AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Discussion électrique [Louandre]

 :: Heatherfield :: Domaine Arkadia :: Residence Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Mer 24 Mai - 12:40


Discussion électrique

Louandre


Aujourd’hui, Léandre est de repos. Et je ne sais pas pourquoi, je suis contente qu’il soit resté dans la maison. Même si je ne lui ai rien dit. Alors que je suis en train de regarder le jardin de la villa, je l’entends monter. Tiens, il a décidé de décrocher du canapé ? Mais je n’ai pas le temps de lui dire quelque chose. Puis je n’en ai pas le droit non plus. Pourtant, je fais ma curieuse et j’attends en bas pour savoir ce qu’il fait. Une douche. Il va sortir. Pourquoi ça me chagrine un peu ? C’est sans importance ! Au moment où j’entends qu’il a fini, je fais demi-tour et me dirige dans le salon, comme si de rien n’était. Lorsqu’il me prévient de son programme, je hoche simplement la tête. J’aurai vraiment préféré qu’il reste. Mais son ami est plus important. Puis depuis quand j’aimerai qu’il reste à la maison ? « Non j’ai rien besoin. Passe une bonne journée. » Mais avant qu’il n’est pu répondre, je fais demi-tour. Je n’ai pas envie qu’il me réponde.

Le regardant partir, j’éprouve un étrange sentiment de solitude. Idiote. Et pourtant, après une demi-heure à tourner en rond, je n’en peux plus. Envoyant un message à Jezabel, je lui demande si elle peut venir me chercher, pour m’emmener au café. J’espère juste que ça sera le bon. Lorsqu’elle arrive je la remercie immédiatement. Je la préviens que quelqu’un me ramènera. Je sais que c’est faux, mais ça ne fait rien. Je me débrouillerai. La remerciant, je me dirige vers le café. Et ce que je vois me scotche sur place. Elle est belle son Antoine ! La colère, la peine, la déception, … Tellement de sentiments qui me forcent à faire demi-tour. Les larmes me brûlent les yeux mais je les ravale. Quelle idée je me faisais franchement ? Qu’il puisse, avec le temps, s’intéressait à moi. Je ne suis qu’une idiote ! Je ne suis que sa patiente, la femme en fauteuil qui lui pourrit la vie.
Réussissant à rentrer je ne sais comment, je me dirige directement dans la chambre. Et dans un accès de colère, j’envoie les quelques chose qui trainent sur ma commode, sur le sol. Le vase va s’éclater en morceaux. Et en les regardant, j’ai l’impression que ce vase représente mon cœur. Idiote. Je ne suis qu’une idiote !

Le reste du temps me parait long. J’ai même congédié la personne qui venait pour me faire la toilette. Je n’arrive pas à m’enlever cette image de la tête. Pourquoi ? Il n’avait qu’à me dire qu’il allait voir une femme. Fermant les yeux, j’essaye de me calmer. Je ne suis pas censée être jalouse de toute manière, il n’est que mon auxiliaire de vie. Il ne mélange pas travail et vie personnelle. Et puis, je lui pourris tellement la vie qu’il doit me détester. Lorsque j’entends la moto qui remonte l’allée de la maison, je me dirige dans le couloir, agrippant les poignées du fauteuil. Dès qu’il pousse la porte, je ne peux pas faire autrement que lui parler froidement. « Alors elle était bien ta sortie avec Antoine ? T’es un menteur Léandre. Tu aurais pu me dire la vérité ! » Je le fusille du regard, avant de tourner le fauteuil pour aller dans le salon. Les larmes me brûlant de nouveau les yeux.






Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Lun 29 Mai - 22:42


Discussion électrique

Louandre


La journée avait été compliquée. Non. Compliquée n'était pas le terme approprié, c'était plus fort que ça. Pourtant tout avait bien commencé. Je ne travaillais pas aujourd'hui. J'avais prévu de passer la journée à rien faire ou bien à faire des choses avec Lou. Pas des choses sexuels, mais parler, boire un verre ou un truc du genre. Mais non, ça ne se fera pas. Mon ami Antoine m'a envoyé un message pour que je le rejoigne au café. Je lui dis que j'arrive. Il faut dire qu'en ce moment c'est pas la forme pour lui. Il est sur le point de se séparer de sa femme. Enfin peut-être pas jusque là mais ça ne va pas entre eux et souvent il doit dormir sur le canapé... Du coup, je sais qu'il a besoin de parler, donc je lui propose d'être une oreille attentive. Je me prépare et je signale à Miss Vizconde que je dois partir.  « J'ai rendez-vous avec Antoine au café, je reviens un peu plus tard, tu as besoin de quelque chose ? » Je lui souris.  « Non j’ai rien besoin. Passe une bonne journée. » Elle se retourne me laissait pas le temps de lui répondre. Je n'insiste pas. Je sais quand c'est comme ça qu'elle ne veut pas parler. Puis je pars. Arrivant au Blenz, Antoine m'annonce qu'il peut pas venir et je tombe nez à nez sur Charlie. Ma Charlie. Cela a été dur pour moi, éprouvant de la voir et surtout d'écouter ce qu'elle a à me dire. Papa. Je suis papa. Elle a un enfant de moi. Je suis encore choqué ! J'ai pris la moto pour revenir et j'ai faillit avoir un accident, tellement que j'étais dans mes pensées. Je suis allée au bord de la plage pour marcher un peu et me vider la tête, mais ça n'a pas suffit. J'ai besoin de parler, j'ai envie de changer d'air. Puis Lou vient dans mes pensées. Elle pourrait me comprendre, peut-être que je pourrais l'inviter à sortir ce soir, ça nous ferais du bien à tous les deux et je pourrais avoir son avis sur la situation.
J'ai l'impression d'avoir eu la meilleure idée de ma vie. Je trottine vers ma moto, je mets mon casque, enfourne ma bécane et je roule jusqu'au Domaine Arkadia dans la villa Vizconde. Je monte l'allée doucement et je gare la moto au garage dans son petit emplacement. Je pose mon casque et j'entre par la porte d'entrée. J'ai pas le temps d'enlever ma veste que Lou me tombe dessus. « Alors elle était bien ta sortie avec Antoine ? T’es un menteur Léandre. Tu aurais pu me dire la vérité ! » J'arque un sourcil ne comprenant pas trop pourquoi elle réagit de la sorte. Elle me laisse pas le temps de répondre qu'elle va au salon. Je prend le temps de retirer mon blouson et de l'accrocher dans la penderie avant de la retrouver. « Qu'est ce qui te prend ? Pourquoi tu me parles comme ça ? » Je la regarde, avant de reprendre. « Antoine m'a envoyé un message quand j'étais au Blenz Coffee me disant qu'il annulait, il a eu un petit empêchement. Tu veux voir mon téléphone ? » Je le sors de ma poche, et je cherche le SMS qu'il m'a envoyé. Mais quelque chose me fait tilt dans ma tête. Je me stoppe et je regarde Lou « Comment sais-tu que je n'ai pas vu Antoine... Tu.. Tu m'as suivis ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Mar 30 Mai - 10:48


Discussion électrique

Louandre


Une fois ma haine envoyée, j’ai juste envie de fuir. Je tourne donc mon fauteuil et me dirige dans le salon, alors que les larmes me brûlent les yeux. Je me mords les lèvres pour ne pas pleurer, même si j’en ai bien envie. J’ai mal de l’intérieur. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas ressenti ce genre de douleur. Un mélange de déception, de jalousie, d’espoir détruit. Une douleur qui me lacère le cœur alors que je ne suis que la seule responsable. C’est moi qui ai eu cet espoir idiot de me dire qu’il pourrait un jour s’intéressait à moi. C’est totalement faux ! Hormis le pousser à bouts, je n’ai jamais rien fait d’autre ! Mais c’est suffisant pour qu’il me déteste je suppose.
Entendant ses pas sur le sol, je me fige et ne veux pas bouger pourtant. Figée dans mon fauteuil, je fixe un point sur le mur, et continue de me mordre l’intérieur des joues pour ne pas pleurer. Cela fait déjà bien assez mal comme ça. Pas la peine de me mettre la honte inutilement, je l’ai déjà bien assez fait lorsqu’il est rentré à la maison. J’ai envie de tout lui balancer à la tête, de tout lui dire, mais je me retiens. Croisant les bras sur ma poitrine, je tourne la tête pour éviter de croiser son regard encore une fois. Lorsqu’il me propose de voir son téléphone, je suis tentée de dire oui. Mais je ne lui ferais pas ce plaisir. J’ai déjà bien trop mal. Pourtant, lorsque je le vois sortir son téléphone, je ne peux que me dire que je vais pouvoir vérifier s’il me ment encore ou non. Pourtant il se stoppe. Et pose la fameuse question. Reculant mon fauteuil, je refuse qu’il soit près de moi, ça fait mal ! Le fusillant du regard, je lui parle froidement. « Te suivre ? Tu crois que je n’ai que ça à faire et que c’est important pour moi de savoir ce que tu fais ?! Tu rêves !» Reculant, je me détourne, afin d’être sûre qu’il ne puisse pas voir que je mens. Puis je reprends la parole. « Tu veux savoir ce que je faisais ? J’ai été voir Jason, et on s’est très bien entendus, le courant est bien passé, on compte se revoir ! Malheureusement, tu étais dans le même café, ça a gâché beaucoup de choses ! » Mon propre mensonge me fait mal, et bien plus encore. Mais si je peux le piquer un peu, lui faire ressentir un peu le mal que je ressens, alors je compte en profiter. De toute manière, il ne ressent rien pour moi, il ne mélange pas ses deux vies ! Fermant les yeux, une larme pourtant m’échappe. Je ne comprends pas tout ce qui m’arrive, mais tant pis ! « Tu peux retourner LA voir, si tu veux, tu as ta soirée. Je n’en ai rien à faire de toute manière. » Mon ton est plus froid qu’avant, plus amère. J’ai mal, mais ça passera, comme tout. Essuyant d'un geste brusque les quelques larmes qui m'échappent, j'ai envie de fuir. Mais pour ça, je dois passer devant lui, et je n'en ai pas envie. Pas envie qu'il me voit plus faible que je ne le suis.





Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 30 Mai - 12:56


Discussion électrique

Louandre


Je ne m'attendais pas à ça, je veux dire à la réaction de Lou. Je rentre tranquillement et je me fais littéralement agressé par la blonde. Je ne comprends pas trop, mais j'ai bien envie de savoir ce qu'elle me rapproche. Mise à part le fait que je suis un menteur comme elle me l'a hurlé au visage. Je pose mes affaires dans le dressing et je la suis. J'essaie de la chercher du regard, mais je vois bien que c'est peine perdue, elle fuis mon regard comme la peste. J'ai mal au coeur de la voir réagir comme ça, surtout que je ne comprends pas. Je lui dis donc que Antoine m'a dis qu'il avait un imprévu et je lui propose même de lui montrer mon téléphone. Je sors mon portable et je cherche le message, mais je me stoppe. Je me demande comment elle a fait pour découvrir que Antoine ne s'est pas pointé et je lui demandes si elle m'a suivie. Grosse erreur. Ce n'est pas les mots que j'aurais voulu dire. « Te suivre ? Tu crois que je n’ai que ça à faire et que c’est important pour moi de savoir ce que tu fais ?! Tu rêves !» Je le savais, j'ai mal choisis mes mots, mais c'est un gros défaut que j'ai et je crois que rien ne pourra changer. Mon père disait que j'étais un gros gaffeur et que je mettais toujours les deux pieds dans le plat... Lou se retourne et je vais pour la suivre pour pouvoir la regarder, mais ce qu'elle dit m'empêche de marcher. « Tu veux savoir ce que je faisais ? J’ai été voir Jason, et on s’est très bien entendus, le courant est bien passé, on compte se revoir ! Malheureusement, tu étais dans le même café, ça a gâché beaucoup de choses ! » Jason !? Ce bouffon.. Je ne l'aime pas et je ne l'ai jamais aimé, je suis sûr qu'il s'intéresse à Lou pour le profil, je l'ai déjà vu en boite draguer des filles et pas qu'une.. J'ai la mâchoire qui se resserre. « Oh je vois... Il n'avait pas assez d'argent pour t’emmener dans un endroit plus chic ? » Je dis ça d'un ton sarcastique. Je l'aurais vu entrer avec lui je n'aurais rien dit. Même si je ne peux pas le supporter ! Depuis qu'elle l'a rencontré, j'ai tout de suite vu, qu'il n'était pour elle, mais je n'ai pas le droit de dire quelque chose... Je continue de la fixer, elle a le dos face à moi. J'attends qu'elle me réponde. « Tu peux retourner LA voir, si tu veux, tu as ta soirée. Je n’en ai rien à faire de toute manière. » Je soupire. Je ne comprends pas et je ne la comprendrais jamais. Mais aujourd'hui c'est compliqué, Charlie est revenue et m'a appris que j'étais père et tout est perturbé dans ma tête. Je soupire et je vais d'un pas assuré vers Lou Je me place devant elle et je m'accroupi pour être à sa hauteur. Je pose mon téléphone sur ses jambes pour qu'elle voit les messages avec Antoine. « Tu peux l'appeler, c'est un homme qui répondra, c'est un collègue qui m'a hébergé quand je suis arrivé en ville, son père est le meilleur ami d'enfance de mon père... » Je lui laisse regarder les conversations pour voir que je suis sincère et je m'en veux d'avoir parler comme ça de l'autre bouffon, même si je ne le porte pas dans mon coeur, si elle l'aime bien, je peux rien faire. « La fille avec qui tu m'as vu c'est Charlie. C'était ma meilleure amie. Je.. Avant d'être ce que je suis, j'étais dans l'armée et elle était dans mon unité, ça fait huit ans que je ne l'ai pas vu et on s'est recroisé. Elle a fait des recherches pour me retrouver car elle avait une chose à me dire, mais c'est une coïncidence si on s'est retrouvé dans ce café.. » Voilà j'avais tout dit, enfin dans les grandes lignes, je lui avais même dis que j'étais un ancien militaire, chose que je n'ai jamais dis...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Mar 30 Mai - 19:15


Discussion électrique

Louandre


J’espère le blesser en parlant de Jason. Jason, c’est un mec qui me tourne autour depuis quelque temps, mais qui ne m’intéresse nullement. Je le trouve même idiot ! Mais sachant que Léandre ne peut pas le supporter, et que j’ai voulu le blesser, c’était la meilleure façon de lui répondre. Surtout que je n’aurai jamais accepté d’aller boire un verre avec Jason. Mais ça, Léandre ne le sait pas apparemment. Lorsqu’il me répond que Jason n’avait pas assez d’argent pour m’emmener ailleurs, je vois rouge directement. En même temps, je ne suis pas dans mon état normal. « C’est moi qui ai payé je te signale ! » Bon ce n’était peut-être pas ça à dire, mais je m’en moque. Reculant, je ne veux plus croiser son regard. Ça me fait trop mal. Surtout que l’image de tout à l’heure continue de danser derrière mes paupières. Aussi, je lui lance qu’il peut retourner la voir, qu’il a sa soirée. J’aurai largement préféré qu’il reste ici, mais après tout, il doit vouloir aller vite la retrouver la blonde ! Fermant les yeux, je laisse quelques larmes m’échappaient. En réalité, je ne peux même pas les arrêter. Lorsque j’entends ses pas, je m’essuie rapidement les joues. Hors de question que je lui fasse la joie qu’il me voit faible ! Lorsqu’il s’arrête devant moi et s’accroupis, j’arrête de respirer. Il dépose son téléphone sur mes genoux. J’ai bien envie de regarder de suite, mais il prend la parole. Mon regard fixé sur son cou, je l’écoute prendre la parole. Dès qu’il a fini, j’attrape le téléphone et regarde rapidement, sans lire réellement. Même si je suis très mal actuellement, je ne veux pas fouiller dans son intimité. Peut-être pour qu’il évite de me le reprocher plus tard ? Je n’en sais rien. « D’accord … » Un murmure, qu’il n’a sûrement même pas entendu. Je m’en veux d’avoir réagi de la sorte, alors qu’il n’y a rien entre nous. Il m’explique ensuite pourquoi je l’ai vu en compagnie d’une femme. Mais entendre le nom de cette blonde, le ‘ma’ possessif qu’il met devant, ravivent toute la rage que j’éprouvais. Inspirant, je sais de toute manière que je vais être froide, alors ce n’est pas la peine que j’essaye de m’en cacher. « Tu fais ce que tu veux, tu n’as pas besoin de te justifier. T’es un grand garçon. Tu n’as qu’à aller la retrouver Ta Charlie. » S’en est trop, je ne peux plus le supporter. J’ai mal, trop mal, comme jamais je crois… Les larmes coulent de nouveau de mes yeux, mais cette fois je ne m’en cache pas. Je n’en ai plus la force, plus l’envie. L’impression qu’il a piétiné mon cœur, en un instant. Le fusillant malgré les larmes, j’hurle presque. « Et p*tain relève-toi ! Tu sais que j’ai horreur qu’on se mette à ma hauteur, je ne suis pas une gamine ! » Attrapant la poignée de mon fauteuil et fais demi-tour. Si je reste, je vais dire des choses que je regrette et essayer de l’étrangler je crois. Mais au moment où je passe, je ne fais pas attention à ce que je fais, car je veux juste fuir. La roue de mon fauteuil se prend dans le fil électrique, s’enroulant, m’empêchant d’avancer. Je lâche un bon juron, avant de me tourner vers Léandre, presque hystérique. « Tout ça c’est de ta faute, Léandre Mulvaney ! »





Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Jeu 1 Juin - 11:42


Discussion électrique

Louandre


Je vois rouge quand elle me parle de l'autre guignol. Je ne le supporte pas, il est si matérialiste. Il drague tout ce qui bouge, c'est une croqueur de diamant, il ne cherche que le fric. Il ne pense qu'à ça. En voyant Lou, il s'est dit qu'il pourrait facilement l'amadouer, qu'elle est plein aux as et qu'étant en fauteuil qu'elle est désespérer de ne plus retrouver quelqu'un... Mais tout ça est faux, elle a autant de chances que n'importe qui. Je l'ai déjà attrapé une fois ce mec. c'était il y a deux semaines, il était au bar de la ville en train de poser sa main sur une fille qui devait même pas avoir vingt ans, elle a haussé le ton, alors je suis intervenu. Je l'ai attrapé dans le col et je lui ai ce que je pensais. Je lui ai dis que c'était qu'une petite merde et qu'il ne devait plus approcher Lou, sinon il aurait à faire à moi. Il m'a pas écouté apparemment, vu qu'il était avec elle. « C’est moi qui ai payé je te signale ! » Je roule les yeux. Bien sûr que c'est elle qui a du payer, c'est un radin ce mec là. Je serre la mâchoire, mais j'essaie de prendre sur moi, ce qui n'est pas facile. Je soupire un grand coup et je vais voir la blonde. Je m'abaisse et lui montre mon téléphone pour qu'elle puisse voir que je ne mens pas. J'avais vraiment rendez-vous avec Antoine et il a réellement annulé. Elle soupire un mot, mais je n'entends pas trop ce qu'elle dit. Je lui explique alors qui était cette femme. Qui est Charlie. Je lui parle de mon passé de militaire, mais elle en a rien faire.  « Tu fais ce que tu veux, tu n’as pas besoin de te justifier. T’es un grand garçon. Tu n’as qu’à aller la retrouver Ta Charlie. » Je ne la comprends pas. Il a du se passer quelque chose avec Jason pour qu'elle réagisse comme ça. « Lou.. » Je ne peux pas terminer ma phrase qu'elle me coupe la parole. « Et p*tain relève-toi ! Tu sais que j’ai horreur qu’on se mette à ma hauteur, je ne suis pas une gamine ! » Elle me laisse en plan faisant demi tour et je me relève doucement la regardant partir. Je suis peiné de la voir ainsi. Mais voilà que la roue de son fauteuil se prend dans un fil et elle ne peux plus bouger. Elle se retourne vers moi folle de rage et me hurle dessus. « Tout ça c’est de ta faute, Léandre Mulvaney ! » Je fronce les sourcils , je n'y arrive pas, je ne sais pas quoi faire avec elle. Je ne comprends pas sa réaction, j'ai l'impression qu'elle m'en veux, mais je ne sais pas pourquoi... « Mais bordel, qu'est ce qui te prend ? Je ne t'ai jamais vu comme ça, même au début que je suis arrivé, tu n'étais pas si désagréable... Que s'est-il passer avec Jason ? Il t'a fait du mal ? S'il t'a fait du mal, dis le moi, je vais lui régler son compte ! » Je hausse la voix à mon tour. J'espère pour lui qu'il ne lui a rien fait de mal, car il va finir à l'hôpital, avec la marque de mon poing sur sa tête !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Jeu 1 Juin - 19:01


Discussion électrique

Louandre


Je m’en veux dans le fond, de m’emporter aussi violemment contre lui. Parce qu’il n’a rien fait, hormis voir sa Charlie. Mais justement, c’est trop compliqué pour moi. Je ressens ce sentiment de jalousie, alors que je ne le devrais pas. On est quoi l’un pour l’autre, pour que je me permette ce genre de sentiment ? Rien. Et pourtant, dès que je le vois, l’image de cette après-midi vient danser à côté de moi, comme pour me narguer, pour m’énerver un peu plus. M’emportant violemment encore lui, je n’en peux plus de le voir accroupi devant moi. Je sais très bien que ça ne partait pas d’un mauvais sentiment. Mais j’ai toujours la désagréable impression que les gens se mettent comme ça, parce qu’ils me considèrent comme une gamine. Parce que si vous observez les parents dans la rue, lorsqu’ils parlent à leur enfant, ils se mettent toujours à leur hauteur ! Et voilà, je ne veux pas qu’ils me considèrent comme une enfant !
Faisant très vite demi-tour, j’ai malheureusement la poisse. Et le mot est faible. Ma roue se retrouve bloquer par un fil, et je ne peux plus fuir. Surtout que j’ai envie de l’étrangler ou que sais-je encore. Aussi, je me tourne vers lui, le fusillant du regard. Il n’y est pour rien, mais j’ai tellement mal que j’ai besoin de m’exprimer, d’évacuer, de cracher ma haine! « Que s'est-il passer avec Jason ? Il t'a fait du mal ? S'il t'a fait du mal, dis le moi, je vais lui régler son compte ! » Je lève les mains en l’air d’un geste rageur. Fermant les yeux, je sers les points de rage, tentant de me reprendre avant que la bombe n’explose. Il ne comprend pas … Il ne comprend vraiment rien … Mais comment le peut-il alors que je n’y arrive pas moi-même ? « Mais non, tu ne comprends vraiment rien bordel ! Il n’a rien fait ! Bien au contraire, j’ai fait pire ! Rha … Je ne l’ai même pas vu si tu veux tout savoir ! » Oups … Me figeant, je me dis que je viens de faire une énorme gaffe. M’essayant les yeux et joues d’un geste brusque, j’inspire pour me donner la force de continuer. Je ne peux pas tout dire. Sinon, que va-t-il penser ? Surtout que moi-même, je ne sais pas réellement pourquoi j’agis de la sorte. Serais-je en train de ressentir quelque chose pour lui ? Non ce n’est pas possible. Inspirant profondément une seconde fois, je reprends, d’une voix plus calme, défaitiste, mais toujours froide. « Tu ne comprends vraiment rien … Je … Enfin … Ce que je veux dire … C’est que … Un espoir détruit, réduit en miettes, ça fait mal … Bien plus mal qu’une rupture … Mal de l’intérieur … Enfin bref … Tu peux détacher ma roue maintenant ? Je veux aller nettoyer ma chambre … » J’ai encore un vase à ramasser. Et même si ça va être compliqué, je veux m’éloigner. J’ai mal … Comme je viens de lui dire, l’espoir détruit c’est plus que douloureux. Et là, j’ai l’impression que c’est mon être, à l’intérieur, que je vais devoir ramasser à la pelle …. J’ai mal, si mal …. Si abattue aussi …





Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 6 Juin - 14:10


Discussion électrique

Louandre


Je ne sais pas trop ce qui se passe, j'ai l'impression d'avoir été propulsé dans un autre univers. Les réactions de Lou, me laisse un peu perplexe. Je lui parle sincèrement sans rien lui cacher étant le plus honnête possible, lui montrant même mon téléphone, pour lui prouver que je dis vrai, mais rien n'y fait. Elle veut me laisser planter là et reste coincé à cause de ce stupide fil et elle s'en prend à moi. Je voulais rester calme, parler tranquillement, mais je n'ai pas pu. Je lui demande ce qui lui arrive. C'est peut-être Jason qui lui a fait du mal.. Je pense à ça et la violence me gagne. J'ai le sang qui chauffe, j'ai envie de lui caser la gueule et je le dis à Lou. Que si il lui a fait du mal je vais lui régler son compte. Je la regarde les poings serrés, près à partir si elle me dit que c'est lui qui est la cause de toute cette souffrance, de tout ce qu'elle ressent actuellement... Elle ferme les yeux à mes paroles et serre les poings. « Mais non, tu ne comprends vraiment rien bordel ! Il n’a rien fait ! Bien au contraire, j’ai fait pire ! Rha … Je ne l’ai même pas vu si tu veux tout savoir ! » Mes poings se relâche doucement et je ne comprends pas ce qu'elle me dit. Encore. Je penche la tête sur le côté. « Tu quoi ? » Je secoue la tête posant ma main sur la front et je la passe dans mes cheveux. Je me retourne je suis dos à elle. Je respire doucement et je la regarde à nouveau. « Lou, je comprends pas, tu n'as pas vu Jason.. Tu as inventé tout ça, mais pourquoi ? » Je la regarde d'un air bête sans doute, mais je suis largué. Elle soupire doucement. « Tu ne comprends vraiment rien … Je … Enfin … Ce que je veux dire … C’est que … Un espoir détruit, réduit en miettes, ça fait mal … Bien plus mal qu’une rupture … Mal de l’intérieur … Enfin bref … Tu peux détacher ma roue maintenant ? Je veux aller nettoyer ma chambre … » Elle a raison je ne comprends rien, ou c'est parce que je ne veux pas comprendre ? c'est quoi cette histoire d'espoir détruit et de rupture ? Parle-t-elle de moi ? Je ne pense pas, ça doit être autre chose, mais je ne sais pas quoi. Mais il faut dire que tout ce qui s'est passé avec Charlie s'est envolé. Elle qui revient en ville, ma paternité.. Tout ça me semble si loin, il n'y a que Lou qui m'intéresse et je veux savoir vraiment ce qu'il y a. Je m'approche d'elle, je veux pour me baisser et je me souviens qu'il y a quelques minutes, je me suis fait hurler dessus, du coup je reste debout me contentant de la regarder. « Ta chambre peut attendre je pense. Puis je vais encore être le méchant de service, je le sais. Mais tu resteras coincé ici, tant que tu ne m'auras pas exactement dit ce qu'il se passe. C'est quoi cet espoir détruit ? C'est à cause de moi ? J'ai dit ou j'ai fait quelque chose qui ne t'a pas plus ou quoi ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Mer 7 Juin - 10:44


Discussion électrique

Louandre


Il ne comprend rien. Et je n’ai plus la force de me battre, d’hurler. Surtout que j’ai toujours aussi mal à l’intérieur, si ce n’est plus que tout à l’heure. Je ne veux pas comprendre pourquoi je ressens cette jalousie. Tout au fond de moi, je le sais déjà, mais je ne peux me l’avouer. C’est bien pour cette raison que je parle d’espoir brisé. Comment avais-je pu espérer qu’il m’aimerait d’une façon ou d’une autre ? Je n’ai fait que lui pourrir la vie, l’envoyer bouler jours après jour. Et puis, qui pourrait supporter de vivre avec quelqu’un incapable de marcher ? Personne. Et même si c’était le cas, s’il voulait des enfants, comment je ferais. Je ne pourrais pas courir avec les enfants, allé les mettre au lit, faire tout ce qu’une maman doit faire. Alors oui, c’est idiot, mais je ne fais rien de plus. Je ne dis rien de plus. De toute manière, je ne suis même pas certaine de ce que je ressens. Ni ce que lui pense à mon égard. Alors, une fois mon petit monologue terminé, je baisse les yeux. J’ai juste envie de retourner dans ma chambre, de tenter de nettoyer le vase que j’ai cassé tout à l’heure, et de dormir. Je ne veux plus rester dans la même pièce que lui pour aujourd’hui, c’est trop douloureux. En entendant ses pas, je relève la tête. Enfin il vient détacher ma roue … Ce n’est pas trop tôt ! Mais dès qu’il prend la parole, sa première phrase me fait redescendre bien vite, le peu d’espoir qui était arrivé. Pourquoi ne veut-il pas me détacher ? Au moins, il pourrait reprendre sa soirée tranquillement ! Peut-être même aller voir d’autres personnes, vu que c’est son jour de repos. Pourquoi veut-il à tout prix savoir ? Il ne voir donc pas que je suis abattue, que je suis fatiguée de me battre, que je n’en peux plus ? Secouant la tête, je soupire bien correctement, dès qu’il a fini ses questions. « Tu ne comprends vraiment rien … » Même s’il faut bien avouer que c’est également mon cas … Enfin je comprends simplement juste que j’éprouve une jalousie maladive, que je n’arrive pas à l’imaginer avec quelqu’un d’autre. Mais pourtant, je n’ai pas le droit d’éprouver ce genre de chose, car je ne suis que sa patiente. Avalant difficilement ma salive, je regarde ailleurs. C’est trop dur de lui expliquer … Mais ce silence est peut-être bien pire … Retournant la tête, je le regarde de nouveau. « Tu veux savoir ? Il y a que … Ce que je veux dire c’est … » Mais je ne trouve pas les bons mots. Aussi, je sais ce que je vais devoir faire. « Baisse-toi s’il te plait. » Une fois qu’il l’a fait, j’avance un peu mon buste. Peut-être que les mots, il ne veut pas les entendre. Mais qui sait, il comprendra peut-être mieux les gestes ? Posant mes mains sur ses joues, je pose mes lèvres sur les siennes. Un baiser rapide, rien de bien romantique ou passionnel. Juste pour lui montrer. Me reculant, je détourne les yeux, les joues rouges. « Pas très rapide à comprendre pour un militaire .... Maintenant, tu peux m’enlever le fil s’il te plait ? Je t’ai expliqué ce qui se passait … » Je sens le rejet et je crois que je ne pourrais pas le supporter. Mon cœur commence doucement à souffrir, saignant un peu plus à chaque battement. La vie risque d’être un peu plus compliquée, maintenant que ce baiser a été échanger.




Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 7 Juin - 22:24


Discussion électrique

Louandre


J'étais debout devant elle et je venais pour la énième fois de jouer les méchants de service. J'avais croiser les bras pour lui parler et pour lui dire qu'elle ne bougera pas de là tant qu'elle ne m'aura pas tout expliquer correctement ! Elle soupire. « Tu ne comprends vraiment rien … » Je fronce les sourcils, ça elle l'avait déjà dit. « Je sais ! J'ai compris, que je ne comprenais rien alors explique-moi s'il te plait.. » Ma phrase n'avait peut-être pas trop de sens, mais peu importe, quand je suis énervé, sur les nerfs ou anxieux, je parle sans réfléchir. Cette phrase en était la preuve vivante ! « Tu veux savoir ? Il y a que … Ce que je veux dire c’est … » J'attendais qu'elle me dise ce qui avait vraiment. Car oui le fait que je ne comprenne rien était une chose, mais elle n'était pas dans cet état à cause de ça. Beaucoup de gens ne comprennent rien et ils n'ont pas de soucis.. Si ? « Baisse-toi s’il te plait. » Bon, la c'était moi qui était largué, elle me hurle dessus car je me mets à sa hauteur et là que je suis debout, elle veut que je sois à sa hauteur. Je ne dis rien, pour ne pas m'attirer ses foudres et je m’exécute. Je m'accroupi doucement et je suis pile poil à sa hauteur et je la regarde dans les yeux, je n'ai pas besoin de baisser la tête et elle de la lever. J'attends qu'elle me dise ce qu'elle a me dire, mais elle ne veut pas parler. C'est un autre langage qui l'anime. Elle avance un peu son buste et j'ouvre un peu la bouche me retenant de lui dire de faire attention. Lou m'attrape le visage de ses mains et mon coeur bat de plus en plus fort. Pour être honnête je pensais qu'elle allait me parler, me dire quelque chose d'important ou me crier dessus. Me dire "mais libère ce fauteuil pour que je puise me barre d'ici et ne plus voir ta tête Léa" C'est possible, avec tous les coups qu'elle m'a fait. Cela aurait pu être une de ses phrases... Mais non, elle s'avance un peu plus vers moi et pose ses lèvres sur les miennes. Ce n'est pas un long baiser, mais il était bien, il était parfait. Je prends le temps de fermer les yeux et de me laisser faire et je ne les ouvre que quand elle reprend la parole. « Pas très rapide à comprendre pour un militaire .... Maintenant, tu peux m’enlever le fil s’il te plait ? Je t’ai expliqué ce qui se passait … » Je souris timidement et vu que je suis à terre j'en profite pour lui enlever ce fil qui coince la roue de son fauteuil. Je me relève doucement. « Tu es libérée maintenant... » Je ne dis rien de plus car une millions de pensés se bousculent dans ma tête. J'ai envie de lui parler de Charlie, de cette fille que j'ai, mais je ne veux pas me risquer de la perdre... « Lou ? » J'attends de capter son regard et d'avoir son attention avant de reprendre la parole. « J'aimerais... Je veux dire tu voudrais... Non.. Tu serais.. » J'inspire profondément. « Tu voudrais sortir avec moi ? » Je la regarde me mordant la lèvre inférieur et je reprends un peu bégayant. « Pas sortir comme Léandre l’auxiliaire de vie et Lou la patiente.... Mais en tant que personne... Léandre et Lou tout simplement.. Moi, le pauvre mec qui n'arrête pas de parler et toi, la jolie blonde qui me fait sourire... Tu sais sortir, pas comme un couple... Mais peut-être, enfin si tu veux... Une sorte de rencard, de rendez-vous... » Je soufflais et j'arrêter de parler. J'avais l'impression de m'enfoncer, il y avait quelques moment de blanc dans mes phrases, j’espérais qu'elle me coupe la parole pour me sortir de là, mais elle n'en fit rien.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Dim 11 Juin - 1:27


Discussion électrique

Louandre


Ce baiser est quelque chose d’indescriptible. J’aurai besoin de tout comprendre réellement, que ça soit dans mon esprit ou en général, pour pouvoir profiter pleinement de ce rapprochement. Alors oui je ne lui laisse pas le choix, mais il n’y a pas de mot exact pour exprimer ce que je ressens, ce que je pense. Ou du moins, je ne les trouve pas. Fermant les yeux, je me recule avant de prendre la parole. Je m’avoue vaincu, j’ai craqué, je lui ai expliqué … Je veux juste qu’il m’enlève ce fil pour que je puisse retourner dans ma chambre, pour nettoyer le vase que j’ai brisé. Ça risque d’être compliqué, mais ça ne fait rien. Je veux juste fuir et ne pas affronter sa réaction. Mais avec ce fil qui est bloqué dans ma roue, je ne peux pas le faire. Il défait le fil, et me dit que je suis libre. Et là, je me dis que j’ai perdu … Il n’a pas compris. Ou il a compris, mais ne veut rien savoir de plus. Le rejet. Voilà, c’est ça, je ressens cette douleur, comme s’il venait de me rejeter. J’aurai presque envie de pleurer, mais je crois que j’ai épuisé mon stock de larmes. Alors que je m’apprête à faire demi-tour, sa voix m’interpelle. Je pourrai l’ignorer, mais je ne le fais pas. Relevant légèrement les yeux, je me dis qu’il va me dire que c’est une horreur. Je l’écoute bégayer. Et mon cœur bondit pour une raison inconnue, lorsqu’il me parle de sortir tous les deux, mais en enlevant nos deux carapaces. J’aimerai l’aider, mais je ne sais pas quoi répondre. Alors je le laisse terminer, avant qu’un silence s’installe. Avalant difficilement ma salive, je ne sais pas quoi répondre … « Oui pourquoi pas mais … » Mais quoi ? Essayant de regrouper mes pensées, je ferme les yeux pour pouvoir choisir les bons mots. Je ne veux pas dire quelque chose qui pourrait être mal interprétés et qui surtout, gâcherait ce moment si magique. Magique est-ce réellement le bon mot ? Ouvrant les yeux, je le regarde de nouveau. « Oui enfin si tu n’as pas … peur … des regards. Et pas dans un endroit avec trop de monde, je n’ai pas envie de paniquer … Enfin tu comprends … » C’est à mon tour d’avoir du mal à parler, de bégayer. Mais en même temps, je sais qu’il voit de quoi je parle. Même si j’accepte ce rendez-vous ( ?), il n’empêche qu’il reste mon auxiliaire de vie et sait donc ce qui me terrorise. Et la foule est quelque chose qui le fait très rapidement. Tout comme Léandre sait parfaitement que je déteste les regards que les habitants peuvent me lancer. Ça me fait plaisir dans le fond, même si je ne l’avouerai pas, de ne pas communiquer avec lui par des piques. « Par contre, je dois nettoyer avant … » Je ne préfère pas m’étendre sur le sujet, il faudrait que je me justifie. Allant dans la cuisine, j’arrive à attraper tant bien que mal, le balai. Me dirigeant jusqu’à ma chambre, je n’arrive malheureusement pas à le passer. « M*rde ! » Ca m’énerve ! Si je pouvais marcher, je me serais accroupie et j’aurai ramassé. Mais ça, c’est du passé. Comment je vais pouvoir faire maintenant ?!




Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mar 13 Juin - 21:32


Discussion électrique

Louandre


Ses lèvres qui touchent les miennes j'aurais souhaité figer cet instant pour pouvoir le vivre à jamais. Cela m'a paru trop court. Ce n'était pas un baiser d'amour, passionnel, langoureux, mais juste un baiser timide. Comme les premiers qu'on fait quand on est encore jeune... Mais il était divin. J'ouvre les yeux quand j'entends le son de sa voix et je me sens un peu perdu, je l'aide à détacher sa roue, du moins à enlever ce fil qui s'est coincé dedans. Je ne parle pas pendant que je la débloque. Je ne sais pas quoi lui dire. Je finis par l'avertir quand elle peut circuler comme elle le veut maintenant. Mais je l'interpelle avant qu'elle ne puisse partir. Et elle me regarde. Je me lance dans une sorte de monologue, ou j'essaie tant bien que mal de l'inviter à sortir, mais j'ai beaucoup de mal. Je me perds dans mes mots, je bégaie. J'ai l'impression d'avoir quinze ans et d'invité une fille pour la première fois. Je ne suis pas de nature très timide, mais Lou me fait perdre les moyens et ça a toujours et comme ça. Elle m'a toujours un peu perturbé, ne sachant jamais comment réagir face à elle... Je finis après quelques minutes a lui demander de sortir avec moi. Un rencard, pas juste une sortie ou "je la promène", une sortie ou je suis Léandre, et pas son auxiliaire de vie. J'attends sa réponse ne la lâchant pas du regard. « Oui pourquoi pas mais … » Mon coeur se brise quand j'attends son "mais" est ce que je ne lui plais pas ? Pourtant c'est elle qui m'a embrassée, ce n'est pas moi... « Mais ? » Je reprends doucement son "mais" en penchant quelque peu la tête. « Oui enfin si tu n’as pas … peur … des regards. Et pas dans un endroit avec trop de monde, je n’ai pas envie de paniquer … Enfin tu comprends … » Je me mords doucement le lèvre, quand je l'entends dire oui. Je suis content, mais j'essaie de ne pas trop le montrer, je ne veux pas lui faire peur ou la faire changer d'avis. « Oui bien sûr, ce que tu voudras ! » Je lui souris, mais je vois qu'elle n'est pas des plus heureuse. Puis elle se retire dans sa chambre. « Par contre, je dois nettoyer avant … ». Je ne dis rien, j'hoche seulement la tête. Je la suis du regard et quand je vois les difficultés qu'elle a à prendre le ballais, je veux l'aider, mais je me retiens, elle a peut-être envie de faire ça seule. Je la laisse faire et j'ouvre le frigo pour me faire un sandwich. Mon pain, beurre de cacahuète banane est prêt ! Je vais pour croquer dedans quand j'entends Lou jurer. « Mxrde ! » Je soupire et je me lève croquant une bouchée de mon sandwich et je vais dans la chambre de Lou. Je mange une seconde bouchée et je pose mon encas sur la commode. « Laisse, je vais le faire. » Je lui souris et je ne lui laisse pas le choix. Je ramasse les débris et je jette tout, puis je m'assois sur son lit. « Tu peux me dire ce qui s'est passé avec ce vase ? Il est tombé seul ou tu l'as un peu aidé ? » Lui dis-je en souriant.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Mer 14 Juin - 16:16


Discussion électrique

Louandre


Je fuis le salon bien vite, prétextant devoir aller nettoyer ma chambre. Bon j’avoue que ce n’est pas qu’un prétexte, mais j’ai besoin de réfléchir calmement et je ne peux pas le faire s’il est là. Et je sais que lorsque je n’étais pas encore dans ce fauteuil, ça me détendait de passer le balai. Sûrement parce que je ne pouvais pas le faire souvent et donc ce n’était pas une tâche ménagère pour moi. Attrapant dans la cuisine, je mets quelques minutes mais finalement, j’arrive à le prendre en main. Roulant jusqu’à ma chambre, je commence à vouloir nettoyer. Mais j’ai beau y mettre autant d’envie et de bonne volonté, il n’y a rien à faire. Je n’y arrive pas et ça me fait mal de le remarquer. Et c’est ainsi que de nombreuses questions viennent frapper à mon esprit. Comment peut-il s’intéresser à moi ? Ce n’est pas possible ! Et s’il ne m’avait invité à sortir que par pitié ? Fermant les yeux, je me retiens de pleurer. Finalement, il faudrait peut-être que je refuse … Je ne voulais pas qu’il agisse par pitié. Et même si ce n’était pas le cas, comment pouvait-il supporter les regards ? Moi j’y étais habituée, mais pas lui … Pas en tant que Léandre. Comment allait-il réagir lorsqu’il entendra tous les commentaires que les habitants peuvent faire ? Entendant ses pas, je me dis qu’il vient encore à mon aide. Comme toujours … Du coin de l’œil, je le vois poser un sandwich sur la commode de ma chambre. J’essaye de mettre de côté mes doutes, mais ce n’est pas chose facile … Je le laisse prendre le balai. De toute façon, je n’y arrive pas moi-même. Je le regarde ramasser les morceaux du vase et je ne peux m’empêcher d’éprouver une pointe de jalousie. Léandre va ensuite s’asseoir sur mon lit. Est-ce qu’il veut annuler ? Je comprendrais tout à fait. Finalement, c’est pour parler du vase heureusement. Détournant un peu les yeux, je me dis que je ne vais peut-être pas lui dire la vérité. « Hum … Il a peut-être eu un peu d’aide ... » Je fais un petit sourire, légèrement gêné. Je ne lui ai pas dit toute la vérité, lui laissant le loisir d’imaginer ce qu’il veut. Serrant mes mains l’une contre l’autre sur mes jambes, je n’ai pas envie de retenir ce que je pense. J’ai tellement de doute … Tellement peu confiance en moi … « Léandre ? » Ok ce n’est peut-être pas le meilleur moyen de commencer, surtout que je n’ose pas le regarder dans les yeux. Mais je ne veux pas qu’on parte en rendez-vous, si on peut dire ça ainsi, avec des mensonges entre nous. « Je … Je ne veux pas que tu m’invites par pitié … Enfin, surtout que tu n’es pas habitué aux commentaires, que les gens peuvent faire … Je sais que tu penses que ça sera pareil que quand on sort en auxiliaire de vie …Mais non, ce n’est pas le cas. Je ne veux pas que tu es honte de venir avec moi … » Je m’exprime mal, n’arrivant pas réellement à dire ce que je pense. Et pourtant, ça me parait clair. Je ne veux pas qu’il se force pour moi … Levant la main pour qu’il ne m’interrompe pas, j’inspire pour reprendre. « Ce que je veux dire, c’est que je ne veux pas que tu fasses ça, parce que j’ai fait une crise de nerfs tout à l’heure … J’ai réagi avec excessivité et j’en suis désolée … Puis je n’avais pas à réagir comme ça, car, tu fais ce que tu veux de ta vie privée … Et puis, pour le baiser, tu peux l’oublier hein … Surtout que tu ne m’avais pas donné ton accord … Puis être avec quelqu’un en fauteuil, ce n’est pas super … Enfin pas que tu veuilles être avec moi ! » Je m’embrouille dans mes mots. Mais je ne sais pas quoi lui dire … Je n’ai plus aucune confiance en moi. Détournant les yeux, je joue nerveusement avec un fil qui dépasse de mon jean. Finalement j’aurai mieux fait de me taire …






Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Jeu 15 Juin - 13:56


Discussion électrique

Louandre


Je lui demande si elle veut bien sortir avec moi, si elle accepterait un rendez-vous, un rencart... Elle me dit que oui, mais je la sens quand même réticente. Elle a peur du regard des autres. Mais je n'en parle pas, puis elle s'en va pour nettoyer sa chambre. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais je la laisse faire. Je sais que si je lui dis que je vais le faire, elle va me répondre que non, qu'elle est assez grande. Qu'elle est peut-être en fauteuil, mais pas empotée ! Je me prépare donc un casse croûte, car j'ai faim. J'ai tout le temps faim, un vrai ventre sur patte. Puis je l'entends jurer. Je vais jusqu'à sa chambre et je ramasse les dégâts. Je ne veux pas faire les choses à sa place, je veux qu'elle essaie seule et si elle n'y arrive pas, je l'aide. C'est mon travail.. Même si pour moi, ça a dépassé, le stade du travail depuis bien longtemps... Je me suis rendu compte que je tenais à elle quand nous sommes allé au Bloomfest et que son ex copain est arrivé, j'ai senti cette pointe de jalousie en moi. Ca ne pouvait signifier qu'une chose... Puis quand elle me parle de ce satané Jason, je vois rouge. Je ne l'aime pas et je n'aime pas les imaginer tous les deux ! Une fois le vase, du moins ce qu'il en reste, ramassé, je m'installe sur son lit et je lui demande ce qu'il s'est passé, pour que le vase soit dans un tel état. « Hum … Il a peut-être eu un peu d’aide ... » Je ris à sa remarque. Je ne lui demande pas plus d'explication, est ce qu'il est tombé par accident ? Est ce qu'elle a fait ça volontairement ? Dans tous les cas, le vase est cassé, alors ça ne sert à rien de s'attarder la-dessus. Je pose mes mains sur le lit pour m'aider à me lever, quand elle m'appelle. « Léandre ? » Je me stoppe dans mon élan, restant assis. « Oui, Lou ? » Lui dis-je simplement. Ses yeux regardent ailleurs, elle ne me regarde pas et j'ai comme un pré-sentiment. « Je … Je ne veux pas que tu m’invites par pitié … Enfin, surtout que tu n’es pas habitué aux commentaires, que les gens peuvent faire … Je sais que tu penses que ça sera pareil que quand on sort en auxiliaire de vie …Mais non, ce n’est pas le cas. Je ne veux pas que tu es honte de venir avec moi … » Je fronce les sourcils, ne me connait-elle pas depuis le temps ? Je veux pour lui répondre, mais je n'ai pas le temps d'ouvrir la bouche, qu'elle me fait signe de la laisser continuer. Mes mains s'appuient sur mes genoux et je l'écoute avec attention. « Ce que je veux dire, c’est que je ne veux pas que tu fasses ça, parce que j’ai fait une crise de nerfs tout à l’heure … J’ai réagi avec excessivité et j’en suis désolée … Puis je n’avais pas à réagir comme ça, car, tu fais ce que tu veux de ta vie privée … Et puis, pour le baiser, tu peux l’oublier hein … Surtout que tu ne m’avais pas donné ton accord … Puis être avec quelqu’un en fauteuil, ce n’est pas super … Enfin pas que tu veuilles être avec moi ! » Je la vois qu'elle s'en mêle les pinceaux toute seule. Elle me plait et je veux vraiment être avec elle, avec ou sans jambes ! Je soupire, est ce qu'elle regrette ce baiser ? Je suis face à elle sur le lit, elle est proche de moi, assez proche pour que je puisse la toucher et je lui parle. « Toi, tu as envie d'être avec moi ? » Je la regarde, je cherche son regard et quand elle va pour me répondre, je pose mon index sur ses lèvres. « Shhht... Ne réponds pas. Pense à cette question, écoute ce que j'ai à te dire et après tu répondras. Ok ? » J'enlève mon doigt de sa bouche et je me retiens de  l'embrasser. « Je sais ce que tu ressens, je ne t'ai jamais pris en pitié. Il faut que tu le saches ! Je sais ce que ça fait d'être à ta place, d'avoir ce regard sur soi. Je m'en moque, j'y suis habitué, c'est juste de la curiosité, savoir ce qui est arrivé. Je veux être avec toi Lou ! ... Pour tout avouer... Enfin.. » Je souffle et passe une main sur mon visage, puis dans mes cheveux, cherchant le courage de lui dire. « Tu sais, enfin j'en ai parlé tout à l'heure, j'étais dans l'armée.. J'ai eu un grave accident et je suis resté en fauteuil pendant près d'un an. J'étais fiancé à cette époque là et Linden m'a quitté car elle ne voulait pas d'un handicapé et que j'avais mérité ce qu'il m'arrivait... » Ma gorge se serre, j'ai toujours eu du mal à parler de cette partie de ma vie, ou j'étais assez dépressif... « Je connais ces regards, mais j'ai appris que qui que tu sois, tu es regardé... Alors je n'en ai rien à faire qu'on nous regarde... D'ailleurs je veux qu'on nous regarde, car j'ai envie que les saches que je suis avec toi... Je veux qu'ils voient la chance que j'ai de sortir avec la plus belle femme de la Nouvelle-Ecosse ! » J'avais fini de parler, je baissais les yeux un instant, puis je la regarde en train de digérer toutes ses informations. « Puis pour le baiser, je ne veux pas l'oublier ! Maintenant si tu n'es pas prête pour qu'il y est "un nous", je peux comprendre et je peux attendre... Puis tu peux parler maintenant... » Je ris légèrement à ma remarque qui l'invite à s'exprimer sur tout ce que j'avais à lui dire. Même si je dois avouer, c'est plus un rire nerveux...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Jeu 15 Juin - 18:35


Discussion électrique

Louandre


J’ai dit tout ce que j’avais sur le cœur, les peurs que j’avais. Ce n’est peut-être pas la bonne chose à dire, mais j’ai la phobie du regard des autres depuis l’accident. Alors, je veux le prévenir que ça sera largement différent de ce qu’il a l’habitude. Les gens sont méchants dans leurs propos. Et surtout, dans ce que je dis, je ne veux pas qu’il fasse ça par pitié. Personnellement, je l’ai embrassé parce que j’en avais envie … Plus j’y repense, plus je sais que c’est parce que j’éprouve quelque chose pour lui depuis un moment maintenant … Mais si ce n’est pas son cas, je veux qu’il l’oublie …« Toi, tu as envie d'être avec moi ? » Je le fixe avec des yeux ronds. Bien sûr ! Enfin je crois … Peut-être que ça n’en donne pas l’impression mais pourtant bien sûr que oui. Je m’apprête à lui répondre mais son index se pose sur mes lèvres, m’empêchant de le faire.  « Shhht... Ne réponds pas. Pense à cette question, écoute ce que j'ai à te dire et après tu répondras. Ok ? »Hochant simplement  la tête, j’ai peur de ce qu’il va me dire. Et s’il m’annonçait qu’il aurait aimé mais qu’il ne mélangeait pas vie privée et professionnelle ? Il écarte sa main de mon visage et je me retiens de dire quelque chose. Après tout, il m’a demandé de ne lui répondre que quand il aura fini. « Je sais ce que tu ressens, je ne t'ai jamais pris en pitié. Il faut que tu le saches ! Je sais ce que ça fait d'être à ta place, d'avoir ce regard sur soi. Je m'en moque, j'y suis habitué, c'est juste de la curiosité, savoir ce qui est arrivé. Je veux être avec toi Lou ! ... Pour tout avouer... Enfin... » Oui les gens sont curieux, mais ils peuvent aller jusqu’à se montrer méchant. Et je ne veux pas qu’il subisse des moqueries ou quoi que ce soit d’autre, par ma faute. Mais que veut-il avouer ? Il passe une main dans ses cheveux après l’avoir fait sur son visage, ce qui me fait dire qu’il est nerveux. « Tu sais, enfin j'en ai parlé tout à l'heure, j'étais dans l'armée.. J'ai eu un grave accident et je suis resté en fauteuil pendant près d'un an. J'étais fiancé à cette époque là et Linden m'a quitté car elle ne voulait pas d'un handicapé et que j'avais mérité ce qu'il m'arrivait... » Je ne le savais pas … Ca n’a pas dû être évident. C’est vrai que pour ma part, j’ai de  la chance d’être célibataire. Enfin ça ne sera peut-être plus le cas bien longtemps. « Je connais ces regards, mais j'ai appris que qui que tu sois, tu es regardé... Alors je n'en ai rien à faire qu'on nous regarde... D'ailleurs je veux qu'on nous regarde, car j'ai envie que les saches que je suis avec toi... Je veux qu'ils voient la chance que j'ai de sortir avec la plus belle femme de la Nouvelle-Ecosse ! » Je ne peux que lever les yeux au ciel. Je suis loin d’être la plus belle femme du coin ! Mais j’avoue que ça me fait plaisir. « Puis pour le baiser, je ne veux pas l'oublier ! Maintenant si tu n'es pas prête pour qu'il y est "un nous", je peux comprendre et je peux attendre... Puis tu peux parler maintenant... » Il rit légèrement. Je ne sais pas quoi dire, quoi faire. Tout ce qu’il a dit, je l’ai entendu, je l’ai compris. Avalant difficilement ma salive, j’ai du mal à retenir mes larmes. Je me penche et attrape sa main. Tirant doucement dessus, j’essaye de lui faire comprendre que je veux qu’il s’approche. J’ai la gorge trop serrée pour pouvoir dire quelque chose.  Lorsqu’il est accroupi devant moi, je lâche sa main. Puis je m’avance comme je le peux à cause de la ceinture qui me maintient dans le fauteuil. Et puis, je passe mes bras autour de son cou, me serrant comme je peux contre lui. Les larmes dévalent mes joues, je ne peux pas les retenir. « Merci … Merci d’être … d’être toi tout simplement … » Je ne veux pas le relâcher, de peur que ce moment cesse. Pourtant, la position doit être inconfortable pour lui. Soupirant je me recule et regarde les traces sur son t-shirt. « Désolée pour ton t-shirt … » J’essuie mes larmes à l’aide de mes manches. Me forçant à inspirer profondément, je tente de lui sourire. « Je suis désolée pour ta fiancée … enfin, je devrais l’être mais finalement non … Sinon, tu ne serais pas là … » C’est égoïste mais je tenais à lui dire. Peut-être qu’il va mal le prendre, mais j’espère que non. Puis je repense à une phrase qu’il a dite et je relève les yeux vers lui. Attrapant sa main dans la mienne, je lui souris timidement. « Pour un ‘nous’ je vais avoir du mal … Après tout, je … ça fait tellement longtemps … puis je marchais encore … mais je veux essayer, si toi aussi et si tu penses avoir la patience pour m’aider et m’attendre, pour que je reprenne confiance sur ce point … »





Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 12/04/2017

▲ Age : 31
▲ Quartier Résidentiel : Domaine Arkadia avec Lou, ce n'est que pour le boulot !
▲ Occupation : Auxiliaire de Vie. Je passe mes journées à m'occuper de Miss Vizconde !
▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel !
▲ Cupidon : Je suis célibataire, il n'y a personne dans ma vie, en même temps, je reste et je vis avec Lou je dois m'occuper d'elle, j'ai pas le temps de chercher l'amour...
▲ Avatar : Greyston Holt
▲ Crédits : Shiya
AU SECOURS, J'AI LA TRENTAINE !
Mer 21 Juin - 21:27


Discussion électrique

Louandre


Je lui ai dis ce que je ressentais. Je me suis lancé dans un monologue ou je lui ai parlé de moi. Je lui ai tout raconté, l'armée, mon accident, Linden... Je ne suis pas rentré dans les détails. Elle doit s'en foutre de comment j'ai rencontré Linden, depuis quand j'étais avec elle ou encore, qu'est ce que j'ai fais quand elle est partie. Tout comme mon accident, ce qu'il s'est passé, si j'ai perdu des proches et mon année en chaise roulante. Elle voit bien que je suis assis devant elle que je vais bien, que je fais de la moto, donc elle se doute que tout s'est bien terminé pour moi. J'espère qu'elle aura aussi la chance de remarcher un jour, même si je dois avouer que je ne me suis jamais demandé comment elle s'est retrouvée dans ce fauteuil et si elle pourra en sortir un jour... Puis, qu'elle y reste ou pas, c'est secondaire pour moi, j'aime son état d'esprit, sa personnalité et pas son physique même si elle est magnifique ! Je finis par lui dire que j'ai envie qu'il y ait un "nous" que je veux que tout le monde me voit avec elle car je l'aime. Même si je ne lui dis pas que j'aime, pas encore, mais je lui fais un compliment. Elle est la plus belle femme de la Nouvelle-Ecosse, elle lève les yeux au ciel à ma remarque. Je voulais dire qu'elle était la plus belle du Canada, mais je voudrais pas qu'elle prenne la grosse tête non plus ! Une fois mon monologue terminé, je lui dis qu'elle peut prendre la parole et je ris jaune. Je stresse, j'ai peur qu'elle m'envoie balader, qu'elle a changé d'avis et que mes mots n'ont rien fait. Je la regarde, elle est en train de prendre en compte tout ce que je lui dis. Lou se penche doucement et attrape ma main, elle tire sur cette dernière. Je comprends alors qu'elle veut que je me rapproche vers elle, jusqu'à ce que je me mettre accroupi. Elle s'avance doucement et me serre dans ses bras. Je fais de même passant mes bras autour de sa taille, faisant attention de ne pas tomber. « Merci … Merci d’être … d’être toi tout simplement … » Je ne réponds pas je me contente de la resserrer un peu plus fort sans non plus lui faire mal et elle se recule de moi. Je me remets sur le lit. « Désolée pour ton t-shirt … » Je regarde le tee shirt qui est un peu mouillé d'eau salé. Je hoche les épaules. « J'en ai d'autres ne t'en fait pas. » Je lui souris. Il faut dire que ses larmes c'est la plus belle chose que j'ai eu sur mon tee-shirt si je dois comparé, au sang que j'ai déjà eu ou aux taches de nourritures... « Je suis désolée pour ta fiancée … enfin, je devrais l’être mais finalement non … Sinon, tu ne serais pas là … » Je baisse le regard et je me gratte le derrière de la tête. Je ne sais pas trop quoi lui répondre. Puis je lève les yeux en sa direction. « Je suis content aussi qu'elle m'ait quitté, sinon je ne t'aurais pas rencontré... » Je souris timidement, je sens que mes joues deviennent un peu rose, j'espère qu'elle ne le remarquera pas. On se sourit bêtement, comme deux ados qui viennent de s'embrasser, comme si, ni l'un, ni l'autre n'a eu de petits amis avant... Puis elle me prend la main et je serre doucement la sienne. « Pour un ‘nous’ je vais avoir du mal … Après tout, je … ça fait tellement longtemps … puis je marchais encore … mais je veux essayer, si toi aussi et si tu penses avoir la patience pour m’aider et m’attendre, pour que je reprenne confiance sur ce point … » Je l'écoute et avec mon autre main, je la pose sur sa joue. Je la regarde dans les yeux. « Bien sûr que je le veux. Je t'attendrais le temps qu'il faudra. Puis si tu veux pas sortir, c'est pas grave, on se fera des séries sur netflix ou on ira au Drive In pour regarder les nouveaux films. On commandera dans les restos et on mangera dans la maison ou dans un endroit, ou on sera seuls ! Je ne veux pas que tu changes pour moi, j'aime la Lou que tu es actuellement. Je ne veux pas que tu changes. Je t'aime comme ça... » Je me rends compte de ce que je viens de lui dire. Je n'ai quand même dit que je l'aimais. J'ai peur. Je ne l'ai jamais dis aussi tôt, puis pas le premier, jamais le premier ! J'ai peur qu'elle se braque, d'avoir tout perdu. Je ne sais même pas si je l'ai dis à haute voix ou juste pensé. Je reste là devant elle ma main sur son visage, puis je l'embrasse. J'en avais tant envie. C'est pas comme tout à l'heur, c'est un baiser plus passionné. Plus long. Je me décolle doucement d'elle et j'attends sa réaction, que ce soit sur le baiser ou sur le fait que je lui ai dis que je l'aimais. Même si j'espère au fond de moi, qu'elle n'en tiendra pas compte et que je n'ai pas tout gâché...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
▲ Messages : 292
▲ Inscription : 06/04/2017

▲ Age : 27
▲ Quartier Résidentiel : Domaine d'Arkadia, avec mon auxiliaire de vie, Léandre.
▲ Occupation : Je ne travaille pas.
▲ Identité Sexuelle : Je suis bisexuelle, bien que je n'ai jamais eu de relation avec une femme.
▲ Cupidon : Je suis célibataire, et je ne pense pas que ça changera d'ici là. Etant en fauteuil, j'ai du mal à m'accepter. Alors qui pourrait bien le faire, si déjà moi-même, je ne me supporte pas? Et pourtant, il commence à me faire éprouver de la jalousie, à hanter mes pensées ...
▲ Avatar : Laura Vandervoort.
▲ Crédits : Moi-même (avatar+signa) et Tumblr (gifs).
GRANDIR, C'EST DEVENIR RESPONSABLE.
Ven 23 Juin - 10:46


Discussion électrique

Louandre


J’ai écouté tout ce qu’il m’a dit avec attention. Je ne m’attendais pas à ce qu’il se livre de la sorte, même s’il ne va pas dans les détails. Il ne faut pas oublier que depuis qu’on se connait, je ne suis pas très sympathique avec lui, mais je m’en rends compte que maintenant. Et pourtant, pourtant, malgré mon mauvais caractère et comportement envers lui, il a réussi à m’apprécier. Appréciant plus que je ne le devrais surement ses bras autour de ma taille, je me recule pourtant et essuie mes larmes de mes manches, avant de m’excuser pour son t-shirt. Il me rassure en me disant que ce n’est rien. Son sourire me réchauffe doucement. Même si je parais égoïste, je préfère lui signaler que je suis contente que sa fiancée ne soit pas restée avec lui. C’est méchant, je n’en doute pas, mais je préfère être honnête, plutôt que de le dire sur un coup de tête, une autre fois. Je vois qu’il est gêné parce que j’ai dit, aussi, je baisse les yeux, me sentant honteuse. J’aurai mieux fait de garder ça pour moi ! Sa réponse me fait relever la tête brusquement. Je vois bien qu’il a les joues légèrement rouges, mais je ne peux m’empêcher de trouver ça mignon. Lui souriant, je suis heureuse qu’il ne me tienne pas rigueur de ce que j’ai dit. Attrapant sa main dans la mienne, je tente de lui expliquer ce que je ressens pour construire un ‘nous’. J’ai peur que ça soit compliqué, qu’il n’est pas la patience d’attendre. Du moins, il le fera peut-être au début, mais après ? Il se lassera … Sa main se pose sur ma joue, et je frissonne doucement. J’ai peur de ce qu’il va dire, pourtant, je ne le quitte pas du regard. J’aurai envie de pleurer face à ce qu’il me dit. Il est prêt à m’attendre, à s’adapter à mes besoins. Enfin ça, il le fait déjà, mais c’est complètement différent … Sa dernière phrase est sûrement celle que je retiendrai le plus. Le regardant avec des yeux ronds, je me demande si j’ai rêvé. Sûrement. Il n’a pas pu me dire réellement ça ?! Si ? Ses lèvres se posent sur les miennes, pour échanger un tout autre baiser que celui de tout à l’heure. Fermant les yeux pour en profiter au maximum. Lorsqu’il s’écarte, je e peux m’empêcher de trouver que c’est passé trop vite. Je le regarde et mets sûrement quelques minutes pour me remettre de mes émotions. Pourtant, même si je suis toujours perdue, je ne le quitte pas du regard. Toutes mes pensées tournent tellement vite ! Et pourtant, je dois bien lui répondre, je ne peux pas le laisser une déclaration pareille sans réponse. « Je … Moi aussi. Depuis un moment je crois ...» J’ai les joues rouges, et je lui souris timidement. Je l’ai déjà dit ‘je t’aime’, mais c’était bien différent. Je crois même que ce n’était pas des sentiments aussi forts. Serrant sa main, je pose l’autre sur son genou timidement. Les gestes attentionnés, ça va être quelque chose de compliqué, mais je pense qu’il le sait. « Tu sais que ça sera plus compliqué certains jours que d’autre … Et … J’ai … j’ai peur que ces jours-là, tu veuilles partir … Que … que ça soit trop pour toi … » Je parle des jours où il y a les douleurs fantômes. Les jours où je n’en peux plus d’être dans ce fauteuil, d’être dépendante ! Je sais qu’il a compris de quoi je parlais, mais je veux lui montrer que j’ai peur. Peur de le perdre tout simplement, si on s’engage dans un ‘nous’, même avec le temps … Serrant son genou, je retire ensuite ma main, pour ne pas l’incommoder. « Bon, tu voulais aller quelque part, ou rester à la maison, Léa ? » Je lui lance un sourire innocent. Après tout, c’est lui qui a dit qu’il aimait comme je suis actuellement. Autant lui montrer que je peux rester la même. Et pourtant, cette fois-ci, quand j’utilise ce surnom, il n’y a aucune colère dedans. Juste une envie de rire, mais je me retiens. Je ne veux pas qu’il pense que je me moque de lui.





Espoir perdu, rêve oublié, forment une vie dépassée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Discussion sur la non nécessité pour un panda air d'être cc
» Soirées à thèmes, discussion
» Consommation électrique
» Discussion générale codex Nécron
» Four et plaque électrique frigidaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Domaine Arkadia :: Residence-
Sauter vers: