AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Durant les grandes vacances, le forum est en baisse d'activité, rassurez-vous il ne ferme pas. En septembre un recensement sera mis en place. Passez de bonnes vacances !

Ce que nous étions, sommes et serons... | ft. Swann Maxwell

 :: Heatherfield :: Midtown Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 30
▲ Inscription : 29/06/2017

▲ Quartier Résidentiel : Midtown
▲ Occupation : Barman
▲ Identité Sexuelle : Encore et toujours les femmes
▲ Avatar : Alex Pettyfer
▲ Crédits : Vox Populi
au secours, j'ai la trentaine !
Ven 30 Juin - 10:04

 

 
Remember, just remember...

 

 

 

C'est quand le silence retentit que je respire enfin par moment, lorsque je passe cette serpillière sur le sol et que je mets les chaises sur les tables. Je croise alors les restes d'un déjeuner, des verres qu'on a laissé là car nous n'en voulions plus ou bien même des objets improbables que les clients peuvent oublier à l'occasion. Le bilan d'une longue journée de travail qui pour certains fut une journée de détente et d'amusement, il est vrai que généralement je reste ouvert assez tard le soir, mais j'avais préféré m'arrêter assez tôt pour pouvoir jouir de ma soirée.

Ce n'est pas que travailler me dérange, mais il faut savoir se ménager par moment et faire tomber le rideau afin la fin de la pièce. Une fois la salle terminée, il ne me restait plus qu'à m'occuper du bar, des verres, ainsi que de mon stock. Ne jamais être à sec c'est important, surtout quand on dispose d'une populace qui vous vide certaines bouteilles à la journée, voir aussi à la soirée. Essuyant les verres, bercé par un morceau des Red Hot Chilli Pepper, je vis une silhouette se dessiner à l'entrée, j'avais du omettre la pancarte sur la porte…

« Désolé, on... », puis plus rien, plus un mot, mon regard se posa sur la personne qui venait d'entrer. J'étais… choqué ? Je ne sais pas si c'est le bon mot, mais à cet instant précis je ne savais pas trop dire, ni même quoi faire. « Swann… que me vaut l'honneur de ta visite ? As-tu encore des reproches à me faire ou bien notre mère a t-elle besoin de monnaie pour gratter un jeu de plus ? », je ne sais pas vraiment ce qui m'avait poussé à être aussi froid… après coup je m'en voulais déjà, mais quand on a de la rancœur il est difficile de la cacher. « Enfin… pour faire court tu veux quoi ? Je me dis que si tu as fais l'immense effort de passer cette porte c'est bien pour une raison précise, non ? »

 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 198
▲ Inscription : 01/06/2017

▲ Age : 25
▲ Quartier Résidentiel : Midtown dans un petit appartement, n°192, avec ma vieille grincheuse (mon chat Madeleine), et mon chien (Heiko).
▲ Occupation : Je suis l'auxiliaire de vie de Hazel. Je la suis comme son ombre.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle depuis toujours et fière de l'être, même si ça n'a pas toujours été facile.
▲ Cupidon : Mon cœur balance entre elle et elle. Elle, c'est Hazel, mais je ne peux l'aimer, ne sachant pas ce qu'elle ressent. Alors je ne dis rien, j'attends, espérant.
▲ Avatar : Eliza Taylor-Cotter.
▲ Crédits : DSR (avatar), Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Lun 3 Juil - 8:53


Ce que nous étions, sommes et serons

Gregwann


Je n’en revenais pas. Trop c’était trop ! Sylvain m’avait appris hier que Gregory avait été voir notre père, peu de temps avant sa mort. Comment avait-il osé alors qu’il nous avait laissé dans la merde, lorsqu’on avait besoin de lui ! D’accord, personne n’était réellement au courant que j’étais devenue stripteaseuse pour aider mon père, et heureusement d’ailleurs ! Ils savaient juste que j’avais travaillé dans un milieu pas très bien vu. Du moins, j’avais toujours supposé que personne n’était au courant … Mais si j’avais été obligée de faire ça, c’est parce que Monsieur Gregory, ne voulait pas payer pour maman. Alors certes, elle n’a jamais été une mère exemplaire, mais elle restait tout de même notre mère, celle qui nous avait donné la vie. Et apprendre par Sylvain, lorsque j’avais été lui déposer en main propre son enveloppe du mois, que Gregory a été voir papa …. Je ne peux l’accepter. Et je veux des explications ! Je ne peux arrêter de me dire que si mon frère a été le voir, il est peut-être responsable de la mort de notre père. Les mots ont sûrement été trop blessants pour son cœur. Attrapant ma veste et la laisse d’Heiko, j’attache mon chien avant de sortir. Je sais qu’il tient un bar dans mon quartier résidentiel et c’est bien la première fois que je vais y mettre les pieds dans son établissement. Mais ça sera sûrement la dernière également. Sortant de mon appartement, je ferme rapidement la porte. Puis je me dirige vers l’établissement de mon frère. Je ne me rends pas réellement compte de l’heure. J’ai passé ma journée à travailler, et une fois rentrée chez moi, à réfléchir. Je suis donc complètement décalée au niveau des horaires, mais ça ne fait rien. Poussant la porte un peu trop fort, je me fige lorsque je le vois. Je ne peux m’empêcher de me dire qu’il m’a terriblement manqué. Mais je ne laisse rien transparaître et tourne légèrement la tête, pour voir qu’il n’y a personne d’autre dans la pièce. Parfait pour s’expliquer. Sa tête se tourne légèrement vers moi et je vois qu’il a l’air surpris de me voir. En même temps, ce n’est pas comme si on ne s’était pas vus depuis trois ans maintenant. Mais il était le fautif dans l’histoire ! Lorsqu’il prend la parole, sa voix déclenche en moi un pincement au cœur ; celui du manque. Mais bien vite, ce pincement se transforme en colère. Serrant les poings, je me rends compte que je n’aurai pas dû venir. Il ne mérite même pas de s’expliquer, ce n’est qu’un lâche qui a fui devant le problème que représentait notre mère pour notre famille ! Il reprend et je lève les yeux au ciel, inspirant profondément pour ne pas lui dire directement, les quatre vérités qui me brûlent les lèvres. « Bravo, c’est qu’on est perspicace à ce que je vois … » Pas le meilleur moyen de rester sur une conversation calme. Mais j’ai tellement de colère, d’amertume à son égard, que je ne peux rester calme. Hazel s’affiche dans mon esprit, l’espace de quelque seconde. Si elle me voyait dans cet état, elle n’aurait pas l’impression qu’il s’agit bel et bien, de la même personne qu’elle côtoie tous les jours. « Maman ne touche plus au jeu, depuis trois ans. Tu devrais le savoir non ? Tu es son fils. Ah ! Mais j’oubliais que tu nous avais laissé tomber comme des moins que rien, alors qu’on avait besoin de toi ! Nous ta famille ! C’est donc normal que tu n’en saches rien. » Mon ton est froid, mais j’en ai rien à faire. Il ne mérite pas que je fasse des efforts. Lâchant la laisse d’Heiko, je lui fais signe de ne pas bouger et de rester à côté de la porte, avant de m’avancer vers mon frère. Chaque pas me donne envie de fuir vers la sortie. Mais c’est hors de question que je le fasse. Je vais lui dire tout ce que j’ai sur le cœur, afin que je puisse avancer sans lui dans l’avenir ! Même si c’était le cas depuis trois ans, je voulais mettre les choses au clair ! « Tu n’es qu’un égoïste Gregory ! Mais là n’est pas la question, tu l’as toujours été. Je veux savoir ce que tu as dit à papa, avant sa mort. » Mon ton est catégorique. Je ne bougerai pas d’ici tant que je n’aurai pas de réponse. J’aimerai ajouter que si ça se trouve, c’est lui qui l’a tué, avec ses mots. Mais je n’en fais rien. Du moins, pas tant que je ne saurai pas ce qui lui a dit.






You are the moon of my life, my sun and stars.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 30
▲ Inscription : 29/06/2017

▲ Quartier Résidentiel : Midtown
▲ Occupation : Barman
▲ Identité Sexuelle : Encore et toujours les femmes
▲ Avatar : Alex Pettyfer
▲ Crédits : Vox Populi
au secours, j'ai la trentaine !
Mer 5 Juil - 10:57
Laisser tomber ? Décidément toujours le même refrain depuis déjà trois ans. Il était bien facile pour elle de m'accuser ainsi, de sortir son argument phare dans ce futile conflit. Pouvait-on réellement dire que je les avais abandonné après autant d'années de bons et loyaux service à remplir le rôle de Cendrillon dans ce foyer désastreux qu'était le notre. Sylvain et elle était les seules raisons pour lesquelles j'avais durement travaillé pour remplir nos assiettes, mais ne pouvait-elle pas comprendre aujourd'hui que j'étais arrivé à saturation ? Que par delà ce sentiment d'abandon qu'elle avait ressenti j'avais eu un besoin d'indépendance et de liberté ? J'avoue que oui, ma décision avait pu être égoïste, tout comme elle était largement justifiée. A l'époque je n'en pouvais plus, ce nouveau coup de théâtre avait été cette goutte d'eau qui fit déborder le vase, mes parents avaient réussi à briser ce dernier semblant d'amour que je pouvais encore leur porter. Ce jour précis marqua la fin d'une ère, celle où mes parents méritaient encore d'avoir une place dans ma vie.

« Et cet égoïsme m'a sans doute permis de respirer un peu et d'avoir une vie : la mienne ! Combien d'années ai-je du sacrifier avant de pouvoir penser à ma personne ? A pouvoir enfin me faire passer avant tout le reste ?! », oui tout le reste, eux. Aujourd'hui je peux enfin m'estimer heureux de mon travail et de ce qu'il m'a apporté. Alors qu'elle le prenne comme elle l'entend. « Désolé de vous avoir abandonné, d'avoir décidé qu'il était peut-être temps pour nos parents qu'ils se rappellent du rôle qu'ils avaient décidé d'endosser depuis notre arrivée. », ça me déchire le cœur de devoir prendre ce ton avec Swann, avec celle qui m'avait tenu la main dans cet enfer qu'était notre enfance. « Sérieusement… j'en avais juste marre ! Ce n'était pas à moi de payer pour elle, j'avais déjà assez payé par le passé ! Cet argent il m'appartenait, c'était les miettes de ce que j'avais ramassé durant mon calvaire, alors il m'était destiné, à moi et à ce bar… c'était le seul rêve qu'il me restait ! »

Autant de stigmates que de cicatrices laissés par notre passé. Si après ces quelques aveux, ces quelques vérités, si elle ne désirait pas entendre raison et au moins comprendre que ce geste, que cette décision, n'avait pas eu pour but de la blesser ou de l'abandonner. A l'époque rien ne nous empêchait de simplement ne pas être d'accord, de tout de même rester soudé, mais l'orgueil, la fierté, la peur ainsi que la haine avait gangrené ce conflit, le rendant tel qu'il avait fracturé notre union parfait que l'on entretenait depuis toujours.

Cette dispute avait eu raison de nous. Et depuis, si l'un avait réussi, l'autre avait repris le rôle que j'avais joué depuis longtemps. Je peux comprendre que pour elle ces trois ans ont été sans doute le début de pas mal de problèmes, de décisions à prendre et même à des choix que l'on ne penserait jamais faire. Le sujet de mon père ? Je dois vous avouer que je m'y attendais, tout secret se voit révéler au grand jour à un moment, les secrets ne restent jamais éternellement des secrets. Sauf que c'est un sujet que je ne veux pas aborder, que je préfère fuir, sans doute par sentiment de culpabilité vis à vis de sa mort. « Je ne vois pas en quoi ça te regarde… à dire vrai je n'ai pas à parler de ça avec toi, et je pense que Sylvain aurait du savoir tenir sa langue comme je le lui avais demandé. », la fuite, oui, il faut l'avouer je fuis.

Cette dernière rencontre avait résulté d'une discussion que j'avais entendu au bar un soir, apprendre par des clients que votre sœur est strip-teaseuse à ses heures perdues n'est pas le genre de chose à me faire décrocher un sourire ni à sauter de joie. Donc si elle voulait une démonstration de l'incapacité de nos parents à savoir subvenir aux besoins de leurs enfants en s'assurant qu'il ne s'aventure pas sur des terrains bannis de l'éducation, alors elle pouvait persister. « Honnêtement arrête de te mentir, tu le sais bien, à moins d'être aveugle ou victime d’Alzheimer tu devrais te douter de ce que tu as fais pour que je m'inflige la vision du paternel ! »


But love doesn’t make sense.
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 198
▲ Inscription : 01/06/2017

▲ Age : 25
▲ Quartier Résidentiel : Midtown dans un petit appartement, n°192, avec ma vieille grincheuse (mon chat Madeleine), et mon chien (Heiko).
▲ Occupation : Je suis l'auxiliaire de vie de Hazel. Je la suis comme son ombre.
▲ Identité Sexuelle : Homosexuelle depuis toujours et fière de l'être, même si ça n'a pas toujours été facile.
▲ Cupidon : Mon cœur balance entre elle et elle. Elle, c'est Hazel, mais je ne peux l'aimer, ne sachant pas ce qu'elle ressent. Alors je ne dis rien, j'attends, espérant.
▲ Avatar : Eliza Taylor-Cotter.
▲ Crédits : DSR (avatar), Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Lun 28 Aoû - 12:11


Ce que nous étions, sommes et serons

Gregwann


Pour moi, Gregory est un égoïste, pur et simple. Il est parti pour vivre sa petite vie tranquille, se moquant royalement de comment, Adam et moi, allions faire. C’est bien pour cette raison que je lui en veux. Parce que pendant que lui avait pris son envol, nous nous étions retrouvés avec mon petit-frère comme deux idiots ! Et ce n’est pas pour rien, s’il y a un an, j’avais dû être stripteaseuse, afin de pouvoir aider mon père à payer les études à Adam ! Et qui c’est qui payer encore actuellement ? Ce n’était pas Gregory ! Lorsqu’il me dit que ses économies étaient pour lui et son bar, je murmure pour moi-même. « Un égoïste, c’est bien ce que je dis. Moi et moi, c’est tout ce qu’il y a ! » Je ne préfère pas tout lui balancer. Après tout, je suis là uniquement pour savoir ce qu’il a dit à mon père, parce que je ne considère pas qu’il mérite que ce soit le sien, avant sa mort. Comme à fait exprès, il a été le voir et je suis certaine maintenant, que ce qu’il lui a dit, a porté le coup de grâce. Et ça, jamais je ne pourrai lui pardonner ! Lorsqu’il m’annonce qu’il ne voit pas en quoi ça me regarde, je dois avoir des yeux ronds. Il a de la chance que je sais que si je venais à lever la main, il m’arrêterait et du fait que je ne suis pas violente. Parce que je n’ai qu’une envie, le gifler, l’engueuler, tout pour évacuer ce qu’il m’inspire. Il n’y a plus aucun amour fraternel à son égard. Du moins, c’est ce dont j’essaye de me convaincre… Parce qu’on avait tellement vécu ensemble, que je ne pourrai pas l’oublier. Mais actuellement, la haine, la colère et plusieurs autres sentiments, avaient remplacé l’amour que j’éprouvais pour lui. Et jamais je n’irai avouer qu’il me manque ! Le pointant du doigt, je le fusille du regard. « Non Adam n’aurait pas dû tenir sa langue justement. Il n’avait pas à cacher ton mensonge pendant autant de temps ! » Lorsqu’il reprend la parole, je reste figer pendant quelques secondes figée. Comment ose-t-il dire une chose pareille ?! Comment ! Puis soudain, je me mets en mouvement. M’avançant à sa rencontre, j’entends Heiko qui gémit. Il doit sentir qu’intérieurement, ça ne va pas. A la hauteur de Gregory, je le pousse de mes deux points. Les larmes coulent sur mes joues, mais je n’en ai rien à faire. Mes poings frappent son torse, mais je m’en moque complètement de lui faire mal. Je veux le blesser, autant qu’il le fait depuis des années de silence ! « T’es qu’un abruti ! Pire même ! Tu n’as pas le droit de dire ça ! Pas le droit de juger ce que j’ai dû faire ni de reporter la faute sur papa ! Si j’ai fait ça, c’est uniquement ta faute ! Si t’étais resté, je n’aurai pas eu besoin de faire ça pour payer des études à Adam ! Puis tu crois que ça m’a plus peut-être ?! Quand on n’a pas de diplôme, on n’a pas de métier ! »






You are the moon of my life, my sun and stars.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Programme TV : Nous étions Kamikazes
» [Blog] Nous sommes à nouveau joignables
» La fin du Commandeur Ecarlate
» [Commentaires] Nous sommes Frères, et les Frères se protègent entre eux.
» Nous sommes menaces.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Midtown-
Sauter vers: