AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Durant les grandes vacances, le forum est en baisse d'activité, rassurez-vous il ne ferme pas. En septembre un recensement sera mis en place. Passez de bonnes vacances !

avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Lun 26 Juin - 14:23

   

   
Words don't come easy

   Caffy
   

   

   
Je feuillette mon cahier des rendez-vous. Je ne sais pas pourquoi mais tout à l'heure je l'ai fermé. Je regarde le nombre de rendez-vous qu'il me reste. Quatre et il est déjà tard. Entre deux rendez-vous, j'envoie un message à Noé pour qu'elle passe chercher Nolan après le travail, je n'aurais jamais fini avec elle. Elle ne me répond pas, sûrement trop dans son travail mais je sais qu'elle l'a vu et qu'elle le fera. Je me lève de ma chaise et je vais ouvrir la porte du cabinet pour faire face à mes patients. C'est toujours pareil, tout le monde se retourne sur moi, avec dans les yeux, un éclat qui dit « c'est mon tour ? Dis moi que c'est mon tour je n'en peux plus d'attendre. ». Quand j'étais enfant, je me disais la même chose, j'ai toujours rêver arriver à un rendez-vous médical et être prise tout de suite, ça ne s'est jamais produit et quand j'étais encore qu'un enfant je me plaignais comme la plupart des gens. Je me demandais comment les médecins arrivaient à faire en sort d'être toujours en retard. Maintenant je sais très bien pourquoi et je regrette de m'être plain plus jeune. On ne peut jamais être en avance ou à l'heure, sauf le matin en arrivant et encore. Quand on commence à neuf heures, il y a déjà pleins de monde sur le parking et pour trouver une place c'est souvent les hunger game. Je sais qu'il y a un parking pour les employé mais je ne sais pas pourquoi depuis toutes ses années je n'ai jamais eu le droit de me garer là-bas, des problèmes de papier au départ qu'on a jamais réglé. Même si je dis que je suis Effy, on ne me laisse pas rentrer puis j'ai pris l'habitude de me garer sur le parking des patients, ce n'est pas bien grave de leur prendre un place. Mais comme je cherche souvent la place parfaite, je perds du temps et quand j'arrive dans mon secteur, l'heure est déjà passé et en plus le temps que je dise bonjour je sens tous les regards sur moi pour que j'aille plus vite. Il y a des fois où j'arrive à l'heure alors mon premier patient est heureux. Sauf qu'un rendez-vous est censé durer quinze minutes mais pour certains il dure plus longtemps. On ne prend pas le temps de regarder l'heure, on ne veut pas se presser au risque de mal faire notre travail. En plus, travailler avec des enfants, c'est génial, toujours à savoir si il va bien, si il peut nous raconter ce qu'il s'est passé la dernière fois. Même si les pédiatres on est là pour les problèmes physiques mais aussi psychologique alors il est important de parler avec eux, surtout les adolescents, l'adolescence n'est pas une période facile, en plus, ils peuvent venir seuls avec moi dans le cabinet, ils peuvent me parler hors de la vue de leurs parents et pour beaucoup c'est rassurant. En parlant de psychologie, celle que j’accueille dans mon cabinet ne me parle pas beaucoup. Je lui offre un grand sourire et lui dit de s'installer sur la chaise. On parlera, je l'ausculterai après. Dire qu'elle est là à cause d'un accident, enfin, elle fait jeune de visage alors on me l'a envoyé, on m'a dit que j'étais doué avec les adolescents, j'arrivais à les faire parler assez facilement alors elle a finit ici. En réalité, elle est loin d'être une adolescente, elle est une jeune adulte mais je sais par son silence qu'elle a subit des traumatismes. Derrière un silence, il y a forcément quelque chose. Même si elle était en bonne santé, je voulais la revoir, je veux qu'elle me parle et ça ne se fera qu'avec plusieurs rendez-vous. J'ai compris son truc, elle ne parle pas, mais elle écrit. Alors de mon bureau je sors une feuille et un stylo que je lui donne. Je veux qu'elle me parle mais je ne veux pas la brusquer, ça ne marchera pas et pire ce sera pire après. « Bonjour Cassie. Comment vas-tu aujourd'hui ? »
   

   

   




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 233
▲ Inscription : 20/04/2017

▲ Age : 22
▲ Quartier Résidentiel : Depuis 5 ans, c'est à Harmalde, chez les sans-abris. Mais dans quelques jours, ça sera au domaine Arkadia, chez Eyael.
▲ Occupation : Sans emploi, car je n'ai aucun diplôme.
▲ Identité Sexuelle : Héterosexuelle, à 100%.
▲ Cupidon : Célibataire depuis toujours. Je ne sais pas ce que veux dire aimer, je n'ai jamais eu personne dans ma vie.
▲ Avatar : Kathryn Prescott.
▲ Crédits : Soso(avatar), You_complete_mess (signa), Tumblr (gif).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Mar 27 Juin - 19:35


Words don't come easy

Efsie


Dans quelques jours, je ne vivrais plus avec ceux qui ont été comme ma famille, pendant cinq ans. Mais celui qui s’approchait le plus de mon père est décédé. Camille ne voit que par sa brune là, au point que je la vois partout. Il est toujours à me parler d’elle, et comme je ne parle pas, je ne peux pas lui dire de se taire. Je n’arrête pas d’entendre ça à longueur de journée : ‘Non mais Cassie, elle est tellement gentille !’, ‘Je suis sûr que tu pourrais l’apprécier, c’est une bonne personne !’ Ou encore ‘Mais tu verrais son regard, ça égaille ma journée’. Et autant dire que ça commence à m’énerver, car je ne la porte pas dans mon cœur cette Gwen. Je suis sûre qu’elle ne vient que par pitié et ça commence à m’énerver de la voir trainer parmi nous, comme si elle était des nôtres. Sauf qu’elle ne l’est pas. Elle a un toit, elle ne connaît pas la galère de la rue. Mais je ne dis rien à Camille, de peur qu’il le prenne mal. J’ai déjà perdu Dom’, je n’ai pas envie de voir partir mon frère de cœur, parce que je ne supporte pas son obsession du moment. Attrapant mon petit cahier et mon stylo, je les glisse dans un petit sac que j’ai trouvé dans une poubelle hier soir. Alors oui il est troué, mais au moins, je peux transporter mes affaires un peu à l’abri des intempéries de la ville. Assise sur le sol, je sais que je dois me dépêcher, si je ne veux pas arriver en retard. Mais je ne veux pas laisser Gamma seul. Il est tout ce qui me reste. Tant pis, je le prends avec moi ! Lui faisant signe de me suivre, je me mets en route. Plusieurs kilomètres m’attendent pour arriver à l’hôpital. Je dois y retrouver le docteur Effy. C’est elle qui m’a ausculté lorsque j’ai été convoquée par la police. D’ailleurs, il faudrait que je lui demande c’est quoi exactement que j’ai. Parce qu’ils ne me l’ont pas expliqué correctement. Arrivant de longues minutes plus tard, je repousse mes cheveux qui collent légèrement à mes tempes. J’ai chaud. Entrant dans l’hôpital, je me glisse derrière un couple, pour qu’on ne voie pas Gamma. Malheureusement, en arrivant dans la salle d’attente, on le repère. Me figeant, je prends malgré tout place sur un fauteuil à l’écart et fais signe à mon chien de se coucher à mes pieds. L’infirmière, ou aide-soignante, enfin je n’en sais rien, me hurle dessus en me disant que je dois mettre le chien dehors. Faisant comme si je n’entendais rien, je me pince pour ne pas pleurer. Je n’aime pas les cris, c’est comme quand mon père me frappait. Lorsque la porte s’ouvre, je me lève car je sais que c’est mon tour. Effy me salue et je lui souris doucement, en sortant mon carnet pour lui répondre. Mais je n’ai le temps de rien faire, que la femme revient à la charge. « Docteur Adams ! Elle refuse de sortir ce chien qui doit avoir pleins de puces ! Elle fait comme si elle n’entendait rien en plus ! » Les larmes aux yeux, je n’ai pas le temps de faire un geste que Gamma vient se blottir contre mes jambes. Je sors rapidement mon carnet et écris, avant de me tourner vers Effy, le regard suppliant. « C’est mon chien. Je vous en prie, ne lui faîtes pas de mal. Il n’est pas malade je vous le promets ! Puis il est pas méchant, tant qu’on ne l’approche pas ! » Caressant Gamma, je tente de me calmer. La femme hurle de nouveau que les animaux ne sont pas admis, ce qui me fait paniquer. Elle me traite d’imbécile, comme le faisait mon père. Me baissant, je passe mes bras autour de son cou pour me calmer. Puis je me relève et me tourne vers Effy, me moquant de l’autre femme. « S’il vous plait, il sera sage, je vous le promets. »




Never forget who you areJ'vous vois passer, quand j'suis assis. Vous êtes debout, pressés, j'apprécie. Un p'tit regard, un p'tit sourire. Peu prennent le temps, ils ne font que courir. Si je m'endors me réveillerez-vous, il fait si froid dehors, le ressentez-vous? Il fut un temps où j'étais comme vous .. Claudio Capéo
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Jeu 29 Juin - 11:33

 

 
Words don't come easy

  Caffy
 

 

 
Quand je sors pour demander à Cassie de venir avec moi, je ne fais pas attention à tout le bruit qu'il y a. Il y a toujours du bruit, entre les gens stressés qui tapent du pied sur le sol, les enfants qui jouent sûrement pour ne pas stresser, le téléphone de l'accueil du service qui n'arrête pas de sonner. C'est tellement bon pour moi de fermer ma porte pour me couper de ce monde là. Soit je suis seule et j'essaie de reprendre mes esprits, soit j'ai un enfant avec ses parents ou au moins l'un des deux. J'adore ce que je fais mais je dois avouer que la pause de midi quand j'y ai le droit, je la savoure avec joie. Je peux me retrouver dehors, parler avec d'autres gens ou juste discuter par sms avec Noé. Quand elle était à la maison, elle discutait beaucoup avec moi, ça nous tuait le temps chacune de notre côté. Maintenant qu'elle a repris le travail, elle répond moins spontanément mais ça m'est égal. Des fois je lui envoie des monologues car j'ai besoin de parler. Elle doit croire que je n'ai pas d'amis, pour moi ce ne sont que des collègues, rien à voir avec des amis, je leur met une barrière, c'est peut-être pour ça qu'ils pensent qu'ils peuvent me juger aussi facilement. Cassie rentre dans mon cabinet, au début je ne fais pas attention qu'elle rentre avec son chien qui se met rapidement dans ses jambes. Quelqu'un ouvre la porte pour me crier qu'elle a son chien et qu'elle refuse de le faire sortir. Déjà il y a pas mal de choses qui m'irisse le poil. D'où rajouter Boissier après Adams est compliqué ?! C'est écrit sur la porte, docteur Adams Boissier. Même mes patients ils font plus attention à ça que mes collègues. De plus, frapper elle n'a pas l'air de connaître. Je me lève de mon bureau pour regarder le chien. D'accord, les gros chiens ça me fait peur, surtout cette race, ça ne me rassure pas que l'animal soit là. Mais ce que j'aime encore moins c'est que tout le monde crie. Il est tard, il ne me reste que quatre rendez-vous, je veux sortir de là sans être trop énervé. Je n'ai pas envie de rentrer chez moi et de crier sur toute ma famille pour me faire du bien. La Effy qui s'écrase au travail il faut l'oublier. Je m'avance vers l'infirmière, j'évite le chien qui n'a pas l'air commode avec moi. Je lui dis à voix basse, en espérant que Cassie n'entende pas mais j'ai toujours eu un problème pour parler à voix basse car enfaite tout le monde entend. « Ecoutez. Elle ne parle pas, vous le voyez bien, elle est obligé d'écrire pour s'expliquer. » Je me retourne vers Cassie qui me supplie du regard de laisser son chien. Si je demande à ce qu'on fasse évacuez le chien, elle risque de partir et je ne veux pas du tout qu'elle parte d'ici sans m'avoir sortis un mot donc je reprend. « Oui, je sais que les animaux sont interdits, comme aussi fumer dans l'hôpital pourtant j'en vois qui le font vu qu'on a pas toujours notre pause pour manger. Alors je sais ce que je risque si je l'autorise mais si elle a besoin de son chien pour se sentir bien, qu'il reste. Ici, je veux qu'on se sente bien, je n'ai aucunement envie qu'elle parte car je m'en voudrais beaucoup si il lui arrive quelque chose. Alors pour mes prochains rendez-vous je prendrais la pièce d'à côté, il y a aussi le matériel et je ferais désinfecter la pièce ici. Il n'y a pas de problème. Maintenant, occupez vous de vos problèmes, de vos patients et pitié n'embêtez pas les miens. » Je sais que ce soit quand je me dirigerais vers la sortie, mon chef arrivera à me choper et il me fera la morale car ça fait beaucoup de faux pas depuis ces derniers temps entre l'enfant et son traitement, le poste que j'ai refusé en Afrique où il a fait des pieds et des mains pour que j'y aille et maintenant un chien. Sauf qu'ici j'ai un peu l’immunité, je suis la seule pédiatre alors ils ont forcément besoin de moi, jamais ils me mettraient de côté. Elle me lance un regard noir, ça me fait penser à des enfants, comme si elle va se précipiter sur mon chef pour lui dire. Vas-y si ça te fait plaisir. Elle part, je ferme la porte. Je ne prend même pas le temps de regarder les gens qui nous fixe. Je me retourne vers Cassie. Je lui souris. Je passe à côté de son chien sans le regarder dans les yeux car j'avoue que j'en ai peur mais il a l'air sage avec Cassie. J'ai vu que le fait que tout le monde crie lui a fait peur, il aurait pu arriver quelque chose de grave à cause d'une personne qui ne s'occupe pas de ses affaires. Je reviens derrière mon bureau. « Désolé pour ça. Tu peux garder ton chien. Par contre, la prochaine fois est-ce que tu pourras éviter de venir avec lui ? Tu as vu le bazar que ça fait et je ne pourrais pas toujours m'en sortir la tête haute. Si tu ne peux pas, on trouvera une solution. » Je me cale dans mon siège. «  Donc finalement, maintenant qu'on est tranquille, je l'espère. Comment vas-tu ? »
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 233
▲ Inscription : 20/04/2017

▲ Age : 22
▲ Quartier Résidentiel : Depuis 5 ans, c'est à Harmalde, chez les sans-abris. Mais dans quelques jours, ça sera au domaine Arkadia, chez Eyael.
▲ Occupation : Sans emploi, car je n'ai aucun diplôme.
▲ Identité Sexuelle : Héterosexuelle, à 100%.
▲ Cupidon : Célibataire depuis toujours. Je ne sais pas ce que veux dire aimer, je n'ai jamais eu personne dans ma vie.
▲ Avatar : Kathryn Prescott.
▲ Crédits : Soso(avatar), You_complete_mess (signa), Tumblr (gif).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Lun 3 Juil - 19:03


Words don't come easy

Efsie


Je n’arrive pas à comprendre pourquoi elle m’hurle dessus cette infirmière. Enfin je sais, mais ce n’est pas comme si Gamma était méchant ! Il est adorable, tant que personne ne l’approche ou tente de me faire du mal. C’est d’ailleurs ce que j’essaye de faire comprendre à Effy, en la suppliant du regard et avec mon bloc-notes, de ne pas mettre mon chien à la porte. Même si elle veut parler à voix basse, j’entends le médecin dire que je ne parle pas. En réalité, mes cordes vocales vont très bien. C’est juste moi, qui ne veux et peux plus parler. J’ai peur que je le jour où je le ferais, si ce jour arrive un jour, que je sois incapable de m’arrêter de hurler. Après tout, c’est une carapace que je me suis créée, et peu peuvent passer au-delà. Effy reprend, prétextant qu’elle sait parfaitement que les animaux sont interdits dans l’établissement. Je m’en veux de causer autant de problème. Après tout, dès que je passe quelque part, il y a un souci derrière. Je me redresse et suis prête à partir. Mais Effy est en train de dire qu’elle ne veut pas que je parte. Aussi, je reste sur place, car je ne sais pas si c’était à moi, ou non, qu’elle s’adressait. L’autre femme part comme une furie et je m’en veux si Effy va avoir des problèmes par ma faute. Mais je ne pouvais pas laisser Gamma tout seul, qui sait ce qui aurait pu lui arriver ! Effy ferme la porte derrière l’infirmière furieuse. Lorsqu’elle passe à côté de Gamma, je vois bien qu’elle fait un écart. Pourtant, il est couché, sa tête tournée vers moi. Mais maintenant, je sais que même lorsqu’il parait calme, il ne cesse d’observer tout ce qui se passe autour de nous. Prenant place en face d’Effy, je pose ma main sur mon cœur pour me calmer. Les cris de tout à l’heure m’ont fait paniquer. J’ai eu l’impression de retourner dans les démons de mon passé, lorsque mon père me frappait. C’est bien pour cette raison d’ailleurs que j’ai pris peur … L’infirmière a levé la main pour s’exprimer, et ça m’a fait peur. Surtout qu’elle n’avait pas l’air de m’apprécier. Le médecin reprend la parole et je pose mon carnet sur son bureau en parallèle. Je le mets de façon à ce qu’elle puisse lire, en même temps que j’écris. « Je ne peux pas le laisser seul … Il n’accepte personne d’autre que moi à ses côtés. Et c’est mon chien, je ne veux pas qui lui arrive quelque chose ! » Je la regarde et lui montre que je suis sérieuse. Je ne veux pas qu’elle pense que je lui mens. Si Gamma reste seul, je ne sais pas si je le retrouverai. Et s’il venait à mordre quelqu’un, car il aurait pris peur, je sais très bien que je ne le reverrai jamais. La regardant, elle me demande comment ça va. « Ça va. Un peu mal à l’épaule. Et vous ? » Par politesse, je lui demande comment ça va. Même si je m’intéresse réellement à son état. Lui souriant doucement, je me demande de quoi on va pouvoir parler. Faisant un signe discret à Gamma, il se relève et pose sa tête sur mes genoux. Lui caressant doucement la tête, ça a le don de me calmer immédiatement. Reprenant mon stylo de ma main libre, je le fais tourner doucement entre mes doigts. Puis une question me brûle les lèvres. « Maman … » C’est à peine murmuré, mais j’ai laissé échapper un mot. Plaquant ma main contre ma bouche, je ne veux surtout pas parler. Les larmes me montent aux yeux et Gamma blottit sa tête contre mon ventre, comme pour me réconforter. J’inspire profondément et reprends mon stylo, pour écrire sur mon carnet. « Vous êtes maman ? » Je veux savoir si c’est possible d’en avoir une qui n’est pas comme la mienne ou celle de Skylar. Je n’ai connu que les deux-là et autant dire que ce n’est pas des exemples.




Never forget who you areJ'vous vois passer, quand j'suis assis. Vous êtes debout, pressés, j'apprécie. Un p'tit regard, un p'tit sourire. Peu prennent le temps, ils ne font que courir. Si je m'endors me réveillerez-vous, il fait si froid dehors, le ressentez-vous? Il fut un temps où j'étais comme vous .. Claudio Capéo
Revenir en haut Aller en bas
avatar
au secours, j'ai la trentaine !
▲ Messages : 80
▲ Inscription : 13/06/2017

▲ Age : 30
▲ Quartier Résidentiel : Maplewood avec ma femme et notre fils.
▲ Occupation : Pédiatre.
▲ Identité Sexuelle : Noëliexuelle
▲ Cupidon : Je l'aime. On se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est elle qui m'a mis un PV parce que j'étais mal garée, qu'est-ce que j'ai pu la détesté sur ce coup, je venais d'avoir mon permis depuis une semaine mais je ne savais pas que cette policière allait changé ma vie. Elle est celle que j'aime le plus au monde, je pourrais tout faire pour son bonheur... Même si en ce moment ça ne va pas fort entre nous, je crois en notre amour.
▲ Avatar : Monica Raymund
▲ Crédits : Shiya (avatar)
au secours, j'ai la trentaine !
Ven 7 Juil - 21:58

 

 
Words don't come easy

  Caffy
 

 

 
Un chien, le plus propre qu'il soit sera toujours sale. Ce n'est pas hygiénique d'en avoir un dans l'hôpital. Mais si on marche dans ce sens, un être humain n'est pas beaucoup plus hygiénique. Même si ces derniers temps, je passe mes pauses déjeuné dans mon bureau à manger des choses pas très saines pour mon corps, parfois il m'arrive de sortir à la cafétéria et certains de mes collègues me parlent. Il est vrai qu'on fait tous un effort quand on va chez le médecin, on se lave toujours le matin avant de partir mais il est vrai qu'il arrive que parfois, certains patients ne prennent pas cette peine et on a en face de nous des êtres totalement dégoûtant. Souvent, il s'agit de personnes âgées qui n'ont pas forcément la possibilité de se laver avant de venir et encore heureux, je travaille avec des enfants. Même si ils ne sont pas propres de la douche, ils ont une odeur bien à eux que j'aime beaucoup. Je sais que j'adore prendre Nolan dans mes bras pour pouvoir sentir son odeur, c'est tellement simple pour eux alors que nous on doit se coucher sous plusieurs couches de parfum pour penser sentir bon. Mais son chien n'a pas l'air de sentir mauvais contrairement au notre à la maison. C'est vrai qu'il faudrait qu'on le lave plus souvent mais soit on n'a pas le temps, soit on y pense pas forcément. Je me rappelle d'une des premières fois où on avait décidé de le laver, il était encore jeune mais il n'aimait pas l'eau alors il nous en a fait voir de toutes les couleurs, Noëlie s'énervait après lui, moi je riais alors je n'aidais en rien. Elle aurait pu s'énerver sur mon mais à la place elle m' a jeté de l'eau au visage. Ce qui devait être un bain pour le chien à fin en début de bataille d'eau entre nous. Je dois avouer que ce genre de moment me manque mais maintenant on est trop occupé avec Nolan. Mais voilà, ce que je ne comprend pas, c'est comment elle a réussis à arriver jusqu'à mon cabinet sans qu'on lui dise rien, les seuls chiens acceptés sont les chiens d'aveugle et le sien n'a pas cette tête là. Des fois, je ne comprend pas vraiment les médecins de l'hôpital, ils viennent lui hurler dessus une fois dans mon bureau alors qu'on aurait dû lui refuser d'entrer dans l'hôpital. Bon, j'avoue que d'un côté ça m'arrange bien car je sais qu'elle aurait fait demi tour et elle ne serait pas venu me voir. Il a l'air gentil mais j'ai toujours eu un problème avec les gros chiens, ils m'ont toujours fait peur alors que le plus souvent ce sont ceux qui sont les plus adorables.
La conversation va se faire comme ça, je vais lui poser des questions orales et elle va écrire la réponse sur le cahier. Moi, ça ne me dérange pas même si j'aimerais entendre le son de sa voix. « Tu peux le garder, de toute façon il est là et on est tranquille maintenant. » Je me suis déjà disputée, j'aurais l'air bête si je reviens sur mon idée alors je laisse couler, on viendra me parler, me faire la leçon, je resterais forte devant eux et en rentrant à la maison, je trouverais les bras de ma femme, même si je ne lui dirais pas ce qu'il se passe, elle sera là pour moi, elle aura les mots qu'il faut comme elle a toujours eu. Elle m'écrit sa réponse à mon ça va. J'analyse vite fait son écriture, elle a un peu changé depuis la dernière fois, ses gestes sont plus amples, moins serrer, il y a moins de peur dans sa façon d'être. Malgré ce qu'il vient de se passer, elle pense peut-être qu'elle est en sécurité ici. Sur ma feuille, son dossier j'écris qu'elle a une douleur à l'épaule, je devrais regarder ça avant qu'elle parte. « Je vais très bien merci ». Beaucoup de gens me demandent comment je vais, je suis un médecin, je n'ai pas le droit de dire que je ne vais pas bien, même si je suis au plus bas de mon moral je me dois de leur sourire, de les mettre en sécurité, en confiance, ils n'ont pas à douter de mes capacités. Je feuillette son dossier, il n'y a pas grand-chose pour le moment, juste des choses que l'hôpital avait quand elle était petite mais rien n'avait été dit alors que ça aurait dû l'être. Alors que je ne la regarde pas un mot sort de sa bouche, je relève instinctivement la tête vers elle. Elle doit prendre peur vu mon visage mais c'est comme si j'avais rêver. A l'instant même, j'ignore si je l'ai entendu dans ma tête ou si son murmure était réel. Elle plaque sa main sur sa bouche, il devait être réel et ça m'arrange bien car si je commence à entendre des voix, je peux m'inquiéter. Je lui souris faiblement, je n'ose pas le contact entre elle et moi mais j'approche ma main d'elle, que je pose sur le bureau. Je voudrais la poser sur la sienne mais si je sais qu'on est pas assez proche pour cela, pourtant je veux lui montrer que ce n'est pas grave si elle a dit un mot et qu'au contraire, c'est bien, on avance. Je ne sais pas si elle se pose cette question naturellement car elle a comprit que j'ai l'âge d'avoir un enfant, ou si elle a vu la photo de Noé et Nolan sur mon bureau. J'aime les avoir près de moi, même si ma femme est occupé à son travail, que mon fils est à l'école, j'aime penser qu'ils ne sont pas bien loin de moi et qu'en un coup de volant je peux les rejoindre. Je souris et mon regard fixe la photo puis je reviens à elle. « Oui. » Je sais que je ne suis pas psychologue et que c'est bien de ce genre de personne dont elle a besoin mais même si je ne la connais pas beaucoup, je sais qu'elle se braquera et qu'elle n'avancera pas alors il faut que ça se passe comme avec un psychologue sans qu'elle s'en rende vraiment compte. C'est pour ça que je décide de lui parler un peu de ma famille. « J'ai un petit garçon, il va avoir quatre ans. Il s'appelle Nolan. C'est un petit garçon adorable. » Tout en parlant, j'hésite à lui dire pour ma femme, je sais que les gens sont de plus en plus ouvert mais pour certains, la conception des amours entre deux personnes du même sexes est encore compliqué à assimiler. Mais bon, si elle a vu la photo, elle ne peux pas penser que c'est ma sœur ou quelqu'un de ma famille, elle ne me ressemble physiquement pas du tout. « Je suis mariée depuis pas mal de temps maintenant. » Je pourrais lui parler de Noëlie pendant les heures qui suivent, je me rappelle comme si c'était hier de son regard la première fois qu'on s'est rencontré. Alors je me demande quoi lui dire, si elle est là seule, si elle ne parle pas, c'est qu'elle n'a pas de famille sinon on ferait attention à elle. « Je n'ai pas eu une mère incroyable, elle était bien, elle voulait me faire plaisir mais elle a mal pris mon couple. Même si aujourd’hui elle a finit par accepter en voyant que ça dure, elle a eu u mal, pendant plusieurs mois elle ne m'a pas vraiment parler. » Je ne veux pas me plaindre mais je veux lui montrer que ce n'est pas parce qu'on a eu une mauvaise mère, une mère qui ne nous accepte pas qu'on ne peux pas être une bonne mère à son tour. Je ne veux pas lui parler de sa famille, je ne sais pas si elle acceptera de m'en parler, je veux que ça lui vienne tout seul.
 

 

 




   
The love of my life
And through it all she offers me protection a lot of love and affection whether I'm right or wrong
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 233
▲ Inscription : 20/04/2017

▲ Age : 22
▲ Quartier Résidentiel : Depuis 5 ans, c'est à Harmalde, chez les sans-abris. Mais dans quelques jours, ça sera au domaine Arkadia, chez Eyael.
▲ Occupation : Sans emploi, car je n'ai aucun diplôme.
▲ Identité Sexuelle : Héterosexuelle, à 100%.
▲ Cupidon : Célibataire depuis toujours. Je ne sais pas ce que veux dire aimer, je n'ai jamais eu personne dans ma vie.
▲ Avatar : Kathryn Prescott.
▲ Crédits : Soso(avatar), You_complete_mess (signa), Tumblr (gif).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Lun 28 Aoû - 13:00


Words don't come easy

Efsie


Je remercie Effy d’avoir laissé mon chien ici. Gamma est mon élément, celui qui me clame et qui me fait me sentir un peu mieux quand ça ne va pas. C’est bien pour cette raison que j’ai accepté d’aller vivre chez Eyael. Pour son bien-être, pour qu’il puisse manger à sa faim. Je lui retourne sa question. C’est vrai que j’ai mal à l’épaule, mais ça ne fait rien. Un mot s’échappe d’entre mes lèvres, un murmure, mais c’est déjà trop. Plaquant ma main sur ma bouche, je m’en veux terriblement d’avoir lâché un mot, surtout en présence de quelqu’un ! Me dépêchant d’écrire, j’espère qu’elle ne va rien dire ou faire remarquer. Plus jamais je ne dois parler, plus jamais ! Aussi, je change complètement de sujet, en lui demandant si elle est maman. Je veux savoir si toutes sont comme la mienne et celle de Skylar. Fermant les yeux pendant une seconde, je caresse la tête de Gamma qui repose sur mes cuisses, ce qui me calme immédiatement. Effy me dit que oui, et je vois que ça la rend heureuse. Comment est-ce possible ? Son enfant est-il aussi mal que moi j’ai été ? La jeune-femme continue, m’expliquant que son fils s’appelle Nolan et qu’il a quatre ans. Puis elle me dit qu’elle est mariée. Elle a l’air tellement heureuse et fière, que ça me semble bizarre. Pourquoi moi, mes parents n’étaient-ils pas comme ça ?! Elle m’explique que sa mère a mal pris son couple. Mais au moins, cette dernière était là pour elle, de ce que j’en comprends. Prenant mon stylo, j’écris à mon tour. « Au moins, vous avez eu une maman qui était là … » J’ai envie de lui dire pourquoi je dis ça. Mais est-ce que je peux lui faire confiance ? Je n’en suis pas certaine. Après tout, elle a dû apprendre, il y a des années, qu’un couple s’était suicidé en prenant de la drogue. Mais pour avoir été là le jour de leur mort, je savais que ce n’était absolument pas ça. La drogue avait joué un grand rôle, mais c’était un homme qui courrait encore en liberté, qui les avait tués ! « Je peux vraiment vous faire confiance et sur le fait que vous ne direz rien ? » Je plante mon regard dans le sien pour voir si elle compte me mentir. Je veux lui faire confiance, mais depuis que je suis à la rue, j’ai appris que c’était dangereux de le faire. Pourtant, j’ai envie de dire la vérité à quelqu’un de me libérer de ce lourd secret.




Never forget who you areJ'vous vois passer, quand j'suis assis. Vous êtes debout, pressés, j'apprécie. Un p'tit regard, un p'tit sourire. Peu prennent le temps, ils ne font que courir. Si je m'endors me réveillerez-vous, il fait si froid dehors, le ressentez-vous? Il fut un temps où j'étais comme vous .. Claudio Capéo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Easy lol !
» Take it easy.
» Présentation de Cassie Ink
» CASSIE BLAKE ❀ little miss sunshine.
» Words Bearers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Medical Boulevard :: Heatherfield Regional Hospital-
Sauter vers: