoir. Il était temps de se mettre à la cuisine même s’il était encore tôt. Mais comme je ne mangeais que du frais et du fait maison, cela prenait parfois un peu de temps. J’avais prévu de cuisiner un hachis Parmentier avec le reste de viande de la veille, plat que Dia adorait. Il fallait faire la purée avec les pommes de terre que j’avais achetées et cela prenait un peu de temps. Alors que j’allais proposer à Ezekiel de se mettre à éplucher les pommes de terre, on frappa à la porte. Je tombais sur les enfants de mes voisins qui voulaient que Dia vienne jouer un peu avec eux. Elle avait une heure avant de pouvoir manger alors je ne me voyais pas dire non. Dès qu’elle entendit le prénom de ses deux amis, ma fille réapparut dans l’entrée avant de sortir en disant qu’elle serait sage et prudente. Ce n’était pas le moment de se faire mal. Ce n’était jamais le moment de toute façon. Une fois de nouveau seule avec Kiel, je me tournais vers lui, souriant un peu. Une heure rien que lui et moi, cela nous laissait bien du temps pour nous retrouver. Je vis le jeune homme se lever et s’approcher de moi, dans le plus grand silence. Cela me donnait déjà un petit aperçu de ce qu’il voulait et je souris en me rendant compte que nous étions tous deux sur la même longueur d’onde. Je soupirais légèrement quand Ezekiel reposa ses lèvres sur les miennes, le baiser était un peu plus passionné que le précédent, peut-être parce que nous n’étions que tous les deux cette fois-ci. Un gémissement de plaisir franchit mes lèvres quand je sentis soudain mon dos entrer en contact avec le mur derrière moi alors qu’une des mains du jeune homme se glissa à nouveau dans mes cheveux. Il s’écarta légèrement pour me dire que nous cuisinerions plus tard, qu’il avait besoin de moi. Je ne lui laissais pas le temps d’ajouter quoi que ce soit. Attrapant doucement son visage entre mes mains, je reposais mes lèvres sur les siennes, en geste pas spécialement doux celui-là. Cela faisait plus de trois ans depuis la dernière fois que j’avais été proche à ce point d’Ezekiel et cela m’avait manqué, terriblement. Je me souvenais encore de notre première fois ensemble, l’urgence du moment et la douceur du jeune homme. Après tout, il avait été mon premier amant et maintenant, j’espérais bien qu’il serait le dernier. Délaissant le visa d’Ezekiel, mes mains glissèrent le long de son cou et de son torse avant de trouver le chemin sous son haut pour toucher sa peau. Je ne pus m’empêcher de sourire en sentant les muscles du jeune homme sous mes doigts. Me séparant un court instant de ses lèvres, je lui enlevais son haut d’un rapide geste, me permettant d’accéder plus facilement à sa peau, que je prenais plaisir à caresser, tantôt du bout des doigts, tantôt à pleines mains.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 29 Mai - 11:48


Wait for me to come home

Ezebel



Juliet avait une folle envie de me montrer à tout le monde, être mère fière de son petit garçon mais elle en avait parlé avec mon père, jamais ils n'avaient à poster une photo de moi, ni rien. La sortie en famille n'existait presque pas pour nous. Elle le sait bien, sa célébrité nous a gâché un peu la vie, jamais on avait des amis qui venait à la maison, c'était à nous de nous organiser pour aller chez eux. Malone, c'était assez répandu aux Etats-Unis alors on avait réussis à ne pas dire qui sont nos parents. Je me suis toujours demandé pourquoi on a pris le nom de notre père, on aurait pu prendre celui de notre mère. Son nom de jeune fille, les gens le connaissaient au début de sa carrière mais après leur rencontre sur le premier gros tournage de ma mère, tout est allé vite pour eux et ils se sont rapidement marié et elle a changé son nom de famille. Son nom de jeune fille n'a donc pas été ancré bien longtemps dans les esprits, je crois bien qu'elle a fait changé son nom sur l'affiche du film, je n'en suis plus très sur. Mais j'ai toujours pu vivre une vie tranquillement, je ne devais pas crier sur tous les toits de quelle famille je venais mais ça ne me dérangeais pas, après tout, quand on est jeune on s'en fiche de nos parents devant nos amis, puis actrice, ça me semblait comme beaucoup d'autres métiers, juste qu'elle n'était pas là. Charlotte c'était différent, elle n'aimait pas être caché, ne pas pouvoir amener ses amies à la maison, elle s'en fichait un peu des règles de la maison. Elle a un peu détruit tout ce que notre mère avait monté mais il n'y a jamais eu de conséquences négatifs sur Charlotte. Du moins c'est ce que je crois, peut-être que ce tir dans son ventre c'est une conséquences négatifs. Pourquoi elle ? Pourquoi pas moi ? J'aurais tellement voulu l'inverse.
Tout ce qui se passe dans la maison me sort de mon esprit, de mes pensées sur mon enfance, sur ma famille. Les jeunes qui sonnent à la porte, Dia qui apparaît pour disparaître et nous deux. Jezabel, qui m'a semblé si inaccessible pendant trois ans est là devant moi. Je ne peux pas ne pas profiter de notre moment ensemble, de notre intimité enfin retrouver. Je n'ai aucune idée de ce qu'on deviendra par la suite, je ne sais même pas si c'est une bonne idée qu'on se remette ensemble. Est-ce qu'on se remet ensemble là ? En tout cas, je sais que je la veux, que je veux devenir un père pour Dia. Mais je dois avouer que j'avais envie depuis que je l'ai revu de la retrouvé, elle, Jezabel. J'aimais tellement l'avoir dans mes bras, l'avoir contre moi que ça me tuer de l'avoir si loin de moi, si distante. En à peine un jour, j'ai retrouvé tous mes sentiments pour elle, des sentiments qui ne m'avaient jamais quitté, que j'avais juste essayer de mettre de côté, mais c'était rien qu'en la voyant dans cette robe, celle qu'elle aurait dû porter à notre bal. Depuis que j'avais compris qu'elle était parti, que cette robe elle ne la porterait plus pour moi, je n'ai pas arrêter de l'imaginer dedans, l'imaginer marcher avec l'élégance qu'elle a toujours eu. Là, maintenant, c'est d ela proximité, de la proximité qui me fait me sentir bien. Ca fait trois ans que j'avais besoin de ça, je ne remercierais jamais assez le hasard de m'avoir ramené à elle. J'aime le contact de ses mains avec mon corps, tout d'abord avec mon visage, pour que je me rende compte qu'elles sont toujours aussi douce qu'avait avant, puis sur mon cou qui me donne un frisson. C'est bon, je n'imaginais plus, c'est bien réelle, c'est elle et moi. J'ai tellement l'impression que c'est faux, que ce n'est qu'un rêve et que je vais me réveillé déçu de me retrouver seul dans mon lit. C'est bien elle qui vient d'enlever mon tee-shirt pour avoir un contact direct avec ma peau. Ses mains sur mon torse, elle vient de me donner son feu vert. Deuxième point, j'enlève aussi son haut, celui qui me fait barrière pour voir son corps. Je retrouve la courbe de son cou, j'ai toujours aimé la façon dont on voit ses os. De mon doigt je suis son cou pour placer ma main à l'arrière de son cou pour la ramener plus vers moi, pour embrasser le haut de son corps. Mes baisers descendent vers sa poitrine, sa poitrine qui me donnait tellement de plaisir avant. Je souris en l'embrassant. Mes doigts caressent son dos. Je la voulais, je l'ai. Je la porte jusqu'au canapé, le trajet s'est fait en s'échangeant des baisers de plus en plus passionnés.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 222
▲ Inscription : 07/04/2017
tumblr
▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia, avec Ezekiel & Dia, les amours de ma vie
▲ Occupation : Ecrivain à succès
▲ Identité Sexuelle : Kielsexuelle
▲ Cupidon : J'aime Ezekiel, tellement fort. Je n'ai jamais cessé de l'aimer et je l'aimerais toute ma vie. Je ne vois d'ailleurs plus cette dernière sans lui, sans le bonheur qu'il apporte dans mon quotidien. C'est donc tout naturellement que j'ai accepté de l'épouser. Nous sommes désormais fiancés.
▲ Avatar : Sophia Bush
▲ Crédits : money honey (ava) + Exception (sign) + tumblr (gifs)
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 29 Mai - 14:06

 

 
Wait for me to come home

  Ezebel
 

 

 
Je ne veux pas penser à ma famille alors que je viens seulement de retrouver Kiel. Car je sais qu’il faudra bien qu’à un moment je lui avoue que je ne suis pas réellement quelqu’un de normal. On ne pouvait pas me qualifier de normal quand on savait que j’étais en réalité la petite fille de la reine d’Angleterre, une des grandes monarques de ce monde, certainement la plus connue. J’avais toujours été étonnée de ne pas être reconnue par Kiel quand nous avions commencé à nous fréquenter. Mais en même temps, j’ignorais complètement que lui était le fils d’une grande star américaine alors un partout, la balle au centre. Ezekiel m’avait tellement manqué en trois ans que j’avais rêvé ses retrouvailles et j’espérais que ce n’était pas juste un rêve. Je ne voulais pas me réveiller pour me rendre compte que mon esprit avait simplement imaginé la présence du jeune homme qui était en train de m’embrasser. J’avais toujours aimé la façon dont Kiel m’embrassait et aujourd’hui ne faisait pas exception à la règle. Cela me donnai l’impression d’être seule sur terre, d’être l’unique à ses yeux. Je savais que c’était vrai, que j’étais unique à ses yeux mais j’avais tellement pensé qu’il avait eu une maitresse que j’avais encore plus cette impression désormais. Que ce serait-il passé si Ezekiel n’était pas venu faire de la sécurité dans la galerie d’art, si nous nous étions retrouvés autrement? Les choses auraient-elles été plus simples, plus difficiles? Plus simples, je ne pensais pas. Je lui enlevais rapidement son t-shirt, j’avais besoin de sentir par moi-même ses muscles, de sentir qu’il était bien présent avec moi, que je ne rêvais pas. Mes mains caressèrent doucement la base de son cou, glissant sur ses pectoraux avant de descendre frôler ses abdos. Ainsi, je savais qu’il était bien présent. Je dus me séparer de sa peau quand il m’enleva mon propre t-shirt avant de sentir ses doigts sur mon cou. J’avais toujours aimé la façon dont Kiel me touchait, comme s’il avait peur que je me brise en morceaux si son toucher était plus dur. Je sentis ses doigts se poser dans ma nuque pour me rapprocher de lui alors qu’il se mettait à embrasser le haut de mon corps. Je ne pus retenir un petit gémissement alors que je me mordillais les lèvres en sentant ses lèvres glisser jusqu’à ma poitrine. Depuis ma grossesse, elle était bien plus sensible qu’avant même si ça allait mieux depuis quelques temps maintenant. Mais comme j’avais allaité Dia, elle avait pris en volume et sa sensibilité c’était accrue. Kiel me souleva pour me porter jusqu’au canapé et je glissais mes bras autour de son cou et mes jambes autour de ses hanches. J’avais toujours aimé agir ainsi quand le jeune homme me portait de cette façon, nos corps étaient toujours très proches dans ce genre de moment et je pouvais toujours sentir le désir que je lui inspirais, ce qui était le cas actuellement. Arrivant près du canapé, je posais rapidement mes pieds au sol avant de faire asseoir le jeune homme dessus et de m’installer sur ses genoux. Je reposais mes lèvres sur les siennes tout en reprenant mes caresses sur son torse avant que mes mains n’aillent dériver jusqu’à son jean pour le déboutonner doucement mais surement. Je voulais prendre mon temps mais en même temps, il y avait de l’urgence dans mes mouvements, j’avais envie de Kiel. Trois ans et même un peu plus que je ne l’avais pas vu, que je ne l’avais pas embrassé, que nous n’avions pas fait l’amour ensemble. Il avait rallumé le feu en moi et maintenant, le lieutenant de police allait devoir s’improviser pompier.
 

 

 



 - I will always love you -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 106
▲ Inscription : 04/05/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Au domaine arkadia avec ma fiancée et notre fille.
▲ Occupation : Lieutenant de police
▲ Identité Sexuelle : Jezsexuel
▲ Cupidon : Il l'a aimait, elle a disparut, elle a cru à de mauvaises choses, maintenant il le sait. Maintenant qu'il l'a retrouvé. Il était en ville car il avait son nom et son prénom portée par une femme de la ville et il s'est avéré que c'était elle. Il n'a pas plus cherché que ça une fois en ville mais c'est lors d'une mission de surveillance à la galerie d'art qu'il tombe dessus. Il l'a raccompagné chez elle car elle n'allait pas bien, il aurait tout fait pour elle de toute façon. Il a vu une petite fille, il ignoré qui elle était, au début il a cru à un autre homme dans la vie de sa belle puis elle lui a avoué que c'était sa fille, le fruit de leur amour. Il n'arrive toujours pas à y croire. Ils viennent de se retrouver mais ils commencent à se pardonner et surtout ils continuent de s'aimer.
▲ Avatar : Jesse Lee Soffer
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 31 Mai - 22:16


Wait for me to come home

Ezebel


J'avais toujours l'impression qu'elle n'est pas réelle, j'ai toujours l'impression que Charlotte va me verser un sceau d'eau sur la figure pour me réveiller car je suis trop profond dans mon rêve et je ne me réveille pas avec des mots. Mais non, avec son corps je sais qu'elle est réelle, c'est une vraie sensation du toucher. C'est pour ça que je crois qu'elle n'est pas réelle car j'en ai rêvé de ce moment, ce n'est qu'imagination, souvenir mais pas aujourd'hui, pas là. Elle a toujours ses habitudes et j'aime le fait qu'elle n'a pas changé. C'est vrai, quand je la regarde, je vois toujours la femme que j'ai aimé à l'époque et je sais que là, maintenant, je veux l'aimer comme avant. C'est comme si rien n'a changé, on a oublié ce qu'elle a pensé sur moi, ma solitude de trois ans. C'est pour ça qu'on est sauvage, on est soulagé, elle l'est car je n'enlaçais que ma sœur, moi car je n'allais plus être seul. J'aime toucher son corps,  j'aime regarder sa poitrine qui semble plus grosse qu'il y a trois ans, peut-être l'allaitement, je ne sais pas, je n'y connais rien en femme et surtout en femme enceinte. Mais je ne peux que apprécier ce que je vois, ce que je touche. Mes doigts caressent chaque parcelle de sa peau, je reçois tout le plaisir, je profite de tout ce qui se passe, comme si elle allait à nouveau disparaître après. J'ai peur, oui, j'ai peur qu'elle me passe à nouveau entre les doigts, peur de me retrouver seul, sans  elle mais aussi sans Dia. Cette petite qui est la mienne, je vais devoir être gentil avec elle, j'en ai l'intention, je veux qu'elle m'aime, mon dieu je veux qu'on soit une famille, la famille que j'ai toujours voulu qu'on soit.

L'avoir contre ma peau, fatiguée par l'effort, moi aussi, ma respiration commence à se calmer. J'aime l'avoir contre moi, j'aime sentir sa tête sur mon torse. Je n'ai qu'à tourner la tête pour la voir, pour voir la plus belle personne au monde. On s'en fiche de l'heure, en tout cas moi je m'en fiche de l'heure, je sais qu'on va devoir bientôt se relever, se rhabiller mais je veux la garder encore un peu comme ça. Je ne veux pas que cet instant s'arrête, ça me rappelle tellement les dimanche matin où lorsqu'on ne travaillait pas tous les deux, on pouvait rester des heures dans les bras l'un de l'autre, à se regarder, à se contempler et moi je mesurais la chance que j'avais d'avoir Jezabel à côté de moi. Aujourd'hui je crois à un miracle, celui de l'avoir remis sur ma route. Rien que de penser à hier soir j'en ai les frissons. Je me rappelle de la sensation que j'ai eu en comprenant que c'était elle, que je n'avais pas eu faux en venant ici. Je gardais toujours dans ma tête la possibilité que le nom de cette femme ne soit pas Jezabel, je voulais ne pas être trop déçu, je ne voulais pas que Charlotte me ramasse à la petite cuillère, elle l'avais déjà assez fait. Mais en la voyant à nouveau, tout s'est emballé en moi, mon coeur battait fort et ne voulait pas s'arrêter, je commençais à avoir chaud à la revoir dans cette robe. J'avoue que je ne pensais pas la voir sans la robe hier soir, j'ai commencé à y penser que tout à l'heure, quand c'est devenu concret. Pendant que je pense, j'attends la porte du manoir s'ouvrir et mon coeur s'accélère mais pas pour la même chose. Mon dieu que le temps passe vite dans ses bras, j'ai l'impression que ça ne fait que quelques minutes alors que non. « C'est Dia qui rentre là ? C'est déjà l'heure ? » dis-je en me redressant un peu.




Ezebel
Maybe Home Is Nothing But ▬ Two Arms Holding You Tight When You're At Your Worst
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Adhésions a la Home Fleet
» Ellowyne I wait Alone
» Le playstation Home
» GFX-Home : Votre nouvelle communauté graphiste
» 2009 - Ellowyne Wilde - I wait Alone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Domaine Arkadia :: Artistic Draft-
Sauter vers: