AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Durant les grandes vacances, le forum est en baisse d'activité, rassurez-vous il ne ferme pas. En septembre un recensement sera mis en place. Passez de bonnes vacances !

Encore un matin ... (avec Tyler)

 :: Heatherfield :: Riverwylde :: Galloping Stables Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 13/04/2017
▲ Quartier Résidentiel : Au haras avec ma mère
▲ Occupation : étudiante
▲ Identité Sexuelle : hétérosexuelle
▲ Cupidon : Tyler, l'homme de ma vie, pour le moment je n'en ai parler à personne le bon moment ne s'est pas encore présenté, mais à jamais je serais à ses côtés

▲ Avatar : Lucy Hale
▲ Crédits : cranberry
grandir, c'est devenir responsable.
Sam 15 Avr - 0:15


Encore un matin...






Le réveil sonna. Il affichait 6H30. Je ne devais pas traîner, le matin était beaucoup plus chargé que l'après-midi. Mes cheveux rassemblés en queue haute, mes affaires d'équitations enfilées, je n'avais plus qu'à manger quelque chose avant de descendre à l'étage du dessous pour aller voir mon pensionnaire préféré. Je me rendis dans la cuisine machinalement remplie la gamelle de Jumper vérifia qu'il avait de l'eau. Il était encore endormi dans son panier. La veille au soir, j'étais rentré assez tard. J'étais venue nourrir Crack et Nevada puis une dernière caresse avant de prendre la voiture pour rejoindre Tyler. Je ne l'avais pas vu de la journée et avais peur qu'il soit endormi. La situation n'était pas simple avec Tyler. J'avais sans cesse peur de le déranger de l'importuner et pourtant, c'est mon petit ami. Mon fiancé même. Mais depuis l'accident et l'alcool... J'étais resté jusqu'au moment où Morphée était venu le chercher. J'avais une clef de son appartement. Ce matin, j'étais fatigué moralement, Tyler n'avait pas été très agréable hier et j'étais parti un peu déçu de ma visite. Cela ne m’empêcha pas d'enfiler la magnifique bague qu'il m'avait offerte lors de sa demande en mariage. Un verre de lait et un muffin puis mes bottes au pied, je descendis les escaliers. Un hennissement m'accueillit. Crack on me, mon cheval. Je pris la direction de la sellerie et confectionnai un seau de nourriture pour mes deux chevaux. Arrivé au box de Nevada, je lui donnai sa ration, la caressai et parti vers Crack. "Salut toi !" . Je lui versai sa ration dans la mangeoire et attrapai un bouchon. Tout en le brossant, je lui racontai ma journée et ma soirée d'hier. Peut être est-ce un peu trop de parler à son cheval, mais j'adore ça.
Ma mère passa me dire bonjour, et me demander des nouvelles, je fus étonné d'apprendre qu'il était déjà 8H00. En me dirigeant vers la sellerie, je lui lançai "Je vais utiliser la carrière pendant un bonne heure."
Armer de mes affaires , longe , selle , filet, et autre, j'harnachais Crack et commençai à me diriger vers la carrière.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 32
▲ Inscription : 13/04/2017

▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel
▲ Cupidon : Azalée, elle est tout ce qu'un homme peut rêver. Elle est toujours là pour moi malgré ce que je lui fait vivre au quotidien. Cependant, nous sommes un secret, un secret bien gardé mais jusqu'à quand ?
▲ Avatar : Ian Harding
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
grandir, c'est devenir responsable.
Lun 17 Avr - 21:28


Encore un matin...






Rien ne va. Pourquoi ? Car j'ai changé, car elle a changé, car nous avons tous les deux changer. Tout est devenu si compliqué en si peu de temps. Elle a tout fait pour me sortir la tête de l'eau mais je ne lui ai jamais accordé ne serait-ce une attention. Je ne faisais à peine attention à son aide, sûrement par fierté, je voulais m'en sortir seul. M'en sortir seul, la grosse blague, je n'y arriverais jamais. J'ai besoin d'elle, pourquoi j'en ai conscience mais que je ne lui donne rien en retour ? Elle est déjà parti ce matin, je ne sais pas depuis combien de temps. J'ai vaguement senti son baiser sur le front puis je me suis rendormis directement. J'ai fait de mauvais rêves cette nuit alors même aux alentours de sept ans j'étais fatigué. Je me rappelle dans ma jeunesse, je pouvais ne pas dormir de la nuit et aller bien, je suis devenu un vieux. C'est peut-être pour ça que je sors avec Azalée car elle me rappelle la jeunesse. Et bien sûr car je l'aime. Ca s'était fait naturellement entre nous. Elle est la meilleure amie de ma sœur, elle m'a tout de suite plus mais je n'ai rien fait dû à son jeune âge. Puis un jour j'ai tenté, je l'ai embrassé au haras et elle ne m'a pas refusé, elle m'a gardé près d'elle. On ne s'est jamais montrer aux autres ça nous avons tous les deux peur.  Nous étions prêt à affronter leur regard, elle est ma fiancée, je voulais qu'on leur dise puis il y a eu l'accident. C'est comme si ça avait été un frein à tout entre nous. J'ouvre les yeux vers le réveil, je ne me sens pas bien, comme un boule dans le ventre. Je finis par me lever, par prendre un verre et aller m'habiller. Je venais de comprendre en regardant l'appartement vide ce qui n'allait pas. Je ne l'avais pas devant moi, me souriant avec son sourire qui finira par me tuer. A chaque fois qu'elle sourit mon cœur accélère ses battements, c'est comme pour me dire « Hey Tyler, regarde la chance que tu as ! Tu as la plus belle femme au monde ! ». Dans la salle de bain je m'habille, j'essaie d'arranger ma tête. Mes deux chiens me suivent partout. Je leur donne à manger et je quitte l'appartement. J'ai hésité à prendre un nouveau verre mais je me suis rappelé qu'elle n'aime pas l'odeur de l'alcool alors je n'ai rien prit et j'ai quitté l'endroit. Je suis monté dans la voiture et j'ai conduis jusqu'au haras. Par chance je n'habite pas trop loin et après huit heures du matin il n'y a pas grand monde sur la route. Je me gare et je descend de voiture. Je regrette d'avoir mis mes belles chaussures de ville, puis ce n'est pas grave. Je la cherche pour finalement la trouver sur son cheval dans la carrière. Je m'accoude aux rebords et je la regarde faire, elle est magnifique.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 13/04/2017
▲ Quartier Résidentiel : Au haras avec ma mère
▲ Occupation : étudiante
▲ Identité Sexuelle : hétérosexuelle
▲ Cupidon : Tyler, l'homme de ma vie, pour le moment je n'en ai parler à personne le bon moment ne s'est pas encore présenté, mais à jamais je serais à ses côtés

▲ Avatar : Lucy Hale
▲ Crédits : cranberry
grandir, c'est devenir responsable.
Mar 18 Avr - 13:18


Encore un matin...






Mon tapis rouge et ma selle posée sur le dos de Crack, j'enlevais les étriers les posais au bord de la carrière à cote des protections que je mettrai à mon cheval après. J'attachai la longe de sorte à travailler un peu Crack en longe pour le défouler avant de le monter. Je savais que Crack répondait à la voix. Un claquement de langue et celui-ci marchait au pas. Il tournait sur un cercle bien régulier, une pression des doigts en tournant le poignet et il s'arrêta. Je le fis repartir puis le fis trotter, à cette main, je savais qu'il n'avait pas de mal lorsque l'on mettait les élastiques, mais de l'autre si, et là, il n'y en avait pas, mais je ne savais pas comment il allait réagir. Après un galop, je le fis revenir, décrocha la longe du mors, la fis passer de sorte à changer de main et la raccrocha. Une fois sur le cercle, je le fis trotter un long moment et le fis galoper, je remarquai une raideur, il faudrait que je travaille dessus aujourd'hui, j'avais prévu de sauter, mais je passerais quelques barres en fin de séance. Je repris mes étriers, les replaçai sur la selle, installai les protections aux membres de Crack et mis ma bombe une fois ma queue-de-cheval transformée en tresse. Je plaçais quand même deux obstacles alignés au milieu de carrière, je n'avais pas besoin de cet espace au départ. Pour monter en selle, je pris appui sur un plot et hop ! Réglage de sangle et c'est parti. Je le fis marcher quelques tours, il savait bien son boulot, je pris mon portable pour vérifier si Tyler n'avait pas envoyé un message. Mais rien... Je le posai sur une table posée près des tribunes. Repris mes rênes, les ajustai, une pression des hanches et Crack trotta, je ne savais plus quels étaient mes objectifs, je mis rapidement Crack sur des cercles au galop. Tant pis pour les raideurs, je verrai ça en longe. Mon idée première était de sauté et je n'avais pas envie de faire autrement. Une fois sur la ligne, je trottais, m'avançai vers l'obstacle et le franchi avec faciliter, il était bas et au trot, c'était simple. Je remis Crack dans son trot de travail et franchi le second. Je tournais vers la droite et remarquai Tyler accoudé aux rebords de la carrière. Mon cœur s'emballa, je n'avais pas eu de tels sentiments envers quelqu'un. Tyler était ma lumière, celui qui m'apaisait. Mon ventre entier se remplissait de papillons lorsque qu'il me regardait et le voir comme ça me faisait totalement fondre. Je ralentis Crack à son niveau.
"-Bonjour toi !"
Le sourire sur mes lèvres ne s'était pas retiré depuis que je l'avais vu.






Un amour secret ...
Un amour éternel...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 32
▲ Inscription : 13/04/2017

▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel
▲ Cupidon : Azalée, elle est tout ce qu'un homme peut rêver. Elle est toujours là pour moi malgré ce que je lui fait vivre au quotidien. Cependant, nous sommes un secret, un secret bien gardé mais jusqu'à quand ?
▲ Avatar : Ian Harding
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
grandir, c'est devenir responsable.
Mar 18 Avr - 22:14


Encore un matin...






Elle travaillait avec un tel élégance. Les chevaux ne m’avaient jamais vraiment intéresser, j'avais laissé ça pour ma sœur mais en la voyant faire j'aurais pu la regarder pendant des heures. Je passais souvent ici avant l'accident, je venais souvent chercher Hazel pour rentrer à la maison, c'était compliqué de la faire partir, surtout lorsqu'elle était toute jeune. Elle en aurait fait des caprices. Et d'un coup je m'en veux. Ce que fais Azalée, Hazel ne pouvait plus le faire. Je sais qu'Hazel en souffre, elle doit sûrement en souffrir, ce n'est pas compliqué à savoir. Même si Hazel est loin de moi depuis l'accident, je le ressens. C'est aussi pour ça qu'elle m'en veut, c'était comme un moment privilégié avec sa meilleure amie et je lui avait enlevé ce moment à cause d'une erreur, une petite erreur, une inattention. Elle méritait mieux, elle mérite d'être sue son cheval et de le faire galoper. Azalée… Elle aussi en souffre. Je suis tombé amoureux de son bonheur quand elle était avec ma sœur, c'était un magnifique sourire qu'elle avait au visage. Elle aussi c'était son moment privilégié avec sa meilleure amie, à elle aussi je lui ai enlevé ça. Sur le coup j'ai les larmes aux yeux, je repense à l'accident, à ma responsabilité, à maman, à Hazel et à Azalée. Je ne voulais pas la faire souffrir, je ne la mérite même pas Azalée, elle est trop gentille avec moi. De nombreuses fois j'ai pensé à partir, à ne plus faire subir mon alcoolisme, ma colère. J'ai souvent pensé que ça allait être mieux pour nous deux mais en y pensant je ne pense pas que ce soit la solution. Au fond de moi j'espère que la solution est que l'on reste ensemble. J'avais peur aussi, si je la laisserais partir elle l'aurait peut-être dit à ma sœur et elle m'en aurait encore plus voulu de blesser sa meilleure amie. Je sais très bien qu'aujourd'hui personne ne sait pour nous deux et je rêve tellement qu'on le dise. J'attends d'aller mieux, en espérant que ça ne durera pas une éternité. Encore une fois, l'enjeu est entre mes mains. Je me ressaisis lorsque je vois qu'elle m'a aperçut, qu'elle vient vers moi. C'est drôle, sur son cheval elle paraît si grande alors qu'elle est plus petite que moi en réalité. Elle me sourit. Je pourrais mourir maintenant pour que cette magnifique image soit la dernière que je vois. Je rêve tellement de voir cette image jusqu'à la fin de mes jours. Son sourire me fait oublier le plus de ma venue, c'est comme si je n'avais pas envie de remettre ce qui fait mal sur le tapis. Alors je lui souris aussi. « Bonjour chérie. J'espère que je ne te dérange pas dans ton entraînement avec Crack »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 13/04/2017
▲ Quartier Résidentiel : Au haras avec ma mère
▲ Occupation : étudiante
▲ Identité Sexuelle : hétérosexuelle
▲ Cupidon : Tyler, l'homme de ma vie, pour le moment je n'en ai parler à personne le bon moment ne s'est pas encore présenté, mais à jamais je serais à ses côtés

▲ Avatar : Lucy Hale
▲ Crédits : cranberry
grandir, c'est devenir responsable.
Mer 19 Avr - 12:50
@Azalée Kessington a écrit:


Encore un matin...






Je n’avais pas réellement réfléchi en sautant les obstacles, j’avais juste envie d’oublier cette nuit. J’avais beaucoup pleuré une fois rentré chez moi. Je pouvais, seule dans mon lit, lâcher la pression, car lorsque je suis avec Tyler, je ne pouvais pas me permettre de relâcher ses efforts. Je me devais d’être forte pour lui. Il avait besoin d’aide et d’être soutenu. Mais ce soir-là après qu’il se soit endormit, j’étais rentré , j’avais pris ma douche et m’étais installé dans mon lit la télé allumée sur un programme que j’avais totalement oublié tant il ne m’intéressait pas. Mes yeux s’étaient brouillés de larmes et elles n’arrivaient pas à s’arrêter. Je repensais à mon amie, qui était en fauteuil, et aussi à Tyler qui s'en voulait tellement qu’il était devenu alcoolique, et le voir tout les jours avec son verre me détruisait , nous détruisait. J’avais conscience que pleurer ne m’aidait pas. Mais j’avais besoin de pleurer… Les larmes m’avaient emporté dans un sommeil profond duquel le réveil me tira.
Une fois lancé sur les obstacles, Crack savait la marche à suivre et je n’avais qu’à le guider. Compter le nombre de foulées.

Mes yeux croisèrent ceux de Tyler et je me rendis à ses cotes. À chaque fois que je le voyais mes doutes partaient, je comprenais de suite pourquoi j’étais à ses cotes. Son sourire, ses yeux magnifiques, qui laissaient entendre toute la bonté et la générosité qu’il avait en lui. Je l’aimais, je ne pourrais jamais me lasser de ça, et c’est surement pour ça que je devais rester forte et arrivait à l’aider enfin essayer l’aider du mieux que je pouvais.
Après l’avoir salué, celui-ci me répondit :
« Bonjour chérie. J'espère que je ne te dérange pas dans ton entraînement avec Crack »
Je fis un signe de négation de la tête en ajoutant :
-Non ne t’en fais pas, je l’ai longé, et je viens de commencer, mais je n’ai rien de définitif aujourd’hui, je sais qu’il est raide d’un côté, mais je voulais surtout sauter un peu donc je le fais tourner un peu plus du côté qui est raide, mais tu ne me déranges pas le moins du monde, tu ne me dérangeras jamais tu le sais.
Le sourire que j'avais au lèvres pouvait retranscrire tout ce que je venais de dire. Jamais il ne me dérangera , il était bien trop important pour moi. J’enlevais alors ma bombe avec un sourire en coin et en me penchant un peu vers lui, j’ajoutais :
-Désolé, je parle trop… Et si tu venais m’embrasser et m’aider a passer quelques obstacles pour finir la séance ? À moins que tu préfères que je remette ma séance à plu tard pour que nous puissions passer du temps ensemble ?
Je n’avais aucune obligation de continuer, Crack m’attendrait jusqu’à ce soir s'il le faut.






Un amour secret ...
Un amour éternel...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 32
▲ Inscription : 13/04/2017

▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel
▲ Cupidon : Azalée, elle est tout ce qu'un homme peut rêver. Elle est toujours là pour moi malgré ce que je lui fait vivre au quotidien. Cependant, nous sommes un secret, un secret bien gardé mais jusqu'à quand ?
▲ Avatar : Ian Harding
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
grandir, c'est devenir responsable.
Ven 21 Avr - 11:08


Encore un matin...






« Tu ne me déranges pas le moins du monde, tu ne me dérageras jamais tu le sais » je lui souris à cette phrase. C'est fou comment elle peut donner de l'espoir cette phrase. Je sais que je pourrais toujours aller la voir, je pourrais toujours me reposer sur elle. Mais n'est-ce pas le rôle de l'homme dans la relation amoureuse ? Etre un pilier pour sa copine. Certes ça ne paraît pas féministe mais c'est ma vision des choses même si pour le moment c'est l'inverse. Je lui avait promis pleins de choses au début de notre relation, je pensais pouvoir les réaliser puis tout a changé. Plus le temps avance, plus je regrette. Avant c'était elle et moi contre le reste du monde, aujourd'hui ce n'est plus que elle qui essaie de s'en sortir tant bien que mal. Quand elle me parle de Crack, des chevaux, du haras en général, elle a une petite lumière dans ses yeux. Je sais qu'elle est forte pour le haras aussi, elle n'a pas envie de tout laisser tomber, de plus, Crack la laissera jamais seule. Même ça doit lui rappeler les bons souvenirs qu'elle a eu ici, ceux avec Hazel et ceux avec moi.

Je suis venu ici avec une idée en tête, me faire pardonner. J'ai décidé d'aller mieux, du moins pour aujourd'hui ; pour une journée mais c'est déjà un début et je n'irais bien que si je suis avec elle. Elle capte mon attention, mes yeux ne la quittent pas et je ne pas à autre chose qu'à elle. J'étais là, motivé. Je ne sais pas ce qui lui ferait le plus plaisir, finir son entraînement ou être avec moi. Je devine qu'elle aime beaucoup les deux. Mais vu ce que je lui ai fait hier soir, la laisser seule, je ne veux pas passer plus du temps en pensant qu'elle puisse être mal, qu'elle puisse m'en vouloir. Même si au fond, je suis sûr qu'elle m'en veut pour ce que je lui fait vivre. « J'aimerais te parler. » Je fais une pause dans ma phrase puis je continue « Je pense qu'on a besoin de parler de nous, de hier soir, tu ne peux pas savoir à quel point je m'en veux pour hier, de t'avoir laisser seule alors que tu as fait la trajet jusqu'à chez moi. » Puis je baisse la tête.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 13/04/2017
▲ Quartier Résidentiel : Au haras avec ma mère
▲ Occupation : étudiante
▲ Identité Sexuelle : hétérosexuelle
▲ Cupidon : Tyler, l'homme de ma vie, pour le moment je n'en ai parler à personne le bon moment ne s'est pas encore présenté, mais à jamais je serais à ses côtés

▲ Avatar : Lucy Hale
▲ Crédits : cranberry
grandir, c'est devenir responsable.
Sam 22 Avr - 22:16


Encore un matin...






Je m'étais rapproché de lui pour pouvoir lui parler. Même si là ma nuit avait été mouvementée, je ne lui en voulais pas. Certes voir les bouteilles diminuées et savoir qu'il ne me parlait pas de toute me touchait et je n'arrivais pas à lui parler moi aussi du fait que j'avais vu Hazel. Mais il fallait qu'il me parle un jour, alors j'attendais et à un moment ce moment viendra. Je ne savais pas quand ni comment, mais il faudra percer l'abcès de cette culpabilité. Je demandais à Tyler s'il voulait que je laisse ma séance pour qu'on discute ou si je continuais. Il me répondit qu'il aimerait me parler. Je descendis de cheval et il ajouta :"Je pense qu'on a besoin de parler de nous, d'hier soir, tu ne peux pas savoir à quel point je m'en veux pour hier, de t'avoir laissé seule alors que tu as fait le trajet jusqu'à chez-moi." Je savais ce que je voulais répondre, mais pour bien réfléchir à mes mots, je souris et me tournai vers crack. Je retirais son harnachement, lui enlevai tout, selle, tapis, filet, et le laissa aller dans la carrière. Je me tournais alors vers Tyler : " tu m'aides ?" Je lui tendis la selle et le tapis. Je ramassais la longe et ma chambrière et pris mon filet. Je sortis de la carrière et laissai Crack se défouler dans le sable. Nous allions en direction de la sellerie en route, je croisais Ted et lui demandai s'il pouvait rentrer Crack dans cinq minutes dans son box, je viendrais le brosser tout à l'heure. Celui-ci acquiesça."Ty' je ne t'en veux pas. Je ne peux pas t'en vouloir. Tu t'es endormi. J'ai préféré rentrer cher moi pour pouvoir dormir tranquillement. Et surtout te laisser dormir. Mais ne t'inquiète pas." Je posais le filet sur ton support, et la chambrière dans le pot à parapluie transformer pour cette utilité. Je récupérais la selle des bras de Tyler et la déposai sur la porte elle et mis le tapis au-dessus. " Viens, je t'offre un café". Je montais les escaliers qui menaient à l'appartement au-dessus des écuries le mien. Je laissais Tyler me suivre et entré, il connaissait bien la maison. Je fis couler un café, puis un cappuccino. Puis je les déposais sur le comptoir du bar et m'assis sur un tabouret. "Il faut qu'on parle de ce mal-être qui te ronge Ty'... Si tu n'es pas prêt maintenant, on peut attendre, mais il faudra en parler.." Je savais que je mettais les pieds dans le plat, mais je pense que je n'étais plus en état d'attendre.





Un amour secret ...
Un amour éternel...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 32
▲ Inscription : 13/04/2017

▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel
▲ Cupidon : Azalée, elle est tout ce qu'un homme peut rêver. Elle est toujours là pour moi malgré ce que je lui fait vivre au quotidien. Cependant, nous sommes un secret, un secret bien gardé mais jusqu'à quand ?
▲ Avatar : Ian Harding
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
grandir, c'est devenir responsable.
Dim 30 Avr - 22:32


Encore un matin...






Elle a une élégance quand elle descend de son cheval, une élégance qui me refait tomber amoureux d'elle. A chacun de ses gestes je deviens de plus en plus amoureux. J'aime tellement tout chez elle. Elle me donne la selle et le tapis que je lui porte jusqu'aux écuries. Le trajet se fait en silence, je pense qu'elle préfère tout ranger pour que l'on puisse mieux parler après. Je me rend compte que la selle est lourde, elle la porte tout le temps, non ? Elle doit être forte pour la porter aussi souvent qu'elle le fait. Bien sur que j'allais l'aider, j'étais bien éduquer donc j'allais le faire. Et maintenant que je sais que c'est lourd, je l'aiderais encore plus, quand je le pourrais bien sur. On marche jusqu'aux écuries où on croise Ted. Je le connais que de vue, Azalée m'en a déjà parlé quelques fois mais je ne le connais pas plus. Je le salut en lui disant bonjour, il me répond et me sourit. Alors qu'on arrive à la sellerie, elle se décide à me parler. Ses mots résonnent dans ma tête pendant quelques secondes avant que je lui réponde. Car oui, elle est adorable elle a voulus me laisser dormir, mais je n'aurais jamais dû dormir, j'aurais dû être réveillé, la prendre dans mes bras et lui dire à nouveau qu'on y arrivera, que je suis sur la bonne voie. Mais non, je ne suis pas sur la bonne voie, j'ai l'impression que c'est de pire en pire, je veux m'en sortir, pour elle, pour moi, pour nous tout simplement mais ma solitude ne m'aide pas. Même si je travaille, il y a toujours un moment où je me retrouve face à moi-même et je ne trouve rien d'autres à faire. Il y a quelques temps encore à mes moments de libre j'aurais foncé la voir ou j'aurais été faire du sport. Et que je ne m'inquiète pas ? Bien sur que je m'inquiète. Elle enlève la selle et le tapis de mes bras. Puis je me sens prêt à parler. « Je n'aurais pas dû dormir, je n'étais pas fatigué » En tout cas pas physiquement. Psychologiquement je le suis tout le temps. Elle m'aide à rester debout, à ne pas me faire faire de conneries mais tant que ça n'ira pas mieux avec ma sœur, avec ma famille je n'irais pas mieux. Même, comment aller mieux après avoir une mort et un handicap sur la conscience ? Elle me propose un café, je la suis jusqu'à son appartement. J'aime venir ici, je me sens à l'aise. Il a été l'abri de notre amour et j'espère qu'il le sera encore pour longtemps même si j'ai peur, j'ai peur qu'elle parte, que je sois trop lourd à porté pour ses épaules. Je suis assez silencieux. Ce n'est pas différent de d'habitude, je ne parle jamais beaucoup mais aujourd'hui on pourrait croire que c'est pire. Je sais qu'on va en parler, après tout je suis venu ici pour ça mais au fond de moi j'aimerais qu'on fuit encore un peu le moment. Elle me donne un café. « Merci chérie. » Et je bois une gorgée. Elle aussi. Et elle attaque. Elle me dit qu'il va falloir qu'on en parle et dans sa voix je sens que je ne peux plus retardé le moment. Je baisse la tête vers mon café. Je réfléchis à ce qu'elle vient de me dire. « Je n'y arrive pas. Je ne sais même pas si j'arriverais à me remettre de cet accident. Et je vois bien que ça commence à te peser. » j'attrape ses mains pour les prendre entre les miennes. « J'ai envie, vraiment. Je veux aller mieux. J'ai besoin de le faire pour toi. Je sais comment aller mieux, ce serait d'aller parler à Hazel, mais comment ? Elle m'en veut tellement. »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 13/04/2017
▲ Quartier Résidentiel : Au haras avec ma mère
▲ Occupation : étudiante
▲ Identité Sexuelle : hétérosexuelle
▲ Cupidon : Tyler, l'homme de ma vie, pour le moment je n'en ai parler à personne le bon moment ne s'est pas encore présenté, mais à jamais je serais à ses côtés

▲ Avatar : Lucy Hale
▲ Crédits : cranberry
grandir, c'est devenir responsable.
Jeu 4 Mai - 13:59
@Azalée Kessington a écrit:


Encore un matin...






Tyler venait souvent à l’appartement, il nous servait de planque, le sien et le mien étaient les seuls endroits ou nous nous voyons sinon nous essayons de sortir quelques fois, mais nous allions le plus loin possible. Il m’avait dit dans la sellerie qu’il n’aurait pas dû dormir, car il n’était pas fatigué. Je savais qu’il n’avait pas vraiment eu le choix, lorsque l’on ait dans cet état, on a souvent plus envie de dormir que de faire autre choses. Mais il fallait vraiment qu’il arrive à se bouger,j’avais peur pour lui et lui parler d’un psy ou autre risquait de lui faire peur.

Je souris lorsque nous arrivons dans l’appartement et que je le laisse passer devant moi pour qu’il entre. Je me souviens encore de la première fois qu’il est venu ici. Je n’avais pas idée de ce qu’il se serait passé. Nous avions passé la journée ensemble au bord d’un étang à discuter et à nous embrasser et puis ce moment est venu, j’avais senti la tension montée. Nous nous étions réfugiés dans mon appartement qui était le plus prêt et nous avions passé la vitesse supérieure. Je n’avais jamais ressenti cela. Nos corps et nos cœurs étaient en phase totalement reliée et en symbiose parfaite.
J'avais des petites étoiles pleines les yeux rien que d’y repenser. Mais je repensais aussi que depuis l’accident ce moment n’était plus arrivé. Je lui tendis un café et il me remercia en m’appelant Chérie. J’adorais ses surnoms.

"Il faut qu'on parle de ce mal-être qui te ronge Ty'... Si tu n'es pas prêt maintenant, on peut attendre, mais il faudra en parler.."
Il baissa la tête vers son café et me répondit qu’il n’y arriverait pas, qu’il ne savais même pas s'il arrivait à se remettre de l’accident. Il voyait que ça commençait à me peser. Effectivement, cela me pesait, mais je ne voulais pas qu’il s’en rende compte. Il attrapa mes mains, et je plongeai mes yeux dans les siens. « J'ai envie, vraiment. Je veux aller mieux. J'ai besoin de le faire pour toi. Je sais comment aller mieux, ce serait d'aller parler à Hazel, mais comment ? Elle m'en veut tellement. »
Je savais qu’il était sincère et qu’il ne pourrait y arriver que s'il en avait la volonté. Parler à Hazel n’était pas vraiment le meilleur moyen d’y arriver, celle-ci avait une rancœur envers Tyler énorme.
« Mon amour, il ne faut pas le faire pour moi. Je vais t’aider, et être là tous les jours à te soutenir, mais c’est pour toi. Cet accident te pèse tellement qu’il nous détruit, mais il te détruit surtout toi. Arrête de te sentir coupable. Hazel n’est pas prête à te pardonner. Je pense qu’il faut d’abord que tu te pardonnes à toi avant d’attendre le pardon des autres. »

Cela n’avait pas de sens, je récitais des mots appris par cœur sur le net qui soit disant aidaient les gens en deuil. Je guidai Tyler vers le canapé, m’assis prêt de lui. Et mis mes mains sur ses cuisses. Et posa doucement mes lèvres sur les siennes.
« J’ai besoin de toi, j’ai besoin de nous, et j’aimerais tellement t’aider, et en faire plus, mais je ne sais pas quoi faire… Guide-moi aide moi à t’aider .. »






Un amour secret ...
Un amour éternel...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 32
▲ Inscription : 13/04/2017

▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel
▲ Cupidon : Azalée, elle est tout ce qu'un homme peut rêver. Elle est toujours là pour moi malgré ce que je lui fait vivre au quotidien. Cependant, nous sommes un secret, un secret bien gardé mais jusqu'à quand ?
▲ Avatar : Ian Harding
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
grandir, c'est devenir responsable.
Ven 5 Mai - 11:57


Encore un matin...






Etre dans son appartement me rappelle plus de souvenirs, de bons souvenirs. J'aime tellement être là, surtout car elle est là aussi. Nos appartements respectifs sont les seuls endroits où l'on peut se voir et être intime. Dans la rue, nous ne pouvons pas nous tenir la main si nous sortons, je ne peux pas l'embrasser alors qu'à chaque fois que je la vois j'en meurs d'envie. Ce serait trop risqué. Mais ça aussi ça me pèse, faire attention en dehors de chez nous pour que personne ne remarque qu'on est en couple, pour que personne n'aille le dire à Hazel ou quelqu'un de nos familles. J'en ai marre de ça aussi, j'aimerais le crier sur tous les toits mais pas juste ici. C'est nul d'avoir la plus belle femme au monde dans ses bras si on ne peux pas le montrer aux autres, les faire rager sur la chance que l'on a par rapport à eux. A chaque fois je me rappelle de nos baisers, de nos moments de plaisir. Je crois que je n'oublierais jamais ce qu'il s'est passé dans cet appartement, son corps, nos corps, mes mains qui caressent sa peau nue. J'aime tellement quand l'on a un contact physique, rien que mes mains sur ses joues me fait du bien, je la sens avec moi, j'ai l'impression qu'à ce moment on pourra s'en sortir ensemble. Encore là, ses mains dans les miennes, ses yeux dans les miens, on est ensemble, on est fort même si on est si faible chacun de notre côté, surtout moi, je ne suis qu'un faible. J'écoute ce qu'elle me dit et ça me brise le coeur. La phrase qui me fait le plus mal est « Hazel n'est pas prête à te pardonner », c'est comme si je le savais depuis un bon moment mais que de l'entendre me tuer intérieurement. D'un coup c'est comme si je n'entends plus ce qui se passe autour de moi, si je regarde Azalée mais qu'au final j'ai juste le regard dans le vide. Ce sont simplement les images de l’accident qui me reviennent à l'esprit. J'ai encore intact le regard de ma mère qui me demande de sortir ma sœur de là pour la sauver et cette dernière image de la voiture qui brûle. Ces deux images sont horrible à voir pourtant elles m'accompagnent à chaque moment de ma vie, je n'arrive pas à passer à autre chose. Pour Hazel, je le sais, elle ne me pardonnera jamais comme le reste de la famille, comment on pardonne a quelqu'un qui a tué sa mère, sa femme et qui a donné un handicap à sa sœur ou sa fille ? On ne pardonne pas. Si il n'y avait pas eu Azalée, je serais partis pour essayer d'oublier, pour qu'on m'oublie aussi. « Je ne te remercierais jamais assez pour être rester et pour rester encore aujourd'hui. J'en ai marre de savoir que tu vas mal à cause de moi. Et même, comment je peux me pardonner ? Je suis seul maintenant, je n'ai plus ma famille. Je ne pourrais jamais m'en pardonner, je ne suis pas assez fort pour ça. » Je finis mon café et la suis jusqu'au canapé. Elle se rapproche de moi en posant ses mains sur mes cuisses et en m'embrassant. Même si je ne vais pas bien, je l'embrasse toujours passionnément, ma tristesse ne prend jamais le dessus sur l'amour que je lui porte. Je pose mes mains sur son visage et la regarde dans les yeux. « Azalée. Tu m'aides tellement. Tu as peut-être l'impression que je suis au plus bas mais tu m'as aidé, sans toi je ne sais pas où j'en serais mais j'en serais pas là. Même si j'ai mon addiction et que ça te fait du mal, tu m'as sauvé, l'addiction n'est rien par rapport à ce que j'aurais été si j'étais seul. Je ne sais pas ce que tu peux faire de plus, je ne veux même pas que tu en fasses plus, tu en fais déjà assez pour m'aider, tu mets ta vie en deuxième plan et moi en premier. » Je sais ce qu'elle pourrait faire mais je n'ose pas lui dire, lui imposer de faire quelque chose de plus pour moi. De toute façon, Hazel ne me pardonnera pas et je ne veux pas risquer de briser leur amitié à cause de moi qui essaie juste de se racheter de la mort d'un proche et d'un handicap causé.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 147
▲ Inscription : 13/04/2017
▲ Quartier Résidentiel : Au haras avec ma mère
▲ Occupation : étudiante
▲ Identité Sexuelle : hétérosexuelle
▲ Cupidon : Tyler, l'homme de ma vie, pour le moment je n'en ai parler à personne le bon moment ne s'est pas encore présenté, mais à jamais je serais à ses côtés

▲ Avatar : Lucy Hale
▲ Crédits : cranberry
grandir, c'est devenir responsable.
Sam 3 Juin - 17:26


Encore un matin...







Je ne sais jamais comment parler à Tyler en ce moment de peur de le perdre. Le pousser à sortir la tête de l’eau pourrait l’aider, mais je ne veux pas être méchante envers lui. Il est vrai que parfois, j’ai peur qu’on se sépare à cause de ça, j’ai peur qu’il me trouver trop collante ou insistante. Je ne sais plus comment l’aider. Plusieurs fois, je me suis dit qu’annoncer nos fiançailles à tout le monde aiderait peut-être Tyler à souffler et il attendait peut-être ça pour être sûr que je l’aime et ne le lâcherais pas. Mais je ne pouvais le faire sans l’accord d’Hazel j’avais trop peur de sa réaction. Celle-ci n’était pas prête à pardonner Tyler, et je pense que tant qu’il ne se pardonnerait pas lui-même personne le pourrait avancer. Je savais que cette phrase le mettrait dans un mauvais état, mais j’avais besoin d’être franche avec lui. Je serrais mes mains autours des siennes.
« Je ne te remercierais jamais assez pour être resté et pour rester encore aujourd'hui. J'en ai marre de savoir que tu vas mal à cause de moi. Et même, comment je peux me pardonner ? Je suis seul maintenant, je n'ai plus ma famille. Je ne pourrais jamais m'en pardonner, je ne suis pas assez fort pour ça. »
Lorsqu’il annonça qu’il était seul, mon cœur se serra. Il n’avait plus sa famille certes, mais moi, j’étais là… Il finit son café et nous nous installons sur le canapé. Je mets mes mains sur ses cuisses, je sais que cette phrase était pleine de tristesse. Avant l’accident, ils étaient une famille unie. Je l’embrasse. Je ne me lasserais jamais de ses lèvres. Il est le seul qui arrive à me remotiver avec une manière bien a lui qui est tellement puissante que je pourrais soulever des montagnes après ce baiser. Il pose ses mains sur mon visage et me regarde dans les yeux.
« Azalée. Tu m'aides tellement. Tu as peut-être l'impression que je suis au plus bas mais tu m'as aidé, sans toi je ne sais pas où j'en serais, mais j'en serais pas là. Même si j'ai mon addiction et que ça te fait du mal, tu m'as sauvé, l'addiction n'est rien par rapport à ce que j'aurais été si j'étais seul. Je ne sais pas ce que tu peux faire de plus, je ne veux même pas que tu en fasses plus, tu en fais déjà assez pour m'aider, tu mets ta vie en deuxième plan et moi en premier. »
Je savais ce que je devais faire de plus, je devais essayer de voir Hazel avant, mais je devais dire au gens que j’aimais Tyler.
« Je t’aime ..On s'en sortira je te le promets »
Je ne savais pas quoi dire d’autre, mais maintenant ma bague ne quitterait plus mon doigt et je devais annoncer la grande nouvelle au gens. Je l’aimais et il en avait besoin.






Désolé pour l'attente...



Un amour secret ...
Un amour éternel...



Revenir en haut Aller en bas
avatar
grandir, c'est devenir responsable.
▲ Messages : 32
▲ Inscription : 13/04/2017

▲ Identité Sexuelle : Hétérosexuel
▲ Cupidon : Azalée, elle est tout ce qu'un homme peut rêver. Elle est toujours là pour moi malgré ce que je lui fait vivre au quotidien. Cependant, nous sommes un secret, un secret bien gardé mais jusqu'à quand ?
▲ Avatar : Ian Harding
▲ Crédits : Beaucoup de personnes, dont je n'ai pas retenu le nom
grandir, c'est devenir responsable.
Mar 6 Juin - 17:57


Encore un matin...






La seule façon de me faire me sentir bien à nouveau, c'est que Hazel me reparle et que ma mère revienne, que j'ose à nouveau regarder mon père dans les yeux. Mais rien ne va arriver, personne va me pardonner. Azalée n'a pas tord, il faut que je me pardonne à moi aussi mais comment ? Je vais vivre le reste de ma vie avec la mort de ma mère sur la conscience, son regard quand elle m'a demandé de sortir Hazel de la voiture qui me hante à chaque fois que je ferme les yeux. Elle le sentait, elle le savait que la voiture allait prendre feu. Si j'avais dû choisir qui j'aurais sorti ? C'est ce qui me hante aussi. Peut-être qu'elle aurait préférée mourir Hazel… Mais comment moi je pourrais vivre sans elle ? Puis dans la suite de ma réflexion, je me dis qu'aujourd'hui je vis sans elle alors qu'elle est toujours sur terre, que peut être que c'est pire comme sensation. Ma mère, elle est morte, j'ai du mal à l'accepter, pourtant j'y arrive petit à petit. La colère d'Hazel envers moi n'est pas acceptable à mes yeux. Si j'aurais pu sauver tout le monde je l'aurais fait. Il aurait fallut me laisser quelques minutes de plus, juste deux et j'aurais été sortir ma mère de là. Je sais que j'aurais pu en être capable. J'ai envie de tout lui dire, de lui dire que j'en peux plus qu'Hazel soit si distante, que j'en peux plus de lui faire du mal, à elle, à Azalée. Elle est tellement tout pour moi, elle m'aide, elle me tire vers le haut. Je pourrais lui demander de parler à Hazel mais je ne veux pas détruire leur belle amitié, je m'en voudrais tellement, je détruit tout ce que je touche, tout ce que j'entreprends. Notre amour avec Azalée c'est la seule chose qui tient debout et je dois dire que je ne l'aide pas pour cela, tout est grâce à Azalée. Elle m'aime tellement, c'est beau, je ne savais même pas qu'on pouvait aimer comme ça. La plupart des filles ont lâché l'affaire, serait partis, mais si elle était partis, je serais devenue quoi ? Rien. Je me serais sûrement laisser mourir, n'ayant plus de but dans ma vie.
Quand je lui ai dit que j'étais seul, c'était pour en général, car grâce à elle je ne me sens pas seul. Peut-être si parfois, mais c'est quand je n'ose pas lui parler de mes problèmes, ne pas la déranger, je sais qu'elle travaille dur, je ne veux pas qu'elle n'y arrive pas à cause de moi qui suis juste là pour la détruire. Car oui, j'ai peur de la détruire. Je ne veux pas ça, elle ne le mérite pas. En me regardant dans les yeux, elle me dit qu'on s'en sortira. J'ai tellement envie d'y croire. J'ai envie d'espérer autant qu'elle mais au fond je ne crois plus en rien, juste en l'amour d'une femme. Son je t'aime me fait me sentir bien, me fait sourire. Ce n'est que trois mots mais j'aime tellement les entendre de la bouche d'Azalée. « Je t'aime aussi. » Je ne lui promet rien car je n'ai plus rien à promettre. Je lui avais déjà promis un avenir heureux en nous mariant mais pour le moment, cet avenir est flou, lointain. Pourtant, quand je la regarde, je vois qu'elle est fière d'être ma fiancée. Merde Tyler, t'as pas le droit de lui faire ça, pas à elle. « Je veux qu'on se marie. Même si je ne vois pas un mariage sans ma famille, ça ne fait rien. Je veux qu'on soit heureux, toi et moi. »




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ♪ J'ai rendez-vous, dans un sous-sol avec des fous, qui vivent la guitare à la main, du soir au matin
» couper Queu avec un marteau
» Jouer avec une sauvegarde d'un autre PC
» Tutorial: Bien débuter avec Photoshop
» Druide, quelle couleurs de peau va avec quelle couleurs ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Home Heatherfield :: Heatherfield :: Riverwylde :: Galloping Stables-
Sauter vers: